Mode Nuit Mode Jour

Éminence des Ombres | To Be a Power in the Shadows
A+ a-
Chapitre 154 – On dirait que c’est fini.

5 hommes étaient réunis autour de la faible lumière d’une lampe dans la cave souterraine.

“Vous pensez qu’il va s’en sortir ?”

“Le gamin ne m’a pas semblé très brillant. Quoi qu’il en soit, s’il échoue, on le tue. Fin de l’histoire.”

“En tout cas, ce soir, c’est le grand soir. C’est presque l’heure. Où est allé Zack ?”

“Dans sa chambre. Douleurs d’estomac, il dit.”

“C’est quoi ce bordel ? Ce bâtard est bizarre ces derniers temps. Tu ne penses pas qu’il donne des informations à ces Royalistes…”

“Oi, c’est l’heure.”

Fit signe à l’un d’entre eux quand la porte de la cave s’ouvrit.

Dans la pièce sombre et décrépite, une seule silhouette s’est approchée des cinq.

L’identité de la figure a été lentement révélée alors qu’elle s’approchait de la lumière.

“Tu es seuls. Où est la fille ?”

“Tsk. Il ne s’en est pas sortie après tout.”

Les hommes étaient très déçus.

Le garçon aux cheveux noirs qui se tenait devant ces prisonniers intimidants semblait la définition de l’ordinaire.

Ses yeux sombres regardaient vers le bas, fixant les ombres qui s’étendaient sur le sol.

“Hey, tu ferais mieux de ne pas dire que tu as eu la frousse.”

L’un des hommes avait sorti un couteau.

“Hé ! Parle ! Où est la princesse ?”

Il le menaça, tenant le couteau sous la gorge du garçon.

Le garçon s’était mis à trembler comme le faible qu’il était, ou du moins c’est ce que les hommes avaient imaginé.

Le garçon n’avait pas fait ça. Il n’avait pas tremblé, il n’avait même pas bougé. Il avait simplement continué à fixer les ombres en bas.

“La princesse, Clara…”

Il murmura doucement.

Sa voix n’était pas forte mais tout le monde pouvait l’entendre clairement.

“Elle ne vient pas…”

Ses yeux étaient encore rivés sur le sol.

Cependant, ses lèvres affichaient un petit sourire.

“De quoi tu parles, hein ? Tu t’es dégonflé et tu es venu ici tout seul, c’est ça ?”

Le garçon était silencieux.

“Et maintenant ? On le tue ?”

“On doit au moins lui montrer qu’il ne doit pas nous chercher des noises.”

“Ouais. On le tabasse et on réessaie.”

Les hommes s’étaient levés et avaient entouré le garçon.

“Tu nous cherches, hein, connard ?”

L’homme qui tenait le couteau au cou du garçon a saisi une poignée de ses cheveux avec son autre main et a relevé son visage.

Ce que l’homme avait vu, c’étaient les yeux du garçon, des yeux noirs sans émotion.

“Je n’aime pas ce regard.”

Agacé, l’homme effleura le cou du garçon avec son couteau.

Une ligne de sang s’était échappée de l’entaille peu profonde.

“J’ai dit, je n’aime pas ce regard.”

Mais le garçon n’avait pas obtempéré. Il avait juste continué à regarder fixement.

Non, pas tout à fait. Le petit sourire sur les lèvres du garçon s’était transformé en une grimace visible.

“Pourquoi tu rigoles ?!”

L’homme frappa le visage du garçon avec la crosse de son couteau.

Mais le sourire du garçon n’avait pas faibli, pas le moins du monde.

“Tu n’as pas l’air de te rendre compte que tu es dans la merde, morveux.”

Une autre claque.

Plus forte cette fois. Assez pour casser la pommette, peut-être même faire tomber une dent.

Toujours aucune réaction de la part du garçon.

Le garçon avait simplement continué à regarder l’homme avec un sourire sur le visage.

“!”

“Oi, tu vas y aller mollo avec lui ou quoi ?”

Un des camarades de l’homme s’étaient approché et avait frappé le garçon au visage.

“C’est comme ça qu’on frappe un visage. On les laisse à moitié morts et ils ne… Hein !?”

Ce coup était censé assommer le garçon.

Mais le garçon était resté là comme s’il ne sentait rien. L’endroit où il avait été battu était resté impeccable.

Ces yeux sans émotion fixaient toujours les 5 hommes.

Ça les faisait flipper.

“C’est tout ?” a finalement dit le garçon.

” !! Tu vas le regretter !!”

Furieux, l’homme commença à frapper le garçon avec des poings féroces.

Il frappait comme pas possible, jusqu’à ce que sa respiration devienne rauque.

“Tu vois, c’est ce qui arrive quand tu… HUH ?”

“Tu as fini ?” Dit le garçon, toujours souriant.

Son visage ne révélait pas un seul bleu.

“Ce gamin est vraiment étrange.”

“Tsk. Donne-moi le couteau.”

L’homme sur le côté a pris le couteau et poignarda le garçon dans les côtes.

Mais…

“Quoi, comment… ?”

Le couteau, qui n’avait pénétré que les vêtements du garçon, et s’était arrêté là. Même en mettant plus de force dans son bras, l’homme n’avait pas pu couper la peau du garçon.

“O-oi, pourquoi tu joues à ça ?”

“Poignarde-le, fais-le !”

“Taisez-vous ! Le couteau ne rentre pas !”

L’homme essaya de le poignarder encore et encore.

Le couteau n’avait jamais pénétré, même à fleur de peau.

Sa respiration s’était arrêtée quand l’homme s’était éloigné. Ses yeux ne pouvaient pas croire ce qu’il venait de voir.

“Qu’est-ce que tu…”

“Alors tu as fini ?”

C’est à ce moment que le garçon balança son poing.

Pourtant, personne ne l’avait vu bouger. Il était si rapide.

Ce qu’ils avaient vu, c’était le résultat.

Le poing du garçon avait transpercé la poitrine de l’homme et était ressorti de l’autre côté.

“Ah… ahyauu…”

L’homme était tombé sur le sol, créant une grande mare de sang.

“Qu !?”

“N-non, putain…”

“Est-ce que ce type vient de faire un trou dans…”

“Hyai… !”

Splich, splich.

Le garçon marchait sur le sol ensanglanté.

“C’est bon ?”

Il nargua les hommes, toujours en souriant.

Les visages des hommes restants s’étaient raidis.

“Putain… on va le descendre avec nous tous !”

“Ne me cherche pas !”

“Meurs, enfoiré, meurs ! !!”

“H-hyi-hyeeeeeeeeee !!”

Quatre ombres convergèrent vers le garçon. La flamme de la lampe vacillait.

Des ombres qui dansaient.

Une fois que la flamme avait retrouvé son calme, sur le sol de la cave gisaient 5 cadavres avec des trous pour la poitrine.

“On dirait qu’on a fini.”

Personne n’avait répondu.

Splich, splich. Le garçon enjamba le sang en s’éloignant.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 153 – Envahissement diabolique Menu Chapitre 155 – La recherche de l’âme