Atarashī Sekai No Pan-Ya
A+ a-
Chapitre 8 – Haine.

Sous un tonnerre d’applaudissements, moi et mes compagnons sautons par-dessus les remparts pour rejoindre le champ de bataille.

Depuis quand j’ai une aisance comme ça ?

— Maitresse, nous sommes prêts !

Je me souviens d’une conversation que j’ai eue quelques jours auparavant avec Aria.

D’après elle, dans ce monde, l’expérience est nécessaire pour devenir quelqu’un de surpuissant. Et ce dernier, nous pourrions nous la procurer en éclatant quelques monstres de Krosus. Cependant, lorsque nous sommes à plusieurs, les points sont divisés entre chaque membre. Pour former un groupe, deux conditions subsistent. La première est d’être d’ordre 4, et la seconde est d’attraper la main de nos compagnons que nous souhaitons inviter.

— Wukin, Wukang, Az !

Chacun des enfants m’empoigne. Ces dernières, pleines de sueurs et tremblantes me rappellent une chose importante.

Des gosses sur un champ de bataille, c’est la pire situation… Ils n’ont pas à vivre un truc pareil…

— Maitresse ne fait pas cette tête, on a confiance en toi !

— Yosh, restez derrière moi, je vais leur fournir un premier spectacle.

J’inhale l’air empli d’odeur infecte, et commence à me concentrer.

— Appel du Grimoire.

— Lake vient de sortir son arme ! Retraite ! Retraite !

— C’est donc elle la Prêtresse de la Garde Royale ?

— Elle est si puissante que ça Sergent Vraal ?

— Regardez-la et prenez-en de la graine, bande de larves !

Je tends mes bras, l’un sur la gauche, l’autre dans la direction opposée et commence à incanter.

Petite voix, tu me conseilles quoi ?

[D’après la disposition de vos ennemis, je vous propose votre nouvelle compétence, Colère elfique.]

Yosh.

— Magie blanche suprême. Par les accords de la création. Je réveille le courroux elfique et embrase les flammes éternelles. Que ma race se lève et expie vos péchés. Que ma puissance ancestrale balaie les sous-fifres. Les runes anciennes et le savoir antique me sont voués. J’arrache les traitres rêvant d’une cité dans laquelle nos enfants pourraient grandir. Ô fureur elfique, laisse ton cœur s’exprimer. Ô rage de mes frères, abandonnez votre âme dans les doux abîmes. Grimoire, Ô Grimoire blanc, donne vie à la haine elfique ! Voici la magie ultime, la magie blanche inconnue.

— Colère elfique !

Deux cercles magiques se forment face à mes mains. Le grondement se fait entendre, et l’odeur d’électricité se ressent dans mes narines. Ma haine n’a jamais été aussi profonde. Les sentiments éprouvés par chacun des combattants ici présents me sont transmis. Leurs familles, leurs enfants, leurs passions, leur tristesse, leur animosité.

Les éclairs sortant des cercles magiques s’intensifient.

Encore.

Et encore.

[Lake, pour utiliser votre colère, vous disposez du sortilège Magheal.]

Parfait.

L’incantation est nécessaire, petite voix ?

[L’incantation permet d’amplifier les dégâts infligés.]

Yosh

Je m’élance dans les cieux en inhalant l’air morose et lance ma seconde incantation.

— Magie blanche suprême. Par les accords de la création. Grondement suprême, maitre des univers. Je suis Lake Sharm, prêtresse de la Garde Royale. Souvenez-vous de ce nom qui terrorisera votre passé. Les éclairs elfiques sont plus intenses que ma propre colère. Que la haine de mes ancêtres s’abatte en mon nom. Ô, noirceur enveloppée de lumière, Ô tonnerre frénétique de la nuit. Au nom des enfants de cette terre. Que l’effondrement de notre origine se manifeste. Grimoire, Ô Grimoire blanc, invoque devant moi la racine de la Colère elfique.

— Magheal !

Des centaines de cercles magiques se créés sous le ciel écarlate, combinant en son centre, un éclair pourfendeur et ravageur. Chaque coup est empli de la haine de mes frères et sœurs. Une puissance dévastatrice qui désintègre les vampires un à un.

— Kang !

— Sœurette, c’est à nous !

Elles incantent, ensemble.

— Par la colère de Djaul ! Ô, maître des démons.

— Par la bonté de Jiva ! Ô, maîtresse des anges.

Après que leurs deux énormes marteaux se forment dans leurs mains, elles se lancent un regard harmonieux, telles deux sirènes nageant en accord dans le même bassin. Comme deux miroirs se reflétant l’un dans l’autre.

— Danse, danse, danse, Énergie Funèbre !

— Danse, danse, danse, Énergie Eclatante !

Un cercle magique s’invoque devant leur arme, du côté de Wukang, j’aperçois une boule couleur noirâtre, tandis que sa sœur, crée une sphère blanchâtre. Chacune prend son élan et tape d’un coup puissant dans leur globe.

Elles progressent à une vitesse fulgurante vers le restant d’ennemi, leurs deux magies se joignent, se percutent et forment l’incarnation du Yin et du Yang. Le condensé d’énergie détruit toutes formes de vies sur son passage, les quelques plantes se désagrègent, les ridicules oasis que l’on peut observer sèchent instantanément. L’explosion, semblable à une bombe atomique, fait rage et éclate en mille morceaux la falaise lointaine.

Leur force me laisse sans voix.

Un vampire de couleur pourpre, les dents pleines de sang, bondit face à notre armée. Il relâche son poing dans lequel était niché un parchemin.

— Un message pour Lake Sharm.

C’est qui lui ?

— Faites attention, Prêtresse de la Garde Royale !

— C’est sans doute un piège Sergent Vraal n’est-ce pas ?

Quelque chose m’échappe, quelque chose de primordial…

J’attrape la lettre, et lis à haute voix.

Lake Sharm, je souhaite te rencontrer au siège de Kramé. Signé Belz.

— Bien, je me retire.

Le vampire crée une sorte de portail et une seconde plus tard, n’est plus sur le champ de bataille.

Un sortilège ?

L’ennemi bat en retraite, tandis que les hommes du Sergent Vraal s’écroulent au sol, épuisés par l’offensive.

— Lake ?

— Oui ?

— Merci pour cette aide précieuse que tu nous as donnée. Ta puissance a effrayé les monstres et ta magie dévastatrice a permis d’en tuer un bon millier. Je n’avais jamais rien vu de tel.

Tu crois ?

— Sergent Vraal, pourquoi les vampires nous attaquent ?

— Pour tout t’avouer, c’est plutôt l’inverse. C’est nous qui essayons tant bien que mal de les détruire.

— Dans quel intérêt ?

— Nous avons une lourde dette envers le peuple nain. Il y a cinq ans, leur Prince, âgé d’à peine dix ans, s’est fait emprisonner par le pays Kramé. Nous nous sommes mis à part de leurs querelles, jusqu’au jour où la Reine tomba malade. Ce jour-là, nous avions besoin d’un minerai spécifique uniquement conservé par ces petits êtres pour sauver notre souveraine. D’après les contes, le frottement de cette pierre précieuse guérit n’importe quelle douleur. Ils nous l’ont confié, mais nous ont demandé qu’en échange nous devions récupérer leur Prince avant le mois de Descendre de l’an 652.

Le mois de Descendre de l’an 652 ? Ça correspond à quoi dans ce monde ?

— Le mois de descendre s’achève dans trois semaines. Tout ce que nous savons c’est que si nous ne ramenons pas le détenu avant cette date-là, le peuple nain ne nous transmettra plus ni nos armes ni nos armures. Notre puissance de feu en prendrait un sale coup. D’après les dires de la capitale, le Pays Féfroa déclencherait une guerre pour ôter la vie de notre souveraine en contrepartie de notre échec.

Un mois… C’est très court.

— Tu connais Belz, et pourquoi il souhaite me voir ?

— Belz ? Mais dans quel monde vis-tu, Lake ! C’est le seigneur vampire. Dirigeant, et Maître du royaume de Kramé. Sur Krosus, l’Aurore Pourpre est son surnom. Aucun elfe, même le conseil des trois ne pourrait lui tenir tête.

Il commence à me perdre ce barbu… Évitons de poser trop de questions, ils vont avoir des doutes sur ma fidélité au sein de leur état, ça risquerait de briser mes futures affaires.

— Cependant, c’est étrange qu’ils souhaitent te voir, prends toutes les précautions possibles en te rendant là-bas.

— C’est entendu, Sergent Vraal .

[Lake, peux-tu appeler tes compagnons ?]

Tu veux quoi toi, encore ?

[Va dans un endroit isolé avec Wukin, Wukang et Az.]

Qu’est-ce qu’elle me raconte cette fichue voix !

[Je vais me présenter à vous physiquement.]

HEIN ?!



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 7 – Mon premier commandement ! Menu à suivre...