Kirameku Sukafu
A+ a-
Chapitre 29 – Rencontre avec mon duo.

Il est l’heure.

J’ai une surprise pour toi à mon sanctuaire.

À ton ?

Ça va… j’aurais pu dire Grand Tombeau de Nazarick.

Mon appartement.

J’attrape sa main et la traîne.

Kinari !

Tu verras, Sakai, Chizu s’est démenée pour t’offrir la plus belle fête de Noël.

Kinari, stop !

Et le repas ! Tu seras aussi surprise qu’Erina Nakiri !

Kinari, idiot, arrête-toi !

Elle pince mon poignet.

Oui, Sakai ?

Anzu, je m’appelle Anzu, idiot !

Quelle différence ?

Je suis crevée, ne me traîne pas comme ça !

Où est-ce que tu trouves toute cette motivation d’un coup ? Tu m’exaspères, me souffle Kinari blasé.

Pardon, Anzu.

Idiot, répète-t-elle.

T’étais pas obligée d’insister.

Nous arrivons, après quelques péripéties, devant mon sanctuaire.

Ouvre, je t’en prie.

Elle franchit le pas de la porte et reçoit des tonnes de confettis sur le visage.

C’est donc ça, une surprise ?

Joyeux Noël ! s’écrient mes amis.

Merci !

On m’offre des mangas, des jeux vidéo, une peluche et des vêtements.

Je suis un vrai roi, aujourd’hui ! C’est merveilleux les fêtes de Noël.

T’emballe pas, souviens-toi du premier chapitre, idiot.

J’approche Aneko, et lui donne son bracelet. Ses joues s’empourprent instantanément. Elle l’admire, le tourne dans tous les sens puis me chuchote.

Meci, ch’ri. Tiens, c’et ton cadeau.

Il est identique au mien ? C’est quoi ce bordel ?

C’est le même que celui que je t’ai offert !

Elle m’a espionné ? Elle serait aussi douée que Twilight ? Impossible…

Oui, nos bracelets nous lient, chéri !

Nous lient dis-tu…

Sensei !

Yoshida-chan ! Merci d’avoir prévenu les garçons.

Je suis heureuse d’être avec toi, sensei !

Elle m’étreint, et me serre de plus en plus en fort.

Yo… Yoshida-chan ?

Appelle-moi par mon prénom, sensei. Et laisse-moi encore une minute dans tes bras…

Elle caresse sa nuque et ajoute d’une voix mielleuse.

Tu m’as laissée toute seule, c’était pas cool du tout…

Reprends tes airs d’oneesan, rêve Kinari otaku.

Désolé, Junko, j’étais pressé…

C’est pas grave, sensei.

Elle relâche son emprise. Je détourne alors la tête et remarque Anzu qui semble agacée.

J’ai quelque chose pour calmer sa crise de jalousie.

Suis-moi, Anzu.

Lorsque nous sortons de mon appartement, elle constate que tous les cadeaux qu’elle a achetés sont là.

Quelle ingéniosité j’ai eu d’avoir demandé à son père de les lui déposer. Encore un plan qui s’est déroulé sans la moindre encombre !

Pour une fois…

Tais-toi l’binoclard.

Surprise, elle se retourne, se caresse l’une de ses mèches, et me souffle, les larmes aux yeux.

Merci, Kinari !

C’est normal, t’as pas à me remercier.

Tiens, c’est pour toi.

Un livre ?

Je l’ouvre, et le contemple.

Quel bonheur.

Des gouttelettes se déversent sur mes pommettes.

Je contrôle plus rien…

T’as encore ces photos-là !

Je les ai toujours précieusement gardés ! C’est ce qui m’a permis de garder la tête haute après mon départ…

Cet album sera un trésor bien plus important que ma collection de manga, c’est certain.

Je tourne les pages, une à une, et découvre l’évolution de Sakai de ses six ans, jusqu’à maintenant. J’examine ses cheveux prendre en longueur, son visage mûrir, une seule chose est identique parmi toutes ces photos. C’est son sourire.

L’otaku a donc réellement des cordes sensibles ?

Tais-toi, l’binoclard…

Sèche tes larmes, Kinari, ça te ressemble pas !

Je me passe les mains sous mes yeux.

Je n’ai pas tant pleuré depuis la scène de Menma…

Dans un silence profond, nous rejoignons nos amis.

À table ! s’écrie Chizu.

Des torikatsu ? J’adore ça !

Et c’est pas tout, j’ai aussi fait un christmas cake !

Niveau cuisine, personne ne t’arrive à la cheville sœurette, pas même Sōma Yukihira.

Des rires, des sourires, de la gentillesse, c’est ça, une fête de Noël ?

Depuis dix ans, j’ai toujours passé cet événement seul, avec ma sœur. C’était complètement différent, l’ambiance, la chaleur transmise, tout a évolué dans cet appartement.

J’espère que Chizu est heureuse…

Maeda se tient debout sur la table et déclare.

On fait un karaoké en binôme, les amis ?

Oui ! s’écrie Masuko.

Tu sais chanter l’otaku ?

Bien sûr que nan…

Nous jouons au shifumi pour la création des équipes.

On parie sur qui ? Aneko ? Masuko ? Anzu ? Junko ?

Aneko, tu seras avec Chizu !

Je suis trop contente d’être avec toi, Aneko !

Moi aussi, belle-sœur.

J’ai rien entendu, j’ai rien entendu…

Masuko, tu seras avec Kinari !

Génial, j’suis avec l’intello.

J’espère que t’as une belle voix, darling.

Tu connais déjà la réponse, idiote.

Mes amis chantent les uns après les autres.

Ils maîtrisent chaque chanson… Je vais être l’otaku le plus stéréotypé du Japon…

Chizu, Aneko, à votre tour !

Évidemment, Chizu a jamais fredonné la moindre mélodie, et a jamais été dans un karaoké. Elle sera mon tremplin vers la sortie de mon propre cliché !

 

Elle attrape le micro, ferme les yeux, et commence.

 

Le ciel qui ne cesse de pleurer enveloppe la ville d’un teint bleu.

Un jour, nous l’avons observé côte à côte,

Et si je tends l’oreille, j’entends encore ta voix maintenant.

Serre-moi fort comme à ce moment-là, juste une fois encore.

 

Allez, tourne-toi par ici, souris et appelle mon nom juste une fois.

Brillez, brillez, brillez, larmes d’adieu !

Arrête le temps, exauce mon souhait, n’arrête pas l’amour, juste ce soir.

Tournez, tournez, tournez, souvenirs d’adieu !

Ferme les yeux…

 

Nous marchions maladroitement en nous mettant côte à côte.

J’ai fait en sorte que nous partagions un petit parapluie.

Le ciel pleure, et même ta voix n’arrive pas à parvenir à moi.

Ce sera la dernière fois que je me plaindrai, alors veille sur moi.

 

S’il te plaît, regarde-moi et caresse-moi, juste une fois de plus.

Brillez, brillez, brillez, larmes d’adieu !

Arrête le temps, exauce mon souhait, n’arrête pas l’amour, juste ce soir.

Tournez, tournez, tournez, souvenirs d’adieu !

Ferme les yeux…

 

Chi… Chizu c’est quoi cette voix ? Tu pourrais être une idole si tu le souhaitais !

Quelle traîtresse. Elle est plus douée qu’Hirasawa Yui…

À vous, Yamazaki-kun, Ôta-senpai, allez-y et donnez tout !

Eh, le méchant de l’histoire, cesse cet air de Present Mic, personne n’aura d’empathie pour toi.

Masuko s’approche de moi, et me chuchote.

Tu connais des titres, darling ?

Mis à part des musiques d’anime, nan pas vraiment.

Alors, celle-ci devrait le faire, me confie-t-elle.

Un sourire malicieux ? Qu’est-ce qu’elle va me faire subir ?

Cette mélodie… Sparkle ? Merci, présidente !

 

Avec l’expérience, la connaissance et un courage légèrement moisi.

Avec une vitesse jamais vue, je plonge vers toi…

 

Elle s’approche vivement de moi, et chuchote.

Ensemble, cette fois, darling.

En cœur, nous continuons.

 

En prenant une sieste, j’ai rêvé d’un monde qui n’était pas ici.

À l’intérieur de mon Cola tiède

À l’extérieur de la fenêtre de classe

Pendant un matin passé à osciller dans le train

 

Même la manière dont j’aime a commencé à avoir ton odeur.

Même la manière dont je suis, a le son de ton sourire.

 

Tout à propos de toi un jour fondera et disparaîtra

Je brûlerai tout au fond de mes yeux

 

Cette épreuve est désormais passée…

Darling ! Tu avais raison, on est vraiment le meilleur duo !

J’acquiesce du pouce, et souffle un grand coup.

Là, j’ai tout donné.

Les amis !

Ne relance pas un sujet de discussion, pas toi Junko.

On fait quoi pour le Nouvel An ?

On peut le fêter chez Kinari, c’est assez grand ici !

Mon sanctuaire est devenu la base secrète des Super Peace Busters…

Si vous voulez.

Merci, Kinari !

J’aurais assez d’argent pour les achats ?

La nuit tombe et la fatigue se fait ressentir au sein du groupe. Un à un, ils sont partis se coucher. Je m’apprête à suivre le mouvement lorsque Masuko m’a interrompu en attrapant ma manche.

Tu peux venir sur le balcon avec moi, darling ?

Oui, oui.

Qu’est-ce qu’elle me veut, j’suis claqué, moi…

La lune est magnifique ce soir, tu ne trouves pas, darling ?

Ouais.

Elle s’engouffre dans mes bras, puis me murmure.

Je veux qu’on passe plus de temps ensemble, beaucoup plus.

Hein ?

Chizu avait sans doute raison lorsqu’elle m’a expliqué que ces retrouvailles avec Sakai nuiraient autant à Masuko qu’à Aneko. J’en ai fait les frais…

Elle était en compétition avec Anzu pour élire laquelle des deux était la plus proche de moi. Peut-être qu’en sachant qu’Anzu est Sakai, elle a perdu tout espoir de gagner cette compétition ?

Je déteste ce harem, mais je déteste encore plus lorsque Masuko est dans cet état-là.

Tu veux qu’on sorte ensemble avant la nouvelle année ?

Nan, c’est pas un rencard, c’est même carrément pas un rencard !

Avec plaisir, darling !

Je préfère quand tu dresses ce sourire-là, idiote.

C’est peut-être ça finalement. Notre société porte bel et bien des masques qui dissimulent leurs propres sentiments. C’est sans doute pour ne pas porter préjudice à autrui qu’ils affichent de fausses expressions. C’est ce que Masuko a fait ce soir.

J’adore notre duo, darling. Je n’ai jamais ressenti ça pour un garçon. J’aime être avec toi, j’aime passer du temps avec toi ; j’aime ton sourire. Je ne souhaite pas m’éclipser entre tes relations, je veux simplement que l’on continue de façonner ce duo, ensemble. On parle énormément avec les filles, on se raconte toute notre vie, mais c’est bien le problème.

Elle s’accoude au balcon, laissant ses joues s’empourprer, puis continue.

C’est que c’est toi notre sujet de conversation, c’est tout le temps la même chose, moi j’ai fait ça avec Kinari, bah moi j’ai fait ça, blablabla. On est en compétition permanente, on compare nos atouts, que ce soit notre poitrine, notre temps passé avec toi. Et dès qu’on ressent la victoire, on se sent pousser des ailes, comme si on avait réussi quelque chose d’impossible, alors que finalement, ce n’est qu’une petite victoire idiote.

Elle se retourne, pose son regard face au mien et ajoute.

Elle est mignonne…

J’en ai pas eu énormément des victoires, moi. C’est tout le temps Aneko et Anzu qui m’explosent. Tout ce que j’ai moi, c’est ma motivation, mes connaissances, et bordel, c’est pas simple. Mon corps est normal, je n’ai pas une poitrine énorme comme Aneko, je n’ai pas de passé commun avec toi comme Anzu. Je ne suis que ta présidente de club, je ne suis que celle qui t’aide quand tu ne comprends pas quelque chose dans tes leçons.

Ses yeux deviennent scintillants. Elle m’étreint, presse mon bras contre sa poitrine et m’avoue.

Alors, s’il te plaît, darling, laisse-moi te montrer à quel point je t’aime. Laisse-moi marquer des points et faire taire les autres filles !

Elle lève les talons, atteint le niveau de mon front, et dépose ses lèvres contre mon front.

Ce parfum de pamplemousse, d’orange mélangé à l’ananas, est incroyable.

Elle attrape mes deux mains, se mordille les lèvres, perce les étoiles du regard et déclare.

Je t’aime, plus que tout le monde, darling !

 

Grand Tombeau de Nazarick : Sanctuaire d’Ainz Ooal Gown. ( Overlord )

Erina Nakiri : Personnage secondaire possédant une cuisine excellente. ( Food Wars )

Twilight : Surnommé le meilleur espion. ( Spy x Family )

Menma : Personnage principal de l’œuvre Anohana.

Torikatsu : Poulet pané japonais.

Sōma Yukihira : Personnage principal spécialisé dans la cuisine. ( Food Wars )

Hirasawa Yui : Personnage principal qui chante. ( K-ON )

Present Mic : Professeur et commentateur de tournoi. ( My Hero Academia )

Sparkle : Musique du groupe Radwimps

Super Peace Busters : Nom donné à la base secrète d’un groupe d’amis. ( Anohana )

 

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Cliquez pour lire Kirameku Sukāfu en avant-première


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 28 – Rencontre avec le parc d’attractions. Menu Chapitre 30 – Rencontre avec la salle d’arcade.