Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 1 chapitre 7 : Méta-humain

Cela semblait se produire en un instant, mais c’était aussi comme si mille ans s’étaient écoulés.

Cloudhawk ouvrit lentement les yeux. Il se rendit compte qu’il était allongé à l’air libre, alors il se releva rapidement en balayant à droite et à gauche. La zone était jonchée de tas de débris et de bâtiments en ruine. Ils étaient dans les ruines et il faisait déjà jour.

Tout cela n’était-il qu’un rêve ? Sa blessure à la poitrine et celle à l’épaule avaient disparu. L’endroit où le balayeur lui avait donné un coup de pied et provoqué une hémorragie interne était complètement indolore. Même les blessures qu’il avait reçues lors du passage à tabac de l’homme au visage cicatrisé avaient complètement disparu. Tout cela pouvait-il n’être qu’un rêve?

Cloudhawk sentit que ses mains étaient serrées autour de quelque chose. Quand il baissa le regard pour regarder, il plissa les yeux. N’était-ce pas le bijou qu’il avait pris au camp des balayeurs ?

Le bijou ne brillait plus désormais; en fait, il n’émanait plus la moindre lumière. Cependant, sa surface, autrefois lisse, était dorénavant couverte de nombreuses “veines” de sang. C’était comme si son sang avait été drainé à l’intérieur, et qu’il en restait un peu à la surface. Le bijou avait l’air tout à fait ordinaire et insignifiant. Quiconque en le voyant le considèrerait comme une simple pierre noire ordinaire. À part les nombreuses lignes rouge foncé qui en recouvraient la surface, il n’avait rien de particulier.

« Réveillé ? » Le gros homme se dirigea vers Cloudhawk. Celui-ci s’empressa de ranger la pierre noire et regarda le gros homme avec une certaine nervosité. Bien que cet homme ait toujours eu un air joyeux, il était en fait une personne incroyablement sinistre. Le gros homme, cependant, ne semblait pas s’inquiéter de la façon dont Cloudhawk le regardait. Il lui lança même un morceau de pain. « Mange d’abord quelque chose. »

Cloudhawk hésita quelques instants, mais il avait tellement faim qu’il accepta le pain et commença à le ronger. Le morceau de pain était aussi dur que du bois, mais pour Cloudhawk, c’était un délice absolu.

Les mercenaires étaient occupés à traîner les différents cadavres de mutants dans des sacs imperméables. Quant au gros homme, il se contentait d’allumer une cigarette en s’asseyant. « Tu sais, au début, je ne faisais que te mentir. Mais j’ai changé d’avis. Je t’emmène à notre avant-poste. »

Pourquoi le gros homme avait-t-il soudainement changé d’avis et pourquoi était-il devenu si gentil ? Cloudhawk l’avait personnellement vu envoyer des douzaines de charognards à la mort, les traitant tous comme des ordures !

« Tu ne le sais peut-être pas, mais tu es maintenant un méta-humain. » Le gros homme n’avait pas attendu que Cloudhawk lui pose la question. « Et ne me demande pas ce que sont les métas. Je suis niqué si je le sais. Tout ce que je sais, c’est que nous sommes une nouvelle race d’humains dont le corps a été amélioré de certaines façons, beaucoup plus puissants que les gens ordinaires. Je suis un méta. Mad Dog est un méta. Et chaque autre membre de notre compagnie de mercenaires est un meta. Maintenant, il semble que tu sois aussi un méta. »

Une vague d’excitation entra dans le cœur de Cloudhawk. Cela voulait-il dire qu’il deviendrait aussi puissant que ce blanc potelé et que le noir musclé dans le futur ?

Le gros homme prit une bouffée sur sa cigarette avant de poursuivre : « Maaaaais.. n’aies pas trop d’attentes. Il existe de nombreux types de métas différents. Il y a les métas de force, les métas d’agilité, les métas de contrôle, les métas de perception, les métas d’intelligence… et quant à toi, tu n’es rien d’autre qu’un méta de récupération. »

Cloudhawk ne comprit pas tout de suite. « Un méta de récupération ? »

« Mad Dog est un méta de force, c’est pourquoi il peut briser des os aussi facilement que des brindilles. Les métas de force sont adaptés pour devenir des guerriers de combat rapproché. Je suis un méta de contrôle : j’ai un contrôle absolument parfait sur chaque partie de mon corps, ce qui me permet de viser et de me déplacer avec une précision absolue. C’est pourquoi je peux te tirer dans les couilles à cent pas sans même regarder. Je peux contrôler n’importe quel outil ou arme avec une précision parfaite ».

« Et moi alors ? » Cloudhawk était plutôt impatient.

« Et toi ? » Le gros homme ricana. « Tout ce que tu fais, c’est guérir un peu plus vite, mais à quoi ça sert, bordel ? Si une balle touche ta tête, tu es aussi mort que toute autre personne. C’est pourquoi les métas de récupération sont les plus inutiles de tous les métas. Je veux dire, je ne peux pas vraiment t’utiliser pour bloquer l’attaque d’un muta-bête, n’est-ce pas ? »

Le type de méta-humain le plus inutile ? Cloudhawk ne pouvait pas s’empêcher d’être un peu déçu.

« Heh ! » Le gros homme lui donna une dure tape. « Courage. Moins d’une personne sur cent est un méta-humain. Tu as déjà de la chance ! Le méta de récupération n’est peut-être pas utile, mais au moins tu récupèrera ton énergie beaucoup plus vite que les gens ordinaires. Cela signifie que tu seras utile en tant qu’ouvrier. Ne t’inquiète pas ! Suis-moi. »

Un bruit de tonnerre retentit soudain en direction des terres incultes. Ce son avait commencé faiblement mais s’était rapidement amplifié, presque comme s’il générait des boums sonores en traversant les terres incultes à une vitesse incroyable.

« Merde ! Enfin ! » Le gros homme jeta sa cigarette et se leva, les mains appuyées contre les pistolets autour de sa taille. Il aboya vers les autres : « Tout le monde, regardez bien ! »

Les mercenaires au repos se levèrent tous d’un bond, et Mad Dog dégaina également ses deux lames blanches.

Cloudhawk ne comprenait pas pourquoi les mercenaires agissaient de la sorte, mais les booms tonitruants venant des terrains vagues étaient maintenant incroyablement proches. Lorsqu’il se retourna vers l’endroit d’où provenaient les bruits, son regard s’écarquilla soudainement.

Un petit point noir apparut dans le ciel nocturne. Il semblait venir des cieux lointains et grossissait à vue d’œil.

C’était en fait un grand dirigeable d’une centaine de mètres de long !

Il y avait quelques taches évidentes sur l’énorme poche de gaz du dirigeable et des taches de rouille étaient visibles sur toute sa structure métallique. On pouvait voir partout des traces de réparations de fortune, certaines parties étant en fait bombées vers l’extérieur, comme si elles pouvaient se briser à tout moment. Dans l’ensemble, cependant, il s’agissait bien d’un dirigeable incroyablement complet.

Ses parois extérieures et ses tubes de cuivre étaient tous bien agencés et les moteurs à l’arrière émettaient constamment beaucoup de vapeur chaude lorsque quatre jeux d’hélices tournaient furieusement, ce qui permettait au navire d’avancer avec une quille régulière. Des canons noirs menaçants sortaient de différentes ouvertures de chaque côté du dirigeable.

Aux yeux de Cloudhawk, cette chose énorme sortait tout droit des légendes.

Le dirigeable commença à descendre lentement, s’arrêtant finalement devant le feu de camp des mercenaires. Un vent puissant avait alors soufflé, faisant tomber des pierres sur le sol et éteignant à moitié le feu de camp. Le vent était si fort que Cloudhawk pouvait à peine ouvrir les yeux.

Clank ! La porte rouillée du dirigeable s’ouvrit et une silhouette noire émergea d’un nuage de sable.

Cet homme était grand et très musclé. Il était vêtu d’un ensemble de vêtements en cuir noir qui recouvrait entièrement son corps, n’exposant rien aux éléments. Il portait un masque respiratoire noir en forme de bec de cigogne, relié à un certain nombre de fils et de tubes. Le faible bruit d’une respiration lourde se faisait entendre depuis le masque et on pouvait voir de la vapeur blanche s’échapper des tubes d’échappement. En vérité, il ressemblait à un monstrueux humanoïde avec le visage d’un oiseau à long bec.

Mad Dog avait l’air extrêmement méfiant.

Le gros homme garda la même expression, mais ses mains ne s’éloignaient jamais de ses deux pistolets lorsqu’il se dirigeait vers l’homme au masque noir. « Nous avons déjà trouvé ce que vous vouliez. Où est ce que nous avons réclamé ? »

L’homme au masque noir ne regarda même pas le gros homme. Il fit juste un geste de la main, pour appeler plusieurs hommes qui sortirent du dirigeable blindé. Ces hommes vêtus de combinaisons blanches sortirent en courant avec des boîtes à outils prêtes à l’emploi alors qu’ils se dirigeaient vers les cadavres au sol. Ils ouvrirent les sacs mortuaires imperméables et examinèrent les corps. L’un des hommes en combinaison blanche hocha la tête. « Ils ont l’air bien ! »

L’homme au masque noir jeta une boîte aux pieds du gros homme et un des mercenaires débutants alla chercher la boîte et l’ouvrit. Il y avait plusieurs armes à feu soigneusement disposées, ainsi qu’une grande quantité de poudre à canon et plusieurs seringues de différentes couleurs.

Le gros homme poussa un soupir de soulagement. « Un business fructueux ! »

« Attendez un instant ! » Pour la première fois, l’homme au masque noir parla. Sa voix graveleuse ressemblait à celle d’une bête sauvage et elle semblait transformée en traversant ce masque respiratoire. « Est-ce que l’un d’entre vous a trouvé quelque chose d’inhabituel ? Par exemple, une pierre étrange ? »

Le cœur de Cloudhawk faillit s’arrêter !

Le gros homme fronça les sourcils. « L’endroit était rempli de rochers. Je n’en ai vu aucun de spécial. »

« Es-tu certain ? »

L’homme au masque noir releva lentement la tête.

Même si son visage était complètement recouvert par cet étrange masque, tous les mercenaires pouvaient encore sentir un regard incroyablement dangereux et pointu les traverser, ce qui les faisait tous reculer de quelques pas nerveux.

Chacun sentait instantanément qu’il avait été transpercé par ce regard. Quant au gros homme, il était plutôt irrité. « Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? »

« Rien. » L’homme au masque noir retira son regard et dit lentement : « Cette pierre vous est complètement inutile. Si vous la trouvez à l’avenir, je vous paierai cent fois la commission que vous avez gagnée aujourd’hui ! »

Les mercenaires aspirèrent tous profondément. Quoi ? Cent fois la commission ? La commission pour cette mission était déjà équivalente à une année entière de travail. Pour multiplier ce chiffre par cent… putain, c’était quoi ce putain de rocher ?!

À ce moment-là, les corps des balayeurs avaient déjà été chargés dans le dirigeable.

Les quatre hélices se mirent de nouveau à tourner, provoquant une nouvelle tempête de vent et de sable alors que l’énorme dirigeable commençait à s’élever lentement dans les airs. Les tubes en cuivre recommencèrent à produire ces sons de bourdonnement qui ressemblaient à la toux d’une personne souffrant d’une maladie pulmonaire avant d’émettre de grands courants d’air. Le dirigeable commença à accélérer lentement avant de disparaître finalement à l’horizon.

Le gros homme souleva la poitrine, l’air complètement satisfait. Il marcha à côté de Cloudhawk aux yeux grand ouvert et lui donna une forte claque sur l’épaule. « C’est fou, n’est-ce pas ? Ce truc est un jouet de grande classe ! »

Cloudhawk serra fermement la pierre dans sa main, faisant de son mieux pour agir normalement. Sa voix, cependant, ne pouvait pas s’empêcher de trembler un peu. « Qu-qui étaient-ils ? »

« Une bande de mystérieux salauds. Qui sait ? Quelques-uns des vrais dirigeants des terres en friche, ça c’est sûr ! » Le gros homme ne savait pas grand chose sur eux non plus, c’était clair. « Ça n’a pas vraiment d’importance. Les petits soldats comme nous n’auront probablement jamais la chance de rencontrer des gens comme eux. Il vaut mieux ne pas savoir. Ces types tuent vraiment les gens sans même sourciller. Pour eux, nous ne sommes que des fourmis ! »

Étaient-ils vraiment si forts que même ces puissants mercenaires les regardaient avec admiration ?

Cloudhawk n’avait aucune idée de l’incroyable trésor sur lequel il était tombé. La mystérieuse pierre se trouvait tranquillement dans sa main et quand il la pressa contre sa chair, il avait l’impression qu’elle faisait partie de son corps.

Le gros homme s’écria d’une voix forte : « En position, en position ! On y retourne ! »

Les mercenaires se réjouirent tous en montant à bord de leur véhicule. Le grossier mastodonte à plusieurs roues laissa échapper quelques grondements de colère avant de foncer à travers les terrains vagues.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 1 Chapitre 6 : Passer par-dessus Menu Livre 1 chapitre 8 : L’avant-poste Blackflag