Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 54 – Soutenu dans la vie et la mort

Livre 1 chapitre 54 – Soutenu dans la vie et la mort

Les terres désolées étaient un paysage infernal, stérile et brûlant. Comme une mer de feu, drainant chaque once d’eau des humains qui la traversaient. Afin d’éviter d’être brûlés ou de mourir de déshydratation, les deux fugitifs furent contraints de s’arrêter dans une crevasse ombragée pour attendre le moment le plus frais de la journée.

La peau des lapins fléaux fut laissée sur une pierre brûlante pour qu’ils puissent la sécher. La viande, découpée en petits carrés, était également rôtie.

La viande de lapin était une délicieuse friandise, riche en graisses et en huiles. C’était aussi une denrée rare. Cloudhawk ne mangeait pas beaucoup pour deux raisons. D’abord, il n’y avait pas d’eau pour le laver et manger trop lui donnait encore plus soif. Deuxièmement, il n’était pas sûr de la date de leur prochaine occasion de trouver un repas. Les bêtes des terrains vagues étaient nombreuses, mais seules quelques-unes d’entre elles pouvaient être consommées sans danger. Il était plus intelligent de sauvegarder une partie du lapin, en cas de besoin ultérieur.

« Si nous errons à l’aveuglette, nous allons mourir. » Il regardait l’étendue ondulante du désert. Ses yeux trahissaient ses pensées – il était perdu et ne savait pas où aller. « Allons sur les terres Élyséennes. »

La vengeance de Slyfox et Mad Dog devait attendre. Ce n’était pas le moment.

Le pouvoir de la main noire derrière le rideau était trop grand. Au moins mille balayeurs répondirent à sa demande, avec trois puissants lieutenants à leur tête. Bien sûr, cette évaluation était basée sur ce qu’ils avaient vu. Le nombre de soldats qui étaient réellement au service de ce démon était encore inconnu. Ils ne savaient même pas de quoi le démon lui-même était capable.

Il y avait une reine gravement blessée et un faible jeune homme. Le fait qu’ils étaient encore en vie était en soi un miracle. S’ils ne trouvaient pas d’eau rapidement, ce miracle pourrait bien devenir un cauchemar et il serait de plus en plus improbable qu’ils passent la nuit. Comment pouvaient-ils ne serait-ce qu’imaginer riposter ?

La chasse aux démons était désormais une tâche sans espoir. Mais est-ce que l’idée de se rendre sur les terres élyséennes leurs apporterait de l’espoir ? Des ligues de terres incultes s’étendaient sur toute la longueur de ce territoire. Pour les traverser, il fallait autant de chance que de courage, et personne ne savait ce qu’ils pourraient rencontrer dans les kilomètres inconnus qui les séparaient d’ici et d’ailleurs.

S’ils étaient destinés à mourir dans ces terres désolées, la reine préférait mourir en combattant. C’était la nature et la fierté d’un chasseur de démons.

« Ah, je ne comprends pas. » Il pouvait voir la lumière résolue dans les yeux de la reine, sa détermination même face à la mort. « Pourquoi diable es-tu si énervée contre ce démon ? Pourquoi abandonnerais-tu la sécurité et le confort des terres élyséennes pour partir en mission suicide que tu refuses de laisser tomber. Qu’est-ce qu’il t’a fait ? »

La reine était jeune, intelligente, belle et habile. Elle était parfaite et remplie d’un tel potentiel. Il ne comprenait pas pourquoi elle abandonnait tout cela, un avenir brillant, pour une étrange obsession avec ce monstre des terres désolées ? Il ne pouvait pas s’empêcher d’exprimer sa confusion.

Normalement, la nature hautaine de la reine l’empêchait d’expliquer quoi que ce soit à ce païen infidèle. Mais il fut surpris d’entendre sa voix, lourde de chagrin et de douleur.

« Il a tué mon père. »

Elle était faible. Son corps tremblait. À ce moment, la façade de fer de la guerrière se fendit. Ses yeux étaient rouges, et dans leurs profondeurs, il pouvait voir une haine bouillonnante.

Celui qui avait tué son père devait payer !

Elle portait la honte de la mort de son père. C’était elle qui devait se venger. C’était cette pensée qui la consumait quand elle, alors âgée de seize ans seulement, quittait les terres élyséennes. Pendant toute une année, elle chercha à tourner la page.

La reine était une chasseuse de démons exceptionnellement talentueuse mais jeune. Elle était trop sûre d’elle et trop arrogante, si bien que sa haine du démon l’avait aveuglée. Elle ne s’était même jamais arrêtée pour réfléchir au type d’ennemi auquel elle devait faire face.

Il ne la comprenait pas, mais on ne pouvait pas le blâmer, car il n’avait aucune idée de ce qu’était un père. Il poussa un soupir – chacun vivait sa propre histoire, avait ses propres opinions, était motivé par ses propres motifs. Qui était-il pour dire à quelqu’un que son chemin était mauvais ?

Aucun des deux ne parla.

Pendant deux jours et deux nuits, il n’avait pas fermé les yeux. Ses nerfs étaient à vif, et cela le rendait anxieux. Il s’était frayé un chemin à travers les terres désolées jusqu’à l’avant-poste, pour ensuite massacrer son chemin de sortie de l’avant-poste et revenir dans les terres désolées. A aucun moment, il n’eut la chance de se reposer. Même la volonté la plus inébranlable avait ses limites et il atteignait les siennes. Combattre son épuisement était comme essayer de nager contre les eaux de crue.

Ses paupières semblaient peser un millier de kilos. Finalement, elles gagnèrent et ses yeux se fermèrent.

Quand il s’éveilla, il ne pouvait pas dire combien de temps s’était écoulé. Une soif brûlante était ce qui le réveilla. Ses yeux s’étaient ouverts et son premier instinct fut de saisir sa baguette d’exorciste et de scanner du regard son environnement. Le ciel s’était assombri à l’approche du soir – il ne pensait pas avoir dormi si longtemps.

Son esprit était clair mais sa gorge était sèche comme un os. Il était déshydraté, il le savait, et c’était dangereux.

La reine se blottissait tout près avec ses longs cheveux de corbeau qui tombaient librement. Ses yeux étaient fermés, elle était aussi endormie, mais son visage était peint d’un fard contre nature. On aurait dit que chaque respiration était une lutte. Quand il vit son visage, il se précipita en avant et appuya sa main sur son front. Sa peau brûlante irradiait de la chaleur à travers sa paume.

C’était mauvais !

Il ne pensait pas que la douzaine de blessures qu’il avait subies finiraient par être aussi insignifiantes, alors que les quelques blessures externes de la reine s’infecteraient. Il pensait que l’une des flèches qui l’avait frappée devait être empoisonnée.

« Hé, hé ! Réveillez-vous ! »

« Vous ne pouvez pas mourir ! »

Il sentit trembler ses nerfs effilochés. Les deux formaient une équipe et les balayeurs l’identifiait comme un chasseur de démon. Si elle mourait, ils ne lui montreraient aucune pitié. Avec la puissante reine à ses côtés, il avait une chance. Si elle ne s’en sortait pas, un novice comme lui n’avait aucun espoir de s’échapper.

Les lèvres fendues de la reine bougèrent, murmurant inconsciemment un seul mot. « de l’Eau… »

De l’eau ? Je meurs de soif moi aussi ! Où suis-je censé trouver de l’eau ?

Le jeune homme passa anxieusement sa main dans ses cheveux couverts de sable. Ils étaient à court de sang de lapin depuis longtemps, alors que devait-il faire ?

Soudain, un calme s’empara de lui. Il sortit le couteau que la reine gardait dans sa botte et appuya la pointe contre son poignet. Il le traîna sur sa peau. Le sang commença à couler.

C’était le seul moyen !

La reine était inconsciente. Comme un enfant, elle engloutit tout ce à quoi sa bouche s’accroche. Le goût cuivré du sang remplit sa bouche et suffit à la faire revenir de sa stupeur. Ses yeux s’ouvrirent et elle regarda fixement ce qui se passait.

Il essaya de la rassurer avec un sourire moins que réconfortant. « Vous êtes enfin debout. »

Elle était encore faible mais ses yeux tremblaient de sentiment. Ce pêcheur utilisait son propre sang pour la sauver ? S’il avait essayé à un moment quelconque auparavant, cela l’aurait mise en rage. C’était une noble chasseuse de démons ! Comment osait-il utiliser son sang ignoble pour prolonger sa vie ?

La rage n’était pas venue. Peut-être était-ce parce qu’elle était faible, mais peut-être était-ce pour d’autres raisons plus profondes.

« Nous devons partir. Nous devons trouver de l’eau ce soir ou nous allons mourir. »

Il avait façonné la peau du lapin en un sac à dos rudimentaire et y avait mis son surplus de viande. Ensuite, il creusa un trou et enterra toute trace d’utilisation de cet endroit comme abri.

Ils devaient rester cachés. La fièvre de la reine était impressionnante, à tel point qu’elle avait commencé à affecter sa conscience. Elle ne pouvait pas se battre, et encore moins invoquer le pouvoir des reliques. Elle pouvait à peine marcher. Elle n’avait jamais été aussi faible.

« Vous êtes trop lente dans votre état », murmura-t-il. Il retira le sac en peau de lapin et l’enroula autour des épaules de la reine. « Tenez ça. Je vais vous porter sur mon dos ! »

Aussi détestable que soit cette alternative, la reine n’était pas idiote. Il n’y avait pas d’autre choix.

Il la tira sur son dos osseux et ils partirent tous les deux dans le désert sombre. Ses faibles empreintes de pas s’étendait derrière eux.

La lumière du soleil couchant peignit les dunes en couleur. Les longs cheveux de la reine prirent une teinte de bronze bruni. Même dans son état de demi-conscience, elle pouvait sentir que son temps était fugace, mais son cœur était calme.

Elle ne s’attendait pas… n’imaginait pas… que celui qui l’aiderait à traverser la fin serait cette jeunesse désolée qu’elle avait toujours regardée de haut.

Finalement, le soleil plongea sous l’horizon et les étoiles émergèrent. La température du désert baissa rapidement. Il haletait comme un vieux bœuf, il continua à pousser avec ténacité, un pied devant l’autre, par pure volonté. Il était étourdi, ses yeux refusaient de se concentrer, mais il persistait au-delà de ce que toute personne raisonnable pourrait supporter. Et il ne rencontra pas un seul être vivant, et encore moins de l’eau.

Whoosh !

Le son passa devant ses oreilles. Le garçon vit le manche d’une flèche courir devant son visage, sifflant dans l’air sur son passage. Elle s’enterra dans le sable avant que ses pieds ne tremblent. Il blanchit en balançant sa tête vers l’origine de la flèche, où il trouva cinq figures se frayant un chemin vers eux à travers la faible lumière. Deux cavaliers lézards étaient à l’avant et les trois autres étaient des archers. La flèche provenait de l’un d’entre eux.

Cloudhawk sentit son cœur se serrer.

Ces cinq-là étaient à l’avant-garde. D’autres pointillés parsemaient le désert de l’autre côté de la dune voisine. Ils portaient tous des armures et des armes à l’allure dangereuse. Il était sûr que la tempête de sable aurait effacé leur odeur et toute trace de leur passage. Ils n’auraient pas pu les rattraper si vite. Maintenant, il semblait avoir été trop optimiste.

« Ne bougez pas ! »

Les trois archers avaient des arcs tirés et des flèches encochées, mais n’avaient pas encore tiré. Une poignée de cavaliers des terrains vagues les piétinaient et les coupaient en une formation semi-circulaire.

Il se pencha et laissa la reine se détacher de son dos avant de brandir le bâton d’exorciste. Cette fois, ils ne s’échappaient pas, mais maintenant qu’ils étaient pris, il allait s’assurer que quelqu’un paye pour cela. Pourtant, bien qu’encerclés, les ennemis ne s’étaient pas précipités pour attaquer.

Deux personnages s’étaient séparés de la meute.

L’un d’eux était un homme grand, épais et musclé. Son visage était couvert d’une moustache touffue et cendrée. Il ressemblait à un vieux vétéran grisonnant, vêtu d’une tenue typique des terrains vagues. Son armure d’acier avait l’air bien faite. Bien qu’il ressemblait à un vieux lion arthritique, il avait l’aura de quelqu’un avec qui il ne fallait pas se frotter.

Le deuxième type était musclé et pas trop vieux. La moitié de son visage était couverte de cicatrices hideuses, comme celles causées par l’acide ou le feu. Ses cheveux étaient clairsemés et tachetés, et des tumeurs ressemblant à du raisin poussaient par endroits de sa gorge jusqu’à sa poitrine. Les tumeurs devaient être une sorte de légère mutation.

À part quelques soldats déformés, Il remarqua que la plupart des membres de ce groupe ressemblaient à des humains normaux. Ils n’étaient pas des balayeurs, mais alors qui étaient-ils ?

Il demanda. « Qui êtes-vous, putain ? »

« Qui nous sommes n’est pas important ! » L’homme musclé répondit avec un sourire hideux et sauvage. Il leva la main et l’agita vers eux. « Allez, descendez-les ! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 53 – Une nouvelle relique Menu Chapitre 55 – Les amis du désert