Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 52 – Atlas

Livre 2, Chapitre 52 – Atlas

Aurore Polaris était assise devant Cloudhawk. Le bouclier en lambeaux qu’elle avait récemment gagné aux enchères était sur son dos, et son épée précieuse était en bandoulière. Elle avait revêtu sa tenue de guerrière et se reposait aisément, les talons posés sur une table entre eux. Ses jambes galbées étaient partiellement contenues dans de hautes bottes de combat en cuir qui révélaient un soupçon de chair de porcelaine.

Elle étira ses longues jambes et prit une gorgée de thé sans la moindre gêne, ayant sélectivement oublié les événements embarrassants de la nuit dernière et de ce matin. Elle lui donna le compte-rendu de la dernière mission de Skye.

« Les anéantir ? »

La nouvelle le surprit, mais il dut admettre qu’elle n’était pas inattendue. Il aurait été inhabituel pour Skycloud d’ignorer complètement des centaines de condamnés qui se cachaient sous la ville.

« Ouaip, mais j’ai entendu dire que tu avais quelque chose à voir avec ça, alors je voulais venir te demander ce que tu en pensais. » Aurore rétracta ses longues jambes et les replia sous elle pour adopter une posture plus confortable. « Mais, n’interprète pas cela comme si je leur donnais une porte dérobée. Il faut s’occuper de ces méchants hommes ou la sécurité de la ville ne pourra pas être garantie. De plus, il n’y a pas que moi qui participe. Je ne suis qu’une partie. Cela va rendre les choses plus compliquées. »

En fait, il était plutôt satisfait. Aurore avait joué cartes sur table et avait été franche avec lui. En ce qui le concernait, cela montrait qu’elle commençait à le considérer plus comme un ami que comme un serviteur. Elle n’aurait pas accordé la même considération à quelqu’un d’autre.

Il fronça les sourcils, tandis qu’il réfléchissait au problème. ” Je ne me soucie pas des autres, mais il y a un groupe d’une centaine de personnes d’une famille de marchands qui ne le mérite pas. Ils s’appelaient la compagnie Bloomnettle. Ce sont des passants innocents et pieux qui ont été pris dans les feux croisés. Si quelqu’un d’autre a été blessé à cause de moi… il doit être épargné. Les autres se débrouillent, mais ces gens-là, je dois trouver un moyen de les faire sortir d’ici. »

« Faire preuve d’humanité est la marque d’un vrai homme. »

C’était quelque chose qu’Aurore admirait chez lui. Il avait clairement la capacité de fuir, mais il avait quand même risqué sa vie pour s’assurer que les autres s’en sortent en toute sécurité. Même en sachant que c’était un piège, il avait fait tout ce qu’il pouvait pour libérer Squall. De plus, tout le bruit qu’il faisait était définitivement le style de Lady Polaris.

« Mademoiselle, tout le monde a été rassemblé ! »

Après que le serviteur ait fait son rapport, Aurore vida sa tasse de thé et se leva d’un bond. Elle se déplaçait avec grâce, comme si aucune des pitreries d’hier soir ne lui pesait. Elle pointa un doigt vers lui et parla d’un ton qui ne laissait aucune place à la discussion.

« Tu viens. »

Mais, ce n’était pas un ordre. Elle l’aidait. En fait, cette mission était un test.

Aurore ne se permettrait jamais d’échouer, quel que soit le défi. Cependant, elle avait aussi une dette envers lui et détestait l’idée de devoir quelque chose à quelqu’un. D’une pierre deux coups, pensait-elle. Quant à savoir si cela rendrait les choses plus difficiles, elle n’était pas inquiète. « Trop de choses à gérer » était un concept étranger pour elle.

Deux cents soldats avaient été rassemblés. On lui avait donné un briefing sur les renseignements et une carte. Puis, Aurore les avait conduits vers les tunnels avec beaucoup d’entrain.

Le système de tunnels de Skycloud était antérieur à la ville elle-même. À l’époque, la région était encore en mutation. Les démons rôdaient encore sur les terres, aussi ces tunnels avaient-ils été conçus pour que les citoyens puissent s’y réfugier. Une fois la guerre terminée, les tunnels étaient restés un moyen pour les habitants de Skycloud de s’échapper en cas de tragédie.

Parce qu’il devait être assez grand pour que tout le monde puisse s’y cacher, le système de tunnels était absolument énorme. Il se tortillait et se courbait sous terre comme un labyrinthe. Les cartes du système étaient également secrètes et étroitement contrôlées. Seules quelques personnes avaient été autorisées à en voir une. C’était une bonne chose qu’Aurore en ait une. Sinon, le risque qu’ils se perdent et meurent là-dessous était très élevé.

En temps de paix, les tunnels étaient scellés. Personne n’était autorisé à y entrer.

En réalité, s’occuper des condamnés n’était pas si difficile. Les sorties étant scellées, ils n’avaient pas accès à la nourriture ni à l’eau. Ainsi, ils étaient sûrs de périr en six mois ou moins. Sans cartes – qui étaient toutes contrôlées par les plus hauts niveaux du gouvernement de Skycloud – ils n’allaient pas s’échapper. Aller les anéantir était plus un exercice qu’une tâche d’une réelle importance.

Cela faisait des années que les tunnels n’avaient pas vu d’occupants. C’était sombre et fétide, une scène répugnante qui avait fait froncer les sourcils d’Aurore. Mais elle n’était pas gâtée au point de détester se salir les mains, et elle n’était pas non plus une maniaque de la propreté comme Frost de Winter. Elle s’y était habituée après une minute.

« Tout le monde, restez sur vos gardes. Si vous trouvez les condamnés, veillez à épargner ceux qui se rendent. Tuez ceux qui résistent ! »

« Oui, madame ! »

Les soldats de Skycloud étaient équipés d’une tenue standard à laquelle s’ajoutaient des arbalètes et des carreaux à pointe empoisonnée. Une sorte de lampe de poche était apposée sur leurs armes, qu’ils utilisaient pour fouiller dans l’obscurité des tunnels.

Ils n’avaient pas fait plus que quelques pas quand un petit groupe de condamnés s’était soudainement mis à courir.

Les soldats s’étaient jetés sur eux. Quelques-uns avaient été saisis avant de savoir ce qui se passait.

Plus de gens s’étaient échappés des prisons de Skycloud que Cloudhawk ne l’avait pensé, car il y avait deux niveaux. Le niveau supérieur était rempli de cellules typiques qui abritaient des délinquants normaux. Le niveau inférieur était rempli de donjons appropriés qui abritaient des criminels plus dangereux. Lorsque les cachots étaient vidés, les prisonniers à l’étage avaient également été naturellement libérés. Avec autant de monde dans les tunnels, ils s’étaient répandus dans tous les coins.

Bien sûr, les hommes choisis par Aurore pour son équipe étaient des soldats d’élite de l’armée de Skycloud.

Ils avaient suivi même les traces les plus faibles jusqu’à vingt à trente autres condamnés. La plupart avaient été capturés vivants. Quelques hommes désespérés et imprudents avaient tenté de lutter mais avaient finalement été tués. Certains avaient été abattus par Aurore Polaris elle-même.

Elle était sans aucun doute un produit de son illustre famille. Aurore abattit les forçats comme si elle coupait les mauvaises herbes. Elle était impitoyable et efficace, et ses frappes avaient toutes été décisives. Aucun de ses travaux n’était bâclé. Alors qu’il la regardait tuer ces hommes, il découvrit que son attaque contre lui le matin n’avait été que timide.

«  Ugh , tellement ennuyeux ! Cela ne ressemble même pas à un combat ! »

Aurore posa la lame de Terrangelica contre son épaule et regarda la route devant elle. Des pièges visiblement cachés, minutieusement placés le long de leur chemin, parsèment le chemin. Aurore les vit mais n’y prêta pas attention et se mit délibérément en danger.

Snap  !

Un piège à corde s’était emmêlé autour de son pied, mais tout à coup, c’était comme si elle pesait mille livres. Cela échoua, elle ne fut même pas soulevée d’un pouce du sol et se cassa, mais une grêle de pointes jaillit des murs alors que la deuxième partie du piège était jaillie. Aurore, comme si elle se promenait dans un parc, se glissa calmement indemne et indifférente.

Le piège ne valait guère une seconde réflexion. Ce niveau de capacité était démoralisant. Pas étonnant qu’elle s’ennuie.

Cloudhawk le pensait aussi. Cependant, il était arrivé à espionner quelque chose sur le mur. C’était un symbole, il le reconnaissait. Majjhima l’avait laissé ici, et il était plus que probable que les gens de Bloomnettle étaient avec lui.

Un indice. Il s’avança pour regarder de plus près.

Seulement, en approchant, Oddball, perché consciencieusement sur son épaule, avait dû voir quelque chose. Grâce à leur connexion, il sentit un avertissement clair.

Il ne savait pas ce qu’Oddball avait vu, mais il se mit immédiatement en alerte. Dans l’instant suivant, il eut l’impression qu’il s’était glissé dans un gouffre glacé et était couvert d’un froid mordant de la tête aux pieds.

Danger !

Des années d’expériences de mort imminente dans les friches avaient affiné son instinct. Il avait réagi presque sans réfléchir.

Carnage silencieux bourdonnais alors qu’il le sortait de son fourreau. L’épée en or noir n’était qu’à moitié levée lorsqu’un poignard le apparut de l’ombre. Cela lui était venu plus vite que tout ce qu’il n’avait jamais vu. Même la reine n’avait pas une telle vitesse. Sans les yeux vifs d’Oddball, il serait mort.

Lame et poignard se rencontrèrent. Pas un son n’avait été entendu.

Il sentit la force de l’impact le traverser, ce qui lui fit presque lâcher l’épée. Pendant ce temps, son adversaire était imperturbable. Le poignard à la lame noire ne resta pas immobile une fraction de seconde avant de le frapper à nouveau comme une vipère mortelle. Il était venu droit sur lui, irrésistible – Il n’avait même pas eu le temps de se remettre du premier coup avant que le poignard ne vienne droit dans sa gorge.

Rapide. Trop rapide !

Son instinct reprit le dessus, et il se jeta en arrière avec tout ce qu’il avait. Il réussit à éviter un coup fatal, mais le couteau le prit toujours à l’épaule. Cet attaquant caché était apparu trop soudainement pour qu’il réagisse – même les personnes comme Aurore ne savaient pas qu’il était là. Au moment où il se fit connaître, il était trop tard.

Il grimaça de douleur mais paniqua quand il sentit la blessure s’engourdir. Il avait rapidement commencé à perdre la sensation dans son bras.

Poison et puissant en plus !

Un rugissement s’éleva alors qu’elle chargeait en avant, Terrangelica atteignant les ténèbres. Avant que le mystérieux assaillant ne puisse l’achever, un mouvement de son épée avait forcé les deux hommes à se séparer.

« Atlas ! Vous le demandez vraiment ! »

Aurore plissa les yeux et regarda dans le noir. Il n’y avait rien, et puis, une silhouette apparut lentement comme une ombre. Un homme de seulement quelques centimètres de plus que Cloudhawk avait été révélé. Il était quelque part dans la vingtaine et était aussi noir que les tunnels qui les entouraient. Il avait les cheveux noirs, les yeux noirs, un masque noir, des vêtements noirs, un poignard noir et des bottes noires. Il était comme la nuit vivante.

D’une manière ou d’une autre, il le trouva familier.

Il y avait une sauvagerie à peine contenue dans ses yeux, comme ceux d’un loup sauvage. La façon dont il bougeait était comme une vipère attendant dans les hautes herbes ou un scorpion attendant son heure dans la crevasse d’un rocher. Il suintait la férocité sinistre et mortelle des friches.

La sensation était tout à fait familière.

Mais, il n’avait jamais rencontré cet homme auparavant. En fait, il n’y avait que quelques personnes en vie qui savaient qui il était.

Il était fort mais extrêmement discret et absolument terrifiant. Seule une poignée de gens ordinaires le connaissaient, car son existence était un secret bien gardé de l’élite de la ville. Il était le commandant en second de la Cour des Ombres – Atlas.

« Je n’ai aucun problème avec ce type. Pourquoi a-t-il essayé de me tuer? »

Il n’en avait aucune idée !

Le visage blanc d’Aurore devint encore plus pâle. « Donne-moi l’antidote ! »

« Il ne sert à rien. Ma cible meurt toujours – il n’y a pas d’antidote pour une piqûre de Deathstalker.1» Atlas la regarda avec un regard vide et indifférent. L’arme relique dans sa main, le poignard qu’il appelait Deathstalker, brillait d’une légère teinte de vin. Cela ressemblait certainement à l’aiguillon mortel de son homonyme. « Son destin est scellé. Il mourra ici. »

« Atlas, je pensais que tu valais vraiment la peine. Éhonté ! » Aurore était folle et en colère. « Viens me voir si tu as le cran. Pourquoi attaquer un novice?!

« Il a tué mon jeune frère. Il doit mourir. »

Les yeux d’Atlas se glissèrent vers lui, et il n’y avait rien en eux d’autre qu’un froid infini. Pas un soupçon d’émotion vécu dans ces orbes sans âme. Il remit son poignard dans son fourreau et se détourna, prêt à se glisser dans l’ombre.

1. Le nom de l’arme de cet emo punk effrayant est « scorpion de l’enfer ». Le scorpion Deathstalker est une chose réelle et absolument terrifiante. Une piqûre peut provoquer des convulsions, un coma et la mort. Google image pour que vous puissiez souffrir comme moi. Fais de beaux rêves. Il n’y en a certainement un dans votre lit en ce moment.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 51 – Une mission Menu Chapitre 53 – La rancune