A+ a- Mode Nuit

Chapitre 1113 : La troisième roue du carrosse

« Ma… Madame le Commandant ? » balbutia Joe.  

Il lui fallut un certain temps pour identifier la personne qui se tenait devant lui et comprendre pourquoi elle lui semblait familière. Mais… comment était-ce possible?

– « Je… ne comprends pas », dit Feryna en ravalant avec peine sa salive. « Je pensais que vous aviez été tuée au cours d’une bataille durant les Mois des Démons. Par ailleurs, les Guerriers du Châtiment Divin sont tous des soldats extrêmement pieux qui ont consacré leur vie à Dieu. Ils ne… »

– « Ils ne parlent jamais ? » Coupa Zoé. « Cela n’a rien à voir avec la foi. S’ils ne parlent pas, c’est parce qu’ils ont subi un lavage de cerveau. Sans cela, nous ne pouvons pas utiliser leur corps. »

Utiliser leurs corps?

– « De quoi parlez-vous… ? » 

– « D’abord, dites-moi comment l’Église vous a présenté l’Armée du Châtiment Divin. » 

– « Comme des guerriers qui détiennent leur pouvoir de Dieu, les ennemis mortels des sorcières et le plus grand espoir qu’ait l’Église de sauver le monde », répondit Joe avec ferveur. « Seuls les croyants fidèles et sans peur ont l’honneur de devenir Guerriers du Châtiment Divin. » Joe marqua une pause et poursuivit : « Au départ, je pensais que sauver le monde signifiait garder la Grande Faille et empêcher les bêtes démoniaques d’envahir le territoire mais en lisant le testament du Pape Tucker Torr, j’ai appris l’existence de la Bataille de la Divine Volonté et des Diables. »  

– « En réalité, l’Armée du Châtiment Divin est une force spécifiquement destinée à combattre les Diables », expliqua Feryna. « Seul le Conseil Privé d’Hermès savait comment organiser la cérémonie d’incarnation et voilà que Roland Wimbledon a tout détruit. » 

– « C’est très touchant, mais malheureusement, rien de tout cela n’est vrai », déclara Zoé avec un sourire méprisant. « Vous pensez que l’Armée du Châtiment Divin est un instrument utilisé par l’usurpateur pour supprimer les sorcières ? Il n’en est rien. À l’origine, cette armée a été créée pour sauver la race humaine et l’idée ne venait pas de l’Eglise mais d’une sorcière. » 

Feryna lui jeta un regard incrédule. Si ce n’était la célèbre Enova, qu’elle admirait tant, elle aurait immédiatement réfuté cette allégation sans fondement. 

Joe prit une profonde inspiration : 

– « Pourriez-vous… nous en dire plus ? »

– « Soit, mortels », dit Zoé avec un léger sourire. « Je vais satisfaire votre curiosité. »

La sorcière leur ayant tout expliqué, Feryna sentit une douleur envahir ses dix doigts. Elle baissa les yeux et constata qu’elle avait serré les poings et que ses doigts cassés s’étaient remis à saigner abondamment.

Elle comprenait à présent pourquoi Enova se tenait devant elle, bien vivante. Ce n’était pas la célèbre et historique commandante de l’Armée des Juges qui se trouvait là mais une antique sorcière de plus de quatre cents ans. 

Si elle avait eu la force de se battre, elle aurait tiré son épée et combattu cette sorcière jusqu’à la mort en l’accusant de profanation et même si elle était vaincue, jamais elle ne permettrait à un démon d’utiliser le corps d’une guerrière de manière aussi irrespectueuse.

Cependant, elle était bien trop faible pour quitter son lit.

« C’est ridicule. Quelle absurdité! » 

À en croire Zoé, l’Église avait été fondée par des sorcières. Celles-ci n’étaient ni l’incarnation du mal ni les servantes du Démon mais bel et bien des héroïnes qui avaient consacré leur vie à la préservation de la race humaine. La Reine de la Cité des Météores s’était même sacrifiée pour cela.  Ironie du sort, l’Armée du Châtiment Divin n’était qu’une invention de ces sorcières qu’elle méprisait tant et la cérémonie d’incarnation à laquelle elle désirait assister un procédé destiné à fournir davantage d’enveloppes aux sorcières. D’une certaine manière, celles-ci avaient même façonné le monde.

« Bon sang, dis-lui que c’est un mensonge inventé de toutes pièces », cria une voix dans sa tête mais lorsque Feryna ouvrit la bouche, rien ne vint. 

L’histoire de Zoé expliquait beaucoup de choses, entre autres la mystérieuse disparition de certains Guerriers du Châtiment Divin ou encore ces corps de femme vidés de leur sang, la présence de grands monastères dans la Vieille Cité Sainte et pourquoi certaines Purifiées étaient en tous points semblables à des sorcières ordinaires. 

Si tout était un parfait mensonge comme l’avait dit Zoé, son auteur avait dû rester au sein de l’Église durant des décennies et connaissait forcément son plus grand secret. Les seules personnes qui venaient à l’esprit de Feryna étaient les Papes. 

Par ailleurs, il existait une preuve solide :  le “pouvoir”.   

Les Guerriers du Châtiment Divin ayant été conçus pour éliminer les Diables, plus ils étaient puissants, mieux c’était. Le fait que deux Sorcières du Châtiment Divin aient pu traverser aussi facilement le château du Seigneur de l’Île de l’Archiduc lui laissait à penser que, selon toute vraisemblance, un homme doté de conscience est bien plus puissant qu’une machine à tuer dépourvue d’âme. Si les sorcières avaient un tel pouvoir sur le corps d’un Guerrier du Châtiment Divin, pourquoi l’Église cherchait-elle a les tuer plutôt que de les utiliser au mieux ? Tout du moins auraient-ils pu utiliser les Purifiées s’ils avaient quelque préjugé contre les sorcières ordinaires. Or, à Hermès, il n’y avait pas une seule Sorcière du Châtiment Divin et Feryna en devinait la raison : celles-ci auraient facilement été maîtrisées par la Pierre du Châtiment Divin.

De plus, l’Église n’ayant aucun moyen efficace de contrôler ces sorcières aussi puissantes que des Extraordinaires, ils n’avaient pas envisagé d’en créer.  

Si le Pape de la Cité Sainte se souciait réellement de l’humanité, de nombreux croyants auraient été disposés à se sacrifier, y compris des sorcières.

Cependant, cette possibilité avait depuis longtemps été laissée de côté, sauver le monde n’étant visiblement pas aussi important que l’Église le prétendait.  

« Alors tout ce qu’a fait l’Église n’était que pure manipulation », pensa Feryna. « Ils ont utilisé pour éradiquer les sorcières des guerriers qui, au départ, étaient destinés à combattre les Diables. » 

Joe qui, visiblement, commençait à comprendre, demanda nerveusement : 

– « Combien y a-t-il de personnes comme vous à la Cité Sans Hiver ? » 

– « Plusieurs centaines », répondit Zoé en haussant les épaules. « Comme nous utilisons les corps donnés par l’Eglise, ne soyez pas trop troublés s’il vous semble reconnaître quelqu’un. »  

Feryna avait une vague idée du pourquoi de sa question. 

En effet, il était impossible pour les sorcières de se faire passer pour des centaines de Guerriers du Châtiment Divin simultanément et en voyant la sincérité sur le visage de Zoé, elle sut que la sorcière disait la vérité. 

Cette réponse ayant eu raison de ses derniers doutes, Feryna sentit le monde s’écrouler autour d’elle. 

Elle qui voulait tant être utile avait fait confiance à l’Église. En tant que membre, elle avait l’obligation de contribuer à sauver les Quatre Royaumes et la race humaine. Or voilà que tout en quoi elle avait cru si fermement s’effondrait en elle comme un vieux mur derrière lequel il ne restait plus rien.

Elle devait… faire quelque chose.

– « L’Église… l’Église pourrait rectifier ses erreurs… et redresser la situation… », murmura-t-eIle à grand peine.  

Zoé lui lança un regard froid : 

– « Et comment ? » 

– « Si je ne me trompe, vous avez besoin de… corps pour créer des Sorcières du Châtiment Divin. Or seule l’Église peut y pourvoir. Je pourrais… » elle s’interrompit, à bout de souffle, avant d’achever : « …vous offrir mon corps. »  

– « Hmm », fit Zoé, un sourire espiègle sur le visage. « Cela ne vous contrarie pas de perdre l’esprit ? »

– « Feryna! » S’écria Joe, exaspéré.

– « Si cela peut sauver la race humaine… »

C’était une façon pour elle de se sentir à nouveau nécessaire et elle aurait quelque chose sur lequel s’appuyer. 

Mais son rêve fut de courte durée car Zoé répondit froidement :  

– « Très intéressant, mortelle, mais nous n’avons plus besoin de Sorcières du Châtiment Divin. » 

– « Pourquoi ? »

– « Parce que c’est inutile », répondit Zoé en écartant les mains. « Le plan aurait probablement fonctionné il y a quatre cents ans mais les Diables ayant beaucoup évolué, les Sorcières du Châtiment Divin n’ont plus aucune chance de les vaincre, c’est pourquoi nous soutenons désormais le Roi de Graycastle. »

Les lèvres desséchées de Feryna s’entrouvrirent. Elle aurait voulu formuler des mots mais, telle un muet, ne put émettre que des sifflements étranges.

– « Les sorcières vivantes, aussi faibles soient-elles, peuvent s’avérer très puissantes une fois qu’elles ont trouvé la bonne voie. Le Roi Roland a découvert que les sorcières ordinaires n’avaient pas nécessairement besoin de sang magique ou d’une enveloppe pour devenir fortes. Elles sont toutes, aujourd’hui, convaincues qu’elles ont la possibilité d’apprendre et de progresser aussi, quand bien même vous nous feriez don de votre corps, aucune d’entre elles ne voudrait offrir son sang. C’est totalement inutile », conclut Zoé en se levant. 

Arrivée à la porte, elle se retourna et sourit à Feryna : 

– « Je vais être franche avec vous : l’Église a été une erreur dès le début. »

La jeune femme entendit quelque chose se briser au plus profond de son cœur.