HP9999999999
A+ a-
Chapitre 36 – Des retrouvailles inattendues

“Dites, vous avez entendu ? Beaucoup de corps inconscients ont surgi ces derniers temps. C’est presque comme si on leur avait arraché l’âme.”

“Attends, sérieusement ? C’est la première fois que j’en entends parler…”

“Eh bien, pour être honnête, je pense que c’est juste une rumeur…”

La conversation me dérive, au moment où je suis en train de déguster mon sandwich, son origine une table voisine où deux jeunes hommes ont choisi de s’asseoir. Il n’y a aucun doute là-dessus. Ils parlent sans aucun doute du cas des âmes perdues.

J’ai réussi à relever quelques mentions peu nombreuses de l’incident alors que nous marchions le long de la grande route, en fait, les détails de l’incident se sont propagés comme une simple rumeur. Cela montre bien que les efforts de notre ennemi pour dissimuler cet incident ne sont pas infaillibles. Pourtant, la majorité de ceux qui sont au courant de la rumeur semblent prendre le problème avec beaucoup plus de sérieux.

“Si c’est vrai, alors les démons sont derrière tout ça. Je ne peux pas penser à quelqu’un d’autre.”

“C’est vrai. Voler des âmes ressemble à ce qu’un démon ferait.”

Hé, ces fausses rumeurs nuisent à notre réputation ! J’essaie de construire un monde où les démons et les humains peuvent coexister, d’accord ? Alors arrêtez avec ces maudites rumeurs ! Mais je n’ai pas vraiment de preuve concrète qu’un démon n’est pas derrière tout ça…

“Désolé, Rina. Vous pouvez attendre un peu ?”

“Oh, certainement.”

Je finis de manger mon sandwich et je quitte mon siège, puis je me dirige vers la salle de bain. Je dois trouver les responsables de tout cela avant que ces accusations infondées sur l’implication de démons ne se répandent davantage. J’ai la tête en compote avec ces pensées, alors même que j’ouvre la porte des toilettes pour hommes.

“…Quoi ?”

Ce que je vois se passer juste devant moi me laisse abasourdi. A l’intérieur des toilettes, que je croyais auparavant complètement vides, se trouve une jeune fille. De toutes les choses. Ses cheveux foncés atteignent à peine ses épaules, et bien qu’elle soit mignonne, cela ne cache pas une sorte de confiance en elle. Il semble qu’elle vienne de terminer ce qu’elle était venue faire ici. Elle se penche en avant et est encore en train de remonter sa culotte – rose – sur ses jambes.

Nos regards se croisent, et la fille devient rigide en un instant. Je peux voir un rouge s’infiltrer dans son visage, de plus en plus intensément.

“Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !”

“N-attendez une seconde ! Je ne voulais pas faire ça, je le jure – whoa ?!”

Avec toutes ces agitations, nos jambes s’entremêlent accidentellement et je commence à tomber vers la fille. Par pur réflexe, je tends les deux mains.

“…Oh.”

Heureusement, aucun de nous ne tombe. Malheureusement, je me rends compte que chacune de mes mains semble entrer en contact avec deux choses complètement différentes. Ma main gauche est appuyée contre le mur froid des WC. Ma main droite, en revanche… saisit la douce poitrine de la jeune fille. Vous m’avez entendu. Ma main droite tient fermement le sein gauche de la jeune fille. Quand suis-je devenu le protagoniste d’un manga pervers ?

“Urgh ?!”

La fille me donne une puissante poussée, et mon dos s’écrase contre le mur. Ses joues sont rouges comme une pomme et les larmes lui montent aux yeux. Presque immédiatement après, je me retrouve sur le chemin d’une très forte gifle.

“Tu es une merde… !”

Crachant ces mêmes mots, la fille sort des toilettes.

“…”

Complètement hébétée, je continue à rester là pendant un moment, sans bouger un seul muscle. Bien que mon esprit n’ait pas encore eu l’occasion de s’adapter à la réalité, je suis bien conscient de l’ampleur de mon erreur.

HP : 9,999,999,912 / 9,999,999,999

Une rapide évaluation de mes statistiques me montre que ma HP vient de baisser de soixante-dix-sept points. S’il est vrai que mon sort d’affaiblissement a fait un nombre réel de points de DEF, cela reste beaucoup plus de dégâts que ce qu’Uriel, ce membre des Sept Anges des Étoiles, a fait pendant notre combat. Je fais de mon mieux pour ignorer l’idée que le coup porté à mon mental a été pris en compte.

“Je viens d’entendre le cri d’une femme qui sortait des toilettes. Est-ce que quelque chose s’est passé… ?”

La question délicate de Rina est la première chose qui me salue quand je retourne à la table, la main toujours pressée contre l’endroit où j’ai été giflée.

“Qui sait ? Peut-être qu’elle a vu un gros insecte dans les toilettes ou quelque chose comme ça.”

Je m’appuie sur le mensonge que j’ai inventé pour couvrir mes traces. Je sais juste que dire la vérité va la mettre en colère contre moi.

Mais, maintenant que j’y pense plus clairement, cette fille n’est pas entièrement irréprochable. Elle n’a même pas pensé à fermer la porte des toilettes. Bien que je suppose que vous pouvez dire que je suis aussi fautif pour ne pas avoir frappé en premier, si c’est le cas.

“Pourquoi ne pas sortir de ce magasin ?”

“Bien sûr. Merci pour la nourriture.”

Honnêtement, je suis un peu soulagé d’avoir eu assez de prévoyance pour abaisser mes points DEF. Pour autant que je sache, un DEF de 99 999 aurait pu s’avérer plus dommageable pour la main de la fille lorsqu’elle m’a giflé. Mais cela n’empêche pas ma joue de piquer.

S’il y a une chose que je regrette vraiment, c’est de ne pas avoir eu la chance de m’excuser auprès d’elle. La fille est partie avant même que je puisse en faire autant. Mais quelque chose me dit que nos chemins se croiseront bien assez tôt. Je n’ai vraiment aucune raison de penser cela, mais si cela se produit, je m’assurerai de présenter de meilleures excuses.

Maintenant que nous avons quitté le café, Rina et moi avons décidé de prendre un peu plus de temps pour nous promener en ville. Bien que nous soyons pressés de trouver le moindre indice concernant l’affaire des âmes perdues, mon esprit ne cesse de revenir à cette scène dans les toilettes. Je n’arrive pas à me concentrer.

Mais cette fille était vraiment mignonne. Je peux facilement la comparer à Rina, en fait. J’aurais vraiment dû prendre le temps de me graver un peu plus cette scène dans la tête…

“Owargh !”

Je me cogne la tête contre un arbre voisin avec plus de force que nécessaire.

“Quoi ? ! C’était soudain, que s’est-il passé ? ! Est-ce que ça va ? !”

“…Je vais parfaitement bien. Désolé si je vous ai inquiété.”

Le sang coule sur mon front quand je réponds à Rina. Rappelle-moi, pourquoi suis-je venu ici, déjà ? Je suis ici pour chercher les coupables responsables de la perte de toutes ces âmes, n’est-ce pas ? Je n’ai pas choisi de venir ici juste pour jouer au pervers chanceux. L’impact que je viens de subir a balayé tous les désirs mondains qui subsistent, et maintenant que plus rien ne me retient, je peux à nouveau me concentrer.

“Hm ?”

Quelques minutes après avoir quitté le café, je m’arrête enfin devant un parc voisin. Je ne peux pas dire avec certitude s’il y a un événement en cours, mais il y a quelques personnes habillées comme des animaux qui se tiennent là. Des chats, des chiens et autres. Ils distribuent des ballons aux enfants.

Une de leurs robes, en particulier un lapin, attire mon attention. Je peux sentir un étrange surplus de vigueur émanant du costume de lapin. C’est presque comme si quelqu’un qui a passé toute sa vie au service de l’armée se cachait à l’intérieur, et, si mon intuition est bonne, à l’intérieur de ce lapin devrait être…

“Ah.”

Sans rime ni raison apparente, le lapin décide de se ridiculiser complètement. Il s’enlève la tête. Le visage d’un homme plus âgé, qui semble terriblement familier, est maintenant révélé.

“Waaaaargh ! Un vieil homme bizarre est sorti du lapin !”

“Ueergh ! Maman !”

Les enfants présents fondent en larmes et s’enfuient ensemble. Le lapin… ou plutôt, le vieil homme semble complètement inconscient de son échec, tout en gardant sa digne stature.

J’avais raison, c’est vraiment Khiel. Je suppose qu’il ne pourra jamais vraiment arrêter de faire des bêtises au travail, hein ?

“Désolé, Rina. Tu peux rester à côté ? Tu peux passer le temps comme tu veux. J’ai juste besoin de lui parler très vite.”

“Un de tes amis ?”

“… Eh bien, je suppose que tu peux dire ça.”

Je prends mon congé temporaire de Rina et je vais au parc. Khiel est en train de se faire réprimander par quelqu’un dont je ne peux que supposer que c’est la personne qui dirige leur travail.

“Allez, mon vieux ! Ressaisis-toi ! Combien de fois tu as merdé à ce point ? !”

“Pas besoin de s’inquiéter. Je n’ai pas lâché un seul ballon jusqu’à présent.”

“Ce n’est pas ce dont je parle ici ! Tu sais que tu ne devrais pas te montrer aux enfants ici, n’est-ce pas ? ! Combien de leurs petits rêves devez-vous ruiner avant d’être satisfait, hein ? !”

“Bien que je sois un guerrier qui vit sur les champs de bataille, je suis aussi une étoile brillante d’espoir pour chaque enfant. Il est impossible que je sois capable de détruire leurs rêves.”

“Regardez, vous réalisez que vous les avez déjà brisés, n’est-ce pas ? ! Un autre échec et vous êtes viré !”

“Vous voulez me virer ? Sais-tu au moins ce que ça veut dire ?”

“Tu veux dire, à part me sauver de tout ce stress supplémentaire ? ! De toute façon, un faux pas de plus, et vous êtes viré pour de bon ! Est-ce que je suis clair ?”

Je regarde la scène à une distance sûre. Il y a quelque chose d’étrangement triste à voir un homme aussi vieux se faire sermonner par plus jeune…



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 35 – Un rencard Menu à suivre...