Combat Contre Le Destin | Way of Choices | 择天记
A+ a-
Chapitre 7 : Rencontre entre Chen Changsheng et Tang trente-six

Lorsque l’encens s’éteignit, on entendit les tintements d’une cloche d’or qui signalaient la fin de l’examen. Chen Changsheng sortit du bâtiment avec les autres candidats. Ignorant les regards curieux des jeunes gens qui attendaient dehors, il se dirigea vers un endroit tranquille derrière le lac pour attendre le résultat final qui serait annoncé après le coucher du soleil.

Tandis que plupart des candidats discutaient des réponses qu’ils avaient données ou de la difficulté de cet examen, Chen Changsheng était venu près du lac afin d’être au calme. La seule personne qui se trouvait là était cet adolescent vêtu de noir, debout tout seul comme lui devant le lac. Pensant que ce génie devait forcément être fier et solitaire, Chen Changsheng se tint à distance. Il ne s’attendait pas à ce que Tang trente-six vienne vers lui.

– « Je m’appelle Tang trente-six. » dit-il

Un peu surpris car il n’aurait jamais pensé que ce jeune homme prendrait l’initiative de venir lui parler, Chen arrangea un peu ses vêtements et répondit poliment :

– « Je suis Chen Changsheng, enchanté! »

Ce fut au tour de Tang trente-six d’être étonné : il n’aurait jamais imaginé que ce garçon ait un nom aussi ordinaire. Même les gens qui vivaient à la campagne et manquaient d’éducation n’auraient pas choisi un tel nom pour leur enfant. Après un moment de silence, il dit :

– « Votre nom est simple, ce n’est pas plus mal. »

Chen Changsheng se dit qu’au moins, cet adolescent était honnête. Lui aussi trouvait le nom de Tang trente-six plutôt curieux.

– « On m’a appelé Chen Changsheng parce lorsque j’étais petit, j’ai été si malade que mon maître a émis le souhait que je puisse recouvrer la santé et vivre longtemps.  Et vous ? Pourquoi vous appelez-vous Tang trente-six? Etes-vous le trente-sixième enfant de votre famille ? Si c’est le cas, vous avez une très grande famille. D’où venez-vous ? Ça ne doit pas être facile pour vous d’étudier en compagnie d’autant de frères et sœurs. Ce doit être très bruyant… »

Tang trente-six resta surpris. Demander l’origine du nom d’un inconnu, surtout le lui demander personnellement, n’était pas très poli.

Tang trente-six avait un visage froid. Ceux qui ne connaissaient pas l’origine de son nom n’auraient jamais osé prendre l’initiative de venir lui en demander les raisons. Mais Chen Changsheng avait posé cette question avec tant de simplicité, parmi tant d’autres!

En fait, Chen n’avait guère réfléchi. Dans cette capitale inconnue, au milieu de la cour de l’institut remplie de moqueries et de regards froids tournés vers lui, Tang trente-six était un génie. S’il désirait lui parler, Chen Changsheng se devait de montrer de l’enthousiasme et faire montre de bonne bonté.

Il s’efforçait de communiquer avec Tang trente-six. Mais depuis son enfance, il n’avait vécu qu’avec son frère et son maître. Ce dernier ne parlait pas beaucoup et son frère encore moins. Ne sachant pas du tout comment s’y prendre pour communiquer avec les autres, Chen posait des questions curieuses. Bien qu’il s’efforçât de montrer à Tang qu’il était bien disposé, ses étranges questions auraient pu entraîner des malentendus, un peu comme la veille chez le général Xu.

Cependant, Tang trente-six n’en fut pas fâché, bien au contraire. Il trouvait que Chen Changsheng était un jeune homme honnête, un jeune homme vrai.

Tang trente-six s’était donné pour objectif de toujours mener sa vie en honnête homme. Chen Changsheng était très différent des gens qu’il avait rencontrés jusqu’ici, qui étaient soit ordinaires et médiocres, soit hypocrites.  

– « En effet, j’ai beaucoup de frères et sœurs, mais chacun travaille chez lui, aussi, quand j’étudie, il n’y a pas de bruit. Si je m’appelle Tang trente-six, ce n’est pas en raison de mon rang à la maison, mais parce que l’an dernier, alors que j’avais 15 ans, je suis entré pour la première fois sur la liste Qingyun  où je suis classé trente-sixième. Je me sentais honteux, face aux capacités de cette femme et du petit enfant de la race des loups…… j’ai donc changé mon nom en Tang trente-six pour me rappeler ma force réelle et continuer à faire des efforts. J’ai répondu à toutes vos questions. »

Cette conversation était la première communication sociale de Chen Changsheng depuis son départ du petit village Xining et son arrivée dans la capitale. Il en était de même pour Tang trente-six. Cette année, Chen avait eu quatorze ans et Tang trente-six seize ans. Ils se ressemblaient un peu.

Cette conversation était intéressante, même un peu drôle. Mais au bout de tant d’années, c’était surtout un grand succès. Comme le pacte d’alliance entre le premier empereur de la dynastie des Zhou et le leader de la race des Démons, cet entretien allait jouer un rôle très important dans l’histoire à venir.

– « A combien  de questions avez-vous répondu au cours de cette évaluation ? » demanda Tang trente-six.

Le jeune homme sentait bien que Chen Changsheng n’était pas quelqu’un d’ordinaire, aussi s’intéressait-il à ce que ce jeune garçon avait bien pu répondre. Mais en voyant son interlocuteur pâlir légèrement, Tang se dit que sa question était peut-être déplacée. Répondre à des questions aussi nombreuses que les gouttes d’eau dans la mer n’était déjà pas facile pour un génie, alors que dire d’un adolescent ordinaire comme Chen Changsheng ! Ce dernier avait l’air épuisé : visiblement, les résultats ne devaient pas être fameux.

– « Je n’ai pas su répondre aux questions pratiques, comme celles concernant la puissance de l’âme, la force réelle à l’intérieur de notre corps, la magie consistant à rassembler les forces des étoiles pour brûler le soleil. »

Chen Changsheng répondit avec beaucoup de franchise.

Mais par chance,  il connaissait bien les livres de taoïsme, aussi les questions académiques, en apparence obscures, ne présentaient aucune difficulté pour lui. Par contre, il n’avait pas été capable de répondre aux questions concernant la pratique. Il ne savait que dire. Heureusement, il ne s’agissait que d’un examen d’entrée, on ne demandait pas beaucoup de connaissances pratiques.

Tang trente-six était un peu confus : Ainsi, il avait répondu à toutes les questions, sauf celles portant sur la pratique ?

C’est alors que Tang aperçut un maître portant un épais dossier, qui s’avançait d’un pas rapide. Visiblement, il était de très bonne humeur. Voyant cela, Tang le recoupa avec ce que Chen venait de lui dire et émit une supposition audacieuse : et si ce jeune homme causait une surprise générale ?

– « Pour le reste… vous avez répondu à tout ? »

– « Je ne suis pas très sûr… Il existe deux versions de l’incantation de Taishangqingxin, on a d’abord consigné la première, mais par la suite, on a utilisé la nouvelle version. Cependant, la question précise qu’il s’agit de la période antérieure à 1573, aussi, ne sachant pas quelle version citer pour répondre, j’ai mentionné les deux. J’ai bien peur que les enseignants n’apprécient pas. Je vais perdre quelques points sur cette question. »

Tang trente-six ne répondit rien. Il ne connaissait qu’une version et n’avait donc pu citer que celle-ci. Au bout d’un moment, il regarda Chen Changsheng et dit :

– « Je pensais être le plus arrogant de la jeune génération, mais contre toute attente, vous l’êtes plus que moi. »

Chen Changsheng en resta perplexe. Il ne comprenait pas. En quoi était-il arrogant ?

Tout à coup, la foule devint bruyante. Les noms des candidats qui avaient réussi l’examen venaient d’être affichés.

Chen Changsheng s’avança. Ne trouvant pas son nom sur la liste, il resta longtemps à la regarder sans dire un mot.

Certains lui lançaient des regards moqueurs. Si Tang trente-six ne s’était pas trouvé près de lui, les commentaires auraient sans doute été plus acerbes encore.

– « Je ne comprends pas », murmura Chen Changshen.

Tang trente-six ne comprenait pas non plus. Ce jeune homme ne lui aurait pas menti. S’il avait répondu à la majorité des questions, il aurait dû avoir un bon résultat. Alors pourquoi son nom n’était-il pas sur la liste ?

Chen Changsheng alla trouver le maître qui était responsable de la pré-évaluation et lui dit :

– « Je voudrais que l’on vérifie mes résultats. »

Ce dernier, qui était occupé à trier des documents, répondit sans même lever la tête :

– « Puisque vous vous êtes présenté à l’examen en pleine connaissance des règles de notre institution, vous devez savoir que l’institut Tiandao ne fait jamais de vérification, c’est une question de respect. Vous n’êtes pas reçu. »

Chen Changsheng le regarda longuement, silencieux, puis se détourna et partit.

– « Même s’il s’est tu, je sais bien ce qu’il aurait voulu dire… Ce petit a beau être en colère, il a su s’abstenir de se montrer désagréable. Il est vraiment formidable! »

Tang trente-six regarda Chen Changsheng disparaître de l’autre côté de la rivière. Il se tourna vers le doyen adjoint et dit :

« L’institut Tiandao lui-même n’ose pas recevoir un tel talent, étonnant! »

– « Vous n’avez que deux ans de plus que lui et vous l’appelez le petit, intéressant » répondit le doyen adjoint Zhuang. « Mais comment savez-vous ce qu’il voulait dire? »

– « Il voulait dire que vous le regretterez certainement …… Je le sais parce que si j’avais été traité ainsi, j’aurais montré mon mécontentement et c’est exactement ce que j’aurais dit. »

– « L’institut Tiandao regretterait de ne pas avoir admis un jeune homme ordinaire? »

– « Il n’est pas ordinaire, c’est un génie, tout comme moi. »

Après un moment de silence, Zhuang dit :

– « J’ai vu les documents concernant ce jeune adolescent. Il n’a même pas encore régénéré sa moelle qu’il possède déjà de riches connaissances. On peut dire en effet qu’il s’agit d’un génie. Il n’a rien à envier à Wang Ce. Comme d’habitude en pareil cas, je l’aurais volontiers admis dans notre institut et me serais personnellement occupé de son enseignement, mais malheureusement cette fois, c’est impossible. »

Tang trente-six le regarda dans les yeux et demanda :

– « Pourquoi ? »

– « Parce que nous avons reçu des consignes », répondit le doyen adjoint.

– « De qui ? »

– « De la famille du général Xu. »

– «L’institut Tiandao ne s’est jamais laissé impressionner par toutes les personnes puissantes qui vivent aujourd’hui sur le continent, pas même par les Démons. Et à présent vous suivriez les ordres de la maison d’un général ? »

– « Votre père vous a confié à moi, aussi je ne veux pas vous cacher la vérité. Mais ne répétez à personne ce que je viens de vous dire. En principe, les généraux ne se permettent pas de nous donner des ordres, mais le général Xu n’est pas n’importe qui : il s’agit de Xu Shiji. »

– « Xu ShiJi ? Même si la Sainte Reine lui fait énormément confiance et qu’il est fort au combat, ce n’est quand même qu’un général. »

– « Mais il y a un phénix dans sa famille… »

En entendant le mot de phénix, la fierté de Tang trente-six disparut instantanément. Il murmura :

– « Chen Changsheng aurait provoqué la colère de ce phénix ? Quel idiot, pourquoi a-t-il fait cela ? »

Le doyen adjoint Zhuang dit calmement :

– « Après tout, il a déjà quatorze ans. Même s’il avait un important potentiel, il est trop tard pour qu’il puisse régénérer sa moelle. Il y a trop de talents dans ce monde, et quand bien même ce jeune homme supporterait l’épreuve de la régénération et possèderait de bonnes chances pour l’avenir, il ne peut intégrer l’institut Tiandao. Et sans l’institut Tiandao, il ne pourra rien faire. »

 

Chen Changsheng ignorait que la maison de général Xu était cause de son échec. Il avait pensé qu’il serait probablement au nombre des admis, parmi les enfants des grandes familles riches et puissantes à la capitale. Même s’il se doutait que quelqu’un avait utilisé des moyens sordides, Chen n’avait plus qu’à se murer dans son silence.

Il quitta l’institut Tiandao pour se rendre au second institut figurant sur sa liste. Mais il ne s’aperçut pas que le chariot tiré par un cheval portant l’emblème du phénix le suivait toujours dans le noir.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 6 : Surprise au cours des évaluations Menu Chapitre 8 : Cueillir les étoiles