Ce n’est pas facile d’être un homme après avoir voyagé dans le futur | It's Not Easy to Be a Man After Travelling to the Future | 穿越未来之男人不好当
A+ a-
Chapitre 46 : Effrayée ?

Les questions de 413 ne rencontrèrent que le silence, puis une vague de tirs et d’attaques d’artillerie se dirigèrent droit sur lui et son escouade.

« Zut ! Activation des boucliers de faisceaux », gronda 413. L’adversaire essayait clairement de tous les tuer pour les faire taire — il semblait qu’il n’y avait aucune place à la diplomatie.

D’autre part, lorsque l’escouade ennemie avait vu que les Mecha de leurs adversaires utilisaient des boucliers de faisceaux avancés, leur chef avait fait rage, « Pourquoi les troupes rebelles ont-elles ce type d’armes ? Il semble que l’information était exacte — quelqu’un des échelons supérieurs de l’armée a trahi la Fédération. Concentrez vos tirs et percez ces boucliers ! Tuez-les tous — le commandant a ordonné de ne faire aucun prisonniers de guerre. »

« Oui, Chef ! » Par la suite, un barrage encore plus féroce de tirs à longue portée s’abattit sur l’escouade de 413, les rendant immobiles.

« Capitaine, que devons-nous faire ? » demandaient les membres de l’escouade de 413, qui repoussaient les attaques de l’adversaire avec leurs boucliers de faisceaux. Bien qu’ils fussent des combattants aguerris, des bouchers revenus du champ de bataille, capables de massacrer impitoyablement les troupes ennemies, ils restaient encore réticents à combattre les troupes de leur propre pays.

« Numéro 3, prend contact avec le quartier général. Numéro 5, couvre nous. Les autres, attaquez avec moi ! » 413 ordonna sans hésitation. Tirant un sabre laser de son dos, il avait chargé sur l’ennemi.

413 savait très bien que l’adversaire pourrait bien n’être qu’une escouade de soldats de Mecha qui avait été trompée par leur supérieur, ignorant complètement que leur mission était une duperie. Pourtant, il ne pouvait pas se permettre d’être miséricordieux. Il était responsable de la vie de cinq subordonnés et ne pouvait pas les laisser mourir à cause de ses hésitations. De plus, l’adversaire avait l’intention de tuer un enfant innocent — c’est quelque chose qu’il ne permettrait pas…

La détermination de leur capitaine avait été transmise aux membres de l’équipe. Le champ de bataille n’était pas un lieu d’hésitation ou de compassion — seules les personnes les plus impitoyables survivraient.

L’escouade de soldats de Mecha avait vu quatre des Mecha adverses se précipiter vers eux avec leurs boucliers de faisceaux en l’air. Leur capitaine avait claqué de la langue et dit froidement, « Lancez les bombes détonatrices. »

Suivant cet ordre, des bombes détonatrices avaient été lancées de chacun des six Mechas, visant les quatre adversaires approchants.

Mais soudain, il y eut le bruit net de plusieurs coups de feu et leurs six Mecha avaient été repoussés instantanément. Une série d’explosions avait suivi peu après, alors que les nombreuses bombes détonatrices avaient été déclenchées. C’en était suivi une énorme explosion, envoyant des tremblements à travers le sol, ainsi que masquant toute la scène derrière un énorme nuage de fumée.

Apparemment, le Numéro 5, qui avait été chargé de fournir un tir de couverture, avait habilement utilisé le canon à faisceau de particules sur son bras droit fonctionnel pour tirer six coups propres, frappant ces bombes détonatrices et les déclenchant, protégeant 413 et les autres dans le processus.

Sa vue assombrie par la fumée, le capitaine de l’escouade Mecha adverse hésita. Devrait-il continuer à submerger l’ennemi avec une puissance de feu pure ? Cependant, cette courte pause fut suffisante pour l’ennemi ; un avertissement retentissant traversa le système d’exploitation de son Mecha, « Danger. Verrouillage ennemi détecté. Évadez-vous, évadez-vous… »

Sa première réponse avait été de battre en retraite rapidement, car il pouvait déjà voir la tête du Mecha de l’adversaire sortir de la fumée, se dirigeant férocement dans sa direction.

Paniqué, il souleva le fusil à faisceau de particules dans ses mains, appuyant désespérément sur la détente. En ce moment, il avait complètement oublié comment esquiver avec son Mecha, ne pensant qu’à faire reculer l’adversaire ou l’arrêter avec ses attaques.

Et puis, il avait vu l’adversaire dévier soudainement de son droit chemin, se déplaçant à la place dans des directions semblant aléatoires, évitant habilement la pluie dense de ses attaques de faisceau de particules. Ses pupilles se contractant, il cria sous le choc : « Évasion libre ! Comment connaît-il la manœuvre d’évasion la plus avancée de nos militaires ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » Même s’il était l’un des meilleurs élèves de l’école militaire, il n’avait pas encore appris cette compétence — pourquoi une personne aussi formidable était-elle parmi les forces rebelles ?

Mon Dieu, qu’est-ce qui se passait ? C’est à ce moment qu’il avait commencé à sentir que quelque chose n’allait pas avec la situation. Mais il était trop tard.

Il pouvait entendre les hurlements accouplés de frayeur de ses camarades depuis leurs systèmes de communication, mais avant qu’il puisse leur demander ce qui se passait, son propre affichage Mecha était devenu noir. Peu importe combien il essayait de le faire fonctionner, en appuyant sur le bouton d’initialisation encore et encore, son Mecha ne réagissait pas.

Brusquement, il réalisa que le système d’exploitation de son Mecha avait dû être détruit par l’adversaire, ce qui en faisait un poisson pris au piège dans un filet.

Pourquoi ça devait finir comme ça ? Comment pouvait-il, lui, un diplômé intègre qui avait excellé dans ses études militaires, perdre face à ces pilotes Mecha sauvages des forces rebelles ? L’ordre mondial avait-il été chamboulé ? Le capitaine de l’escouade de soldats Mecha s’affaissait dans son siège de contrôle désormais inutile, le visage pâle avec une expression d’incrédulité profonde.

Quand 413 avait attaqué, il avait quand même fait preuve de miséricorde à la fin. Il n’avait détruit que le système d’exploitation de la machine, évitant le poste de pilotage et épargnant la vie du pilote. Bien sûr, c’était aussi parce que l’écart dans leurs capacités était distinct, permettant à 413 la liberté de choisir.

En regardant les six Mechas immobiles, 413 n’avait pas pu s’empêcher de serrer des dents. Dieu merci, ces troupes Mecha étaient des novices n’ayant jamais vu de sang auparavant. Autrement, avec tout leur arsenal contre leur simple collection de fusil à faisceau de particules et de sabres lasers, le résultat de la bataille aurait été difficile à déterminer.

À ce moment-là, le numéro 3, qui avait réussi à contacter le quartier général, rapporta au 413 : « Capitaine, le commandant a dit de faire entrer clandestinement ces personnes dans le quartier général de Blades, et de détruire complètement leurs Mechas. Mieux vaut laisser l’adversaire penser que les pilotes sont morts avec les machines. »

413 hocha la tête et donna l’ordre : « Numéro 3 et numéro 5, restez ici et exécutez les ordres du commandant. Les autres, suivez-moi dans les secours. »

« Oui ! »

Juste comme ça, l’escouade de 413 s’était divisée en deux groupes et les quatre Mecha intacts s’étaient dirigés vers la dernière position connue de Ling Lan.

Avec ses trois membres de son escouade, 413 avait volé sur une distance les yeux écarquillés, mais n’avaient vu aucune perturbation étrange à portée de vue. Ils n’avaient pas pu déterminer la position réelle de Ling Lan de cette façon.

Impuissant, 413 ne pouvait que donner l’ordre à ses troupes, « Dispersez-vous et cherchez. Prévenez-moi dès que possible si vous remarquez quelque chose d’étrange. »

« Oui ! » Reconnaissant l’ordre, les trois Mecha derrière 413 avaient choisi une direction au hasard et s’étaient envolés.

413 contrôlait son propre Mecha et continuait de voler vers l’avant. Il était sans aucun doute anxieux — à cause de cette bagarre avec les troupes, ils avaient été retardés de cinq minutes. Lors de ces 5 minutes, tout aurait pu arriver. Il espérait ardemment que Ling Lan et tous ceux avec qui il était pourraient tenir bon et attendre leur secours.

Ils devaient trouver Ling Lan rapidement, sinon tout serait perdu.

Laissant de côté la recherche frénétique de 413, du côté de Ling Lan, ils étaient en pleine poursuite à grande vitesse et se trouvaient actuellement dans une situation précaire.

En fuyant, la voiture automatisée avait été frappée une fois de plus par les missiles à longue portée de l’adversaire et avait alors donné un avertissement, leur disant que la voiture automatisée se désassemblerait dans 56 secondes.

En raison de la contrainte de dépasser ses limites de vitesse, les capacités défensives de la voiture automatisée étaient déjà au bord de l’effondrement, et en ajoutant les dommages qu’elle avait reçus des attaques, elle ne pouvait plus tenir.

« Effrayée ? » demanda Ling Qin avec un sourire en caressant la tête de Ling Lan. Dans son autre main, il tenait déjà une mitraillette à faisceau de particules de type II.

« Non ! » répondit froidement Ling Lan, comme si elle n’était nullement préoccupée qu’elle vive ou qu’elle meure. Cela avait surpris Ling Qin, mais l’avait encouragé en même temps — Ling Lan était vraiment son père tout craché. Naturellement, il n’avait aucune idée que l’apathie de Ling Lan envers la mort était due à ses expériences dans la forêt primordiale illusoire dans l’espace d’apprentissage. Là-bas, Ling Lan avait déjà appris que la peur et la terreur n’aideraient pas à lui sauver la vie – seul le calme lui permettrait de saisir toute chance de survie.

« Protégez-vous ! » Ling Qin tapota Ling Lan plusieurs fois sur la tête avant de lever la tête pour regarder par la fenêtre. En un éclair, les muscles de tout son corps s’étaient tendus alors qu’il se préparait à l’attaque. Ling Lan avait fait la même chose, sauf que ses actions étaient beaucoup plus subtiles.

Entre-temps, il ne restait plus que moins de 10 secondes au compte à rebours de Ling-Zéro-Sept…



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 45 : Qui veut tuer Ling Lan ? Menu Chapitre 47 : Petit Quatre auto-volontaire !