Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 111 – Un massacre

Livre 2, Chapitre 111 – Un massacre

L’Armée des enfers était une organisation avec une riche expérience et un taux élevé de réussite dans leurs missions. Ils avaient bloqué les rues de Teal Ridge en peu de temps et avaient agi de la même manière avec les murs et les docks. En peu de temps, ce village de moins de dix mille habitants était complètement sous leur contrôle. Ce fut un choc énorme pour le village endormi, qui fut encore renforcé par l’explosion de l’église de la Brillance divine qui fit trembler tous les bâtiments. La peur s’était emparée du cœur des citoyens innocents en voyant des soldats grisonnants envahir efficacement leur maison.

Les soldats avaient envahi les rues, se répandant dans les ruelles et criant à l’unisson.

« Tout le monde a dix minutes pour sortir de chez soi ! Teal Ridge est passée sous contrôle militaire d’urgence ! »

La force d’invasion était composée de moins d’un millier d’hommes, mais c’étaient des guerriers endurcis qui avaient déjà fait ce genre de choses de nombreuses fois. Bientôt, chaque rue était sous leur contrôle. Tous les habitants du village – hommes, femmes, vieux et jeunes – étaient sortis en titubant de leurs maisons et avaient été instantanément rassemblés.

Bien sûr, aucun d’entre eux n’a compris ce qui se passait. Face aux soldats féroces et à la soudaineté de la situation, ils n’avaient fait aucun effort pour se débattre ou désobéir à leurs ordres. Ils avaient été docilement enfermés ensemble pour attendre leur sort.

Les ruines de leur église brûlaient à l’horizon.

Cloudhawk ferma les yeux et sentit une vague d’intentions meurtrières l’envahir. La prémonition ne faisait que grandir. Pendant ce temps, le reste de l’escouade Tartarus passait les débris au peigne fin.

« Nous n’avons pas trouvé de restes. » Felina se fraye un chemin hors des ruines vers Cloudhawk. Elle n’avait pas remarqué la même chose que lui, c’est pourquoi elle faisait calmement son rapport. « On dirait que les terroristes se sont échappés. Ce nid de serpents est vide. »

«  Hmph . C’est une réaction terriblement rapide qu’ils ont eu. Ils se sont tous enfuis en vitesse. » Le visage de Drake était maussade et en colère, clairement contrarié qu’ils aient échoué dans leur mission. « Patron, on ne peut pas les laisser s’échapper. »

Cloudhawk n’écoutait qu’à moitié. Il regardait les myriades de rues et haussait les épaules, impuissant. « Vous avez des suggestions ? »

« Vous avez besoin de demander ? Traquez-les et éliminez-les ! »

Les membres de l’escouade Tartarus étaient tous d’accord. Le simple fait de pouvoir participer à cette mission était une opportunité rare, et leur petite troupe était remplie de personnes talentueuses désireuses de montrer leurs compétences. Plus d’un d’entre eux s’étaient battus pour avoir la chance de rejoindre la vallée des enfers. Certains des chasseurs de démons étaient d’habiles pisteurs, ce qui signifiait que l’escouade Tartarus disposait des outils nécessaires pour retrouver ceux qui leur avaient échappé.

« Très bien, alors allons-y… »

Cloudhawk parcourut une liste d’ordres, mais avant qu’ils ne puissent être exécutés, les deux assistants instructeurs envoyés pour les surveiller le firent taire. « Les instructeurs ont clairement donné leurs ordres. Votre travail est terminé. À partir de maintenant, vous vous asseyez et vous regardez. Quiconque agit en dehors de ces paramètres sera traité par un tribunal militaire. »

Eh bien, c’était ça. Seulement, ça semblait être un ordre étrange, n’est-ce pas ?

Le membre moyen de l’escouade Tartarus avait plus de valeur dans un combat que le soldat typique de l’armée des enfers. La plupart étaient des chasseurs de démons, ce qui signifie qu’ils avaient accès à des capacités spéciales que les soldats normaux n’avaient pas. Ignorer tout cela avait peu de sens d’un point de vue tactique.

« Ne remettez pas en question vos officiers supérieurs. » L’un des assistants rappela les règles à Cloudhawk d’une voix basse et dangereuse. « Pour vous tous, cette mission est un exercice de terrain, rien de plus. Alors gardez les yeux ouverts et apprenez ce que vous pouvez. Il y a des choses que l’on ne peut apprendre qu’en première ligne. »

Les quelque trente stagiaires se regardèrent sans voix.

Cloudhawk, quant à lui, n’avait pas la moindre idée des intentions de leurs officiers, mais il sentait grandir ce sentiment de malaise. Il était encore en train de réfléchir à cette logique lorsqu’une énorme silhouette noire avait surgi dans le ciel.

Le vaisseau de guerre avait masqué le soleil alors qu’il se rapprochait de Teal Ridge. Lentement, il descendit tandis que les pylônes d’énergie étincelaient de puissance. Des carreaux d’énergie crépitants avaient glissé le long des pylônes comme des serpents et s’étaient finalement rassemblés en une boule de lumière aveuglante.

Boom-boom-boom-boom  !

Tous les pylônes avaient libéré leur charge en même temps.

Les orbes avaient été projetés dans l’air où elles avaient éclaté en fleurs de lumière. Des colonnes d’énergie en étaient sorties, des lames d’énergie géantes qui avaient creusé des sillons brutaux dans le village. Des maisons en forme de spirale étaient réduites en poussière, à partir de leurs toits pointus qui s’étaient ensuite effondrés sur le reste du bâtiment. Elles avaient été effacées en un instant comme si elles étaient faites de papier.

Et ce n’était que le début.

Le vaisseau de guerre avait une demi-douzaine de pylônes, et chaque attaque était aussi destructrice que la précédente. L’une après l’autre, ces armes énergétiques oblitéraient la ville avec des faisceaux d’énergie frappant le sol avec la force d’une pluie de météorites. Comment ce hameau sans prétention pouvait-il supporter une telle attaque ? La majeure partie du village avait été oblitérée en une seule volée. Des incendies débutaient dans tous les quartiers où les gens vaquaient joyeusement à leurs occupations quelques instants auparavant.

Une fumée âcre mêlée à des explosions effrayantes avait transformé Teal Ridge en un paysage d’enfer.

« Comment sommes-nous censés les évacuer si rapidement ? Utiliser un vaisseau de guerre sur ce village est exagéré ! » Les yeux furieux de Claudia avaient claqué vers l’assistant instructeur le plus proche. « Qui sait combien de personnes innocentes seront tuées. Vous êtes tous fous ! »

« Non, c’est le signal pour nous montrer que la mission bat son plein. » L’assistant la fixa d’un regard froid et sinistre. « Maintenant, ton éducation commence vraiment. »

L’éducation ? Que voulait-il dire ?

La fumée étouffante qui enveloppait les rues avait provoqué des cris perçants de peur et de douleur. Les villageois désarmés avaient fui, mais où était l’ennemi ? Les membres de l’escouade Tartarus se préparèrent au combat, armes levées et reliques prêtes.

Les soldats de l’armée des enfers avaient fait irruption à travers la fumée, arbalètes levées, marchant dans la rue en ligne serrée. Ils suivaient régulièrement les pas désordonnés des villageois qui s’enfuyaient. Les carreaux étincelants de leurs armes étaient dirigés vers le dos des hommes et des femmes sans défense qu’ils étaient censés protéger.

« Feu ! »

Les soldats étaient aussi stoïques que des rochers et suivirent l’ordre sans la moindre hésitation. Les carreaux d’arbalète avaient été libérés en un torrent.

Ils s’abattaient sur la foule comme des sauterelles mortelles, un vent meurtrier. Les cris répondirent. Les arbalètes élyséennes étaient aussi mortelles que n’importe quel fusil des terres désolées, surtout dans les mains de ces soldats. Même un chasseur de démons expérimenté aurait pu s’arrêter de peur de se retrouver avec une centaine de carreaux. Combien de fois plus mortel était-il contre un paysan désarmé ?

D’une puissance inégalée, les carreaux transpercèrent la peau, les tendons et les os, déchirant les organes sur leur passage. En un souffle, un tiers de la foule avait été tué. Le sol était couvert de corps se tordant et de cadavres sombrant lentement dans des mares de sang.

Les stagiaires ne pouvaient pas croire ce qu’ils voyaient. L’armée des enfers massacrait d’innocents villageois !

Plusieurs membres de l’escouade Tartarus ne purent se retenir et sautèrent dans la foule des villageois. Cela força les soldats à ne pas tirer, et ils crièrent de colère : « Qu’est-ce que vous faites ? ! Ne vous mettez pas sur notre chemin. Bougez ! »

« Vous faites ça et vous vous appelez des soldats ? ! Les soldats ne sont pas censés protéger le peuple ? » Drake avait son épée serrée dans un poing tremblant. « C’est un blasphème, un péché ! C’est un massacre ! »

Claudia avait sa baguette d’exorciste en main, prête à charger à tout moment.

L’un des assistants bougea, rapide comme un fouet, et gifla Claudia au visage. La force la fit basculer dans un tas de gravats.

« L’ennemi a opéré dans ce village depuis trop longtemps. L’existence de cet endroit ne vaut plus la peine de prendre des risques. Nous le faisons parce que nous le devons, pour la sécurité de tout le domaine. »

« Les ordres militaires sont incontestables. Un soldat obéit et ne pose pas de questions. L’armée des enfers est ici pour accomplir une mission, et quiconque se met en travers de notre chemin en subira les conséquences ! »

Le chaos s’installa. Comment avaient-ils pu dire ça ? ! Leur existence ne compensait pas le risque ?

Où était la gloire intransigeante du peuple élyséen ? Où était leur honneur indéfectible ? Leur foi ? Les stagiaires regardaient autour d’eux comme s’ils étaient pris dans un cauchemar. Ils étaient furieux, perdus et confus. Leurs esprits étaient des mers d’émotions intenses et contradictoires.

Gabriel haussa les épaules comme s’il savait que cela allait arriver, mais c’est Cloudhawk qui resta le plus calme dans cette mer d’agitation. Il éleva calmement la voix pour faire une observation. « Anéantir ce village ne va pas bien se terminer. »

« C’est pour cela que l’armée des enfers n’existe pas. Les soldats de Frost sont à cinquante kilomètres de là. Quand nous aurons terminé, on aura l’impression que les Dark Atom ont découvert qu’ils étaient exposés et se sont déchaînés, tuant tous les habitants du village. Notre jeune commandant héroïque ira avec la cavalerie dès qu’il aura appris la nouvelle. Il arrivera avec sa cavalerie vertueuse et, bien qu’il soit arrivé trop tard pour sauver le village, il aura effacé les blasphémateurs. Il retournera alors triomphalement à Skycloud City où ils chanteront ses louanges et pleureront leurs frères disparus. Et leur haine pour Dark Atom s’infiltrera encore plus profondément. »

« C’est la raison d’être de l’armée des enfers ? » Cloudhawk comprit enfin ce que Skye Polaris avait voulu dire en parlant de « mal nécessaire ». « Ce monde entier n’est qu’hypocrisie et mensonges. »

L’assistant était surpris par le calme extérieur de Cloudhawk. Tous les autres avaient été abasourdis par la vérité lorsqu’ils l’avaient apprise, mais pas lui. Il n’était pas choqué ou en colère. Il l’avait juste vu pour ce qu’il était.

Mais c’était une bonne nouvelle. Si Cloudhawk ne faisait pas d’histoires, le reste de son équipe garderait son calme. Après tout, il avait acquis un prestige considérable auprès de ses pairs au cours des deux derniers mois. Ces novices suivaient toujours son exemple.

Veronika aida Claudia à se relever des ruines sur lesquelles elle était tombée.

Elle ne pouvait pas croire ce qu’elle voyait. Les soldats élyséens étaient censés être les plus dévoués des croyants. Leur responsabilité n’était-elle pas de protéger ces gens ? Comment pouvaient-ils massacrer des innocents comme ça, dans l’enceinte de leur propre domaine ? Elle ne pouvait pas… Elle ne pouvait pas l’accepter. Cela ne pouvait pas être vrai. La Cité Skycloud ne pouvait pas avoir ordonné quelque chose comme ça.

« En quoi est-ce différent de ce que font les démons ? ! »

« Claudia, je tolère tes conneries naïves depuis trop longtemps. Trop, c’est trop ! » Cloudhawk se redressa, faisant appel à toute l’autorité qu’il avait apprise en tant que leur capitaine. « Parfois, des sacrifices sont nécessaires pour la sécurité à long terme du domaine. Ces sacrifices ne concernent pas seulement les vies des sauvages mais aussi celles des Élyséens. Pas seulement des roturiers mais aussi chaque soldat sans nom qui a renoncé à la gloire pour le devoir. Si tu ne peux pas comprendre ça, alors tu n’as rien à faire en tant que soldat. »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 110 – La mission commence Menu Chapitre 112 – Reconnu mais non accepté