Génie sans Egal | Perless Genius System | 绝世天才系统
A+ a-
Chapitre 100 – Cinq Sauvages

Xiao Luo ne s’attendait pas à ce que Sun Yu soit aussi têtue. Incapable de la convaincre du contraire, il décida d’accepter le billet de reconnaissance de dette pour le moment et le plaça dans son portefeuille.

Il jaugea subrepticement la fille à côté de lui. Elle avait des courbes douces, et elle dégageait une atmosphère jeune et vivante. Le sac à main accroché à son épaule n’était pas de marque, mais il correspondait à son style. Globalement, il se sentait plutôt bien avec cette fille.

Sun Yu l’observait aussi secrètement. Pour un homme, il avait un profil séduisant, beau et charismatique. Ses yeux méritaient une mention spéciale, car ils étaient profonds et sombres comme le ciel nocturne. On pouvait facilement s’y perdre. En même temps, elle était véritablement intriguée par Xiao Luo. Dire qu’il pouvait transformer cent mille dollars en plus de deux millions ! Elle était incapable de saisir toute la profondeur de ses capacités et avait l’impression qu’il était entouré de mystère.

«Frère Xiao Luo, au casino, comment as-tu su sur quels numéros les dés allaient tomber ?» a-t-elle demandé avec curiosité.

Xiao Luo balaya la question, en remarquant : «J’ai juste eu de la chance.»

«Alors, si je reste avec Frère Xiao Luo assez longtemps, ta chance déteindra-t-elle sur moi aussi ?» Sun Yu ria en faisant pétiller ses yeux.

«Je suppose que oui», répondit Xiao Luo.

Les deux hommes se regardèrent et se mirent à rire.

Une demi-heure plus tard, ils étaient arrivés dans un quartier résidentiel dédié à la location de logements pour les travailleurs.

La plupart des appartements avaient été construits par des promoteurs privés individuels, et la disposition générale des bâtiments n’était pas géniale et donnait une impression de désordre. Les structures étaient serrées les unes contre les autres, et divers types de câbles téléphoniques et Internet sillonnaient la zone. Ce n’était pas un environnement agréable à vivre.

«C’est chez moi.»

Sun Yu se tourna vers Xiao Luo, ressentant de la chaleur dans son cœur.

«Mm, tu devrais monter. Il se fait tard. Je devrais aussi rentrer», dit Xiao Luo.

Tendant la main, Sun Yu dit : «Frère Xiao Luo, donne-moi ton téléphone.»

Xiao Luo avait une opinion favorable d’elle, alors il sortit son téléphone et le plaça dans sa main.

Sun Yu baissa la tête, utilisant le téléphone de Xiao Luo pour appeler son propre numéro. Puis elle raccrocha, rendit le téléphone à Xiao Luo et enregistra le contact de Xiao Luo dans son propre téléphone. En souriant gentiment, elle dit : «Ok, maintenant nous avons un moyen de nous contacter.»

«Alors, je te reverrai», dit Xiao Luo avec un léger sourire.

Sun Yu hocha la tête puis le réprimanda : «Fais attention sur la route. Conduis lentement.»

Xiao Luo répondit avec une voix douce, presque imperceptible, puis se retourna pour partir.

Sun Yu attendit là où ils s’étaient séparés et n’entra dans son immeuble que lorsque Xiao Luo était hors de vue. Elle était débordante de bonheur et de joie, comme si elle revenait d’un rendez-vous avec son petit ami. En retournant à son appartement, elle s’arrêta pour réfléchir. Puis, elle pris son téléphone et enregistra le numéro de Xiao Luo sous le nom de “Grand Créancier”.

Après avoir quitté le quartier de Sun Yu, Xiao Luo appela Zhang Dashan et lui demanda de venir le chercher en voiture.

Juste à ce moment-là, un groupe de sept à huit hommes s’approcha, semblant avoir des problèmes. Ils tenaient des bâtons et des massues tout en ayant des expressions vicieuses, et ils se déplaçaient pour entourer Xiao Luo. Xiao Luo les reconnurent comme étant les hommes d’avant, ceux qui travaillaient pour le casino et qui avaient battu l’oncle de Sun Yu.

«Tu as besoin de quelque chose ?» Demanda Xiao Luo tranquillement.

«Petit, tu es un sacré numéro pour gagner plus de dix fois ta mise initiale en moins d’une demi-heure», grogna un homme arborant une coupe de cheveux en brosse avec une cicatrice sur le front. «Notre manager n’est pas content, et il nous a demandé, à nous les garçons, de te faire saigner un peu. La leçon à retenir ici est qu’il faut s’occuper de ses propres affaires, ou il y a un prix à payer.»

Les yeux de Xiao Luo se rétrécirent et il répondit avec un petit soupir : «Je suis de bonne humeur en ce moment, et je n’ai pas envie de me battre. Si vous partez maintenant, je ne vous causerai aucun problème.»

En entendant ces menaces, les hommes furent choqués par l’immobilité pendant une fraction de seconde avant d’éclater de rire.

«Frère Bao, on dirait que ce type a quelques vis en moins. Il est cinglé, il dit qu’il ne nous causera pas d’ennuis», dit un autre homme au premier avec la sous-coupe.

«Hahaha !» le reste des gars éclatèrent de rire.

L’homme à la coupe courte riait également avec eux avant que son visage ne s’assombrisse soudainement. Il jeta la cigarette qu’il fumait par terre et ordonna férocement : «Attrapez-le !»

Les autres hommes renforçaient leurs expressions en levant des tuyaux en métal et des bâtons en bois, se préparant à avancer vers Xiao Luo.

«Nom de Dieu ! Je ne supporte plus de vous regarder, vous les citadins. Vous n’avez pas les couilles de vous liguer contre quelqu’un comme ça.»

Une voix rude retentit soudainement, arrêtant les hommes dans leur élan.

Xiao Luo regarda vers la source de la voix et vit cinq hommes à l’allure sauvage déambuler tranquillement. Ils mesuraient tous plus de 1m75, et seul l’homme à l’avant était légèrement plus petit, autour de 1m70. La carrure de l’homme ne semblait pas particulièrement forte. Il ressemblait un peu au personnage de Lu Xiaobu de l’émission télévisée ‘iPartment’. Malgré tout, il semblait être le leader des quatre autres. Il portait une grande chaîne en or qui était juste visible sous son col de chemise ouvert.

L’homme à la coupe courte vit les manières imposantes des cinq nouveaux arrivants et décida d’agir avec prudence en demandant : «Frère, de quel groupe faites-vous partie ? C’est une affaire du Gang des Dragons, alors ne viens pas chercher les ennuis !»

Le Gang du Dragon ?

Xiao Luo fronça les sourcils, ayant l’impression d’avoir déjà entendu ce nom. En réfléchissant un moment, les souvenirs lui revenait. S’il ne se trompait pas, le syndicat du crime qui faisait du trafic d’enfants mendiants auparavant s’était également identifié comme membre du Gang du Dragon.

“Pa !”

L’homme portant la lourde chaîne en or leva la main et délivra une gifle serrée au visage de l’homme à la sous-coupe.

C’était une gifle solide, pas édulcorée le moins du monde, et le son qu’elle produisait était net. Le coup assomma l’homme à la contredanse, car il était arrivé si soudainement, sans avertissement, et il n’était absolument pas préparé. Personne n’aurait pu s’attendre à ce que l’homme à la lourde chaîne en or ait soudainement recours à la violence.

Xiao Luo leva les sourcils avec un léger sourire et se disait : «Ça devrait être intéressant ! très intéressant !»

Puis, l’homme à la lourde chaîne en or cria très fort : «Je me fiche de savoir de quel gang vous êtes. Le Gang du Dragon, le Gang du Cheval, je n’en ai jamais entendu parler. Et que voulez-vous dire par ‘ne cherchez pas les ennuis’ ? Nous sommes peut-être de la campagne, mais ça ne veut pas dire que vous pouvez nous effrayer avec vos conneries.»

L’homme à la coupe courte secoua la tête, reprenant ses esprits. Son visage brûlait de douleur, et il tirait pratiquement du feu de ses yeux. «Tu oses me frapper, connard ?»

«Heh ! Et alors, si je te frappe ? Je t’ai frappé parce que je te reconnais. Je t’ai frappé parce que tu méritais d’être frappé. Je t’ai frappé parce que tu as espionné la Veuve Wang du village voisin pendant qu’elle prenait… un… bain…» L’homme à la chaîne en or commença à expliquer franchement, mais sa voix s’éteignit au fur et à mesure qu’il continuait. Il se rendit compte que quelque chose n’allait pas. Il s’était éloigné du sujet et avait commencé à parler des affaires de son propre village. Il se gratte la tête, puis crache en colère : «Bon sang ! Pourquoi ai-je commencé à parler de la Veuve Wang ?»

«Frère Feng, c’est toi qui regardais la Veuve Wang pendant qu’elle se baignait.»

«C’est vrai, frère Feng, alors pourquoi exposes-tu ton propre comportement honteux ?»

«Heureusement que ces gens ne nous connaissent pas, sinon ça aurait été très gênant.»

Quatre de ses compagnons se mirent à rire en se moquant de lui.

L’homme à la lourde chaîne en or devint rouge au visage. Se raclant la gorge, il annonça à voix haute : «Conneries. Il n’y a pas de quoi être embarrassé. Et si j’avais espionné la Veuve Wang dans son bain ? Quand j’étais jeune, je me suis baigné nu avec Honghong et j’ai même touché ses parties intimes. Et vous me connaissez ! Quand vous ai-je déjà menti les gars ?»

«Frère Feng, tu es trop génial. Je t’admire !»

«Pas étonnant que Honghong te regardait différemment lorsque nous avons quitté le village pour commencer nos nouvelles vies. Vous deux avez une relation spéciale depuis que vous êtes jeunes !»

«Je ne peux décrire mon frère Feng qu’avec un seul mot : génial. Hahaha !»

Les quatre hommes regardaient l’homme à la lourde chaîne en or avec une adoration sans fin. Ils lui firent deux pouces en l’air en le félicitant.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 99 – Être Né Chanceux Menu Chapitre 101 – Le vent sans trace