A+ a- Mode Nuit

Chapitre 61 : Je veux être un sage

Après s’être assuré que Xiaorou était endormie, Yi Yun retira doucement sa main et utilisa son Cristal Pourpre pour absorber l’énergie de la tête du Chi Lin.

De par son manque d’expérience, le jeune garçon avait failli éclater ses Méridiens en absorbant trop d’énergie du Boa Glacial. Mais comme ce qui ne tue pas rend plus fort, il avait appris à contrôler parfaitement la vitesse du flux d’énergie.

Grâce à la tête du Chi Lin, il allait pouvoir tenir 1 mois et réussir la sélection des guerriers.

Lorsqu’il eut absorbé assez d’énergie, il décida de quitter la cabane.

Avec l’agilité d’un singe, il traversa très rapidement les bois et atteignit une clairière.

Sous le clair de lune, il s’assit, s’adossa à un arbre, puis sortit le manuel sur la technique “Résistance du Tigre, Puissance du Dragon” et se mit à le feuilleter.

Une feuille jaunie échappée d’une branche du vieil arbre tomba lentement sur une page. Yi la balaya d’un revers de main puis reprit sa lecture. Depuis qu’il avait atteint le Domaine des Méridiens, il pouvait voir comme en plein jour!

« La technique “Le Dragon Atteint Les Neuf Cieux” n’est donc pas composée d’un seul mouvement, il y en a trois autres… »

Au fur et à mesure qu’il avançait dans sa lecture, le jeune Yi put enfin répondre aux nombreuses questions qu’il se posait.

Lorsque Yao Yuan enseignait aux membres du camp de formation, étant donné leurs faibles capacités d’apprentissage, il avait pris soin de ne leur apprendre que les mouvements les plus simples.

Maintenant qu’il avait l’ensemble des mouvements de la technique “Résistance du Tigre, Puissance du Dragon”, Yi Yun allait pouvoir combler toutes ses lacunes.

« Mlle Lin a écrit ici que même si “Résistance du Tigre Puissance du Dragon” est une technique ingénieuse, elle n’en reste pas moins une base et il ne faut pas se limiter aux enchaînements sans quoi il serait impossible, en toute une vie, de progresser. »

Yi Yun portait une attention toute particulière aux notes de Xintong. Le contenu était puissant et chaque mot écrit avec grâce.

D’après elle, le plus haut niveau que l’on pouvait atteindre avec la technique “Résistance du Tigre, Puissance du Dragon” était le Royaume de Sang Pourpre.

C’était là le fameux achèvement. Mais dans ce cas, cela valait-il la peine de continuer à s’entraîner ?

Par ailleurs, un problème se posait : il y avait deux manière d’appréhender la technique. Celle de Taïa, qui avait été créée par l’empereur fondateur du royaume et l’autre, issue de l’un de ses descendants.

Laquelle était la plus fiable ? Pouvaient-elles se mélanger ?

Sur Terre, ç’aurait été comme si un étudiant choisissait les mathématiques pour préparer son examen d’entrée à l’université et une fois admis, décidait d’étudier l’histoire.

C’était une perte de temps et d’énergie, d’autant que le temps d’un guerrier était extrêmement précieux.

Comment, Lin, qui cherchait à accomplir un miracle, aurait-elle pu se le permettre, elle, qui avait pour principe d’aller au-delà de la technique et de l’appliquer pour son usage personnel ?

L’une des étapes importantes pour que chacun puisse se créer sa propre voie dans le domaine des arts martiaux était, une fois la technique acquise et comprise, de l’oublier, de la dépasser et de se l’approprier.

La lecture de ces annotations lui donna matière à réfléchir : si les techniques étaient limitées, ce n’était pas le cas des arts martiaux.

Mengzi, un auteur de la Chine antique, écrivait : “si vous croyez tout ce que vous lisez, vous feriez mieux de vous abstenir de lire.” Un vrai sage lirait plutôt le “Classique des Trois Caractères“, “Les Cent Noms de Famille“.

« Je veux être un sage, un sage des arts martiaux. »

Sur ces déclarations et avec plus de pugnacité, Yi Yun poursuivit son étude de la technique “Résistance du Tigre, Puissance du Dragon”.

Il va sans dire que Yi, qui ne pratiquait que depuis deux mois et ce malgré sa grande perspicacité, était moins avantagé que Lin qui, née dans une grande famille, bénéficiait de nombreux contacts et perspectives.

L’expérience s’acquérant à force d’apprendre, même les sages, au départ, babillaient comme des enfants.

Après avoir parcouru le manuel, le jeune garçon eut une illumination.

« Tout le monde peut avoir une vision différente d’une même chose. Je ne dois pas compter que sur la compréhension de Xiaorou, il faut que je me fasse ma propre opinion. »

S’il était essentiel de comprendre les points de vue des autres, il ne pouvait compter uniquement sur eux.

Yi Yun tint fermement le manuel et sauta sur un gros rocher.

Toute l’énergie du Chi Lin qu’il avait absorbée était emmagasinée dans son Dantian, créant une sensation de chaleur.

Elle circulait continuellement à travers ses Ren Mai et Du Mai et son corps était aussi brûlant que si, plongé dans une source thermale, il avait, de surcroît, bu tout un pichet de vin.

Yi Yun fit appel à cette force pour faire une démonstration de “Résistance du Tigre, Puissance du Dragon.”

Avec cette énergie qui lui montait à la tête, le jeune garçon se sentait de plus en plus détendu, On aurait dit que son corps se déplaçait instinctivement.

Entrer dans un tel état de dissociation était le meilleur moyen d’apprendre les arts martiaux.

Même s’il était de faible constitution, sa perspicacité et son intelligence étaient de loin supérieures à celles des enfants de son âge, voire des élites de grandes tribus.

Pour passer du quatrième au cinquième niveau de Sang Mortel, l’étape la plus difficile, et ce même avec une nourriture riche, était de rassembler le Qi Originel dans son corps.

Les guerriers du désert pouvaient voler, soulever des centaines de chaudrons et aplatir des montagnes.

D’où provenait cette énergie ? Certainement pas du gruau ou des légumes.

Sur Terre, Yi Yun avait appris les lois de la conservation de l’énergie.

En s’entraînant, un guerrier dépensait continuellement de l’énergie et qu’elle provienne des os ou de la chair des Créatures Fabuleuses, celle-ci dépendait de la nourriture. En revanche, un guerrier qui avait atteint le niveau de Collecteur de Qi était en mesure d’absorber celle de son environnement pour soutenir son corps.

Après deux cycles, Yi Yun était en nage. Pénétrer profondément “Résistance du Tigre, Puissance du Dragon” étant quelque chose de plutôt laborieux, toute l’énergie qu’il avait absorbée avait été utilisée pour alimenter son corps.