Le Monde des Arts Martiaux | Martial World | 武极天下
A+ a-
Chapitre 144 – Ouyang Dihua

Pour le dire simplement, un maître Xiantian allait à l’encontre de la balance naturelle des choses. Si un pays en comptait un parmi ses habitants, alors aucun des pays frontaliers n’aurait le courage de s’opposer à lui. Mais si la guerre survenait malgré tout, le premier jour de celle-ci verrait la mort de l’ensemble des généraux du pays adverse et, le deuxième jour, c’est l’empereur qui disparaitrait dans l’enceinte même de son palais. Comment pourrait-il envisager de se battre dans de telles conditions ?

Le jour où Lin Ming possèderait une force rivalisant avec celle d’un maître Xiantian, alors l’ensemble du Royaume du Grand Avenir serait à ses pieds ; son contrôle s’étendrait à toute chose !

Alors que les nouvelles à propos de Lin Ming s’élevant à la sixième place de la Pierre du Classement se répandaient, le Prince Héritier fut l’un des premiers à être informé de la situation par un talisman de transmission sonore.

Il fut agréablement surpris par les résultats de Lin Ming. Il se remit à penser qu’en l’état, vu où en était Lin Ming, la probabilité qu’il puisse vaincre Zhang Guanyu d’ici quatre mois devenait de plus en plus tangible. Vu sa personnalité, comment Zhang Guanyu pourrait-il s’accommoder de cette réalité ?

La Maison Martiale des Sept Véritables était semblable à une cage renfermant des bêtes sauvages. Les individus les plus talentueux y était rassemblés, comme ces dresseurs qui sélectionnent les animaux les plus forts pour les enfermer dans un espace clôt, où ils les nourrissent avec de la bonne viande et leur donnent à boire, avant de finalement les laisser s’entretuer pour ne garder que le roi des bêtes.

Le Maître de la Maison Martiale avait donné quatre mois à Lin Ming pour vaincre Zhang Guanyu ; cela revenait à faire de ce dernier une pierre à aiguiser.

Si Zhang Guanyu était indifférent, ou un guerrier particulièrement obstiné qui gagne en bravoure lorsqu’il est acculé et sait reconnaître sa défaite, alors, même dans le pire des cas, ce ne serait pas un problème majeur.

Mais Zhang Guanyu était un paranoïaque sujet à la démence. Il n’allait pas accepter sa défaite et les conséquences de ce combat s’annonçaient déjà comme particulièrement inquiétantes.

Quel genre de méthode obscure allait-il employer ?

Yang Lin fronça les sourcils en pensant à tout cela. Lan Yunyue résidait dans l’enceinte du palais, elle était en sécurité ; quant aux parents de Lin Ming, il avait pris de telles précautions qu’il ne devrait pas non plus y avoir de problèmes.

Pour finir, Zhang Guanyu n’oserait pas sans prendre directement à Lin Ming.

Mais que lui restait-il alors ?

Dans le même temps, à l’association de l’Union Commerciale –

Affalé dans un canapé, Zhang Guanyu affichait une mine lugubre. Deux domestiques magnifiquement habillées se tenaient à côté de lui, dans un mélange de crainte et d’appréhension.

Zhang Guanyu fut l’un des premiers à apprendre que Lin Ming allait participer à cette guerre du classement. Il aurait pu s’empresser d’y aller pour assister à son évaluation, mais il n’était pas intéressé le moins du monde à le voir se donner en spectacle.

De la même manière, Zhang Guanyu fut également l’un des premiers à recevoir un talisman de transmission sonore avec le résultat.

Il avait atteint la sixième place de la Pierre du Classement en seulement deux mois.

Ce résultat mis Zhang Guanyu dans l’embarras. Quoique les trois premières places furent suffisamment éloignées des suivantes pour qu’on les considère comme à part et, quoique la force de Zhang Guanyu ait considérablement augmenté récemment, Lin Ming progressait à une vitesse terrifiante ! Le ciel lui-même pouvait-il prévoir jusqu’où il irait si deux mois s’écoulaient encore ?

Zhang Guanyu avait le sentiment d’avoir chevauché un tigre bien dangereux ; il ne pouvait plus faire machine arrière.

« Jeune Maître… vous m’avez fait mander ? »

Zhang Guanyu se retourna pour apercevoir un homme d’âge moyen à l’Entraînement des Entrailles entrer dans la pièce, avant de s’incliner. Les nouvelles de la performance de Lin Ming lui étaient également parvenues. Il ne pouvait que soupirer devant ce résultat. Il avait désapprouvé lorsque, deux mois plutôt, Zhang Guanyu avait décidé de provoquer Lin Ming, mais ce n’était pas son rôle que de lui donner des ordres quant à la manière de gérer ses affaires.

Maintenant qu’il avait offensé Lin Ming, il était trop tard pour revenir en arrière ; sans compter que vu sa personnalité, il n’était pas du genre à revenir sur ses décisions.

« Si le jeune maître continue sur cette voie sans changer sa nature, j’ai bien peur que son statut de successeur à la tête de l’Union Commerciale soit compromis. L’aîné ne se risquera pas à désigner un successeur avec un tempérament aussi fougueux et capricieux. »

L’homme secoua silencieusement la tête ; n’osant évidemment pas prononcer ses pensées.

Zhang Guanyu était assis là, silencieux et le visage terne. Il avait évidemment conscience des qualités essentielles et attendues pour prétendre à la direction de l’Union Commerciale, mais maintenant qu’il cultivait le Pouvoir Divin Acacia, cette position tant convoitée ne trouvait plus d’intérêt à ses yeux. Il lui préférait la jeunesse éternelle et une essence Yang intarissable. Le statut de chef de l’Union Commerciale était synonyme de problèmes mondains, qui risquaient d’affecter sa pratique des arts martiaux.

« Aide moi à contacter le Prince des Nuages et Ouyang Dihua des Sept Profondes Vallées. Je dois les voir, dit-il finalement, rompant ainsi un long silence.

– Le Prince des Nuages et Ouyang Dihua ? » répondit l’intéressé, surpris. Zhang Guanyu souhaitait sans doute obtenir de l’aide, et qui de plus indiqué que le Dixième Prince ? C’était probablement le meilleur ennemi de Lin Ming. Comme disait le proverbe, l’ennemi de mon ennemi est mon ami. Pourtant, de toute l’histoire du royaume, jamais l’Union Commerciale n’avait pris position dans les luttes pour le trône ; préférant conserver une neutralité totale et absolue. L’association n’avait jamais favorisé une famille plutôt qu’une autre. Mais Zhang Guanyu semblait cette fois déterminé à abolir cette tradition en se rangeant du côté du Dixième Prince.

Quant à Ouyang Dihua, c’était le disciple direct du troisième aîné de la Faction Acacia des Sept Profondes Vallées, Ouyang Boyan.

En réalité, son talent n’était pas plus considéré que cela parmi les disciples de la secte. Il avait atteint la Condensation de l’Impulsion à vingt-deux ans et, depuis lors, deux années complètes s’était écoulées sans qu’il ne parvienne à en atteindre le sommet.

Il devait davantage sa position à ses origines qu’à son talent. En tant que neveu de Ouyang Boyan, sans parler des rois, même les Emissaires des Sept Véritables et les Maîtres de la Maison Martiale se devaient de le saluer avec un minimum de respect.

Ouyang Dihua avait dédié ces dernières années à la pratique du Pouvoir Divin Acacia, quittant ainsi les Sept Profondes Vallées pour partir faire l’expérience des pays voisins. En réalité, c’est surtout les femmes de ces pays qui l’intéressait.

Ouyang Dihua possédait des goûts très variés en matière de femmes, mais il était particulièrement sensible à deux types bien particulier. En premier lieu desquels les jeunes filles issues de grandes familles respectées, qui possédaient généralement du caractère et une grande fierté. Il aimait par-dessus tout déchirer leurs vêtements et les amener, elles qui étaient si pures, dans la luxure et la débauche. Quant au deuxième type de femmes, il s’agissait de celles issues de familles fortunées. Ces filles étaient charmantes et avaient pour habitude de voir tous leurs caprices satisfaits. Ouyang Dihua aimait particulièrement le parfum sucré de leur corps encore immaculé.

L’association de l’Union Commerciale et le troisième aîné de la Faction Acacia des Sept Profondes Vallées, Ouyang Boyan, entretenaient des relations de longues date. C’est d’ailleurs grâce à cela que Zhang Guanyu était en mesure de pratiquer les Pouvoir Divin Acacia. Evidemment, l’association avait eu à payer le prix fort.

Cinq jours plus tard, à une cinquantaine de milliers de kilomètres du Royaume du Grand Avenir, au palais de la capitale de la Nation des Vents Célestes –

Zhang Guanyu attendait dans une grande pièce, les mains détendues, sans la moindre once d’arrogance sur le visage. Un jeune homme d’une vingtaine d’années se trouvait face à lui, allongé paresseusement sur un lit en compagnie d’une beauté à la peau de jade.

Les draps dans lesquels ils étaient enveloppés laissaient parfois apparaître une scène indécente. De toute évidence, ils étaient nus sous ce voile fin de tissu.

« Réponds-moi franchement Zhang Guanyu, qu’est-ce qui t’amène aujourd’hui à venir solliciter mon aide ? »

Ce jeune homme était Ouyang Dihua. Cela faisait maintenant une petite semaine qu’il s’était établit dans la Nation des Vents Célestes, y appréciant les belles femmes tout en essayant d’atteindre le large succès du troisième échelon du Pouvoir Divin Acacia.

Lorsque Zhang Guanyu avait eu connaissance de sa position, il avait décidé d’emprunter l’aigle des vents célestes de l’association et avait passé les cinq jours qui suivirent à parcourir les cinquante mille kilomètres qui les séparait.

Il sortit un rouleau peint de son anneau spatial et le tendit respectueusement à Ouyang Dihua, qui l’ouvrit dans la foulée. Le dessin d’une femme magnifique se découpait sur le papier. Elle était âgée d’une quinzaine d’années et son apparence affichait une fraicheur certaine, plus rare encore, un tempérament mélangeant pureté et noblesse semblait se dégager de son corps et attisait toutes les convoitises.

Il s’agissait de Lan Yunyue.

« Splendide ! »

Les yeux d’Ouyang Dihua s’illuminèrent. Les princesses fières et les femmes pures avaient ses préférences, mais celle-ci semblait posséder à la fois les attributs des unes et des autres.

« Où se trouve-t-elle ? » alla-t-il droit au but.

Zhang Guanyu eut un moment d’hésitation, avant de répondre : « Dans le palais du Prince Héritier du Royaume du Grand Avenir. »

Ouyang Dihua fut stupéfait quelques secondes, puis il fut pris d’un fou rire et reprit d’un ton sec : « Zhang Guanyu, le Prince Héritier du Royaume du Grand Avenir t’aurait-il offensé ? Cette fille, c’est l’une de ses concubines ? Pensais-tu pouvoir m’utiliser pour le défaire ? Non pas que je craigne un petit prince, tout héritier qu’il puisse être, mais tu fais fausse route si tu penses pouvoir te servir de moi comme moyen détourné pour satisfaire tes propres intérêts. D’ailleurs, si cette fille est la concubine de ton prince, je ne suis pas plus intéressé que cela.

– Jeune Sire se méprend, la fille est encore vierge ! De plus, elle est née durant un mois Yin au cours d’une année Yin. Avant mon départ, j’ai envoyé mes hommes à la recherche de douze filles Pur Yin afin d’aider jeune Sire Ouyang à atteindre le quatrième échelon du Pouvoir Divin Acacia. Cette fille, sur la peinture, possède un talent supérieur de grade trois ; elle ferait un excellent primaire pour les douze filles Pur Yin. En sachant que certaines d’entre elles ont déjà été trouvées.

– Oh ? » Ouyang Dihua commençait à manifester de l’intérêt pour son interlocuteur.

« Douze filles Pur Yin… Eh ! eh ! tu es déterminé dis-moi !? » reprit-il.

Le calendrier du Royaume du Grand Avenir s’articulait sur l’union des tiges célestes et des branches terrestres. Les premières étaient au nombre de dix et les secondes au nombre de douze. Le tout était divisé en deux parts égales entre les impairs, qui étaient Yang, et les pairs, qui étaient Yin. Par conséquent, tout comme Lan Yunyue, de nombreuses filles naissaient durant un mois Yin au cours d’une année Yin.

Il était néanmoins assez difficile de trouver douze filles Pur Yin. La première d’entre elles, ou le ‘primaire’ évoqué par Zhang Guanyu, devait être la plus belle. De plus, l’horoscope de toutes les autres devait suivre celui de la première, ce qui nécessitait de savants calculs. Dès lors, la difficulté augmentait déjà énormément.

Mais les prérequis ne s’arrêtaient pas là. Toutes ces filles devaient posséder un talent de grade trois minimum. Alors même que seulement un pour cent de la population en était doté ; cela faisait déjà un tri plus que conséquent.

Pour finir, les douze devaient toutes être de magnifiques femmes âgés de moins de vingt ans et n’ayant jamais partagé le lit d’aucun homme.

La pratique des arts martiaux nécessitait que l’esprit soit dans de bonnes dispositions, apaisé et libre de toute entrave. Si l’apparence du ou de la partenaire était repoussante, comment ces pratiquants pourraient-ils mettre du cœur à l’ouvrage et parvenir à franchir un obstacle dans leur cultivation ?

Posséder un talent de grade trois, avoir moins de vingt ans et un physique exceptionnel, le tout en étant encore vierge et à condition de respecter de strictes conditions d’horoscope ; tous ces prérequis rendaient la tâche herculéenne.

Certains disciples de la Faction Acacia avaient déjà tenté de rassembler douze filles Pur Yin. Ils avaient passés de nombreuses années à chercher avant de les trouver au prix de nombreuses difficultés. Toutefois, l’âge de la première dépassait alors toujours les vingt ans.

Cependant, l’Union Commerciale disposait d’un avantage de taille pour chercher ces douze jeunes filles. En tant qu’association de commerçants, elle était impliquée dans presque tous les secteurs où de l’argent était en jeu ; l’un des plus importants s’avérant être le trafic d’esclaves.

Le trafic d’êtres humains était répandu au sein du Royaume du Grand Avenir. De nombreuses familles pauvres étaient contraintes, faute de moyens pour les élever, de vendre leurs enfants. Ces derniers devenaient alors de futurs domestiques, concubines, servants, eunuques ou d’autres tâches de ce genre. En temps de guerre, il n’était pas rare que les prisonniers et les réfugiés soient transformés en esclaves.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Fleadly
  • 🥈2. Guillaume
  • 🥉 3. Léo
  • 4. Alexis
  • 5. Lionel
  • 6. Ba-Soma
  • 7. Thomas
  • 8. Martin
  • 9. Paredes
  • 10. Wakou
  • 11. Zovan
  • 12. Cédric
  • 13. Ronan
  • 14. PascalW
  • 15. Cesar
  • 16. matsu 1
  • 17. 94macadam
🎗 Tipeurs récents
  • Zovan
  • Fleadly
  • Paredes
  • Ba-Soma
  • Cesar
  • matsu 1
  • Ronan
  • Lionel
  • Thomas
  • Cédric
  • Martin
  • 94macadam
  • guillaume
  • Wakou
  • Alexis
  • Guillaume
  • Léo
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 143 – Manifestation de véritable énergie Menu Chapitre 145 – Graine des dieux infernaux