Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 87 : Qui a dit que je n’étais pas difficile ?

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Les faits avaient prouvé que sous-estimer un ennemi pouvait être mortel.

Bien que Li Zilan ait entendu parler de la réputation de Yun Xi dans la montagne Tianyu, après l’avoir vue en personne, elle ne pouvait vraiment pas la prendre au sérieux.

Elle sous-estimait l’ennemi, mais Yun Xi n’osait pas faire de même.

La férocité du regard de cette femme montrait à quel point elle était capable.

Par conséquent, lorsque Li Zilan avait proposé de l’affronter pour voir si elle était digne de leçons personnelles, Yun Xi avait accepté sans hésiter.

Il y avait encore beaucoup de choses qu’elle devait apprendre. Le fait que Mu Feichi demande à quelqu’un de lui enseigner pourrait lui être très bénéfique.

Puisque Mu Feichi n’avait pas dit qu’il lui enseignerait personnellement, cela signifiait qu’il avait des personnes plus qualifiées travaillant pour lui qui pouvaient le faire.

Une telle personne aurait probablement une expertise et des capacités qui rivalisent avec les siennes.

Après seulement quelques rounds, Yun Xi et Li Zilan étaient à égalité.

Li Zilan était secrètement surprise.

Bien que la petite fille ne soit pas assez agile, elle avait de l’endurance.

En ce qui concernait ses mouvements, elle n’en avait pas vu certains auparavant, et d’autres étaient complètement inattendus.

Intéressant !

En dehors du Jeune Maréchal Mu, cette fille était la seule à avoir été capable de tenir le coup en trois rounds contre elle.

Le Jeune Maréchal Mu avait toujours été extrêmement discret et difficile à cerner, alors bien sûr, elle ne pouvait pas penser qu’elle était réellement plus capable que lui.

Mais cette petite fille n’était pas la même et méritait en fait un entraînement personnel.

Après quelques mouvements, Yun Xi s’était progressivement sentie dépassée. Cette femme était vraiment impressionnante.

Ceux de la montagne y étaient allés doucement avec elle, mais pas cette femme. Elle utilisait 70% de sa force et de sa férocité.

Alors que le poing de Li Zilan était sur le point de lui frapper le visage, les yeux de Yun Xi s’étaient élargis, mais elle n’avait pas pu l’esquiver. Elle était sur le point de le dévier quand une main avait rapidement arrêté le poing qui arrivait.

« Si tu lui fais du mal, je vais devoir régler mes comptes avec toi. »

La grande paume de Mu Feichi avait bloqué le poing de Li Zilan, et il fit reculer Yun Xi.

Li Zilan jeta un coup d’œil à ces deux-là. Elle regarda Yun Xi, qui était essoufflée, puis regarda le Jeune Maréchal Mu, qui protégeait son petit veau.

Les femmes étaient naturellement perspicaces, et Li Zilan avait tout de suite compris.

S’arrêtant dans son élan, Li Zilan gloussa doucement. « Hein, boss, tu n’es vraiment pas difficile. »

Il voulait vraiment mettre la main sur une si petite fille.

Elle pensait qu’il faudrait une séductrice extrêmement libertine pour attirer l’attention de son altesse. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit attiré par une petite fille.

Mu Feichi leva la main et tapota le dos de Yun Xi pour la mettre à l’aise, puis fixa profondément les yeux de la petite fille.

Ses lèvres s’étaient retroussées en un sourire narquois. « Qui a dit que je n’étais pas difficile ? »

« Très bien, j’accepte cette fille. Mais j’ai des conditions. »

« Dis-moi lesquelles », avait demandé Yun Xi.

Après s’être familiarisée avec les compétences de Li Zilan, Yun Xi avait plus de respect pour elle.

Lorsqu’elle rencontrait quelqu’un aux capacités supérieures, elle le considérait avec respect.

« Peu importe à quel point je suis dur avec elle, tu ne dois pas demander ou te sentir mal pour elle, sinon ne viens pas me voir. »

Au vu de son expression affectueuse et de la façon dont il était protecteur, comment pouvait-elle être capable d’enseigner autrement.

Seul un maître sévère pouvait créer un disciple compétent.

S’il continuait à la gâter comme ça, un problème se poserait un jour.

S’il voulait la gâter, alors elle ne devrait pas apprendre. S’il voulait qu’elle apprenne, alors il devait la laisser aller.

Si elle n’apprenait pas ses techniques correctement et devenait la risée de toute la montagne Tianyu, c’est lui qui en porterait la responsabilité, pas elle.

« Il le promet ! » Au moment où Mu Feichi était sur le point de dire qu’elle était déraisonnable, Yun Xi accepta sans hésiter.

Mu Feichi regarda Yun Xi et ne sut pas comment réagir en disant impuissant : « Petite, pourquoi es-tu si pressée ? Tu l’as évité cette fois-ci, mais tu devras y faire face tôt ou tard. Elle peut être encore plus impitoyable qu’un homme. »

« Tant que c’est juste et équitable, je me fiche qu’elle soit impitoyable. »

Après sa régression, la meilleure chose qu’elle ait apprise était d’être impitoyable.

C’est seulement si elle était assez impitoyable qu’elle pouvait gagner étape par étape !

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 86 : L’élever comme ton jouet ? Menu Chapitre 88 : La future femme de l’héritier de la famille Mu