Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 2, Chapitre 6 – Le propriétaire du bar

Il était incroyable que ce jeune homme, avec ses vêtements en loques et son étrange masque, soit l’un des chasseurs de démons les plus renommés !

Lorsqu’il fut clair que Cloudhawk avait des pouvoirs, les gardes ne furent pas intimidés. En fait, ils s’étaient mis en position de combat, prêts à se battre.

« Bâtard ! Libère notre capitaine ! »

« Nous sommes des soldats dévoués des dieux ! Tu es un chasseur de démons. Tu n’as aucune raison de nous attaquer ! »

Telle était la qualité des guerriers des territoires sacrés. A leurs yeux, la foi et l’obligation étaient de la plus haute valeur morale. Ils n’allaient pas ramper simplement parce qu’il montrait ses dents, même si c’était une erreur qui leur coûterait la vie. Tout se résumait à leur responsabilité.

La volonté de Cloudhawk n’étant pas forte, il ne pouvait pas invoquer longtemps la puissance de l’Evangile de sable. Le bras de sable qui soutenait le gros capitaine s’effondra en poussière, et il toucha le sol en haletant. Cloudhawk n’attendit pas que le capitaine retrouve sa voix. Il repêcha le jeton de ses vêtements et le tint bien haut pour que tout le monde puisse le voir.

« Un jeton de l’ordre élevé ! »

Le visage de chacun changea, y compris celui du capitaine.

« Je suis en mission secrète. Vous réalisez que mon identité a été compromise à cause de votre stupidité ?! » L’appel de Cloudhawk était plein de prétentions et de réprimandes. Son masque rendait sa voix d’autant plus terrifiante. « Pouvez-vous vous permettre de prendre la responsabilité de ruiner la mission ? ! » Le visage du gros homme devint blanc comme un linge. Il tomba à genoux, tout comme les autres qui ne se rendaient pas compte de la gravité de leur offense.

Ils n’étaient que des soldats moyens, et bien qu’ils aient vu des chasseurs de démons, ils n’avaient jamais vraiment interagit avec l’un d’entre eux. Désormais, celui qui les précédait portait le gage de leur plus grande élite et ils étaient chargés de révéler son statut à tout le monde – mettant ainsi une mission en danger. On pouvait imaginer à quel point cette révélation était terrible pour eux.

« Votre humble serviteur est en faute ! Le péché est miens! » Le visage lunaire du gros homme dégoulinait de sueur. Il était même allé jusqu’à se jeter à terre dans un arc de soumission. « Votre serviteur est aveugle. J’ai fait une erreur insensée ! Je demande humblement grâce ! »

Les autres, voyant leur capitaine reconnaître l’erreur, durent suivre le mouvement. Eux aussi s’étaient inclinés et avaient gratté pathétiquement le sol.

Cloudhawk désigna la fille à côté de lui. « Elle est une part importante de cette tâche. Vous l’avez effrayée, ce qui a peut-être causé des dommages irréparables à ma mission. Excusez-vous et nous considérerons l’affaire comme réglée. »

« S-sir… »

Le gros capitaine et ses hommes se regardaient avec incertitude. Tant dans la tenue que dans l’apparence, il était clair que cette fille n’était pas élyséenne. Leur demander de s’excuser auprès d’un habitant des régions frontalières, peut-être même des régions désertiques, n’était-ce pas aller trop loin ?

Cloudhawk était manifestement mécontent de devoir parler davantage. « Qu’est-ce qui ne va pas ? Vous semblez réticent ? Devrais-je plutôt m’excuser auprès d’elle ? »

« N-non monsieur, nous n’oserions pas vous déranger ! » Sous la menace de représailles de la part de ce frêle jeune homme, le capitaine de la garde se tourna vers Asha et s’inclina respectueusement. « Je suis vraiment désolé. J’espère que vous pourrez me pardonner. »

La dizaine d’autres soldats suivit son exemple. Ils s’étaient agenouillés ou s’étaient inclinés devant elle. « Pardonnez-nous, s’il vous plaît ! »

En voyant ces puissants soldats s’agenouiller devant elle, s’incliner et demander l’absolution, Asha ne pouvait plus retenir ses larmes. Elle savait que c’était la tentative de Cloudhawk d’aider à soulager la douleur et la peur en elle.

Le vieux Chardon et les autres étaient absolument stupéfaits par ses actions. Le vieil homme ne savait pas quelle était la relation d’Asha avec le jeune chasseur de démons. Il humilierait en fait les soldats de Skycloud pour elle.

Quel dur à cuire ! Squall le regardait en adoration. Nous sommes ensemble depuis deux jours, et je n’aurais jamais deviné qu’il avait ce côté en lui ! Je suis content qu’il soit un de mes amis !

Cloudhawk avait décidé d’abandonner alors qu’il était en avance. Il ne voulait pas pousser ces hommes plus loin qu’il ne l’avait déjà fait. Après tout, il était venu pour apprendre à quel point ces Élyséens étaient fiers. S’il les amenait plus bas, leur ego pourrait les rendre trop furieux pour être contrôlé.

« Très bien. Alors, l’affaire s’arrête là. Je ne vous en tiendrai pas rigueur. Lève-toi. »

Le capitaine et ses hommes s’étaient levés comme s’ils étaient soulagés d’un lourd fardeau. Soudain, l’attitude de l’homme rondouillard fut complètement différente, et en raison de l’embarras de la situation, il serra vigoureusement la main de Cloudhawk. « Si vous avez besoin d’aide, noble monsieur, votre humble serviteur fera tout ce qui est nécessaire ! »

« Pour l’instant, nous n’avons besoin de rien. Dégagez le passage. »

« Mais monsieur – »

« Dégagez ! »

« Oui, monsieur ! »

Avec une expression amère, le capitaine rétracta sa main. Les autres gardes se séparèrent pour laisser passer la caravane.

Cloudhawk conduisit la compagnie Bloomnettle et Asha devant une centaine de paires d’yeux et dans le Sandbar, franchissant la porte comme s’il était le propriétaire des lieux.

Le vieux Chardon était passé d’anxieux, à surpris, puis à excité. Sa caravane de marchands n’avait qu’une réputation moyenne ici dans les régions frontalières, mais maintenant, avec un chasseur de démons de haut rang les menant en ville, leur nom serait sur toutes les lèvres. Les bandits et leurs concurrents n’oseraient plus les ennuyer!

Personne ne comprenait pourquoi il avait fait ce qu’il avait fait, mais cela n’en était pas moins bénéfique pour la caravane.

Vieux Chardon pourrait-il être mécontent d’une telle situation ? Il pouvait traverser le Sandbar la tête haute !

Squall trotta vers Asha et Cloudhawk. Il commença par quelques mots réconfortants pour Asha avant de parler à son nouveau meilleur ami. « Mec, c’était autre chose. Tu étais un vrai dur à cuire ! Personne n’a jamais osé tenir tête aux soldats de Skycloud avant, et encore moins leur demander de s’excuser. Tu es mon idole. Je serais fier si je pouvais être à moitié aussi génial que toi dans le futur. »

« Ce n’est rien. » Il secoua lentement la tête. « Où allons-nous ? »

Squall le rassura. « Ne t’inquiète pas. Le vieux Chardon va t’amener à rencontrer un étrange personnage, l’un des plus capables de la colonie. S’il accepte de s’occuper d’Asha, personne dans le Sandbar ne pensera jamais à l’ennuyer ! »

Squall était vraiment un type facile à vivre qui ne prenait pas les choses au sérieux, mais il pouvait dire qu’il avait pris goût à Asha. Clowdhawk voulait bien le croire.

Après s’être occupé des chariots de la caravane, vieux Chardon conduisit Asha, Cloudhawk et Squall dans le plus grand bar de l’Avant-poste de Sandbar. Bien qu’il soit encore tôt, la taverne comptait déjà un bon nombre de clients, la plupart d’entre eux étant des voyageurs de passage qui se reposaient avant de poursuivre leur route. Lorsqu’ils virent entrer Cloudhawk, ils se mirent à marmonner entre eux. Il était probable que quelques-uns d’entre eux aient été témoins de sa démonstration à l’extérieur.

Les meubles étaient tous en acier et en métal riveté, épais et indéformables. Du point de vue de l’espace, le bar était grand, avec deux étages comprenant un ring de boxe et des tables de jeu. Des gens de toutes sortes occupaient des sièges dans la salle commune et dans les salles privées.

« Adder. Cela fait longtemps ».

Le vieux Chardon s’adressa à un homme grand et costaud vêtu d’un trench-coat en cuir noir. Sa peau était sombre comme du charbon, et une cicatrice à trois dents traçait des lignes de colère sur son œil gauche. Il était d’apparence moyenne, mais quelque chose en lui laissait une forte impression.

« Eh bien, eh bien, si ce n’est pas le vieux chardon. A en juger par ce sourire de mangeur de merde sur votre visage, je suppose que vous avez eu une bonne prise ? »

Adder leva la tête pour reconnaître son ami, mais ses yeux étaient vite tombés sur Cloudhawk.

Quand ces yeux s’étaient fixés sur lui, la démarche facile de Cloudhawk s’était figée. Le regard d’Adder était aussi mortel que celui de son homonyme, et il chatouillait son sens du danger très aiguisé. Depuis qu’il avait traversé la frontière, il n’avait pas rencontré plus de trois personnes qui lui avaient fait ressentir cela.

Cet homme était extrêmement dangereux ! Qui était-il ? Ce n’était certainement pas un simple propriétaire de bar.

Adder retira son regard. Au fond de lui, il louait la perception aiguë du jeune homme. Il ne pouvait pas non plus le lire.

Le vieux Chardon, quant à lui, ne saisissait pas ces petits détails. Les rides qui s’étendaient sur son visage se rapprochaient alors qu’il fronçait les sourcils de façon spectaculaire. « Quoi ? Non, rien à voir avec le succès que vous avez connu, Boss Adder ! J’arrive à joindre les deux bouts. C’est tout. Mais, je ne vous tiendrai pas en haleine. Si je suis venu ici, c’est pour vous demander de l’aide. »

Adder reprit le nettoyage des verres avec une serviette miteuse. « Alors, c’est fini. »

Squall prit l’initiative et rapprocha Asha.

Le vieux Chardon la montra du doigt. « J’espérais que tu pourrais t’occuper de cette fille, l’installer ici au Sandbar. Au moins l’aider à ne pas se faire embêter par les gens du coin. Je me suis dit que pour quelqu’un comme vous, ça ne demanderait pas plus d’efforts que de lever le petit doigt. »

Pendant qu’il parlait, le vieil homme posa un sac de pièces de monnaie sur le dessus du bar. Le son lourd des pièces qui s’entrechoquaient ne laissait aucun doute quant à son contenu. « Je connais les règles du métier. J’espérais que le patron Adder pourrait ne pas laisser perdre la face à cet humble vieil homme et lui donner un coup de main. »

« J’aime l’argent, mais je n’en ai pas besoin. » Adder tendit sa main calleuse et repoussa le sac vers le vieux Chardon. « Le bar a besoin d’un serveur. Le boulot est à elle si elle le veut. C’est une faveur insignifiante. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de vous faire payer quoi que ce soit pour ça. Mais, il y a quelque chose que vous pourriez m’aider à faire. »

En surface, Adder était juste le propriétaire de bar typique. Mais en vérité, c’était un homme de grande influence. Avec suffisamment d’argent à la clé, il n’y avait pas grand-chose qu’il ne pouvait accomplir.

Il ne mentait pas quand il disait qu’il avait un penchant pour l’argent. Il n’était pas du genre à laisser passer une bonne affaire. Que voulait-il ?

Le vieux Chardon s’était prudemment aventuré à demander : « Que voulez-vous que je fasse ? »

« Pas toi. » Adder replaça le verre de bière séchée sur l’étagère. Lorsqu’il se retourna, ses yeux se fixèrent à nouveau sur Cloudhawk. « Ce jeune homme là-bas. »

Quoi ? lui ? !

Le vieux Chardon ne pouvait rien promettre. Il regarda attentivement vers le jeune chasseur de démons.

Cloudhawk répondit : « Vieux Chardon, peut-on faire confiance à cet homme ? »

« Adder est très respecté dans le Sandbar. Il tient toujours ses promesses… »

Il coupa le vieil homme. « Très bien, allez-y alors. Que veux-tu que je fasse ? »

Adder avait l’air satisfait de sa décision. « Nous ne devrions pas parler ici. Viens avec moi. »

Cloudhawk le suivit dans son bureau.

La chambre personnelle d’Adder était grande et remplie de trésors éblouissants, des magnifiques œuvres de l’artisanat de Skycloud comme les lames et les armures, à la contrebande restreinte comme les mitrailleuses. Il devait y avoir des centaines de pièces dans sa collection.

Ce type était-il un collectionneur ? Presque chaque pièce ici était un trésor inestimable.

Plus important encore, il gardait effrontément tout ici sans craindre que quelqu’un ne les vole. Cela donnait une idée de ses capacités !

Adder leva la main et claqua des doigts. C’était son seul mouvement visible, et pourtant, une délicate bouilloire dorée au milieu de la pièce répondit. Une substance ressemblant à du sable fin se déversa du bec. Elle était extrêmement agile, s’écoulant partout comme si la gravité ne s’y appliquait pas. La poudre fine flottait dans l’air dans toutes les directions jusqu’à ce qu’elle soit suspendue au plafond comme des nuages dorés. Quoi qu’il en soit, elle brillait d’une lumière douce mais vive qui illumina immédiatement la voûte d’Adder.

Le plus étrange, c’était que la lumière planait sur tout comme un brouillard jusqu’à ce qu’elle semble venir de partout à la fois.

Cloudhawk regardait avec admiration les nuages luminescents. « C’est… »

“… une lampe magique typique. C’est le moyen de lumière le plus courant dans les terres élyséennes, beaucoup plus utile que les lumières électriques des terres en friche ». Les yeux profonds d’Adder brillaient d’une lumière malicieuse. Il le regarda et ricana. « J’avais raison. Tu n’es pas un Élyséen, et ton apparence de chasseur de démons est un mensonge. Quant au jeton que tu détiens, tu ne l’as pas obtenu par un moyen légitime. »

Il eut l’impression d’avoir été soudainement trempé dans de l’eau glacée. Un froid glacial s’était emparé de tout son corps.

Il savait qu’il avait été pris. Les conséquences seraient graves. Ses reliques et le jeton qu’il tenait étaient inestimables, et ce type, Adder, avait une soif de bibelots. La situation était devenue très dangereuse.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 2, Chapitre 5 – Une action surprenante Menu Livre 2, Chapitre 7 – Barb