Le Monde des Arts Martiaux | Martial World | 武极天下
A+ a-
Chapitre 149 – Contrat de Vie et de Mort

« Pourquoi ne signerions-nous pas un Contrat de Vie et de Mort ? De cette manière, personne ne pourra être tenu pour responsable si l’un de nous est blessé ou estropié. Qu’en dites-vous ? »

Le sourire de Lin Ming était particulièrement étincelant. Les effets de la Paume qui Morcèle le cœur étant un petit peu excessif, c’était une bonne idée de signer un Contrat de Vie et de Mort à l’avance.

Zhang Guanyu fut euphorique lorsqu’il entendit cette proposition. Lin Ming lui offrait sa nuque en attendant de se faire décapiter. Quelle stupidité ! Il n’avait jamais vu qui que ce soit faire une chose aussi idiote !

« Lin Ming ! Qu’est-ce que tu fais ? » dit Wang Yuhan en se laissant emporter par l’inquiétude. Elle s’était exprimée à voix haute, sans utiliser de véritable énergie. Proposer de signer un Contrat de Vie et de Mort revenait à creuser sa propre tombe.

« Tu ne peux pas le signer ! »

Zhang Guanyu eut un rire moqueur et dit en souriant : « Mademoiselle Wang, puis-je vous demander qui vous êtes à l’égard de Lin Ming ? »

– Je… » Wang Yuhan ne sut pas quoi répondre et les mots restèrent bloqués dans sa gorge. Ses rapports avec Lin Ming étaient limités à l’inscription et son rôle d’assistante. Il n’y avait rien d’autre. De quel droit pouvait-elle se permettre d’interférer dans sa décision ?

« Mademoiselle Wang est une amie et je la remercie pour son attention. Mais je ne reviendrai pas sur ma parole, j’ai dit que j’étais prêt à signer un Contrat de Vie et de Mort et je le ferai, dit Lin Ming.

– Bien ! Merveilleux ! Qu’on apporte le set d’écriture ! » gloussa Zhang Guanyu.

Un domestique s’empressa d’aller chercher les ustensiles d’écriture. Puis, un scribe s’attela à rédiger le document ligne après ligne en petits caractères. Ces mots constituaient le Contrat de Vie et de Mort passé entre Lin Ming et Zhang Guanyu.

Ce dernier y apposa l’empreinte de son pouce puis, prenant une plume, fit un geste vif de la main qui laissa apparaître le nom de Zhang Guanyu sur le document. L’encre était d’un rouge vif, pareille à du sang.

Lin Ming vint à son tour apposer son nom sur le contrat. Ses traits n’étaient pas évidents, mais il s’en dégageait une impression d’élan affûté semblable à une lance. Wang Yuhan qui se tenait sur le côté put clairement remarquer que son écriture avait pénétré le papier et coulait vers l’extérieur.

« Monsieur Ouyang, nous avions convenu que vous me remettriez une Perle de l’Eclair de Feu » s’empressa de demander Zhang Guanyu par le biais de véritable énergie lorsque le contrat fut signé.

« Lin Ming te défie aussi tôt, pourtant tu souhaites toujours utiliser une Perle de l’Eclair de Feu ? Pourquoi ? Ne le surestimerais-tu pas ? lui répondit l’intéressé en souriant.

– Mieux vaut être prudent. Je dois le mettre en pièces au point qu’il ne puisse pas s’en remettre ! Je ne peux pas me permettre la moindre erreur.

– Haha ! ce Lin Ming n’a vraiment pas de chance de t’avoir offensé. » Ouyang Dihua fit un geste rapide et un anneau spatial de couleur grise vint atterrir dans les mains de Zhang Guanyu.

Il était déjà tard dans la soirée et ils avaient agis avec une grande discrétion. La scène était si mineure que personne ne remarqua rien. Personne à l’exception de Lin Ming qui, grâce à la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, possédait des sens particulièrement affûtés et avait remarqué ce petit échange.

« Qu’est-ce qu’il y a dans cet anneau ? » L’esprit de Lin Ming était secrètement passé en état d’alerte. Cet anneau n’était très probablement pas quelque chose de négligeable. « Je ne sais pas quelle carte Zhang Guanyu a dans ses mains. Je vais devoir être prudent durant ce combat. »

La place d’arme du Palais Royal se trouvait immédiatement à l’extérieur. C’était un vaste espace, large de plus de trois cents mètres ; soit encore davantage qu’un terrain de polo.

Le Palais Royal fut déserté, tous les convives étant sorti pour assister au duel. Même Murong Zi, qui se cachait jusque-là, trouva un coin duquel elle était peu visible pour regarder avec Bai Jingyun.

Zhang Guanyu changea la longue robe de soie qu’il portait pour des habits plus simples, puis il prit position sur la place d’arme. Dans ses mains, une impressionnante épée du degré humain de grade supérieur brillait d’une froideur saisissante. Lin Ming la connaissait déjà ; c’est lui qui, un mois auparavant, avait aidé Zhang Guanyu à la graver.

Wang Yuhan soupira en la voyant. Lin Ming allait faire face à une épée prodigieuse de la plus haute qualité qu’il avait personnellement aidé à réaliser.

Zhang Guanyu fit quelques gestes pour la mettre en valeur. Son visage arborait une expression satisfaite.

« Vous souvenez-vous de cette épée Monsieur Lin ? Je dois vous remercier ; sans vous, elle n’aurait pas pu être aussi parfaite. Je me demande ce que ça fait de tomber sous la lame d’une épée que l’on à soi-même participé à façonner ? dit-il avec un sourire provocateur.

– La sensation devrait être la même pour toi », répondit Lin Ming en sortant la Lance Lourde des Profondeurs. Une lueur rouge sombre commença à émaner du symbole au-dessus de sa main droite, comme si le sang coagulait sous la peau.

Bien entendu, Zhang Guanyu ne comprit pas le sens de sa réponse. Comment pourrait-il faire le rapprochement entre le sang de bête féroce de cinquième niveau qu’il avait donné à Lin Ming et ce symbole qui brillait sur sa main droite ? Sinon, on peut imaginer que son amertume serait nettement plus intense que celle de Lin Ming.

« Sa lance… elle… elle n’a même pas de symbole d’inscription ! » Wang Yuhan n’en crut pas ses yeux en voyant la Lance Lourde des Profondeurs. Elle ne pouvait pas imaginer que Lin Ming, un grand maître de l’inscription, puisse ne pas posséder de symbole d’inscription sur sa propre arme.

A quoi pensait-il ?

Tout le monde se retourna vers la Lance Lourde des Profondeurs à la remarque de Wang Yuhan. Cette lance n’avait pas de symbole d’inscription ?

Généralement, un artiste martial était incapable de discerner au loin si une arme possédait ou non un symbole. Mais Wang Yuhan pratiquait l’inscription et, par conséquent, ce qu’elle avait dit était probablement vrai.

Lin Ming ne s’était pas empressé de graver l’arme le plus rapidement possible après l’avoir obtenue ? Et il prévoyait maintenant d’affronter Zhang Guanyu avec cette arme démunie de symbole d’inscription ? Pourquoi ferait-il une chose aussi stupide ?

La plupart n’étaient déjà pas optimistes quant à la force de Lin Ming, mais en plus de cela son arme était de grade inférieur à celle de Zhang Guanyu et elle n’était pas gravée. Comment pouvait-il encore prendre part à cette bataille ?

Qin Xingxuan observait également la scène et ses sourcils délicats se froncèrent légèrement. Elle était certaine d’une chose, Lin Ming avait beau être jeune, il était loin d’être immature et stupide. Puisqu’il avait osé défier Zhang Guanyu ce soir, quel genre de carte cachait-il dans ses manches ?

« Eh ! eh ! je ne pensais pas que tu serais stupide à ce point. Tu as obtenu une aussi bonne arme et tu n’as même pas pris le soin d’y placer un symbole d’inscription, pourtant tu espères quand même m’affronter avec », moqua Zhang Guanyu en se léchant les lèvres avec avidité.

Les yeux de Lin Ming se posèrent sur la Lance Lourde des Profondeurs. Ces derniers jours, il avait passé le plus clair de son temps à pratiquer la Force des Dieux Infernaux et à réaliser le Sceau de Combat. Il avait été incapable de trouver le temps nécessaire pour donner à son arme le symbole qu’elle méritait. Même si, en réalité, c’était surtout parce qu’il souhaitait rassembler des matériaux de qualité pour fabriquer le symbole d’inscription le plus formidable qu’il était capable de faire avec sa technique et son niveau de cultivation actuels ; ce qui nécessitait du temps. Après tout, il ne prévoyait pas de changer cette lance de sitôt.

D’ailleurs, l’absence de symbole d’inscription sur son arme ne l’affectait pas plus que cela. Eclair Lunaire n’en possédait pas non plus.

Lin Ming s’avança en tenant la Lance Lourde des Profondeurs par son extrémité. Il sentait que sa main droite était pleine d’une force explosive ; c’était le pouvoir du Sceau de Combat. Grâce auquel sa force atteignait désormais les sept mille deux cents jins, soit davantage que celle d’un artiste martial à l’ouverture de la Condensation de l’Impulsion.

Immobile comme une montagne !

L’éclat de l’aura qui émanait de son corps commença à dégager une pression formidable. Certains des plus jeunes spectateurs dont le niveau de cultivation était faible ne pouvaient pas le supporter et furent contraints de se replier. C’était comme si une personne banale se retrouvait face à un tigre sauvage. Ils ne pouvaient pas s’empêcher de reculer, même s’ils savaient que le tigre ne les attaquerait pas.

« Quelle aura impressionnante ! Les points forts de Lin Ming sont sa force et son attitude imposante, mais il n’est pas très rapide. A l’inverse, Zhang Guanyu est particulièrement rapide mais sa force est légèrement inférieure. On peut dire que c’est un duel entre un parangon de force et un parangon de vitesse ! Je suis vraiment impatient de voir ce que ça va donner ! » fit remarquer un éminent disciple de la Maison Martiale des Sept Véritables.

« Un duel de champions ? Eh ! eh ! c’est Ta Ku le plus fort des disciples de la Maison Martiale. Non seulement sa cultivation est à l’ouverture du Façonnage Osseux, mais il possède également la Force Divine Native. Zhang Guanyu est le plus rapide et Ta Ku est le plus fort. Si ces deux-là s’affrontaient, là on aurait pu vraiment parler d’un duel de champions !

Lin Ming est quant à lui encore tendre et inexpérimenté, qu’importe qu’il soit un génie hors du commun. Immobile comme une montagne vous dites ? Je parie que Zhang Guanyu va le faire danser ! D’ailleurs, vu sa vitesse, j’ai peur que Lin Ming ne parvienne même pas à effleurer l’ourlet de ses vêtements. En plus, Zhang Guanyu pratique le Pouvoir Divin Acacia, sa véritable énergie et sa force ne devraient pas être inférieures à celles de Lin Ming. Le résultat de ce duel ne fait aucun doute ! » rétorqua en ricanant un jeune aristocrate vêtu d’une opulente robe en soie.

Le nombre de jeunes gens qui idolâtraient Lin Ming au sein du royaume était tel qu’on pouvait les comparer à une interminable rivière de carpes. Mais de la même manière, Lin Ming possédait son lot de détracteurs ; qui le jalousaient et espéraient qu’il tombe à jamais de son piédestal. Le jeune homme avec une robe en soie faisait partie de ceux-là.

Il savait que Lin Ming finirait tôt ou tard par surpasser Zhang Guanyu. Mais ce n’était pas pour aujourd’hui. Non, aujourd’hui, puisqu’il n’avait pas été capable d’attendre, il allait mourir misérablement.

Zhang Guanyu ricana à son tour et dit en se moquant : « Ton aura est décente. Quel dommage qu’elle soit inutile face à moi. Tu n’as pas affaire à Zhu Yan, j’ai déjà vu clair dans ton Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps. »

Tout le monde fut surpris en entendant cela, et plus particulièrement Wang Yuhan. Son cœur sembla soudain n’être plus soutenu que par quelques ficelles. Le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps était la plus puissante des capacités de Lin Ming. Comment pouvait-il gagner si Zhang Guanyu savait comment s’en protéger ?

Lin Ming ne prêta cependant pas la moindre attention aux provocations de Zhang Guanyu.

« Tu essayes juste de jouer avec mes nerfs. Cela fait plus de six mois que tu pratiques le Pouvoir Divin Acacia et que tu abuses de femmes innocentes, pourtant, ta perception est si insignifiante que tu n’as toujours pas atteint le deuxième échelon ! Tu crois vraiment qu’avec une perception pareille tu aurais pu ‘voir clair’ dans mon Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ? Fais-moi rire ! » répondit-il avec un large sourire.

Zhang Guanyu fut profondément blessé par ces mots et la colère monta rapidement en lui. Il n’était effectivement toujours pas parvenu, malgré tous ses efforts, à atteindre le deuxième échelon du Pouvoir Divin Acacia. Si bien que la crainte de ne jamais atteindre le Large Succès du septième échelon, où l’essence Yang devenait inépuisable, commençait à le ronger.

Les mots de Lin Ming l’avaient touché là où ça fait mal, dans son amour propre !

« Va au diable ! » La silhouette de Zhang Guanyu s’élança comme un éclair lorsqu’il cria et son ombre s’évanouit avec la vitesse. Ceux qui assistaient au combat entendirent seulement une série de bruit de pas et un son strident venant de nulle part. C’était le son d’une lame fendant l’air avec vélocité.

« Il est si rapide !

– Mon dieu ! Je n’arrive même pas à le suivre du regard ! Un humain peut-il réellement se déplacer à une telle vitesse ? »

Les jeunes héros et talentueux individus qui assistaient au combat possédaient tous une bonne capacité d’analyse de la puissance des autres artistes martiaux. Mais quoiqu’ils s’attendaient à ce qu’il y ait une disparité entre Lin Ming et Zhang Guanyu, aucun d’entre eux n’imaginait qu’elle puisse être aussi marquée.

Zhang Guanyu était si véloce qu’il était impossible de le suivre du regard. Comment Lin Ming allait-il s’en sortir ?

Personne ne pouvait prédire d’où son épée allait venir !

Son corps était semblable à une bourrasque de vent.

Lin Ming resserra son emprise autour de la Lance Lourde des Profondeurs et resta au même endroit, imperturbable.

Tandis que l’un se déplaçait avec une fulgurance exceptionnelle, l’autre se tenait parfaitement immobile. A en juger par l’élan avec lequel ils allaient rentrer en contact, Lin Ming était complètement désavantagé.

Zhang Guanyu arriva dans son dos en un instant et, souriant d’un air diabolique, pointa son épée pour lui trancher la tête. La lame atteignit une telle vitesse que le son lui-même fut aspiré à l’intérieur.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Guillaume
  • 🥈2. Léo
  • 🥉 3. Lionel
  • 4. Alexis
  • 5. Wakou
  • 6. Thomas
  • 7. Martin
  • 8. 94macadam
  • 9. Cédric
  • 10. PascalW
🎗 Tipeurs récents
  • Lionel
  • Thomas
  • Cédric
  • Martin
  • 94macadam
  • guillaume
  • Wakou
  • Alexis
  • Guillaume
  • Léo
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 148 – Aujourd’hui vaut mieux que demain Menu Chapitre 150 – Technique de déplacement suprême