Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 1 chapitre 10 : Mourir en pleine nuit

Le sommeil de Cloudhawk ne fut pas de tout repos. Dans ses rêves, il retourna une fois de plus dans ce tunnel qui mène à l’enfer. La zone autour de lui était jonchée de morceaux de corps et de membres sectionnés, avec des corps trempés de sang qui se tortillaient  sur le sol. Les charognards massacrés avaient tous commencé à se relever. Certains d’entre eux avaient le visage dévoré par l’acide et rendu méconnaissable, tandis que d’autres avaient la tête partiellement enfoncée par les coups de marteau de la guerre. D’autres avaient même été coupés en deux ! Tous commencèrent lentement à se rassembler et à fourmiller autour de Cloudhawk comme des spectres furieux et vengeurs.

Non. NON ! Cloudhawk essaya frénétiquement de s’enfuir, mais ses jambes semblaient être collées. C’était comme s’il était collé au sang épais et figé sur le sol.

À ce moment précis, un charognard tenant une courte épée s’avança en boitillant de manière extrêmement disgracieuse.  Sa jambe droite avait été coupée, tandis que son cou portait une blessure terrifiante. La blessure était si profonde que sa tête tombait à moitié au niveau du cou et ses yeux étaient remplis d’une haine infinie. « Pourquoi tu ne m’as pas sauvé ?! »

La voix du charognard était plus affreuse que les hurlements de tous les sorciers de l’enfer, il leva sa courte épée pour porter un coup. Terrifié, Cloudhawk se pencha sur le côté pour esquiver… et à ce moment précis, une lance s’envola de quelque part et lui transperça la poitrine !

Le second attaquant était un mutant qui semblait assez jeune. Un de ses yeux avait été percé, ne laissant qu’un seul œil sur son visage souriant, sauvage et terrifiant.

Cloudhawk était tombé au sol, complètement incapable de bouger alors que le sang jaillissait de lui comme un geyser, drainant ses forces avec le sang.

Les charognards et les balayeurs avaient tous disparu. Quelques instants plus tard, un gros blanc et un noir musclé menaient un groupe de mercenaires bavards et rieurs. Ils ne semblaient même pas voir le jeune qui se battait pour sa vie sur le terrain.

Cloudhawk tendit la main vers eux. « Sauvez-moi ! »

Leurs regards étaient remplis de dédain. « Saloperie inutile. »

Un mercenaire se mit à cracher, l’air dédaigneux. C’était comme s’il avait marché sur un tas d’excréments et qu’il voulait donner libre cours à son agacement. Tous les mercenaires maudissaient alors qu’ils se déplaçaient pour tourner autour de Cloudhawk.

Cloudhawk était étendu sur le sol, impuissant. Ses yeux commencèrent lentement à devenir vides alors qu’il sentait son corps se refroidir de plus en plus. Il voulait tendre la main et saisir quelque chose, n’importe quoi, mais sa détermination et sa volonté lui échappait. C’était un sentiment terrifiant, un sentiment de désespoir total.

Son corps était devenu glacé et avait commencé à se décomposer avec une aura de malsaine. D’innombrables insectes et vers commencèrent à percer son corps, qui devint finalement un festin pour les rats. Mais même lorsqu’il ne restait plus rien de Cloudhawk à part un squelette, sa volonté et son esprit restaient intacts. Un désespoir et un chagrin sans fin emplissaient chaque os, entourant son corps qui s’enfonçait de plus en plus dans une obscurité sans fin…

Creak ! Creaaak !

Cloudhawk fut soudain capable de distinguer un faible bruit. C’était comme si un seau d’eau froide avait été versé sur lui et il se réveilla instantanément de ce cauchemar terrifiant.

Tout son corps était couvert de sueur froide. Il était mort si misérablement. Ce sentiment de désespoir total, de glissement dans l’obscurité éternelle… ce triste sentiment d’impuissance totale… même maintenant, son cœur battait la chamade. C’était un cauchemar terrifiant !

Ce n’était pas encore l’aube. La nuit était si sombre que tout semblait se confondre. Tout l’avant-poste avait été verrouillé et tout était si silencieux qu’il avait l’impression de pouvoir à peine respirer.

Creak. Creaaak !

Ce bruit retentit à nouveau. C’était un son minuscule, presque imperceptible, qui pourtant persécutait sa psyché comme un poignard. C’est ce même son qui avait réveillé Cloudhawk et à ce moment là, un frisson de froid commença à re-apparaître dans tout son corps. Il pouvait sentir le danger l’envelopper !

Quelque chose était apparu dans les fissures de la porte verrouillée, quelque chose qui scintillait d’une lumière métallique froide dans l’obscurité. C’était la fine lame d’un couteau !

Le couteau s’était lentement et silencieusement frayé un chemin à travers les coutures de la porte, puis avait glissé vers le haut jusqu’à ce qu’il heurte le verrou en bois. Le couteau était resté là pendant deux brèves secondes avant de se relever lentement une fois de plus pour soulever le verrou.

Était-ce l’un des mercenaires ? Pas du tout ! Pourquoi l’un d’eux viendrait-il à un moment pareil et utiliserait-il une méthode aussi furtive pour ouvrir la porte ?

Le cœur de Cloudhawk battait si fort qu’il avait l’impression qu’il allait sortir  de sa poitrine. Il s’était empressé de saisir la courte épée qui se trouvait à côté du lit, sa main étant encore imprégnée de la sueur froide du cauchemar. Il avait caché l’épée courte sous lui et s’était recroquevillé autour d’elle.

Il respira profondément, se forçant à se détendre. Ses muscles, cependant, restaient tendus, prêts à entrer en action à tout moment.

Cet intrus de minuit était manifestement très habile  dans ses mouvements. Son couteau soulevait facilement le boulon de bois sans faire de bruit. Il avait déverrouiller la porte, mais n’avait pas immédiatement chargé à l’intérieur.

Ce prédateur était extrêmement expérimenté ! Sans aucun doute, il était en train de scanner l’intérieur de la pièce pour évaluer la situation.

Cloudhawk ne voulait pas révéler qu’il était éveillé, alors il s’était allongé sur le lit sans bouger, en maintenant un rythme respiratoire régulier comme s’il était encore endormi.

Après quatre ou cinq moments de silence, une longue lame était passée à travers la fissure et avait poussé la porte, laissant entrer le clair de lune. Cet intrus de minuit était assez grand et musclé et avait une tête pleine de cheveux ébouriffés. Il tenait un couteau dans sa main gauche tout en saisissant une longue machette dans sa main droite. La lame de la machette semblait être couverte de nombreuses taches rouge foncé, dégageant une légère mais nauséabonde odeur de sang. Le tranchant de la machette était extrêmement aiguisé, éclairé par une lumière froide qui avertissait d’un danger imminent et de la mort.

Il était là pour me tuer ! L’esprit de Cloudhawk était dans un état de chaos en ce moment. Il était rempli d’horreur, de peur, de rage, mais surtout de confusion. Oh, putain. Qui était ce type ? C’était mon premier jour dans l’avant-poste. Pourquoi quelqu’un avait-il choisi de m’attaquer comme ça ?

Le sens aigu du danger de Cloudhawk lui fit comprendre que cet intrus de minuit était un homme dangereux. S’il essayait de le combattre de front, il échouerait probablement. Il devait saisir une chance de le contrer et de le tuer. Cinq mètres.

Quatre mètres. Trois mètres…

L’intrus de minuit marchait aussi silencieusement qu’un chat, ne faisant aucun bruit alors qu’il avançait lentement et régulièrement. Il leva doucement son bras droit en l’air et descendit sa machette en un coup vicieux qui traversa l’obscurité de la nuit. Pendant tout ce temps, il n’avait pas montré le moindre signe de colère ou de haine. C’était comme s’il coupait une marionnette en bois plutôt qu’un être humain.

Whoosh ! Cloudhawk s’écarta instantanément et la machette faillit lui arracher le visage alors qu’elle s’enfonçait dans son lit. S’il avait été juste une seconde plus lent, cela lui aurait coûté sa tête ! Cloudhawk s’était alors lancé hors de son lit avec ses deux jambes, éclatant de toutes ses forces !

Face à l’assaut soudain de Cloudhawk, l’homme n’hésita pas une seconde. Il lâcha résolument sa machette et parvint à esquiver l’attaque surprise de Cloudhawk avec une agilité presque surnaturelle. Au moment même où il esquiva, il envoya le couteau de sa main droite vers Cloudhawk, qui s’illumina d’une lumière froide.

Il était tout simplement beaucoup trop rapide ! Non seulement il était un chasseur expérimenté, mais aussi un tueur expérimenté. Sa force, sa vitesse, son agilité, son temps de réaction, son expérience du combat, sa force mentale… toutes ces choses avaient clairement été affinées par une grande expérience. Comment un enfant à moitié adulte, qui avait grandi dans les ruines et qui vivait des ordures, pouvait-il être à la hauteur ? Cloudhawk avait su dès la minute où il avait manqué son attaque qu’il était fini.

Cette lumière froide avait frappé directement la gorge de Cloudhawk. Il n’y avait pas de mouvement perdu, pas de fleurons, c’était un coup à la fois rapide et vicieux, mais aussi incroyablement précis. Le couteau était suffisamment pointu pour déchirer facilement la peau et la chair avant de lui transpercer les artères aussi facilement que des nouilles.

Cloudhawk avait l’impression que tout se mettait à bouger au ralenti !

Bien qu’il fit face à la mort à de nombreuses reprises dans le passé, il s’était à chaque fois retrouvé dans un état de terreur et de panique totale. Il n’avait jamais affronté la mort avec autant de vivacité et de clarté mentale qu’en ce moment. Il pouvait littéralement voir la mort venir pour lui mais était incapable de faire quoi que ce soit pour y remédier.

Il avait enfin pu échapper à son statut de modeste charognard et aux ruines. Il n’avait pas encore eu la chance de devenir fort, de gagner en liberté et en indépendance, ni de prendre en main son propre destin. Cela allait-il être comme dans le rêve ? Allait-il vraiment mourir d’une mort insignifiante et désespérée ?

Non. Il ne pouvait pas mourir ! Pas de cette façon !

Cloudhawk émit un grognement bestial, un grognement rempli de sauvagerie et de rage indomptées. Un puissant désir de survie jaillit de sa poitrine et, comme il le fit, il semblait entrer en résonance avec quelque chose d’autre dans sa poitrine. Instantanément, une poussée de force ardente et de détermination frénétique remplit tout son corps, presque comme si un pouvoir invisible donnait un coup de main à Cloudhawk. Avec elle, Cloudhawk esquiva le couteau qui arrivait avec une agilité surnaturelle, ne souffrant que d’une légère entaille dans la peau qui ne laissa que de minuscules marques.

L’intrus fut sans voix. Comment sa cible, ce gamin, s’était-il soudainement transformé en quelqu’un d’autre ? Mais il resta un chasseur calme, posé et très expérimenté ; il put cloisonner sa surprise et l’empêcha d’affecter ses mouvements. Son couteau ne s’arrêta pas du tout et, dans ses mains, il semblait être une chose vivante, car il se courba en arrière et sortit une magnifique mais mortelle frappe papillon qui clignota dans la nuit noire.

Peu importe l’agilité de sa proie. En fin de compte, il n’était rien d’autre qu’un petit enfant faible ! Ces quelques brefs échanges permirent à l’intrus de savoir à quel point Cloudhawk était faible et il n’avait donc prit aucune considération envers l’enfant. Il décida d’en finir avec sa prochaine attaque en coupant simplement la gorge du gamin et ses mouvements se firent de plus en plus rapides.

Au moment où le couteau pointu était sur le point d’embrasser la gorge du gamin… whap ! Un son clair retentit et la lumière dansante du couteau disparut soudainement. Une main d’une délicatesse trompeuse s’étendit à la vitesse de l’éclair et serra le poignet de l’intrus avec beaucoup plus de vitesse et de puissance qu’elle n’en avait le droit. L’intrus avait l’impression que son poignet était pris dans un étau de métal. Il était en fait incapable de se libérer de la prise de cette petite main maigre.

« Tu veux me tuer ? » Les iris du gamin étaient complètement injectés de sang, ce qui les faisait ressembler aux yeux d’un démon. Il avait l’air complètement possédé, son regard sans même un soupçon de ce qui pourrait être décrit comme une pensée rationnelle !

L’intrus commença à ressentir un soupçon de peur. Ce garçon n’était pas un jeune homme faible. Ce garçon était un animal fou !

« Tu veux ME TUER ! » La première fois que le jeune avait dit ces mots, c’était sous la forme d’une question. Cette fois, c’était sous la forme d’un cri furieux et déclaratif. Le beau visage du jeune était déjà transformé en un masque de rage terrifiant et il resserra sa prise. CRACK ! Le jeune avait cassé le poignet du visiteur.

L’intrus hurla de douleur, mais le bruit ne dura qu’une demi-seconde. Au même moment où Cloudhawk brisa le poignet de l’intrus, il le poignarda également avec sa courte épée à plusieurs fois sa vitesse et avec une sauvagerie dix fois plus grandes que précédemment. La lame de l’épée courte s’était déchirée dans la peau de l’intrus et avait creusé ses poumons. On avait l’impression qu’un bloc de glace avait pénétré dans le corps de l’intrus, le rendant instantanément aussi froid que de la glace.

Cloudhawk sortit immédiatement l’épée courte et, ce faisant, il déchira un organe qui battait et palpitait. Lorsque l’épée sortit, le sang, la vitalité et la force du chasseur se mit à couler avec elle. Le visage de Cloudhawk était baigné par le sang jaillissant de l’intrus et le sang était à la fois chaud et d’une odeur fétide. Et pourtant, Cloudhawk n’avait pas du tout la nausée, en fait, il se sentait plus excité qu’autre chose. Une seule pensée folle et frénétique remplissait tous les coins de son esprit.

Tue-le ! Tue-le ! TUE-LE !

L’épée courte était d’assez mauvaise qualité. Par conséquent, au cinquième coup de couteau de Cloudhawk, elle ne pouvait plus supporter la force violente que son maître lui appliquait, et se brisa à l’intérieur du corps de la cible. Quant à la poignée, elle était tombée directement sur le sol.

Tout le corps de Cloudhawk était si chaud qu’on aurait dit qu’il brûlait  vif. C’était comme l’éruption d’un volcan qui avait sombré pendant un million d’années. Son esprit n’était rempli de rien d’autre que du désir de tuer et de détruire. Il était complètement incapable de supprimer ces sentiments dans son cœur. Il voulait brailler, hurler, détruire et anéantir tout ce qu’il voyait !

Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Cloudhawk savait qu’il était au bord de la folie. Avec le dernier peu de clarté qui lui restait, il arracha l’étrange pierre et la jeta sur le côté. Dès que la pierre le quitta, il retrouva immédiatement ses facultés normales.

Il y avait vraiment quelque chose qui n’allait pas avec cette pierre !

À ce moment-là, Cloudhawk avait déjà une idée approximative de ce qui se passait. Dans la roche, il semblait y avoir un esprit ou une volonté ancienne, probablement laissée par son précédent maître. Grâce à des méthodes que Cloudhawk ne pouvait pas comprendre ou même imaginer, l’ancien maître de la pierre avait imprimé sa propre volonté, son esprit et peut-être même son énergie à l’intérieur de cette pierre. Il l’avait fait pour s’assurer que, dans certaines circonstances particulières, la pierre aurait un impact majeur sur la vie de Cloudhawk.

C’était ce qui s’était passé la nuit précédente. C’était ce qui s’était passé cette nuit-là.

La pierre apparemment ordinaire retrouva son apparence ordinaire et terne. Elle ne semblait posséder aucun attribut extraordinaire et semblait aussi simple que possible. Cloudhawk ramassa la pierre, se concentrant sur elle à plusieurs reprises, mais ne sachant toujours pas comment il devait l’utiliser.

D’où venait-elle exactement ? Qu’était-elle exactement ? Et quel genre de personne avait laissé derrière elle cette volonté brutale, terrifiante et puissante dans la pierre ?

Cette pierre était sans aucun doute un objet extraordinaire. Peut-être qu’à l’avenir, elle lui serait à nouveau utile. Finalement, Cloudhawk décida de la garder en sa possession, mais décida également que personne, ne devait savoir pour la pierre.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 1 chapitre 9 : La base des mercenaires Menu Chapitres bonus