Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 117 – Le puissant mutant

Livre 1 chapitre 117 – Le puissant mutant

L’académicien Roste passa de lent à rapide en l’espace d’un clignement d’œil. Il planta son bâton dans le sol à côté de lui, évita facilement le coup de marteau, puis repoussa le poignet de son agresseur avec sa paume en forme de brindille. Les mouvements du vieil homme étaient sans effort, comme s’il ne faisait qu’effleurer une branche.

Crack ! Le poignet de Black Jackal s’était replié en un angle peu naturel. Des éclats d’os déchiquetés lui traversèrent la peau.

Le guerrier costaud cria de douleur et de surprise. Réagissant instinctivement à la douleur, il attaqua avec son autre main.

Roste attrapa sans effort le poing de Black Jackal et l’écrasa aussi facilement qu’une poignée de feuilles, ne laissant qu’une masse mutilée et ensanglantée.

Cet invalide de quatre-vingts ans manipulait le guerrier aguerri comme si ce dernier était un enfant ! Ses défenses étaient presque irréfléchies, comme s’il écrasait une mouche.

Durant les décennies qu’il avait passées ici en tant que chef, personne n’avait pris Roste pour une force de la nature, encore moins pour une source de vitalité qui ferait honte à un homme d’un tiers de son âge. Il s’était battu aussi bien que quelqu’un à son apogée lorsque toutes les lois de la nature lui dictaient qu’il ne devait guère pouvoir marcher à son âge.

Une série de sauts et de craquements provenaient des vêtements du vieil homme. C’était le bruit de ses os qui se disloquaient et se restructuraient !

Tout le monde le regardait avec un choc total !

Comme s’il s’était soudainement rempli d’air, le corps de Roste commença à gonfler. Ses yeux adoptèrent une teinte verte noir qui scintillait de couleurs étranges. La peau sèche et flétrie retrouva l’élasticité et la vigueur de la jeunesse, et pendant ce temps, il grossissait. 1 m… 1,5 m… 2 m… Enfin, il s’était complètement transformé d’un frêle nain décharné en un mastodonte musclé !

Toute trace des dégâts qu’il avait subis pendant 80 ans avait disparu !

Sa peau avait pris une teinte bleu pâle, et ses muscles se crispaient. Tous ses cheveux tombèrent, le laissant chauve mais avec un crâne aussi épais qu’un casque. Cette transformation n’était certainement pas une aptitude dont les méta-humains ou les mutants étaient capables. Le signe le plus révélateur était que cette nouvelle forme avait un aspect parfaitement normal ; son corps était symétrique. Chaque muscle semblait avoir été magistralement sculpté dans la pierre, esthétiquement et mécaniquement parfait de la tête aux pieds. C’était comme s’il avait été conçu à partir d’un plan humain.

« Vous les vers… vous voulez me tuer ? »

Roste prit Black Jackal dans ses mains et commença à presser. Comme pour pétrir de la pâte, il écrasa le pauvre guerrier de ses énormes poings jusqu’à ce que ses os soient éclatés. Son cou fut écrasé et plié, ses mains et ses pieds se lissèrent ensemble jusqu’à ce qu’il soit finalement transformé en un orbe de boucherie de viande qui fuit.

« Pensiez-vous que je ne faisais que chercher comment transformer les soldats après toutes ces années ? »

Sa force incroyable, ses méthodes grotesques et terrifiantes, donnèrent un frisson à tout le monde.

Hellflower leva les mains et tira une demi-douzaine de coups de feu sur le monstre, mais il n’avait même pas essayé d’esquiver. Une fois les balles reçues, la peau gris-bleu de Roste s’était instantanément durcie jusqu’à ce qu’il soit pratiquement fait de fer. Les balles avaient même fait un bruit métallique lorsqu’elles avaient ricoché sur lui.

« Ce corps est parfait, il me permet de m’adapter à n’importe quel environnement ou condition. Dans le froid, je me fais pousser un manteau de fourrure pour me protéger ; sous l’eau, je développe des branchies ; quand j’ai besoin de sauter, mes os et mes articulations changent en conséquence ; si je dois courir, les muscles et la structure de mes jambes changent selon les besoins. Et en cas de menace grave, je peux même me faire pousser un exosquelette protecteur ».

D’une main, Roste saisit les restes écrasés de Black Jackal. Il ne restait rien du vieil homme frêle qu’ils avaient connu, et le bruit qui sortait de sa gorge ressemblait au grognement de cent animaux en colère. En fait, il était désormais un amalgame compliqué de matériel génétique – il n’était plus un humain au sens propre du terme. « Que peut faire l’un d’entre vous pour s’opposer à moi ?! »

Horriblement, bien que Black Jackal ait été brisé en forme de boule charnue, il fit attention à ne pas le tuer. Des gémissements pitoyables sortaient de l’orbe de chair mutilée.

Le monstre souleva la boule de viande, tandis que les muscles de ses bras se gonflaient, pour la lancer avec suffisamment de force pour qu’elle soit aussi destructrice qu’un rocher tiré d’un trébuchet. Le corps torturé de Black Jackal s’était dirigé vers un soldat aussi vite qu’une voiture en fuite. Le guerrier n’avait aucun moyen de l’éviter. Les deux hommes entrèrent en collision avec une telle force que tous les os et articulations des deux hommes s’étaient brisés avant de s’écraser sur une troisième personne. En un instant, tous les trois avaient été anéantis.

L’ancien scientifique aux cheveux blancs regardait avec une horreur insensée les trois combattants massacrés alors que leurs restes s’élançaient vers lui. Il était la quatrième victime, et quand, finalement, ils frappèrent le mur, il était impossible de distinguer les différentes parties.

Cet académicien fou semblait encore plus fort que le lieutenant à deux cornes du calife !

Alors que le chaos s’installait autour de lui, Cloudhawk voyait clairement sa situation. Ce n’était pas Hyène qu’il avait vue dans les laboratoires…

… c’était Roste !

L’académicien connaissait depuis longtemps cette petite poche de résistance. Il savait aussi que Hellflower était leur agent. Comme elle s’était révélée être une assistante très efficace, il avait choisi de ne rien révéler dans un premier temps. Cependant, elle avait franchi la ligne lorsqu’elle avait essayé de voler tous ses efforts laborieux. Elle avait mis Roste en rage et l’avait convaincu que le moment était venu de s’occuper de ces mécontents irritants.

À cette fin, il avait fait en sorte qu’elle hérite du poste de Hyène en tant que capitaine de la garde. Il savait qu’il devrait apparaître complètement vulnérable afin d’encourager ces vieux hommes à se rencontrer. Une fois qu’ils seraient tous réunis, il pourrait les attraper tous en même temps.

Travailler avec cette foule de dégénérés avait été la première erreur de Hellflower. Sa seconde avait été de sous-estimer ses plans.

Bien sûr, son erreur de calcul la plus fatale était qu’elle ne s’attendait pas à ce que le vieil homme soit aussi fort. Ce niveau de capacité tyrannique était tout simplement hors de ce qu’elle pensait être possible. Il était un monstre, un monstre de part en part, une arme humanoïde de pure puissance et de pouvoir !

Pourtant, elle avait continué à se battre, ne voulant pas se résigner à la mort.

Cependant, ses armes de poing n’étaient pas une menace pour ce qu’il était devenu. C’était une abomination qui pouvait s’adapter rapidement à n’importe quelle situation. Même sa peau pouvait durcir dès l’instant où ses balles le touchaient.

Le visage tordu de l’académicien portait un rictus moqueur. « Le mien est un corps parfait. Une puissance parfaite. Je suis devenu l’apogée de tout ce qui vit dans les terrains vagues, et une fois que j’aurai consommé l’essence du chasseur de démons, je serai l’être le plus fort du monde entier ! »

De nombreuses sortes de méta-humains erraient dans les friches. D’une puissance accrue à une agilité aveuglante, d’une force d’âme accrue à une intelligence accrue – toutes sortes de choses étaient communes. Cependant, il y avait un type de résidents des terres en friche que l’on rencontrait rarement : ceux qui étaient réellement capables de reconstruire leur corps. Cloudhawk avait autrefois fait face à Stranger Black qui avait des capacités similaires. Ce fut une surprise lorsqu’il apprit que le monstre pouvait transformer son bras gauche en tentacules barbelés ou en épée.

Roste était naturellement doué de capacités de reconstruction considérables. Toutes ces années d’expérimentation sur des soldats lui avaient permis de forger son corps. Grâce à ses dons naturels et à son intelligence rare, il s’était fixé pour objectif de transformer son propre corps en un être parfait, un être qui combine les meilleurs traits des innombrables bêtes des terrains vagues. Un être capable de survivre dans les environnements les plus rudes du monde. Qu’il s’agisse de chaleur étouffante, de froid glacial, de pressions intenses ou de coups violents, rien ne dépassait sa capacité à s’adapter et à dominer !

Et les soldats métamorphes ? Ils n’étaient que des sous-produits expérimentaux ! Il avait besoin de matériaux pour ses recherches, et le meilleur endroit pour les obtenir était Black atom. C’était grâce à leur accord commercial qu’il avait pu obtenir ce dont il avait besoin, car le processus de recherche était coûteux.

Pendant des décennies, son corps avait été un spécimen parfait. Il était sûr d’être la plus grande force du désert et ne se souciait donc pas des créatures qui s’y trouvaient. Il avait tourné son regard vers les terres élyséennes et les chasseurs de démons qui y résidaient.

Une dernière étape !

S’il pouvait transplanter en lui les capacités d’un chasseur de démons, il réussirait à combiner le meilleur des terres désertes avec le meilleur des terres élyséennes. L’ultime et insaisissable mariage de la science et de la magie ! S’il y parvenait, il deviendrait la créature la plus puissante du monde entier ! Cette obsession expliquait pourquoi son désir de capturer un chasseur de démons l’avait consumé.

Avant l’arrivée de Cloudhawk, son plan était de travailler avec Dark Atom, et à travers eux, de capturer un chasseur de démons vivant des terres élyséennes. Cependant, une demande aussi effrontée était risquée et pouvait retourner la colère des Élyséens sur la base de Blackwater. Puis, comme un cadeau du ciel, un chasseur de démons errait dans son territoire depuis les terres désertes. Son plus grand désir avait été livré jusqu’à sa porte.

Ce devait être le destin ! Comment ne pouvait-il pas être extatique devant cette tournure des événements ?

« Es-tu à court d’idées ? » Roste sortit une épée d’un mètre de long. « Alors, je suppose que c’est mon tour ! »

Les chargeurs de Hellflower étaient vides, et il était complètement indemne.

Cloudhawk retira le fusil de son dos et le jeta sur elle. « Utilise ça ! »

Les jambes de Roste se mirent soudain à changer. Ses genoux avaient éclaté et s’étaient tordus, se pliant vers l’arrière comme un kangourou pour l’aider à sauter plus loin. Il bondit vers l’avant à une vitesse incroyable, découpant facilement tous ceux qui s’approchaient trop près.

Iron Bear, lourdement blindé, se jeta sur son chemin, bouclier levé. De tous les combattants de la base, c’est lui qui avait la défense la plus solide, surtout avec son bouclier. C’était une dalle épaisse, plate et lisse, faite d’un alliage métallique solide. Peu de choses dans les terrains vagues pouvaient ne serait-ce que l’égratigner.

L’épée de Roste le brisa.

Aussi facilement qu’un couteau chaud dans du beurre, son épée coupa le bouclier d’Iron Bear en deux. Il ne s’arrêta pas là et coupa le puissant guerrier au centre de son corps, de la tête aux jambes. Lorsque Iron Bear commença à se fendre, il fit glisser son arme en croix à la taille, lui enlevant les jambes. La montagne d’un homme qui, quelques instants auparavant, avait semblé être une forteresse en mouvement, tomba sur le sol avec son bouclier en six morceaux.

Son épée ! Il y avait quelque chose qui se passait ! Hellflower pouvait le voir.

Il était très puissant, mais certainement pas assez pour couper en deux quelqu’un comme Iron Bear. Son arme était particulièrement fine, et son bord était délimité par une légère ligne noire. C’était cette bande noire qui était responsable de la finesse inégalée de l’épée. Ce n’était pas une épée ordinaire – c’était une lame à particules à haute fréquence !

Elle n’en avait jamais entendu parler. Quelqu’un en avait peut-être déterrée une ailleurs dans les terres désolées. C’était un chef-d’œuvre de l’Antiquité qui vibrait au niveau moléculaire et pouvait couper presque tout. Une telle arme était plus tranchante que tout ce que l’on pouvait imaginer et pouvait même couper du fer aussi facilement que l’on coupe du papier.

Il était une terreur, et avec cette arme dans ses mains, qui pouvait se dresser contre lui ? Avant même qu’elle ne puisse tirer, il se dirigeait vers elle – trop vite pour qu’elle puisse se défendre !

Alors que l’académicien s’apprêtait à la couper en deux, Cloudhawk – invisible et accéléré par la puissance de son manteau – s’interposa entre eux. Il tenait son bâton d’exorciste en l’air dans le chemin de la lame de particules. Étonnamment, même l’ancienne merveille technologique ne put couper cette relique mineure des terres élyséennes. Cependant, le grincement qui en résulta fut assourdissant, et des fissures étaient apparues sur la surface du bâton d’exorciste.

« Maintenant ! Faites-le maintenant ! »

Hellflower tira le fusil en plein dans sa poitrine. L’impact le repoussa de plusieurs mètres, mais son corps adaptatif s’était recroquevillé sur ses jambes comme des ressorts enroulés. En plein milieu de l’impact, il se préparait déjà à se lancer à leur poursuite !

« Dégage le passage ! »

Cloudhawk, profita de la vitesse accordée par son manteau, pour saisir Hellflower et l’arracher du chemin de Roste. Quelques instants plus tard, ses jambes puissantes l’avaient projeté en avant comme une fusée, et il heurta le mur de plein fouet. La moitié du mur s’était effondrée, laissant apparaître un énorme trou.

Il sortit du trou poussiéreux, son épée à la main, avec un sourire sombre. « Tu n’es pas de taille. Soumets-toi. Facilite-toi la tâche. Ne t’inquiète pas de me donner ton pouvoir. Tu ne seras pas entièrement détruit. Ta volonté et ta ténacité continueront à vivre en moi. Reste avec moi. Tiens-toi au sommet de la perfection biologique ! »

Il ne pouvait pas nier qu’en termes de compétences, Roste n’était pas moins capable que la reine.

La reine, en plus de son extraordinaire talent, tirait ses pouvoirs de la puissance des reliques. En revanche, ses capacités venaient de lui seul. Son corps était celui d’un monstre contre nature qui pouvait s’adapter à tout. Il ne craignait ni le feu, ni la glace, ni l’eau, ni les couteaux, ni les balles. La perfection n’était pas une exagération.

« Tu penses être la chose la plus parfaite dans les terrains vagues, hein ? Arrête tes conneries ! » Cloudhawk regarda sa poitrine. Bien qu’il ne l’ait pas blessé et qu’il n’ait pas laissé de trou, il put constater que le tissu musculaire était endommagé. « Tu n’es rien comparé à quelqu’un d’autre que j’ai déjà rencontré ! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 116 – Le piège de Roste Menu Chapitre 118 – Une torture folle