Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 31 – Haine

Livre 2, Chapitre 31 – Haine

Dans la maison du commandant de Skycloud, un terrible cri retentit à travers les couloirs. C’était comme le cri rageur d’un lion. Il faisait claquer les fenêtres, même à une bonne distance, en signe de protestation.

Dans la salle de quatre cents mètres carrés, un contingent d’une centaine de gardes était disposé en colonnes. Ils s’agenouillaient, la tête baissée, tandis qu’une femme éblouissante aux cheveux d’or se tenait parmi eux. Elle ne portait pas d’armure et n’était vêtue que des simples sous-vêtements de guerrier. Une épée incrustée de pierres précieuses était attachée à sa taille. Elle incarnait les essences contradictoires de la grâce et de la barbarie.

Devant eux se trouvait un homme âgé, le visage tordu par la colère. Une table en bois de rose gisait en morceaux, écrasée sous ses pieds. Il planait au-dessus des autres comme une bête sauvage. « Ils vont même voler dans la maison d’un commandant ? Qui oserait être aussi audacieux ?! »

Cet homme majestueux, ressemblant à un lion, était Skye Polaris. Il avait soixante-dix ans à son actif, mais il était encore bâti comme un ours et frissonnait de rage. Ses yeux étaient particulièrement intimidants, comme deux fours en cuivre qui brûlaient en balayant les gardes de la maison. Ils étaient si intenses qu’un seul regard semblait capable de les réduire tous en cendres. Avec ses longs cheveux blancs argentés et sa barbe bouclée, le vieil homme ne donnait précisément aucune impression de faiblesse. Chaque ride suintait l’intimidation.

C’était l’homme responsable de toutes les forces armées de Skycloud, le chef de son armée. Il avait également le tempérament le plus explosif de tout le domaine de Skycloud.

Le système militaire de Skycloud était organisé comme suit : dix hommes formaient une escouade, cinquante hommes étaient un peloton, deux cents formaient une compagnie, et mille ou plus constituaient un corps. Les généraux commandaient les corps. Les généraux supérieurs dirigeaient dix mille hommes ou plus. Au-dessus d’eux se trouvait le commandant en chef.

Même le gouverneur Arcturus devait montrer du respect à Skye Polaris, car qui ne savait pas que le moindre manque de respect implicite pouvait plonger le vétéran dans une frénésie ? Il apprenait maintenant qu’un voleur s’était introduit chez lui – alors qu’il était à l’intérieur – et avait réussi à s’enfuir avec des biens volés. Il était entré et sorti comme si l’endroit lui appartenait. Comment quelqu’un pouvait-il subir un tel déshonneur ? !

« Aurore, comment cela a-t-il pu arriver ? » Après que le commandant ait donné libre cours à sa colère, celle-ci avait immédiatement commencé à fondre. Il retourna à son siège, réfléchissant aux circonstances étranges. « Il y a peu de gens dans la ville qui pourraient te battre, sans parler de la fuite juste sous ton nez. »

Le commandant avait une haute opinion de sa fille.

C’était une fille particulièrement privilégiée, embrassée par la splendeur dès sa naissance – un phénix touché par le soleil. Habile avec la plume et la lame, courageuse et intelligente, elle était considérée comme l’avenir du commandement militaire. Seuls quelques-uns pouvaient se tenir côte à côte avec elle dans tout Skycloud. À part cette femme diabolique que Baldur Cloude avait engendrée, Sélène, qui d’autre aurait le culot de prétendre être l’égale d’Aurore ? Même le disciple d’Arcturus, dont il était si fier, était inférieur, du moins c’était ce que le commandant croyait fermement.

Avec un si petit nombre de personnes n’ayant même pas la qualification pour se tenir devant elle, comment quelqu’un pourrait-il faire face à sa fille et s’en sortir indemne ?

« Le voleur avait d’étranges pouvoirs. » Aurore se tenait devant son grand-père avec une main sur le pommeau de son épée. Elle avait hérité de son tempérament, un élément de base de leur famille. C’était une folle bien connue des citoyens de la ville, qui n’acceptait jamais qu’on profite d’elle. Comment, alors, pouvait-elle prendre du recul et accepter ce ton ? « J’étais sur le point de le décapiter quand le type s’est levé et a disparu. »

« Comment a-t-il pu disparaître ?! Il devait avoir une relique de dissimulation ! »

« Grand-père, tu m’insultes ! » Elle le regarda avec de grands yeux remplis de colère et d’incrédulité. « Si ce n’était qu’une relique de dissimulation, tu crois que je ne pourrais pas voir à travers ? Disparue ! Complètement disparue comme un flocon de neige sous le soleil. »

« C’est donc ça ? » Le commandant en chef passa ses doigts dans sa barbe et la regarda avec une expression royale. « J’ai mémorisé les capacités de tous les chasseurs de démons de haut niveau de l’ordre, et je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un avec ce pouvoir. Étrange en effet. Cette affaire ne s’arrêtera pas là. Elle concerne le prestige de notre armée. Envoyez des gens pour chercher le coupable, même si cela signifie que nous devons déchirer cette ville. Attrapez ce voleur, quoi qu’il arrive ! »

Aurore s’était immédiatement portée volontaire. « Ne vous donnez pas cette peine. Je vais m’en occuper moi-même. »

Son grand-père avait acquiescé. « Très bien, tu t’en occupes. La famille Polaris n’a jamais été insultée sans conséquences. Nous ne permettrons pas qu’un voleur prenne le dessus sur nous. Prends cinq cents hommes avec toi, et ne t’inquiète de rien d’autre. Tu as mon soutien. »

Cinq cents hommes juste pour attraper un voleur ! Si la nouvelle se répandait, cela ferait plus que faire sourciller, mais c’était la façon dont la famille Polaris faisait les choses. Même la famille Cloude n’oserait pas les provoquer.

Le Seigneur Arcturus était revenu du sanctuaire.

Frost de Winter expliqua tout ce qui s’était passé une fois qu’ils étaient face à face. Il avait parlé avec un regard abattu et un visage coupable. « Votre disciple est inutile. J’ai été incapable de capturer Cloudhawk. »

« Tu dois apprendre quelque chose de cette expérience, une leçon importante – ne jamais sous-estimer ton adversaire. » Le gouverneur Arcturus parla avec son élève calmement et sans reproche. Il sirotait son thé comme s’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. « Quand quelqu’un est poussé dans une situation désespérée, il s’accroche à toutes les pailles qui promettent de le sauver. C’est une réaction naturelle. Il ne connaît pas la ville et ne peut pas distinguer une rue d’une autre, et en plus, il a des chasseurs à tous les coins de rue. Il serait logique qu’il cherche de l’aide auprès des marchands de Bloomnettle qui l’ont amené ici, mais il ne l’a pas fait. Il devait savoir qu’un contact les impliquerait et ce qui se passerait s’ils étaient découverts. Utiliser Bloomnettle pour essayer de le faire sortir de sa cachette était la bonne décision. Cependant… »

Frost de Winter était convaincu que cela fonctionnerait.

Il s’arrangea pour que deux cents hommes escortent Squall pour son exécution, mais seulement dix étaient visibles pour créer un faux sentiment de faiblesse. Quinze chasseurs de démons et autres étaient restés à proximité, habillés en civil et se cachant parmi la foule.

Il n’avait plus qu’à se montrer. Où pouvait-il s’enfuir ?

C’était la ville de Skycloud ! Des soldats étaient déployés. Les défenses étaient solides. S’il se précipitait à l’intérieur, la puissance des cieux l’abattrait ! Frost de Winter était convaincu que cette méthode était la meilleure pour l’attirer. Même si cela ne l’obligeait pas à tenter un sauvetage, cela l’aurait mis en colère et l’aurait poussé à commettre une erreur. Alors pourquoi son maître était-il toujours insatisfait ?

« Bien que ce soit un plan décent, il dépend entièrement du fait qu’il se révèle. » Lord Arcturus leva la tête de son thé et fixa son élève d’un regard érudit. » Tu ne comprends pas ta cible. Tu ne peux pas être sûr qu’il se montrera. Il y a trop de variables. S’il ne le fait pas, alors tes plans bien conçus sont inutiles. »

C’était précisément ce qui inquiétait Frost de Winter.

Se risquerait-il pour la sécurité de Squall ?

Le Seigneur Arcturus remit lentement sa tasse à thé sur la table et poussa un long soupir. « Je t’ai dit que tu pouvais tout faire parfaitement et que tu n’avais toujours pas une situation à cent pour cent sous ton contrôle. Il existe de nombreuses méthodes pour le faire sortir de sa cachette, mais il ne doit pas pouvoir se permettre de les ignorer. Par exemple, nous pouvons faire circuler la nouvelle que Sélène est revenue et qu’il a été absous de tout méfait. Il se dévoilerait alors certainement pour voir si c’est vrai ».

Frost de Winter avait été frappé par cette pensée. Sélène aurait été un bien meilleur appât que Squall ! Il ne connaissait l’enfant que depuis quelques jours, pas assez longtemps pour risquer de se révéler. Mais, c’était différent avec Sélène. C’était la seule personne qu’il voulait désespérément voir, alors il prendrait toutes sortes de risques s’il pensait qu’elle était là. Il fallait qu’il réagisse !

Mais la nouvelle était tombée. Il était trop tard pour revenir en arrière.

« Un piège intelligent n’est pas toujours subtil. Parfois, votre cible sera prête à sauter dedans à deux pieds si elle ne peut pas l’éviter. En vous basant sur la nature du cœur d’un homme, vous pouvez découvrir où il est faible, ce qu’il désire. Ce n’est qu’alors que vous serez victorieux dans toutes vos entreprises ». Les lèvres de Lord Arcturus se tournèrent dans un doux sourire. « Les choses sont ce qu’elles sont. Procède comme tu l’as prévu, et s’il se montre, je t’aiderai à t’en sortir. »

« Comme vous l’ordonnez, maître ! »

L’aide de Lord Arcturus garantissait qu’il n’y aurait aucun risque. Si il se montrait, il tomberait dans leurs griffes.

Le manoir du gouverneur avait une prison secrète. À l’intérieur, Squall s’agenouillait enchaîné. Six gardes l’entouraient, sans bouger. Quand Frost de Winter entra, il les salua et leur demanda de sortir.

« Nous allons bientôt partir pour ton exécution. » Frost de Winter se tenait devant le jeune homme et parlait d’une voix froide et détachée. Mais, ses yeux étaient pleins de sens. « Avant de te mettre à mort, nous allons te faire défiler dans toutes les rues. Nous allons tester la loyauté de ton ami. »

Squall lutta en vain contre ses contraintes et fixa son ravisseur avec des poignards. « Si vous étiez un vrai homme, vous me tueriez et ce serait fini. Quel chasseur de démons qui se respecte s’abaisserait à de telles ruses ? De quel droit êtes-vous le disciple du gouverneur, vous n’êtes qu’une honte ! »

« Heh heh… si sûr et adorable. » Frost de Winter saisit Squall par le col et le souleva. La lumière dans ses yeux était comme un feu glacé, à la fois turbulent et sans cœur. » Crois-tu vraiment que les chasseurs de démons sont un ordre juste et engagé à la gloire des dieux ? Laisse-moi te dire que les chasseurs de démons font bien plus que ce que ton petit esprit pourrait comprendre. Et pour mon maître ? Je pourrais aussi bien te dire la vérité. Pour maintenir la sécurité et la prospérité de notre domaine sacré, il ferait n’importe quoi. Aux yeux de l’élite, il n’y a que la poursuite du pouvoir. L’émotion, la moralité, l’honneur – même la foi. Des conneries, tout ça. Tu comprends ? Tu ne peux même pas commencer à le saisir. »

Les mains de Squall s’étaient enroulées en poings.

« Tu sais, je déteste perdre du temps. » Il relâcha Squall et tapota ses vêtements comme s’il essayait de se débarrasser de la saleté du jeune homme. « Chaque seconde de chaque minute est précieuse et ne devrait être dépensée que pour ce qui est un investissement valable, ce qui rapportera. Le but d’un homme dans la vie est de s’élever toujours plus haut : plus d’autorité, plus de force et plus de prestige. Vous, les paysans qui vous débrouillez et qui gaspillez vos vies, pour moi, vous n’êtes que des vers méprisables ».

« Tu as encore deux jours à vivre, mais ne t’inquiète pas. Je m’assurerai que tu sois témoin de la mort de Cloudhawk avant. Après tout, c’est lui qui a causé la tragédie de ta famille, n’est-ce pas ? Ne me regarde pas comme ça. Je sais que tu me détestes, mais la haine ne sert à rien. Cela ne changera rien. Tu es faible au-delà de toute croyance, et les faibles doivent apprendre à accepter leur sort. »

Squall serra les dents et regarda Frost de Winter déambuler dans la pièce.

« Ce bâtard méprisable. » Si son but était de le mettre en colère, il avait réussi. Squall était tellement enragé qu’il voulait peler la peau de ce serpent de ses os et boire son sang !

« AAAHHHH ! »

Squall cria et lutta aussi fort qu’il le put contre ses chaînes. S’il survivait, il jurait qu’il paierait n’importe quel prix pour devenir plus fort. Il sacrifierait tout ce qu’il fallait pour se venger. Dès l’instant où il vit son père mourir, le Squall insouciant et bienveillant avait disparu. Il ne restait plus qu’un homme plein de haine et de rage.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 30 – L’effroyable femme Menu Chapitre 32 – L’incendie du manoir