Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 2, Chapitre 90 – L’appel cryptique

Natessa maintenait la pression sur Wolfblade. Son fouet cyan sifflait dans l’air, si vite qu’on ne voyait que des images rémanentes – une centaine de vipères vicieuses se disputant la première morsure. Alors que les coups continuaient à pleuvoir sur lui, Wolfblade les déviait tous avec son épée. Leur impasse continuait.

Les propriétés spéciales du vent sont la vitesse et la translucidité.

Elle était une chasseuse de démons aguerrie spécialisée dans l’élément vent et plus forte qu’Aurore Polaris. Son fouet mystique passait sans transition du long au court, du dur au mou, rendant chaque attaque différente. Son approche était différente à chaque fois, imprévisible.

Wolfblade, quant à lui, était un tacticien méticuleux, plus précis qu’un ordinateur. Il pouvait déterminer le résultat le plus parfait à partir des données les plus grossières. Son épée électrique à photons crépitait autour de lui comme un serpent protecteur, tandis que la lame à particules découpait les atomes mêmes de l’air.

Les deux autres instructeurs s’étaient dirigés vers la brèche du complexe avec des assistants à leur tête.

Bien sûr, les envahisseurs de Dark Atom n’allaient pas rester les bras croisés. Le grand homme avec le minigun, qui quelques instants auparavant avait essayé de faire plusieurs dizaines de trous dans Natessa, changea de cible. Soudain, un flot de centaines, voire de milliers de balles fendit l’air en direction des soldats élyséens. Ce spectacle fit presque sortir la tête de Cloudhawk de ses épaules. Regardant la pression des soldats de chaque côté, il maudit dans son souffle. Il n’y avait nulle part où aller.

Quelle putain de blague ! Tous les autres de ces connards avaient des boucliers ou au moins une armure épaisse.

Quant à lui ? Il avait un uniforme de mendiant très fin. Il avait l’air d’un idiot qui chargeait avec rien d’autre qu’une arbalète entre lui et un mur de balles. Il se détachait de la foule comme un pouce endolori. Sans aucune sorte de protection, il était la définition même de la chair à canon. Ils l’envoyaient à la mort !

Le déluge de coups de feu s’était abattu, et à ce moment-là, Oddball sortit sa tête duveteuse de ses vêtements.

Il savait que les métahumains de contrôle de haut niveau étaient capables d’utiliser toute sorte d’arme, ce qui était particulièrement évident avec les outils à longue portée. Hellflower avait été le meilleur exemple qu’il avait vu, un vrai maître d’armes. Le type qu’il chargeait aveuglément était au moins son égal, peut-être même plus. Son arme crachait des balles plus vite qu’il ne pouvait cracher de grossièreté, pourtant chacune d’entre elles était exactement placée. Pas une seule n’était gaspillée.

Les vétérans baissèrent la tête et levèrent leurs boucliers, mais l’acier élyséen ne pouvait pas en protéger chaque centimètre. Aussi tenace que soit leur armure, elle ne pouvait pas survivre à plus de trois balles. Ils avaient commencé à tomber comme des mouches.

Cloudhawk ralentit jusqu’à ce qu’il soit à l’arrière du groupe. Malheureusement, l’artilleur était désireux de partager équitablement ses dons mortels. Toute cible qui sortait la tête avait une ou six balles dirigées vers elle. Elles étaient plus rapides que les tirs d’une arme de poing, et ses yeux aiguisés ne pouvaient pas dire exactement où elles allaient. Il devait se fier à son sens du danger pour le guider.

Sa seule bénédiction était la foule de soldats qui se tenait entre lui et les balles.

Avec une cible aussi grande, le tir du tireur n’était pas particulièrement concentré. Cloudhawk en était reconnaissant, car sinon, il n’aurait pas survécu plus de quelques secondes. Mais ce n’était pas une partie de plaisir, car Dark Atom avait plus qu’un seul tireur fou. Il y avait peut-être vingt autres tireurs d’élite de toutes sortes, chacun d’entre eux étant bien plus dangereux que n’importe quel sniper du désert.

L’un d’eux était un vieil homme à l’air sinistre avec une arme de type fronde. Il l’utilisait pour lancer plusieurs fioles de produits chimiques verts sur eux. Cependant, ces vétérans n’étaient pas des fantassins typiques. Ils avaient riposté avec leurs arbalètes et avaient tiré sur les fioles en l’air.

Puis, l’inattendu s’était produit.

Lorsque les fioles avaient éclaté, leur contenu avait été libéré et s’était enflammé au contact de l’air. Au lieu du rouge et de l’orange auxquels on pourrait s’attendre, cette concoction répugnante brûlait d’un vert affreux. Les flammes éthérées étaient tombées d’en haut.

Une boule de feu avait touché le visage d’un des vétérans. Les nerfs qui avaient survécu à de nombreuses blessures graves s’étaient éteints tandis que sa peau fondait sur ses os. Il s’était agrippé à son visage en ruine et était tombé en hurlant alors que le feu se propageait. Même quand il était brûlé et noir, ça continuait de se consumer.

Ce qu’il y avait dans cette substance infernale était un mystère, mais il suffisait qu’elle touche la peau pour que cela suffise. Aucune méthode conventionnelle n’arrêtait ces feux, cela les terrifiait. Cependant, les autres soldats gardaient la tête froide et se tenaient cachés derrière des boucliers et des armures. Tant que les flammes ne touchaient pas la peau, tout allait bien. Elles s’éteignaient rapidement contre les matériaux inorganiques. La plupart des soldats n’avaient à s’inquiéter que de leur visage, mais pas Cloudhawk. Il dansait à travers la pluie de feu comme un imbécile.

Dumont était la pointe de la lance suicidaire et attirait la plupart des tirs. Le tireur l’avait malmené, mais les balles qui pouvaient transpercer l’acier et le fer n’avaient même pas laissé de trace sur la forteresse ambulante.

À proximité, un des soldats de Dark Atom tira un canon dans leur direction.

Dumont prit l’explosion de plein fouet et, à la surprise générale, ni le coup de canon ni l’explosion qu’il avait provoquée ne le ralentirent. Son armure était inflexible. Aucune de leurs attaques ne le faisait sourciller.

L’instructeur Cutter était juste derrière lui comme une ombre, imitant chacun de ses mouvements. Dumont absorba les coups de feu jusqu’à ce qu’ils furent assez proches pour que Cutter bondisse par-derrière. Il posa ses jambes sur son collègue instructeur et sauta, épée en main. Il s’écrasa sur l’ennemi comme un raz-de-marée.

Un éclair d’argent. Deux bras métalliques s’étaient levés pour parer le coup de Cutter.

Il s’était arrêté net, son épée coincée entre les bras du golem. Les mains du monstre s’étaient tendues, l’une vers Cutter et l’autre vers Dumont. Une lumière bleue crépitante se rassembla dans ses paumes tandis que les deux hommes prenaient des postures défensives.

Boum-boum ! Deux rafales, l’une après l’autre. Les deux hommes titubèrent et reculèrent d’un demi-pas.

Le golem de métal était un mystère. Personne ne savait comment il était contrôlé. Il ne semblait pas y avoir de coutures dans sa construction, ce qui ne laissait aucune place à une flamme ou à de l’eau pour se faufiler, et encore moins à une épée. C’était rapide et fort… peut-être même plus que ce que les deux instructeurs pouvaient supporter ensemble.

Cutter cria un autre ordre à ses troupes, « Laissez-nous cet enfoiré ! Pressez l’attaque ! »

Les envahisseurs Dark Atom et l’armée des enfers s’affrontèrent dans une guerre totale. Cloudhawk pointa son arbalète lourde vers l’ennemi et appuya sur la gâchette. Une gerbe de carreaux et un sifflement d’air comprimé suivirent. Shoo-shoo-shoo-shoo-shoo-shoo ! L’un d’eux frappa un agent de Dark Atom qui ne se doutait de rien.

C’était la première fois qu’il utilisait une telle arme, mais il parvenait à bien la contrôler. Il n’avait pas eu de mal à comprendre son fonctionnement.

Les arbalètes militaires comme celles-ci avaient autant de puissance d’arrêt que les armes à feu auxquelles il était habitué. Elles utilisent de l’air comprimé pour tirer des flèches à grande vitesse et un carquois de précision qui alimente automatiquement le mécanisme de mise à feu en flèches. Un carquois standard contenait cinquante flèches, assez pour une minute de tir continu. Les armes équivalentes du jeune homme étaient soit chargées à la main, soit semi-automatiques, et ne pouvaient donc pas être comparées à ce type d’équipement élyséen standard. De plus, contrairement à un pistolet, il était silencieux lorsqu’il était tiré et pouvait accueillir différents types de carreaux. Ces carreaux pouvaient être remplacés par d’autres plus adaptés à un ennemi particulier, faisant de l’arbalète un choix polyvalent.

Il n’était pas étonnant que les Élyséens méprisent les armes à feu du désert. Les armes comme le minigun du grand homme étaient rares.

Les trois commandants avaient gardé les membres les plus forts de l’ennemi occupés. Pendant ce temps, leurs assistants étaient tous aussi capables que n’importe quelle élite des blasphémateurs. Hommes contre hommes, les deux camps étaient à peu près à nombre égal, mais les soldats de la vallée étaient supérieurs aux soldats de Dark Atom. Ils avaient un net avantage maintenant qu’ils se battaient face à face.

Cloudhawk ne s’était pas empressé de chanter leur salut.

Soudain, une ombre se glissa sur lui. Il releva la tête, et un sourire amer se répandit sur son visage. Comment pouvait-il oublier ? Les corps noirs et lourds des dirigeables de Dark Atom étaient suspendus au-dessus d’eux. Chacun d’eux était chargé de tourelles de mitrailleuses et de lance-missiles. L’un d’entre eux avait même un canon à impulsion, une technologie qu’un homme moderne ne pourrait même pas commencer à comprendre.

BOOM !

Une colonne percutante de lumière bleue fendit le ciel. Une douzaine de soldats élyséens avaient été projetés contre les murs comme de la peinture macabre. Ce qui n’avait pas été instantanément désintégré avait brûlé sur le sol en tas de scories.

Cloudhawk n’avait jamais été témoin d’une telle arme de destruction massive. Il reconnut que c’était similaire aux tirs des mains du golem, mais à une échelle bien plus grande. Peut-être avaient-ils été déterrés de la même fosse. Il nota que depuis le début du combat, elle n’avait été utilisée que deux fois. Cela prouvait qu’il ne pouvait pas être tiré en continu ou souvent. Avec un peu de chance, il y avait suffisamment de temps de recharge pour qu’il puisse se tirer d’affaire.

« Très bien, équipe 1. On va vous couvrir pendant que vous entrez dans l’enceinte ! »

Plusieurs des soldats les plus gradés avaient déjà ouvert les portes. La plupart des centaines de soldats de l’armée des enfers étaient occupées avec Dark Atom, il ne restait que quelques dizaines de soldats pour s’occuper de l’intérieur du complexe. Cloudhawk était l’un d’entre eux. Bien sûr, il n’était pas impatient de déjouer les plans infâmes des envahisseurs. Il pensait simplement que comme la plupart des combats se déroulaient à l’extérieur, sans parler de ces fichus dirigeables qui n’attendaient que de l’abattre. Il semblait que l’intérieur de l’enceinte fût l’option la plus sûre.

Il fit un pas à l’intérieur et se figea.

Il sentit comme un couteau froid le long de sa colonne vertébrale. Quelque chose n’allait pas. Un faible son vînt de quelque part sur le côté, se faufilant à travers l’espace et le temps depuis un endroit inconnu. Il l’appelait. La pierre brûlait contre sa poitrine.

Que… qu’est-ce que c’était ? Il y avait des secrets cachés ici, des secrets qui impliquaient Cloudhawk, ou plus précisément, la pierre qui pendait à son cou.

Si c’était vrai, il devait découvrir ce que c’était, peu importe le risque.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 2, Chapitre 89 – Chair à canon Menu Livre 2, Chapitre 91 – Un piège explosif