A+ a- Mode Nuit

Chapitre 240 — L’épreuve de la porte de la montagne

On dirait qu’ils sont intéressés par le Bassin Séraphin de ma Nation Huoluo. Ils avaient donc cette idée depuis le départ ! Maître Luo était tout sauf stupide. Il se doutait bien qu’il y avait quelque chose d’étrange dans l’attitude de Qin Ziya. Ce dernier cherchait en réalité à les provoquer à dessein.

Ils semblaient en tout cas avoir une confiance pleine et entière dans leur Lin Ming. Peut-être que ce garçon était bel et bien capable de surmonter sa cultivation pour affronter un artiste martial à la moitié de la Condensation de l’Impulsion, qui sait… Mais Wang Mu n’était certainement pas un disciple ordinaire. Ses capacités au combat rivalisaient avec celles d’un artiste martial au sommet de la Condensation de l’Impulsion. Leur plan allait tout bêtement se retourner contre eux !

Maître Luo plissa les yeux en essayant de jauger Lin Ming. Il se demandait si ce garçon face à lui pouvait vaincre un artiste martial au sommet de la Condensation de l’Impulsion. La probabilité lui semblait plus que minime. Les étapes du Façonnage Osseux et de la Condensation de l’Impulsion n’avaient tout simplement rien à voir. Réussir à franchir la moitié d’une étape représentait déjà un défi considérable. À tel point que franchir une étape complète paraissait presque impossible, même au sein des Sept Profondes Vallées.

Puisque leurs chances de l’emporter lui semblaient plus élevées que celles de la partie adverse, Maître Luo prit la décision d’accepter ce pari.

« Le Bassin Séraphin est un lieu très important pour ma Nation Huoluo, dit-il. La quantité de véritable énergie contenue dans ses eaux est limitée, et l’on ne peut donc pas y envoyer plus de trois ou quatre personnes par an. Tu comprendras par conséquent que je ne puisse pas m’engager à te laisser y aller plusieurs fois. » Il avait beau être convaincu par la victoire de Wang Mu, Maître Luo n’en restait pas moins prudent. Mieux vaut couvrir ses arrières, pensa-t-il.

« Que diriez-vous d’une seule fois dans ce cas-là ? » Lin Ming savait que le premier bain dans le Bassin Séraphin était aussi le plus intéressant, les effets s’amenuisant à chaque passage.

Sombre crétin, se dit Wang Mu. Selon lui, Lin Ming était tout simplement en train de creuser sa tombe en offrant ses plus grands trésors au premier venu. La Pilule Miraculeuse Bleue était de la plus haute qualité et permettait d’augmenter directement la cultivation, tandis que le flacon d’Ichor du Corps Spirituel présentait des vertus fortifiantes pour les muscles et la moelle ; il permettait même de débarrasser le corps des toxines issues des pilules. Leurs effets s’associaient de manière idéale.

Sa cultivation ferait un bond en avant s’il réussissait à les obtenir tous les deux, le rapprochant encore davantage du sommet de la Condensation de l’Impulsion.

Cependant, pourquoi cet idiot ne les avait-il pas utilisés s’il possédait bel et bien une Pilule Miraculeuse Bleue et un flacon d’Ichor du Corps Spirituel ? À quoi bon les mettre de côté pour les miser dans un pari aussi stupide ?

Wang Mu regarda Maître Luo d’un air enthousiaste en se voyant déjà récupérer la pilule et le flacon. Ce dernier acquiesça alors d’un signe de tête pour lui donner son accord.

« Très bien ! s’exclama immédiatement Wang Mu. Si je perds, tu pourras te rendre une fois au Bassin Séraphin de la Nation Huoluo. En gage de ma bonne foi, je m’y engage moi aussi sur mon cœur des arts martiaux. »

Il était inquiet à l’idée que Lin Ming revienne sur sa promesse. Le serment lui permettait d’une certaine manière de lui forcer la main et de s’assurer qu’il empocherait bien la mise.

Ils échangèrent une poignée de main en réitérant leur engagement devant tout le monde. Ils semblaient tous deux ravis. Maître Luo regardait Wang Mu d’un air satisfait lorsqu’il remarqua le sourire des plus radieux de Lin Ming. Il eut aussitôt le sentiment que quelque chose n’allait pas.

L’un d’entre eux devait forcément être en train de jubiler intérieurement…

Une heure plus tard, une mélodie de toute beauté descendit depuis les Montagnes Célestes. Lin Ming leva les yeux et aperçut un bateau bleu qui avançait doucement au-dessus d’eux. Il mesurait plusieurs dizaines de mètres de long et étincelait de runes et symboles étranges. Un halo de lumière semblable à de la brume l’enveloppait comme une coquille d’œuf. Trois personnes se tenaient côte à côte à l’avant du bateau, deux hommes vêtus de violet et une femme habillée tout en blanc.

Lin Ming pouvait ressentir une certaine force opprimante émaner de ces trois individus ; pas si différente de l’aura dégagée par Mu Qianyu.

Xiantian ?

Ces trois individus étaient au sommet du Xiantian, soit à peine moins fort que Mu Qianyu. Cependant, celle-ci n’avait que vingt-sept ans, tandis que ces trois-là étaient sans doute déjà bien âgés. L’écart qui les séparait était colossal.

« Le Tournoi des Factions se déroulera en présence des maîtres de la secte, murmura Qin Ziya. Voilà les trois maîtres des Sept Profondes Vallées, le grand maître et ses deux adjoints. Restez tranquilles et ne faites pas de bruit. »

Même lui se sentait accablé face à la puissance et à la majesté des trois maîtres de la secte. Il retint inconsciemment son souffle, les deux bras tendus le long du corps, comme pétrifié.

Le bateau astral s’immobilisa au-dessus de la porte et la femme en blanc se mit à agiter les mains en formant une succession de sceaux. Un grondement retentit et une partie de la montagne commença à s’ouvrir en deux, révélant une fissure géante dans la roche. Une imposante tablette de jade blanche jaillit du sol et s’éleva dans les airs ; elle mesurait près de trois cents mètres de long. La tablette de jade contenait probablement une matrice, puisque les inscriptions à sa surface s’illuminèrent et que des runes brillantes se mirent à décrire des cercles autour d’elle. D’immenses marches en jade blanc apparurent en dessous de la tablette et s’empilèrent les unes sur les autres pour former un chemin qui s’étendait sur près de trois kilomètres au loin, jusqu’à la porte des Montagnes Célestes.

Un grand nombre des disciples qui attendaient sur la place en contrebas participaient pour la première fois au Tournoi des Factions. Ils assistaient à ce spectacle avec des yeux pleins d’émerveillement, n’ayant aucune idée de ce qui allait se passer. Aucun d’entre eux n’avait envisagé qu’une tablette de jade aussi colossale puisse reposer dans les entrailles de la montagne.

« Voilà donc l’épreuve de la porte de la montagne », murmura Lin Ming en voyant cet immense escalier en jade se déployer. Il possédait une compréhension approfondie des matrices et de leur fonctionnement depuis l’obtention du deuxième fragment d’âme. Il remarqua tout de suite que les marches sous la tablette étaient en réalité une illusion formée par une matrice. C’était une matrice illusoire mortelle !

L’escalier se composait au total de mille quatre-vingts marches, chacune haute d’une trentaine de centimètres.

« Vous disposez du temps d’un bâton d’encens pour franchir la porte de la montagne, annonça d’une voix forte la femme en blanc depuis le bateau astral. Allumez le bâton d’encens ! »

D’un geste de la main, elle fit apparaître un encensoir démesuré au milieu de la place en contrebas. Un bâton d’encens épais comme un bras d’homme et long de trois mètres reposait à l’intérieur. Il commençait déjà à se consumer, et à une vitesse nettement plus rapide que ce à quoi on pouvait s’attendre vu sa taille gigantesque. Sans doute qu’il ne prendrait pas plus de temps à brûler qu’un bâton d’encens classique.

Certaines personnes qui participaient au Tournoi des Factions pour la première fois furent incapables de se contenir davantage, et activèrent immédiatement leurs techniques de déplacement pour monter à l’assaut de l’escalier en jade blanc. On aurait dit un essaim de sauterelles. À l’inverse, les disciples avec de la bouteille préféraient visiblement prendre leur temps, gravissant les marches les unes après les autres. Ils essayaient de cacher leurs sourires en regardant ces petits nouveaux se précipiter à bride abattue, attendant avec une impatience amusée de les voir se rétamer.

Les marches en jade étaient si larges que deux cents ou trois cents personnes auraient pu se tenir côte à côte sans se gêner. D’étranges symboles apparurent en s’illuminant au passage des premiers participants. Plus les symboles devenaient nombreux et plus une pression importante se faisait ressentir à chaque nouvelle marche. Plusieurs disciples qui ne s’y attendaient pas furent repoussés par cette force accablante et perdirent l’équilibre, s’écrasant au sol d’un air confus et assommé.

« Faites attention, il y a quelque chose d’inhabituel avec cet escalier. »

Des cris alarmés se firent entendre face à cette hécatombe inattendue. En réalité, c’était parfaitement prévisible. Tout le monde ne réussirait-il pas à franchir la porte de la montagne dans le temps imparti si cet escalier n’était qu’un simple escalier ?

Plusieurs dizaines de disciples furent éjectés en quelques minutes à peine. Quant à ceux avec davantage d’expérience, ils s’accroupirent légèrement pour abaisser leur centre de gravité. Leur vitesse de progression diminua rapidement tandis qu’il montait marche après marche en se concentrant sur chacun de leurs appuis.

Les écarts de cultivation se reflétèrent alors de manière plus qu’apparente. Une jeune femme toute de blanc vêtue et portant une longue cithare ne semblait presque pas affectée par la pression de l’escalier en jade. Elle avançait vers la porte de la montagne avec grâce et légèreté, comme portée par le vent. Ses vêtements virevoltaient à chaque pas, mais son attitude décontractée ne laissait pas transparaître le moindre effort. Tout cela n’avait rien d’une épreuve pour elle, c’était presque une promenade de santé.

« C’est Qin Wuxin, la disciple directe de la Faction de la Cithare ! »

Plusieurs personnes reconnurent aussitôt la jeune femme en blanc. L’ensemble des disciples devaient se soumettre à l’épreuve de la porte de la montagne, y compris les disciples directs des Sept Profondes Vallées. Même si, pour eux, cela relevait davantage de la formalité.

« La différence est si grande ! »

Ce sentiment naquit inévitablement chez certains. Ces gens étaient tous les plus grands talents de leur famille de cultivateurs martiaux ou de leur pays, et avaient toujours bénéficié du statut de ‘génies’. Pourtant, comparés à Qin Wuxin, ils réalisaient maintenant l’ampleur de leur incompétence.

Cela n’aurait pas suffi à les décourager, mais au même moment, deux ombres s’élancèrent à toute vitesse sur les marches en jade. Ils ne possédaient pas la grâce de Qin Wuxin, mais ils progressaient au moins trois fois plus vite qu’elle !

« Voyons lequel d’entre nous est le plus rapide, Jiang Baoyun ! » Le jeune homme qui venait de parler portait une tunique blanche et tenait un éventail dans la main droite. On aurait dit un demi-dieu au corps sculpté dans le plus pur des marbres.

Celui avec qui il faisait la course portait, lui, une tunique sombre, une épée longue accrochée sur son dos. Il avait aux alentours de dix-huit ou dix-neuf ans et ses sourcils se dressaient pareils à des cimeterres en lui donnant un air grave. C’était Jiang Baoyun, le disciple direct de la Faction des Épéistes. Quant à celui avec l’éventail, il s’agissait d’Ouyang Ming, le disciple direct de la Faction Acacia.

Ces deux-là se déplaçaient tels des fantômes, avec une vitesse impressionnante. Ils atteignirent le milieu de l’escalier en à peine le temps de quelques respirations, où ils s’arrêtèrent quelques instants avant de repartir de plus belle en direction de la porte de la montagne.

D’autres puissants héros suivaient non loin derrière eux. Quant au reste, la très grande majorité des artistes martiaux présents sur les marches parvenaient à peine à tenir sur leurs pieds. Pour eux, chaque pas nécessitait un effort considérable. Ils progressaient si lentement qu’ils n’arriveraient probablement pas avant la fin du bâton d’encens, voire avant le coucher du soleil.

Le groupe de Qin Ziya s’attaqua à son tour à l’escalier en jade blanc. Ling Sen et Lin Ming furent les premiers à prendre pied sur les marches. Lin Ming ressentit aussitôt son corps s’alourdir et sa vitesse s’effondrer.

Les disciples directs des Sept Profondes Vallées ont bel et bien quelques capacités ! pensa-t-il. Même un artiste martial à la Condensation de l’Impulsion doit se faire écraser par cette formidable force gravitationnelle, et pourtant, certaines personnes gravissent cet escalier en un éclair

Il adapta alors immédiatement le flux de véritable énergie qui circulait dans son corps, et une bourrasque souffla autour de lui tandis qu’il activait le Roc Doré Déchirant le Vide. Devenant aussi léger que du coton, il commença à s’élever vers le sommet en flottant avec légèreté. Il n’était pas particulièrement rapide, ni véritablement lent, mais sa démarche dégageait une sérénité incomparable, comme s’il évoluait sur des nuages.

La terrifiante force gravitationnelle contenue dans les marches se révélait inefficace face au Concept de Vent du Roc Doré Déchirant le Vide.

Ling Sen, de son côté, ne semblait pas aussi tranquille. Il progressait en utilisant sa force pour s’arracher à l’emprise des marches en jade. Cela ne l’empêchait pas d’avancer plus ou moins au même rythme que Lin Ming. Mais il n’en fut pas moins surpris par son allure calme et décontractée, comme si tout cela ne lui demandait pas le moindre effort alors que lui, de son côté, mobilisait soixante-dix pour cent de sa véritable énergie. Plus il apprenait à le connaître et plus il réalisait à quel point il était insondable.

Zhou Yu et Liang Long échangèrent un regard amer en les voyant tous deux s’élever petit à petit. Peu importe si la partie était jouée d’avance, il leur fallait désormais faire preuve de courage.

Lin Ming a l’air si paisible, ça ne doit pas être si difficile que ça ! se dit Zhou Yu pour se motiver. En tout cas il doit y avoir moyen de… et il prit pied sur la première marche.

Il ressentit comme une chape de plomb s’abattre sur ses épaules, comme s’il coulait. Heureusement pour lui, il s’était préparé mentalement, ce qui lui évita de tomber lamentablement en arrière et de se ridiculiser aux yeux de tous.

« Quelle puissante force gravitationnelle ! » s’exclama-t-il en stimulant au maximum sa véritable énergie dans son corps. Il était aussi lent qu’un bœuf tirant une charrette aux roues cassées.

Liang Long ne se trouvait pas en meilleure posture, bien au contraire. Il avait l’impression que ses pieds s’enfonçaient dans des sables mouvants. Chaque pas qu’il faisait lui demandait un effort gargantuesque.

Sans rire ! ces types sont-ils vraiment humains ? s’écria-t-il intérieurement en voyant tous les jeunes talents qui passaient devant lui à toute vitesse.