A+ a- Mode Nuit

Chapitre 1115 : Un essai historique

Une semaine plus tard…

Depuis les premiers tests relatifs à la bombe au napalm, la vallée de la Chaîne des Montagnes Infranchissables, plus proche du Laboratoire du versant Nord et qui attirait beaucoup moins l’attention que ne l’aurait fait la Forêt aux Secrets, était devenue le nouveau site d’essais. 

C’était d’autant plus judicieux que leurs armes allaient devenir de plus en plus puissantes. 

Cette fois, Roland avait l’intention de tester le lance-grenade anti-Diable sur lequel il travaillait. 

Grâce à d’abondantes recherches et au niveau de développement technologique de la Cité Sans Hiver, il ne lui avait fallu que cinq jours pour que l’arme soit prête pour les essais : un record historique en matière d’armement. Néanmoins, cette rapidité était en grande partie due à la simple structure de la grenade. 

Dans le monde d’où venait Roland, même le pire terroriste qui ne connaissait quasiment rien aux armes militaires était capable de construire un RPG géant avec un bidon d’essence et un tuyau d’arrosage. Pour peu qu’il soit équipé d’une camionnette, il pourrait même en faire une artillerie automotrice.  

– « Si j’ai bien compris, je dois simplement orienter la tête du missile vers la cible et presser la détente ? » Demanda Althéa en saisissant le lanceur avec son tentacule.

En tant qu’ancienne Guerrière Sacrée de haut rang, elle semblait très intéressée par cette nouvelle arme à feu, d’autant que celle-ci avait été conçue pour lutter contre les Diables. 

Ceci dit, c’était assez étrange, voir effrayant pour Roland de voir un énorme monstre tentaculaire tenir un RPG. En général, dans les films d’horreur, ce genre de monstre attaquerait plutôt avec un regard tueur, des épées, des boucliers, ses puissantes ventouses ou ses fluides corporels, mais un RPG…

Si le Roi avait demandé aux porteurs originaux d’effectuer le test, c’était uniquement pour des raisons de sécurité car en cas d’accident, ni les soldats ni les Sorcières du Châtiment Divin ne survivraient à un tir à bout portant. Seules ces sorcières étaient en mesure, avec leurs tentacules, de transporter l’arme jusqu’à un secteur éloigné, évitant ainsi tout évènement tragique.  

– « Assurez-vous simplement de ne pas la pointer contre vous-même où quelqu’un d’autre », répondit Roland. « Vous pouvez y aller. » 

Althéa fit un rapide signe de son principal tentacule pour montrer qu’elle avait compris et appuya sur la gâchette.

Un éclair jaillit alors du museau et traversa le champ en direction de la cible située à 100 mètres de distance.

Une fois dans les airs, le projectile dessina un léger arc et vint toucher la partie inférieure de la cible avec un bruit assourdissant et la boîte de fer qui était visée bascula sur le sol, parfaitement intacte.  

Comparée aux Canons de Forteresse qui rugissaient à faire trembler la terre et à la bombe au napalm qui emplissait le ciel de flammes, les performances de cette arme n’étaient guère satisfaisantes. L’explosion n’avait généré ni feu, ni poussière, ni particule. En quelques secondes à peine, le vent avait dispersé la légère trace de fumée produite par la bombe.

Un silence embarrassé tomba.

Seul Roland ne semblait guère déçu du résultat. 

– « Allez la chercher que nous regardions cela. » 

Aussitôt, deux Sorcières du Châtiment Divin obtempérèrent. Alors qu’elles observaient de près le coffre de fer, elles aperçurent tout au fond une trace de brûlure au centre de laquelle se trouvait une petite bosse large de trois doigts.

– « Le projectile l’aurait-il pénétrée ? » Demanda Pasha, intriguée. « Il ne semble ni très lent, ni particulièrement rapide, pourtant, il paraît plus puissant qu’une balle ordinaire. À mon avis, un revolver n’aurait pas eu ce résultat. »   

– « Ni une mitrailleuse lourde », renchérit Althéa en approchant. « Cette réplique des piliers de pierre que lancent les Diables est recouverte de plaques d’acier aussi épaisses que le doigt d’un homme et donc difficilement pénétrables. Ouvrons-la et voyons à quoi ressemble maintenant son contenu. »   

Althéa étendit deux de ses tentacules et ouvrit le lourd couvercle. Tout le monde en eut le souffle coupé.

Les poulets que Roland avait suspendus avec un fil de fer pour simuler les Diables présents dans les piliers de pierre n’étaient plus que lambeaux recouverts de quelques plumes noircies.*** 

– « Cela semble fonctionner », dit Roland, un peu surpris cependant qu’Althéa ait réussi du premier coup. 

Le projectile ne dégageant pas une énergie considérable, il savait d’avance que l’explosion ne produirait ni flammes éblouissantes ni rugissement tonitruant. La faible vitesse de l’obus n’était que le résultat direct de la faible énergie de réaction.

À quantité de poudre égale, plus la tête du projectile est grosse, plus la résistance à l’air est importante et plus elle est lourde, plus lent sera son déplacement.  Pour améliorer la précision du tir, Roland avait renoncé à utiliser une arme de gros calibre et limité celui de la grenade à 40 millimètres, identique à celui du canon. La partie avant du missile avait la forme d’un cône afin de réduire la résistance de l’air.

À en croire les résultats, le projectile semblait être assez stable en vol. Bien que beaucoup plus petit qu’un Panzerfaust mais presqu’aussi puissant que les piliers de pierre projetés par les Diables, il était suffisant pour transpercer un blindage de dix millimètres d’épaisseur. 

– « Pensez-vous que cette arme puisse avoir raison des Diables Supérieurs », demanda Roland à Pasha et à ses compagnes. 

« Eh bien… », commença Althéa, « C’est difficile à dire. Il en existe de puissants comme des faibles, tout comme nous qui avons dans nos rangs des Extraordinaires et des Transcendantes. Si l’adversaire est rapide ou si nous avons affaire à un Tueur de Magie… en toute franchise, nous avons peu de chances de l’atteindre en pleine face car il aura largement le temps d’esquiver. Cependant… » Elle s’interrompit et reprit en haussant brusquement la voix : « c’est une arme historique, Votre Majesté, car en réduisant le fossé qui sépare les Diables des gens ordinaires, elle nous offre l’occasion de surpasser numériquement notre ennemi. Je n’aurai jamais de mots pour louer cette nouvelle invention! »

– « Entièrement d’accord », renchérit Pasha en souriant. « Autrefois, il aurait été inconcevable qu’un mortel puisse blesser un Diable Supérieur. Si nous avions possédé une telle arme à l’époque de Taquila, Dame Natalya aurait été ravie! » 

– « Et je viens de découvrir un autre moyen d’améliorer considérablement le taux de précision », intervint Althéa en balançant son principal tentacule.

– « Vraiment ? » S’enquit le Roi. « Et lequel ? »

– « Il faudrait en équiper toutes les Sorcières du Châtiment Divin », répondit Althéa, exaltée. « Seules les Extraordinaires peuvent rivaliser avec les Diables Supérieurs. Si l’ennemi est touché au visage, aussi puissant soit-il, il ne survivra pas. » 

– « Soyez tranquille, étant donné qu’il s’agit d’une arme personnelle, chacun devrait avoir la sienne, y compris les Sorcières du Châtiment Divin », promit Roland avec un sourire.  

Il ne lui restait plus qu’à augmenter la puissance du projectile tout en maintenant sa vitesse de déplacement et sans que cela ne lui revienne plus cher. Roland allait également devoir inventer une nouvelle arme de gros calibre contre les Diables Araignées, beaucoup plus lents, d’autant plus qu’ils finiraient sans doute par envahir la Cité des Diables et roder partout dans les rues.  

Alors que le Roi était plongé dans ses pensées, un garde surgit soudain, porteur d’un message.  

– « Votre Majesté, Monsieur Sean et son équipe viennent d’arriver à quai sur la rivière. »  

___________________________________________________________________________NDT : ***En raison des droits d’auteur, je suis tenue de respecter le texte au maximum mais je tiens à faire savoir à mes lecteurs que je ne cautionne absolument pas le massacre d’animaux, qu’il soit purement gratuit aux fins d’expériences.