Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 108 – Jing Du

 

La personne qui vint chercher Xia Lei s’appelait Ke Jie. Il avait 27 ou 28 ans, des sourcils épais et de grands yeux. On pouvait dire qu’il était soit un soldat professionnel, soit un membre des forces spéciales, et non une personne ordinaire.

Ke Jie conduisait une berline Hongqi et envoya Xia Lei directement à l’aéroport. Ensuite, il  accompagna Xia Lei sur le premier vol direct vers Jing-Du.

Pendant tout le processus, Ke Jie n’avait dit que trois phrases à Xia Lei.

Première phrase : Long Bing m’a envoyé.

Deuxième phrase : Je m’appelle Ke Jie.

Troisième phrase : Allons-y.

Long Bing était inaccessible et glaciale pour les autres. Même les gens qui travaillaient pour elle parlaient à peine.

Xia Lei s’était senti progressivement plus calme après le décollage de l’avion. Il n’était pas très disposé à aller à Jing-Du auparavant, mais il pouvait en profiter pour aller à l’université de Jing-Du et voir sa petite sœur. Après tout, il n’avait pas eu à payer le billet d’avion. Il pouvait considérer ceci comme un voyage gratuit.

Xia Lei tenta sa chance en demandant : « Hum, M. Ke…Où m’emmenez-vous ? »

Ke Jie jeta un coup d’œil à Xia Lei : « Je n’ai pas encore reçu d’instructions. Je suppose que le chef Long viendra vous chercher à l’aéroport. »

« Chef Long ? »

C’était la première fois que Xia Lei entendait quelqu’un faire référence au titre de Long Bing, il était surpris : « De quoi est-elle chef ? »

Ke Jie s’était tu.

Xia Lei prit une voix très douce : « Vous pouvez parler avec moi. Je ne lui dirai pas ce que vous me dites. »

« Le chef Long m’a dit que vous lui demanderiez certainement ce qu’elle fait dans la vie. Elle a dit que lorsque cela se produirait, je devrais la fermer. J’exécute donc son ordre. S’il vous plaît, ne posez plus la question », dit Ke Jie.

Ayant échoué dans son approche, Xia Lei se tut également, mais se dit : « Elle est chef de quelque chose, donc son rang est sûrement assez élevé. Elle peut même faire de Jiang Ru-Yi le chef de la police. Quel genre de chef est-elle ? »

Il n’était pas si difficile de deviner la réponse puisqu’un soldat ordinaire est appelé « chef » lorsqu’il atteint un certain niveau dans l’armée. Compte tenu de l’âge de Long Bing, elle ne serait pas haut placée dans les cercles politiques ou gouvernementaux, elle avait donc quitté l’armée. Son caractère et son attitude en étaient une autre preuve : c’était un soldat professionnel !

Pourrait-elle être un général ? Contre-amiral, ou quelque chose comme ça ?

À cette pensée, Xia Lei sourit amèrement et secoua la tête : « C’est inutile, même si je devine son identité. Pourquoi gaspiller mes cellules cérébrales pour cela ? Il vaut mieux penser au produit de la Manufacture du Cheval Fracassant. »

Xia Lei avait déjà réfléchi et réfléchi plus de cent fois au produit à fabriquer pour son entreprise et avait trouvé plusieurs idées. Du matériel d’entraînement serait bien, mais il était difficile à vendre quand il manquait de connexions avec les équipements sportifs. La production de vis, d’écrous et de composants métalliques ne serait pas non plus rentable, à moins qu’il n’utilise des matériaux de qualité inférieure pour concurrencer les autres entreprises. De toute façon, ce marché était déjà saturé. Quant au matériel médical, il serait difficile à vendre s’il n’accordait pas de rabais aux hôpitaux…

Quelle que soit l’idée, c’était irréalisable.

Le regard de Xia Lei s’était posé sur l’écran de divertissement de bord qui diffusait une publicité.

Un lac entouré de montagnes verdoyantes, des oiseaux aquatiques volants au-dessus de ce dernier et une personne qui pagayait sur une planche de surf, bravant le vent et les vagues. Une ligne de texte traversa l’image : La planche de surf automatique Ke-Wen vous promet d’inoubliables moments de bonheur – présenté par le Groupe Northen.

Xia Lei était stupéfait. Il avait pu voir au premier coup d’œil qu’il s’agissait du brevet de Liu Ying. Gu Ke-Wen avait arraché le brevet de Liu Ying, et le Groupe Northen était un conglomérat appartenant au clan Gu, qui ne dépassait en valeur marchande que le groupe Vientaine du clan Shentu.

Sans les méthodes brutales de Gu Ke-Wen, Liu Ying ne serait pas allée en Australie et il aurait pris une participation de 20 % dans les actions de la Compagnie d’équipement sportif Nice Moves, profitant ainsi de ce produit novateur. Cependant, Gu Ke-Wen avait utilisé des méthodes peu scrupuleuses pour s’emparer de tous ces produits.

La publicité avait fini de jouer et la suivante commença. Les images des plans de la planche de surf automatique qu’il avait vues à l’époque continuaient à faire surface dans la tête de Xia Lei, chaque image transmise de son œil gauche à son cerveau, affichée en clair comme le jour. Il se souvenait de chaque détail, jusqu’à la ponctuation !

Honnêtement, la Manufacture du Cheval Fracassant était capable de produire elle-même ce type de planche de surf automatique, mais ce serait une violation de la loi sur les brevets. Si le groupe Northern décidait d’intenter un procès, une simple amende mettrait hors d’état de nuire la Manufacture, encore naissante. C’est pourquoi Xia Lei n’avait pas osé se précipiter pour produire une planche de surf automatique, même si cela lui rapporterait beaucoup.

L’avion atterrit à l’aéroport international de Jing-Du dans la soirée. Xia Lei suivit Ke Jie hors du hall d’arrivée et attendit quelques minutes au bord de la route avant qu’un véhicule militaire banalisé ne s’arrête devant lui. Long Bing était sur le siège du conducteur, elle était inexpressive, même quand elle vit Xia Lei.

Jie Ke s’était mis au garde-à-vous, mais n’avait pas salué.

« Retournez à la ville de Hai-Zhu. Vous n’avez aucune tâche à accomplir ici », déclara Long Bing.

« Oui. » 

D’un seul mot, Jie Ke se retourna et marcha vers le hall de l’aéroport.

Xia Lei ouvrit la porte et s’assit sur le siège passager, en disant : « En fait, tu aurais pu demander à Jie Ke de t’apporter les informations. Pourquoi me faire venir ? »

Long Bing jeta un coup d’œil à Xia Lei : « Deux raisons. La première, c’est que quelqu’un veut te voir. Deux, j’ai besoin que tu m’aides pour quelque chose. »

Xia Lei s’arrêta : « Cela signifie que… Mon affaire n’était pas la plus importante ? »

Long Bing s’exprima avec indifférence : « Ce n’est pas encore clair. Donne-moi l’information et je te le dirai après que des experts l’aient analysée. De plus, j’ai quelqu’un qui mettra Chi Jing-Qiu sous surveillance. Je te ferai savoir s’il y a du nouveau. »

« C’est mieux comme ça. Qui veut me voir ? Et en quoi veux-tu que je t’aide ? »,  demanda Xia Lei.

« Ce n’est pas le moment de parler de ça. Allons d’abord chez moi », dit Long Bing.

« Chez toi ? »

Xia Lei ne s’attendait pas à cet arrangement.

Long Bing appuya sur l’accélérateur. Elle n’allait évidemment pas répondre à cette question.

A l’extérieur de la fenêtre, il y avait des immeubles de grande hauteur partout et les voitures passaient à toute allure dans un flot incessant. Jing-Du était une ville beaucoup plus animée que Hai-Zhu. Xia Lei ressentit alors un sentiment de nouveauté pour une première fois. Cependant, le paysage semblait ne comporter que des immeubles de grande hauteur. Il trouvait ce paysage ennuyeux au bout de quelques minutes. Il s’ennuyait tellement qu’il sortit son téléphone et demanda à appeler Xia Xue, mais il s’était dit qu’elle suivrait peut-être encore des cours et qu’il la dérangerait s’il appelait. Il écrivit donc plutôt un message. Xue, je suis à Jing-Du. Je vais rester chez Long Bing. Appelle-moi quand ça te conviendra. Fais visiter la ville de Jing-Du à ton grand frère.

Comme il était venu à Jing-Du, il devait retrouver sa sœur.

« Tu envoies un message à Xia Xue ? »

Long Bing brisa le silence entre eux.

« Mm, je veux la rencontrer », dit Xia Lei.

« C’est ta première fois à Jing-Du. Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Mm, les routes sont encombrées et l’air est mauvais », dit Xia Lei.

« Haha… », dit Long Bing en riant soudainement.

« Pourquoi tu ris ? »

« Rien. » 

Le sourire de Long Bing disparut et elle se tut à nouveau.

Xia Lei la regarda : « Tu es vraiment très belle quand tu souris. Pourquoi es-tu si triste d’habitude ? »

Long Bing jeta un coup d’oeil à Xia Lei : « Quelqu’un m’a dit la même chose hier. »

Xia Lei rit : « Oh ? Qui a dit ça ? »

« Un cadre étranger. Très jeune, beau, terriblement instruit », dit Long Bing.

« Heh heh. S’il a dit ça, c’est que tu devais l’intéresser. Comment as-tu réagi ? », dit Xia Lei en souriant

Long Bing le regarda à nouveau : « Et que signifie… L’intérêt d’un homme pour une femme ? »

Xia Lei avait alors réalisé qu’il s’était mis dans l’équation. Il rit alors maladroitement : « Hum, je ne voulais pas dire ça pour ça. Nous sommes amis, alors je le dis pour ton bien. »

Long Bing détourna le regard et dit sans ménagement : « Tu veux connaître ma réaction ? »

« Bien sûr. Comment as-tu réagi ? »

« Je lui ai donné un coup de poing et il est resté accroupi par terre pendant cinq minutes », dit Long Bing.

Xia Lei en resta sans voix.

Sa beauté et son sex-appeal étaient indéniables, mais pourrait-elle jamais se marier en agissant comme ça ? Xia Lei s’inquiétait pour elle.

Son téléphone émit soudainement un bip d’alerte.

Xia Xue avait répondu : Tu me manques tellement, Grand Frère ! Je sais où se trouve la maison de la Grande Sœur Long. J’y suis allé. Demain, c’est le week-end, alors je te retrouverai là-bas et je t’emmènerai faire un tour en ville.

Xia Lei envoya un message en retour : D’accord, à demain.

Une demi-heure plus tard, Long Bing conduisait le véhicule militaire banalisé dans un quartier modeste. Il n’y avait ni gratte-ciel qui s’étendait dans le ciel, ni rien de plus haut que cinq étages, mais seules des villas familiales de quelques étages. Les villas elles-mêmes n’étaient pas des constructions modernes, mais semblaient avoir été construites dans les années 40 ou 50. Chaque maison possédait son propre petit jardin, plein de flore et de faune, et l’architecture était également très raffinée. Ce quartier ressemblait à un petit village fermé, sa tranquillité changeait de la ville animée.

Xia Lei se dit intérieurement : « Un quartier comme celui-ci et une maison comme celle-ci… Même ceux qui ont de l’argent ne pourraient probablement pas en acheter une, hein ? »

Ils avaient longé une petite route ombragée par des arbres et avaient rencontré plusieurs personnes âgées en chemin. Ils saluèrent tous Long Bing et regardèrent subrepticement Xia Lei, le regard étrange.

Lorsqu’ils arrivèrent à la porte de la villa numéro 17, Long Bing dit : « Nous sommes arrivés. C’est ma maison. »

La villa était haute de deux étages et était en briques rouges. Le petit jardin devant était planté de nombreuses roses, rouges, roses, blanches et même quelques violettes. Ajoutant ainsi une touche vivante à cette maison aux couleurs vives.

« Tu dois aimer les roses, mais je ne peux pas dire que tu sois vraiment une romantique. », dit Xia Lei en souriant.

Long Bing fixa Xia Lei : « Elles ont été plantées par ma mère. »

« Ta mère… vit ici aussi ? »

Xia Lei ressentit aussitôt un sentiment bizarre. S’il avait su que c’était comme ça, il ne serait pas venu chez Long Bing. Séjourner dans la famille de quelqu’un alors que c’était la première fois qu’ils se rencontraient n’était pas une bonne chose.

Long Bing était silencieuse. Elle avait l’air un peu triste : « Elle est morte sur le champ de bataille avec mon père. »

« Je suis désolé. Je ne savais pas… », dit Xia Lei, mal à l’aise.

« Pas de problème. Entre. »

Long Bing se dirigea vers l’entrée.

Xia Lei la suivait.

Juste à ce moment, un vieil homme sortit de la porte d’à côté, tenant une cage à oiseaux. Il sourit en voyant Long Bing et Xia Lei et parla avec un accent : « Jeune fille, ça doit être ton petit ami, hein ? C’est la première fois que je te vois. Venez dîner chez moi plus tard. Je vous ferai quelque chose de savoureux. »

Long Bing regarda le vieil homme : « Oncle Chen, c’est mon collègue, pas mon petit ami. »

Xia Lei sourit et hocha maladroitement la tête devant le vieil homme dans une sorte de salutation. Mais avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, Long Bing le traîna jusqu’à la porte.

Le vieil homme surnommé Chen frotta le haut de son crâne chauve et gloussa : « C’est la première fois que je la vois ramener un homme à la maison. Un collègue ? Ha, je ne te crois pas. »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. j
  • 🥈2. PascalW
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • j


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 107 –  Buts militaires Menu Chapitre 108 –