Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 103 – Impasse

Livre 1 chapitre 103 – Impasse

Le soleil s’était levé sur les terres désolées, sa lumière dissipant les ombres qui s’accrochaient aux vallées du marais. Pourtant, la brume grise ne s’était pas dissipée.

Les marais étaient mortellement immobiles et aussi silencieux qu’une tombe. De temps en temps, des bulles traversaient la surface stagnante et crachaient du gaz fétide dans l’air. Le paysage incolore évoquait une photo en noir et blanc, une esquisse d’une étendue morte remplie de secrets.

Une centaine d’hommes déguisés en soldats étaient éclairés par le soleil pâle, chacun d’eux étant équipé d’un masque de protection pour les protéger des vapeurs toxiques. Ils se tenaient autour d’une fosse, regardant prudemment à l’intérieur, une grande bête gisant à l’intérieur.

Le cadavre du lézard des terres désolées avait été attaqué par quelque chose. Son ventre avait été déchiré et les entrailles qui n’avaient pas été mangées étaient éparpillées partout. Les eaux acides avaient déjà commencé à dissoudre le cadavre, et dans vingt-quatre heures, il ne serait plus qu’un squelette.

La formation de ce paysage caustique était simple. Tout d’abord, la forme naturelle de la vallée avait bloqué les vents de sable. Le terrain bas permettait à l’eau de s’accumuler plus facilement. Ensuite, elle était alimentée par une source d’eau souterraine abondante, mais qui avait été contaminée par un polluant ancien. Quoi qu’il en soit, cela rendait l’eau suffisamment acide pour dissoudre la chair. Troisièmement, cette eau fétide était continuellement pompée à la surface où elle transformait la terre morte en un marais inhabitable. L’excès de liquide était rapidement évaporé par le soleil battant, mais les polluants restaient jusqu’à ce que, après de nombreuses années, cette étendue nocive soit créée.

C’était dangereux, une terre de poison et de décomposition.

Bien que les mercenaires soient expérimentés, cette expérience se limitait aux déserts sablonneux. Aucun d’entre eux n’avait connu un tel endroit et ne savait à quoi s’attendre. Ils prenaient un risque en s’aventurant dans l’inconnu.

« À en juger par les traces, le gamin n’a pas pu aller bien loin. »

Les mercenaires ne savaient pas grand-chose, mais ils savaient que ce n’était pas l’habitat typique d’un lézard. Quelqu’un avait dû obliger la créature à entrer, et un chasseur de primes habile pouvait lire chaque trace suffisamment clairement pour savoir que Cloudhawk était passé il n’y a pas longtemps.

« Vous en avez vu assez ou quoi ? » L’un des mercenaires, un homme avec un fusil de chasse, murmura avec irritation : « La vie de ce gamin vaut une fortune, mais il y a un tas de créatures ici qui aimeraient bien le mordre aussi. Si son cadavre tombe dans cette eau et qu’il ne nous reste rien d’autre que des os, on perd notre jour de paie. »

Tout le monde partageait son inquiétude.

Il n’y avait pas de temps à perdre. Ils devaient suivre sa piste. En tant que chasseurs expérimentés, ils pouvaient dire où le garçon se dirigeait grâce à sa piste d’empreintes et pouvaient même dire qu’il était blessé, en plus d’avoir soif et faim. Il serait facile à ramasser une fois qu’ils l’auraient trouvé.

Pourtant, les révélations ne plaisaient pas aux chasseurs de primes.

Dans son état d’affaiblissement, l’errance mettait le gamin dans une situation désespérée. Il pouvait être enlevé et mangé par un monstre, tomber dans une fosse d’acide, ou se glisser dans les marais sans fond. Ils pouvaient perdre son cadavre et donc, la prime.

Alors que les mercenaires continuaient, de plus en plus anxieux, ils furent soudainement surpris par une fine silhouette sur leur chemin. Il était vêtu d’un manteau gris en lambeaux qui flottait contre sa frêle silhouette. Un bâton noir était attaché à sa taille, et dans ses mains, il tenait un fusil rudimentaire. Le gamin se tenait au milieu du marais. Qui savait où il se dirigeait ?

« On l’a trouvé ! »

Qui aurait cru que ce serait si facile ? Les mercenaires rayonnaient de joie.

Son visage était couvert par ce masque blanc, un faux visage avec un sourire étrange et féroce. C’était particulièrement troublant dans ce contexte morbide.

L’enfant était rapide. Il les avait vus en même temps qu’ils l’avaient repéré, et il avait pointé son fusil dans leur direction. Les vétérans mercenaires s’étaient dispersés – des tueurs chevronnés comme eux ne seraient pas si facilement vaincus.

Le tir de Cloudhawk ne toucha que de l’air. Il abandonna le combat et s’enfonça plus profondément dans la tourbière.

La zone était recouverte d’une eau d’un vert sombre qui bouillonnait de façon suspecte, donnant l’impression d’être vivante. Toute créature malchanceuse qui s’aventurait dans la tourbière était rapidement engloutie et entraînée dans les profondeurs. Il avait réussi à rester au-dessus en se frayant un chemin le long de bois flotté et d’autres détritus, en dansant à la surface pour augmenter la distance entre lui et les mercenaires.

Leur ticket de repas était en train de s’échapper !

Les mercenaires n’avaient pas eu le temps d’examiner leur environnement, pas avec leur cible en fuite. Ils avaient couru après lui aussi vite qu’ils le pouvaient.

Cloudhawk avait l’air de bondir avec adresse au-dessus de la tourbière, mais en réalité, ce n’était pas si facile. Un des mercenaires piétina une planche de bois qui s’était rapidement désintégrée sous ses pieds. Elle était probablement là depuis trop longtemps et était rendue fragile par les eaux caustiques. Ainsi, le mercenaire glissa dans la boue.

« Ah-ah-ah-ahhhhh ! »

Ses cris stridents étaient émoussés par l’air lourd. En quelques instants, son visage avait commencé à fondre et il n’avait plus l’air humain. Il leva une main au-dessus de la tourbière et sa chair bouillonna de façon écœurante, s’envolant en morceaux grésillants.

Les autres mercenaires ne purent que mettre une balle à leur camarade pour mettre fin à ses souffrances.

Cloudhawk avait déjà traversé la tourbière, se dirigeant vers une grappe de roseaux gris pour s’y cacher. Lorsqu’il glissa hors de vue, les tireurs d’élite de la compagnie commencèrent à tirer sauvagement sur sa position.

Il pouvait entendre les balles arriver. Le sentiment de danger qui en découlait l’inonda d’adrénaline. Mais même s’il était conscient du danger, les tireurs étaient trop habiles. Le temps qu’il leur fallait pour dégainer leurs fusils et tirer était de moins de deux secondes. La grêle de balles coupa tous les chemins de fuite possibles.

Tout ce qu’il pouvait faire était d’empêcher les balles d’atteindre les zones clés. À la fin, il fut touché deux fois. L’une d’entre elles traversa sa cape, son armure en peau d’ours et laissa un trou dans son dos. Heureusement, la solide armure de cuir lui avait enlevé la majeure partie de sa force, de sorte que la blessure n’était pas trop grave.

La seconde le frappa à la cuisse et le déséquilibra. Il rampa rapidement dans la sécurité relative des roseaux.

Le gamin n’avait nulle part où s’enfuir !

Les mercenaires s’étaient rapprochés, mais un sentiment de malaise les avait envahis.

Quelques instants plus tard, le marais éclata. D’innombrables bulles montèrent à la surface du marais et éclatèrent, libérant un nuage de gaz toxique dans l’air. Que ce soit à cause du bruit des coups de feu ou d’autre chose, les mercenaires avaient attiré l’attention des habitants du marais.

Bang !

Le marais s’était mis à remuer et à créer des rouleaux d’acide.

Un énorme tentacule s’était glissé hors des eaux, couvert d’une chair gluante noir violacé. Il mesurait plus de trente pieds de long, était couvert de barbes et entrecoupé de quelque chose qui ressemblait à des bouches. La zone plate s’était ouverte pour révéler des rangées de dents hideuses qui grinçaient de faim.

« C’est quoi ce bordel ? ! »

Ils n’étaient pas préparés à ça !

Profitant de leur malheur, Cloudhawk réussit à se cacher complètement dans les roseaux. Il avait sorti un morceau de tissu et s’était attaché la jambe pour arrêter le saignement. Il avait ensuite levé son fusil. Tout doucement, pour viser à travers les roseaux, ayant une vision claire sur sa cible.

Crack !

Une balle transperça deux des mercenaires, pour finir sa course dans la poitrine d’un troisième. Le monstre des marais les avaient entraînés dans les profondeurs obscures quelques instants après qu’ils aient touché le sol.

Désormais, les mercenaires savaient ce qu’il préparait. Le gamin ne fuyait pas. Il les attendait là. C’était une embuscade. Il savait qu’il ne pouvait pas courir, alors il avait choisi un endroit pour se défendre – un endroit où il pourrait utiliser les monstres des marais et le terrain pour se défendre !

Ces créatures tentaculaires étaient extrêmement dangereuses – tout le marais était mortel !

Cependant, bien que cet endroit soit une menace, comment pouvait-il espérer affronter une centaine de mercenaires avec son seul fusil ? Ces chasseurs de primes gagnaient leur vie en errant dans les terrains vagues et ils avaient rencontré toutes sortes de bêtes. Les monstrueux tentacules étaient féroces, mais pas au point de dissuader ces vétérans.

Ils levèrent leurs fusils et tirèrent, réduisant l’un des tentacules en viande hachée. Des morceaux s’envolèrent dans toutes les directions. Un autre des mercenaires s’était précipité vers l’avant avec une machette et coupa en deux un autre tentacule qui était à peu près aussi épais qu’un homme.

« Avancez ! Ne vous embêtez pas avec ces fichues choses ! »

Les chefs des mercenaires avaient gardé les yeux sur la “récompense”. Les tentacules avaient tué plusieurs de leurs hommes, mais la riposte ne leur rapporterait rien.

Cloudhawk, qui était le plus dangereux, les tentait toujours depuis les roseaux.

Une poignée de mercenaires plus compétents avaient été les premiers à agir. Ils s’étaient précipités de façon irrégulière pour le tromper, sautant le long des planches et des pierres pour se rapprocher. Peu de temps après, ils atteignirent l’autre côté.

« Crève ! »

Celui qui avait le fusil de chasse lança une rafale de balles dans le buisson dans lequel il s’était glissé. Des morceaux de plantes furent projetés dans toutes les directions. Un autre s’était jeté sur les roseaux comme s’il les récoltait, en coupant furieusement le feuillage.

Cloudhawk était parti. Les yeux des chasseurs s’étaient d’abord engouffrés dans la mare de sang où il avait pansé ses blessures. Ils avaient tout de suite su qu’il s’était enfui, et le saignement de sa jambe n’avait pas complètement cessé. Il avait du mal à bouger. Il n’y avait aucune chance qu’il soit parti très loin avec ses blessures.

Les mercenaires avaient continué à se frayer un chemin à travers le marais acide. Ils avaient subi des pertes importantes, mais la plupart de leur équipage respiraient encore. De plus, cela n’avait pas d’importance. Ce n’était pas comme s’il avait la force de se défendre. Même s’il était à pleine puissance, ils étaient plus que ce qu’il pouvait supporter.

« Poursuivez-le ! »

Les chasseurs continuèrent à suivre la piste.

Les choses n’allaient pas bien pour Cloudhawk, mais il continuait d’avancer. Sa volonté surhumaine et son désir tenace de vivre étonnaient ses poursuivants, mais pas assez pour qu’ils abandonnent la poursuite.

Combien de temps sa persévérance lui permettra-t-elle de tenir le coup alors qu’il perdait tant de sang ? Combien de temps son désir de vivre lui permettra-t-il d’éviter l’inévitable ? Ce gamin ne faisait que marcher vers une impasse !

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 102 – Les marais Menu Livre 1 chapitre 104 – Chercheurs