A+ a- Mode Nuit

Chapitre 1116 : Un laboratoire souterrain

Arrivé au bureau, il fallut au moins deux heures à Sean pour raconter son histoire.

Globalement, le plan avait fonctionné. Non seulement Zoé et Betty avaient récupéré l’antique Cube Magique, mais elles avaient également manipulé les Guerriers du Châtiment Divin pour les amener à piller le trésor de l’Île du Grand-Duc, remplissant toute une cabine de bijoux et de pierres précieuses. Il ne restait désormais plus rien d’Hermès sur l’île. 

De son côté, Carmine Fels a pris congé sitôt après le débarquement pour rentrer à son hôtel avec son élève. De toute évidence, il était impatient de travailler sur sa nouvelle pièce.

Feryna et Joe, qui avaient été arrêtés, attendaient leur procès qui serait présidé par le Bureau de la Sécurité de Graycastle.

– « Je vous les confie », murmura Roland à l’adresse de Rossignol qui le pinça à l’épaule pour lui faire savoir qu’elle avait compris. « Voyons ce fameux trésor… le Cube Magique de Cérémonie se trouve-t-il dans cette boîte de plomb ? » Demanda-t-il en regardant la boîte grise posée à côté de Sean. 

À en croire Hagrid, ce Cube, pas plus gros que la paume, avait été fabriqué à partir d’une pierre polie. Compte tenu des propriétés meurtrières des matières radioactives, Roland avait demandé à l’équipe de secours de prendre toutes les mesures nécessaires à leur protection avant de partir.

– « Oui », répondit le garde. « Je l’ai gardé sous surveillance durant tout le voyage comme vous me l’aviez recommandé. Personne n’y a touché à l’exceptions de Mlles Zoé et Betty. Mais je dois vous dire qu’avant de le mettre dans la boîte, j’ai remarqué quelque chose d’inhabituel. » 

– « Quoi donc ? » 

– « Vous souvenez-vous, Majesté, que je vous expliquais dans ma lettre cryptée la raison pour laquelle Lorenzo avait décidé d’envoyer Hagrid sur le Mont Cage pour se renseigner au sujet du trésor ? »  

– « Parce que le trésor avait émis une lumière bleue pour la première fois en cent ans ? » Fit Roland, pensif. 

– « C’est exact », acquiesça Sean. « Lorsque Mlle Zoé a rapporté le cube, elle a dit quelque chose qui a retenu mon attention.  Je cite : « On dirait que cette lumière bleue change continuellement de direction. » J’ai donc examiné une nouvelle fois le cube et me suis aperçu que la lumière était en permanence dirigée vers moi, un peu comme l’aiguille d’une boussole. Pour être honnête, j’étais si terrifié à ce moment-là que j’ai bien failli le laisser tomber. » 

Roland sentit un frisson lui parcourir le dos. Cependant, il réussit à garder un visage impassible et demanda nonchalamment : 

– « En avez-vous découvert la raison ? » 

– « C’est possible », répondit Sean en sortant de sa poche un objet qu’il déposa sur le bureau en acajou. « Une fois calmé, j’ai réfléchi. Comme il est peu probable qu’un antique artefact se manifeste à une personne ordinaire, il avait dû percevoir autre chose. Après un examen plus approfondi, j’ai découvert que ce n’était pas vers moi que la lumière était dirigée mais vers cette pièce », dit-il en désignant le morceau d’uranium enrichi qu’Azéma lui avait restitué une fois ses recherches terminées. 

Si le Roi avait bien saisi, le Cube Magique s’était éclairé parce qu’il avait détecté la pièce de monnaie. Voilà qui semblait intéressant. 

 – « Je vois », dit Roland après un moment de réflexion. « Vous avez fait du bon travail. Vous pouvez disposer. »  

– « Bien, Votre Majesté. »

Sean parti, Rossignol émergea de sa Brume et examina la boîte sous toutes ses coutures.  

– « Du nouveau ? »

– « C’est un artefact magique », expliqua Rossignol, « Il ressemble à de la roche brute mais contient de l’énergie. « Depuis ma Brume, j’ai aperçu quelque chose qui s’apparentait à un Cyclone Magique, un peu comme pour le noyau magique des sorcières de Taquila. »  

Roland prit alors conscience du fait que le pouvoir magique façonnait ce monde d’une manière plus subtile et fondamentale qu’il ne l’avait imaginé. Malheureusement, il ne savait encore très peu à ce sujet, excepté que les diverses races le voyaient et l’utilisaient différemment. En l’absence d’outils adéquats, il lui était difficile de mener à bien des recherches systématiques. 

Cependant, il pouvait se servir de son expérience personnelle. En effet, avant l’émergence des théories de la mécanique classique, les gens créaient des outils en se fiant à leurs propres observations et pratiques quotidiennes. Il allait simplement devoir pousser ses recherches quant à ce nouveau phénomène.  

– « Partons pour la Troisième Ville Frontalière », décida-t-il.  « Je me demande si Céline a terminé le laboratoire qu’elle m’avait promis. » 

D’une manière ou d’une autre, il était hors de question que cet artefact maudit pénètre dans le château tant que son innocuité absolue n’avait pas été prouvée.  

– « Qu’est-ce qui vous amène ? » Demanda Pasha en saluant le Roi. « Un souci avec la nouvelle arme ? » 

– « J’avais demandé à Céline de creuser une grotte. Je venais voir où en étaient les choses. »  

– « Ah, vous voulez parler de cette pièce secrète en métal ? Tout est presque prêt, à l’exception de l’ascenseur. Céline s’y trouve justement. Souhaiteriez-vous y jeter un coup d’œil ? »

Roland ayant répondu par l’affirmative, Pasha inclina son tentacule principal et dit : 

« Suivez-moi je vous prie. » 

 

La semaine précédente, lorsque le Roi avait décidé d’envoyer les Sorcières du Châtiment Divin au Royaume de Wolfheart, il avait également demandé à Céline de construire un centre de recherche : un laboratoire entièrement clos et souterrain.

En effet, s’il s’avérait que le Cube Magique de Cérémonie soit réellement radioactif et comme il n’était pas certain que Naela puisse guérir les maux résultant des radiations, mieux valait mener ses recherches sous terre.  

Tandis qu’il suivait Pasha jusqu’au laboratoire, il l’informa de ce qui s’était passé au Royaume de Wolfheart.

– « Je vois », dit la sorcière avec un sourire. « Mieux vaut confier ceci à Céline plutôt qu’à quelqu’un d’autre. C’est une chercheuse hors pair qui, mieux que personne, connaît le pouvoir magique et saura réparer et reconstruire cet artefact. Ses compétences se sont même améliorées depuis qu’elle a changé de corps. Je ne saurais vous dire pour les autres, mais je puis vous dire que Céline est la seule personne qui a proposé de fusionner avec le porteur et ceci avant même que Taquila ne montre des signes de chute. » 

– « Hein ? » Fit Rossignol en prenant un air dégoûté. « Vous voulez dire qu’elle préfère être une créature globuleuse à tentacules plutôt qu’un être humain ? » 

– « Si cela pouvait l’aider à explorer le monde », répondit Pasha en secouant son tentacule. « Lorsqu’elle travaillait pour la Société de recherches, elle se plaignait souvent de ne pas avoir suffisamment de mains pour effectuer plusieurs tâches et de se fatiguer facilement. Si, à cette époque, elle avait pu transférer son âme, elle l’aurait certainement fait. »

Après avoir marché environ sept minutes, ils atteignirent l’extrémité du passage. Devant eux se dressait un grand gouffre.  

– « Voici l’entrée, mais l’ascenseur ne sera installé que dans quelques jours », dit Pasha en abaissant son principal tentacule. « Venez. »  

« Euh… est-ce vraiment le seul moyen de s’y rendre ? » Demanda Rossignol, hésitante, en regardant les nombreux tentacules ondulants, visiblement peu confiante. 

– « C’est en tout cas le plus rapide », répondit Pasha. « Soyez tranquille, ces petits tentacules sont assez flexibles et résistants. » 

Roland prit une profonde inspiration et grimpa sur la tête du porteur original. Lui qui pensait faire un trajet vraiment inconfortable dut reconnaître que ces tentacules étaient aussi doux qu’un tapis. 

Lorsque Rossignol fut montée à son tour, Pasha se laissa glisser dans la caverne.  

Environ cent mètres plus bas, la sorcière s’immobilisa lentement et Roland pu voir briller la porte métallique du laboratoire qui se dressait, magnifique, devant lui.