Néo-Life
A+ a-
Chapitre 39 – Tournoi (6)

Niclos se tenait dans les gradins de l’Arène, et observait depuis maintenant trois jours les combats qui défilaient, prenant plaisir à regarder ces combattants si différents s’entretuer. Il aimait l’effervescence qui se dégageait de la foule, sa soif de sang ainsi que la hargne qui l’accompagnait.

Il était entouré de ses lieutenants les plus fidèles : Palnia, Dejros, Kallum et Aguénor. Les autres vaquaient à leurs occupations en ville et leur activité ne l’intéressait pas vraiment. Il les avait prévenus de se tenir prêt à la fin du tournoi, et ils le seraient, sans aucun doute.

Sinon, ils connaissaient les conséquences d’un acte de désobéissance.

Certains comme Shena avaient été choqués de voir le traitement qui avait été infligé aux survivants de l’expédition alors qu’ils arrivaient à proximité de la capitale.

Ils avaient été soit chassés, soit violés, ou bien encore exécutés sommairement par Palnia et Dejros. L’un des lieutenants secondaires de Niclos, Dabiol, s’était élevé contre ces comportements et Niclos s’en était chargé personnellement, le décapitant et jouant avec sa tête avant de la jeter au bord de la route comme si ce n’était qu’un jouet qui avait perdu tout intérêt.

Les autres avaient bien compris que s’ils se plaignaient, ils subiraient exactement le même sort, aussi tout le monde s’était tu et avait continué la route en silence alors que les quatre lieutenants principaux discutaient de la suite des évènements comme si rien ne s’était passé.

Puis l’équipe était passée à l’étape suivante prévue par Niclos : la traque de la liste qu’il possédait.

Utilisant ses lieutenants éparpillés dans la ville à l’affut de comportements inhabituels, il réussit à traquer en trois semaines seulement deux autre joueurs, mais aucun d’entre eux n’était un des poulains envoyés par les IA ou autre entités prépondérantes de l’Empire.

Il en avait découlé une frustration certaine que Niclos avait eu beaucoup de mal à gérer. Jusqu’à ce qu’il entende parler du tournoi.

Pour se changer les idées, il avait décidé de venir regarder les combats, sans penser à aucun moment qu’il toucherait le jackpot.

La première journée, Dejros reconnut l’un des participants, le runiste, et il expliqua à Niclos ce qu’il s’était passé à l’Orchid, là où il avait aperçu le jeune homme.

Enfin, quand il entendit le présentateur, bien trop voyant à son goût avec sa tunique rouge, annoncer le nom et la classe de ce participant, le sang de Niclos ne fit qu’un tour.

Revenge, Runiste.

C’était l’un des noms sur la liste fournie par l’Impérator, et pas n’importe lequel. C’était l’un de ceux qu’il devait éliminer en priorité lorsqu’il le rencontrerait. Il se leva presque de son siège, mu par l’excitation d’avoir enfin trouvé une cible sur laquelle il pourrait passer sa frustration des derniers jours et par la même occasion accomplir son objectif.

Mais la raison le rattrapa et il interrompit son geste, se rasseyant et décidant d’observer les combats passivement.

S’il agissait dans la précipitation, non seulement il manquerait certainement son coup, les nombreux gardes parsemant les allées pouvant l’intercepter, mais en plus il pourrait y laisser sa peau. Attaquer à la vue de tous engendrerait des conséquences qu’il ne pouvait pas assumer pour le moment, aussi calma-t-il ses pensées.

Il se félicita de son choix lorsqu’il observa les combats pendant ces trois jours.

Non seulement le Runiste avait plusieurs cordes à son arc, mais les mages vêtus de vert étaient extrêmement puissants, capables de maitriser le stade en un claquement de doigt et de changer le décor aussi bien que les éléments le constituant à la vitesse de l’éclair.

Le lendemain du combat du fameux Revenge et de Nirdan, il aperçut même des Chevaliers de l’Ordre de l’œil Draconique circuler dans la foule. Il ne voulait pas se faire remarquer par ces hommes, qui n’étaient nul autre que la main armée de l’Empereur. Niclos se ferait battre en un clignement d’œil s’il devait les affronter, et même ses lieutenants ne feraient pas long feu contre la maitrise dont ils pouvaient faire preuve.

Ses sueurs froides disparurent quand ils entrèrent dans les coulisses de l’Arène et ne réapparurent plus dans les gradins, et il se contenta d’admirer les combats, n’identifiant pas d’autre joueur faisant partie de sa liste.

Le lendemain, lorsqu’il vit le combat de Revenge contre Tekal, il crut vraiment que ce dernier allait gagner grâce à sa divination. Mais il fut étrangement surpris par la puissance qu’arriva à déchainer le Runiste, s’en méfiant encore un peu plus après qu’il ait réussir à défaire Tekal, même s’il parut en sortir affaibli.

Il se tourna vers les quatre lieutenants qui avaient les yeux brillants d’excitation après l’issue du combat.

-Vous pensez quoi de ce runiste ? Soyez francs…

Kallum fut le premier à prendre la parole, et sa voix trahissait un désir non dissimulé.

-C’est un bon combattant. Un peu limite côté endurance, mais j’adorerais me battre contre lui. Il se débrouille à l’épée et ses sorts sont tous soit puissants soit utiles…

-Pffff, il est souvent sur le fil du rasoir. Il ne prévoit pas assez, et à part son combat incendiaire contre l’Archer, ses victoires sont surtout dues à la chance, d’après moi !

Aguénor s’était exprimé avec colère, ne comprenant pas Kallum et considérant ce Runiste comme un adversaire loin en deçà de son niveau.

Dejros ne dit pas un mot, se contentant de hocher les épaules et de faire un geste d’incertitude avec ses mains. La dernière à donner son avis sur le sujet fut Palnia, et c’était un avis très tranché.

-Je pense que c’est quelqu’un de dangereux. S’il est vraiment un transmigré comme nous, il ne fait que débuter. Quand on voit le niveau de puissance qu’il peut dégager, le laisser grandir pourrait s’avérer être une grosse erreur. Profitons que sa garde soit relâchée entre les combats…laisse-moi m’infiltrer dans l’Arène et le tuer.

-C’est trop dangereux…tu vas te faire prendre et écraser comme la petite araignée que tu es.

Palnia jeta un regard noir à Kallum qui éclata de rire devant sa réaction et ne s’excusa d’aucune manière.

-Ne sous-estime pas mes compétences d’assassin, grosse brute. Je peux passer les gardes sans aucun souci !

Elle se lova contre Niclos qui resta de marbre et avait l’air pensif alors qu’il réfléchissait aux pour et aux contre d’un tel plan.

Il la trouvait un peu trop collante depuis qu’il avait cédé à ses avances quand ils étaient rentrés de la capitale. Une erreur dont il assumait les conséquences.

Si elle réussissait à tuer ce Runiste, un nom de moins sur sa liste serait un heureux évènement.

Si elle échouait, et bien…il n’aurait plus quelqu’un presque à longueur de temps entre les jambes et aux airs mièvres.

Finalement, il hocha la tête alors qu’un fin sourire venait d’apparaître sur son visage et que son regard se tourna vers Palnia, qui ne put s’empêcher de frissonner en voyant la froideur de celui-ci.

-Très bien…Palnia tu vas avoir ta chance. Assassine-le ce soir, quand il dormira. Si tu rates ton coup, ne te fais pas attraper, ça serait gênant, surtout si l’Ordre t’interroges…maintenant, profitons des prochains combats. Je dois avouer que ce Tournoi me plaît beaucoup…

Il refixa son attention sur les soigneurs qui ramenaient le corps de Tekal vers la grande double porte menant aux coulisses de l’Arène, ainsi qu’à ce fameux Revenge, qui semblait avoir bien du mal à se retirer du Stade après la tornade démesurée qu’il avait invoqué.

Le sang coulerait ce soir, et ce ne serait pas celui de Niclos, souriant comme un prédateur devant sa proie affaiblie.

**

Marlon était allongé sur son lit, et la migraine fulgurante dont il avait souffert lors de son combat s’était maintenant estompée, sa barre de mana s’étant remplie au quart de sa capacité maximale.

Jacob l’avait félicité à la sortie de son combat, impressionné par le sort que Marlon avait activé pour gagner le combat, mais il avait laissé le jeune homme s’éclipser lorsqu’il avait vu l’état dans lequel il se trouvait.

Les soigneurs avaient bien sûr soigné ses blessures, mais ils ne pouvaient rien faire contre l’exhaustion de mana.

Marlon entendait les clameurs de l’Arène qui allaient décroissant, et il comprit que le soleil avait du se coucher et que les spectateurs étaient en train de quitter l’Arène, sûrement déjà impatients de venir voir la suite des combats le lendemain.

Luna était allongé au pied de son maître, et sa queue battait doucement l’air alors que le runiste caressait distraitement sa fourrure tout en revisionnant intérieurement le combat qu’il avait emporté de justesse.

-Il faut que je trouve un moyen d’augmenter mon mana. Tu as des connaissances de ce côté-là ?

-Aucune. Je sais comment il se dirige, ce qu’il fait, en partie, mais je n’ai aucune idée de comment il fonctionne à l’intérieur du corps humain. Il faudra que tu demande a Djilany s’il connaît un moyen, une méthode pour magnifier la quantité de mana d’un être humain.

-Une fois que le Tournoi sera terminé…si tout va bien, il ne devrait pas me rester tant de combats que cela, non ?

-Vu le nombre d’adversaires restants et les éliminations, trois au maximum.

A cette annonce, Marlon se sentit soulagé et la fatigue l’assaillit brutalement. Il hésita à résister et à se diriger vers les parties communes pour manger un morceau, mais il décida finalement que cela pouvait attendre le matin.

Il ferma les yeux et se laissa sombrer doucement dans les limbes du sommeil, ses muscles de détendant et son souffle s’allongeant alors qu’il commençait à rêver.

Plusieurs heures plus tard, alors que l’ensemble des résidents de l’Arène dormait à poings fermés, une ombre glissa dans les recoins du couloir, passant au-dessus des gardes fatigués et se faufilant dans les moindres petites poches de noirceur présentes sur son chemin.

L’un d’entre eux sentit un frisson lui parcourir l’échine et se retourna vivement, s’attendant à voir quelque chose jaillir derrière lui.

-Je dois halluciner, j’ai vraiment cru que quelqu’un nous épiait…

-Landric, arrête de passer tes repos au bordel, ça ira beaucoup mieux. Et concentre-toi sur la partie, s’il te plaît, je ne veux pas que tu viennes me traiter de tricheur quand je t’aurais dépouillé.

La tâche d’ombre mouvante continua son chemin, semblant hésiter sur le chemin à suivre. Quelqu’un avec la capacité d’observer les ombres aurait vu cette noirceur se déplacer entre les nombreuses pièces constituant les coulisses de l’Arène, à la recherche de sa cible et invisible de tous.

Au bout de plusieurs minutes, elle trouva enfin ce qu’elle cherchait. Le runiste était allongé sur le dos dans une pièce sombre, si sombre qu’elle aurait pu tourner autour de lui sans qu’il ne puisse la détecter. Le souffle long de sa cible la convainquit qu’il dormait, alors elle désactiva sa capacité [Corps d’Ombre].

Palnia surgit de l’obscurité et ses deux mains saisirent les dagues pendues à sa ceinture alors qu’elle se disait qu’il était bien dommage de ne pas avoir profité de ce superbe corps avant de le tuer. Mais ce mage pourrait devenir un bien trop grand danger pour Niclos si elle le laissait grandir, et Niclos était absolument tout pour elle…

Elle entendit le grondement provenir de derrière elle et n’eut que le temps de se retourner avant de se faire rentrer dedans par ce qui semblait être un tigre adulte. Une voix résonna dans la pièce et l’assassin ne sut pas de qui elle venait.

-Marlon, réveille-toi !

Croisant les bras, Palnia absorba le choc en ignorant la peur provenant de la surprise et agit par réflexe alors qu’elle se maudissait en lançant sa compétence [Paralysie] sur l’homme qui avait ouvert les yeux brusquement en réaction au vacarme causé par l’attaque et la voix qui s’était élevée dans les airs.

Luna avait un instinct de prédateur, et elle l’avait écouté, se blottissant sous le banc près de la porte de la chambre pour se mettre en embuscade. Elle avait beau être un tigre de belle taille, son appartenance à la famille des félins la rendait souple et très discrète lorsqu’elle le voulait.

Même avec sa vision nocturne presque parfaite, Palnia n’avait pas prêté attention à tous les détails de la pièce, absorbée par la vision de sa cible endormie qui ne demandait qu’à se faire tuer.

Marlon, lui, sentait que tous ses muscles étaient paralysés, l’empêchant de faire quelque mouvement que ce soit, malgré l’effort conséquent qu’il mettait pour briser la paralysie que lui avait infligé l’assassin.

La chimère ne laissa pas un instant de répit à l’assassin et se jeta à nouveau sur elle, rugissant de plus belle alors que Palnia levait un bras pour se défendre et que de l’autre elle plantait sa dague dans les côtes du monstre félin.

Ignorant la douleur, Luna planta ses crocs dans la chair de l’assassin et serra aussi fort que ses mâchoires le permettait, brisant net l’os et déchiquetant la chair alors qu’elle secouait la tête pour infliger le plus de dommages possibles à sa proie.

Palnia ne pensait plus qu’à une chose : s’enfuir.

Sa force reposait sur les attaques surprises, et elle s’était fait surprendre au pire moment, lorsqu’elle était le plus vulnérable. Tant que des gens la voyaient, elle ne pouvait se fondre dans l’ombre, une des restrictions de sa compétence, et sa [Paralysie] ne pouvait être utilisée que sur une cible unique.

Il lui était impossible de lancer le sort sur une nouvelle proie sans annuler son effet et libérer la victime précédente. Et si elle libérait le runiste, il se jetterait sur elle sans attendre. Elle l’avait vu combattre, elle savait de quoi il était capable.

Hurlant sous l’effet de la douleur, elle poignarda Luna encore deux ou trois fois dans les côtes, sans que celle-ci ne lâche le bras qui commençait à être réduit en charpie sous l’effet de ses crocs aiguisés.

Une flaque de sang se formait au sol, mêlant celui de la chimère et celui de l’assassin, sans que l’on puisse différentier l’un de l’autre.

Luna lâcha le bras de Palnia et recula brutalement, arrachant la dague plantée dans ses côtes de la main de Palnia et sautant immédiatement de nouveau à la gorge de celle qui essayait de s’en prendre à son maître.

Prise de panique, l’un de ses bras totalement handicapé, Palnia ne pouvait plus se battre et vit la mort fondre sur elle sous la forme d’un félin monstrueux, la poussant à faire ce qu’elle n’aurait jamais dû faire : libérer Marlon de son emprise paralysante pour l’utiliser sur la chimère qui se figea en plein vol, heurtant tout de même l’assassin et la projetant au sol mais sans lui infliger de lourds dégâts comme cela aurait été le cas autrement.

Loki n’avait cessé pendant ce temps-là d’houspiller Marlon pour qu’il se batte contre le sort de paralysie. Voyant les blessures de son agresseur et celle de Luna, celui-ci ne put s’empêcher d’éprouver une rage froide et cruelle envers la personne qui venait de tenter de s’en prendre à sa vie.

Tous ses muscles étaient bandés, son corps faisant son possible pour se battre contre la capacité de Palnia, de la sueur coulant le long de son visage et ses yeux reflétant une folie meurtrière qui allait en s’amplifiant au fur et à mesure que l’affrontement progressait.

Ainsi, lorsque la paralysie se dissipa, il ne fallut qu’un dixième de seconde à Marlon pour être au niveau de Palnia. Il avait attrapé son épée qui reposait au pied de son lit, et dans un hurlement de rage il abattit son arme sur le membre encore intact de l’assassin, le tranchant net dans une gerbe de sang et un hurlement aigu de Palnia qui regarda son membre s’agiter au sol dans un regard désespéré.

La souffrance était tout ce que ressentait l’assassin, elle avait même perdu la volonté de se battre, ayant compris que la mort allait s’abattre sur elle pour sa négligence. Elle la vit se refléter dans le regard brillant et le sourire glacial de Marlon qui la regardait presque avec avidité.

-NE LA TUES PAS MARLON !

La lueur dans les yeux du runiste se brouilla vaguement et il émit un grognement avant d’abattre de nouveau sa lame et de trancher d’un geste brutal le deuxième bras de Palnia, provoquant à nouveau un geyser de sang.

La douleur avait atteint un tel stade que la tueuse ne sentit même plus la différence, hagarde à cause de la perte de sang et de la souffrance.

Ce qu’elle ne vit pas, les yeux pleins de larmes et de regret, ce fut les deux parchemins que Marlon sortit de son sac et sur lesquels il traça une rune qui produisirent toutes deux une flamme de la taille d’un poing.

Ces flammes vinrent se poser en un claquement de doigt sur les deux plaies béantes qu’étaient ses épaules sans bras, produisant instantanément un grésillement assourdissant et surtout une odeur de chair grillée qui ne dérangea nullement le jeune homme, si ce n’était que cela lui rappelait sa propre expérience de cautérisation.

Pas forcément le meilleur des souvenirs…

Cela parut raviver la conscience de Palnia qui se tordit sur le sol en hurlant à un tel point que l’on aurait cru entendre directement son âme crier, accentuant encore le sourire de Marlon.

Après le vacarme produit, le jeune homme ne fut pas étonné de voir Jacob accompagné de deux gardes débouler dans la pièce, et Marlon frappa durement la femme du pommeau de son épée, la rendant inconsciente alors que le trio regardait la scène macabre avec de grands yeux.

Marlon leur jeta un regard noir et utilisa un parchemin de soin sur Luna avant de leur adresser la parole. Les entailles profondes de la chimère disparurent et cette dernière parut se porter bien mieux, son regard ne quittant pas Palnia alors qu’un grondement sourd et continu pouvait être entendu dans la pièce.

Le runiste regarda les gardes et leur dit sèchement :

-Votre boulot n’est pas de protéger les gens résidant ici ?

Jacob s’avança et posa une main sur l’épaule de Marlon qui se retint de ne pas l’enlever avec brusquerie, n’éprouvant aucune autre émotion que de la colère froide à cet instant précis.

-Qu’est-ce qu’il s’est passé, Revenge ?

Marlon relata les faits comme ils s’étaient déroulés, et le regard de son instructeur se fit de plus en plus dur au fil de son récit, se tournant vers les deux gardes qui l’accompagnait.

Loki en profita pour parler en aparté avec le Runiste.

-Peu importe comment, mais tu dois savoir pourquoi elle s’en est pris à toi, Marlon…

-Allez chercher Marcus, de l’Ordre. Il devrait résider à l’Auberge des Tenants. Dépêchez-vous.

La dernière partie avait été aboyée par Jacob sur les deux soldats qui filèrent comme si le diable était à leurs trousses.

-Jacob, je veux l’interroger moi-même.

Son instructeur secoua la tête et sa mine se fit sévère.

-Impossible. Marcus a laissé des consignes, et même moi je ne peux aller à son encontre. Il faudra que tu te débrouilles avec lui. Mais méfies-toi, ce type n’est pas un tendre…

Marlon jeta un coup d’œil au corps inanimé de Palnia et se demanda s’il ne valait pas mieux la transpercer maintenant de son épée plutôt que de laisser l’ordre l’interroger. Si elle faisait partie des consciences envoyées sur Gaïa, elle pouvait lui apporter une rune, apport non négligeable au niveau du Runiste. Mais le faire devant Jacob risquait de poser problème, surtout après le refus qu’il venait de lui opposer.

Intérieurement, il rumina contre Loki qui l’avait empêché de l’achever et l’IA sentit sa colère, prenant la peine de lui expliquer ses raisons.

-Un deuxième mort aurait éveillé les soupçons de l’ordre, Marlon. Marcus va pouvoir établir qu’elle s’en est pris à toi, ce qui t’innocentera. Crois-moi, il est préférable que l’Ordre n’ait aucune raison de te surveiller, surtout vu le pouvoir et l’influence qu’ils semblent posséder. Même l’Empire, sur Terre, n’osait pas trop interférer avec les vieux ordres religieux, craignant les représailles qu’ils auraient pu exercer. Ne sous-estimes jamais la puissance apportée par des millénaires de domination…

La colère du jeune homme refroidit quelque peu, et il suivit Jacob dans une pièce où ils interrogeraient Palnia, Marlon la trainant négligemment par les cheveux après l’avoir solidement attachée avec une corde fournie par son instructeur.

Certains combattants résidant dans l’Arène s’étaient réveillés suite au vacarme, mais Jacob les renvoya d’où ils venaient, ignorant les questions agacées qu’ils posaient sur les raisons d’un tel tohu-bohu. Ils ne purent cependant s’empêcher d’écarquiller les yeux en voyant Marlon traîner le paquet sanglant qu’était Palnia, ficelée étroitement comme un roti.

Luna était restée dans la chambre de Marlon, léchant son pelage pour le nettoyer du sang dont il était imbibé après la bataille contre l’assassin.

Ils attendirent près de trente minutes avant que ne débarque Marcus, essouflé comme s’il avait couru depuis l’auberge, ce qui était très certainement le cas. Il ne portait pas son armure de plaques noires mais un pantalon et une chemise de couleur kaki ressemblant étrangement aux uniformes militaires de la Terre.

Certains standards devaient être universels…

Il porta son regard tout d’abord sur Jacob et Marlon, ses yeux s’étrécissant en reconnaissant le jeune homme qu’il avait interrogé deux jours auparavant, puis enfin sur le paquet informe qu’était devenu l’assassin.

Jacob fut celui qui prit la parole le premier.

-Sir Marcus, nous vous avons fait quérir suite à vos instructions. Cette femme s’est introduit dans la chambre de Revenge et a tenté de l’assassiner dans son sommeil. Sans sa chimère, ce dernier serait aussi froid que Nirdan, l’Archer.

Le regard de l’interrogateur de l’Ordre se fit plus froid et il se redressa, des éclairs traversant ses yeux alors qu’il s’avançait vers Palnia. Il eut un petit sourire en voyant son état de plus près et se tourna vers Marlon en commentant :

-On peut dire que vous savez vous défendre…vérifions tout cela, voulez-vous ?

Marcus tendit sa main vers la tête de Palnia et pile au moment où il allait rentrer en contact avec son visage, celle-ci ouvrit les yeux en criant.

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Cliquez pour lire Néo-Life en avant - première


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 38 – Tournoi (5) Menu à suivre...