A+ a- Mode Nuit

Chapitre 204 – La femme en rouge

C’est probablement le spécimen le plus puissant que je rencontre depuis que je suis ici, pourtant, il semble avoir peur de moi. Pourquoi… ?

Une idée traversa soudainement l’esprit de Lin Ming : le sang de l’écaille dorsale !

La bête ressentait probablement la présence du dragon dormant au fond de lui.

Les Lézards Tonnerre possédaient tous du sang de Dragon des Flots, mais dans des quantités variables. Généralement, plus un spécimen était puissant et plus cette concentration était importante.

Les Dragons des Flots, en ‘dragons de bas niveau’, ne pouvaient s’empêcher de ressentir de la crainte et de l’admiration à l’égard des Dragons Véritables. Alors aussi téméraire qu’ils soient, comment pourraient-ils s’en prendre à eux ?

Mais comme seulement une infime quantité de sang d’écaille dorsale coulait dans les veines de Lin Ming et comme, étant toujours au stade de l’Entraînement Physique, son corps n’avait pas achevé son ‘éveil’, la plupart des Lézards Tonnerre étaient incapables de remarquer cette présence.

A la différence de celui-ci, dont la lignée nettement plus pure lui permettait de ressentir le pouvoir terrifiant qui dormait en lui.

Une seule goutte de sang de Dragon Véritable émettait à elle seule un Qi si intense qu’il suffisait à contraindre toutes les bêtes de ce monde à se soumettre. Ce Lézard Tonnerre au sommet du Houtian ne faisant pas exception, sa force avait beau largement surpasser celle de Lin Ming, un sentiment de peur incontrôlable s’était emparé de lui.

Lin Ming aurait été plus puissant que l’animal se serait sans doute agenouillé pour lui témoigner son respect.

Des arcs électriques parcouraient son corps en crépitant tandis qu’il continuait de rugir pour indiquer à Lin Ming de quitter son territoire.

Ce dernier n’aurait pas pu rêver mieux. Quoiqu’incapable de tuer les Lézards Tonnerre au sommet du Houtian, il allait au moins pouvoir les éviter.

Eh bien ! on dirait que je vais pouvoir continuer de grimper ! se réjouit-il intérieurement en serrant les poings. 

Le ciel était avec lui. Vu son niveau, il n’aurait jamais dû pouvoir dépasser les premiers contreforts de la montagne. Mais son Âme de Foudre l’ayant préservé des attaques à distance des Lézards Tonnerre, il était finalement parvenu jusqu’aux terres de neige et de glace.

Et maintenant, alors qu’il atteignait une nouvelle fois ses limites, le sang d’écaille dorsale venait de se révéler capable d’effrayer les plus dangereuses de ces bêtes féroces. A ce rythme-là, peut-être atteindrait-il réellement le sommet de la Montagne Frappée par la Foudre ? Et avec lui les nombreux trésors d’attributs tonnerre qui l’y attendaient…

Seuls quelques huit mille mètres de parois enneigées l’en séparait encore.

Là-haut, l’orage se déchainait depuis dix mille ans. S’y aventurer, c’était aussi prendre le risque de se faire frapper par un éclair. Et pas n’importe lequel ! Il s’agissait de foudre céleste !

Son Âme de Foudre avait beau le protéger, Lin Ming n’en conservait pas moins une certaine appréhension. Il ne savait pas du tout si ce tonnerre céleste constituait ou non une menace.

Il reprit quoi qu’il en soit son ascension en prenant soin de contourner le Lézard Tonnerre qui lui faisait face.

Et, après plusieurs milliers de mètres et d’heures supplémentaires, il s’arrêta une nouvelle fois brusquement sur place, abasourdi par ce qu’il venait de voir.

Il n’était pas prêt d’oublier ce qui, une soixantaine de mètres plus loin, prenait place sous ses yeux ébahis.

Une femme pleine de grâce se tenait au milieu d’une large étendue de glace. Tout, chez elle, semblait remarquable ; sorte de beauté plantureuse à la silhouette élancée capable de vous ensorceler dès les premiers regards. Un long manteau rouge posé sur ses épaules semblait l’envelopper dans une cape de flammes, et sa robe, rouge elle aussi, retombait le long de ses jambes graciles en claquant dans le vent. Ses cheveux noirs comme l’ébène pendaient jusqu’à sa taille en ondulant au rythme de ses pas. Elle ne portait pas de chaussures, laissant ses pieds délicats, semblables à des sculptures de jade, en contact direct avec la pellicule algide de neige qui recouvrait la plateforme de glace bleutée sur laquelle elle progressait. L’on aurait dit une rose pourpre dans un désert enneigé. Le contraste saisissant entre ce blanc immaculé et ce rouge d’une profondeur infinie dégageait une impression indescriptible de beauté et de majesté.

Face à elle trônait fièrement un immense oiseau à la robe écarlate. Semblables à des flammes vives, ses plumes recouvraient son corps en dégageant un halo de chaleur brûlant, tandis que sa longue queue traînait au sol en laissant un brasier dans son sillage.

C’était…l’Oiseau Vermillon !

Lin Ming écarquilla les yeux. La Bête Sacrée qu’il avait aperçue en traversant le Marécage Noirâtre se trouvait juste devant lui !

La femme ressentit sa présence et porta son regard dans sa direction. Une atmosphère mystique d’énergie de feu émanait de son visage aux traits calmes et resplendissants. C’en était presque suffocant.

Quelque chose chez lui semblait avoir piqué sa curiosité. Après tout, ce n’était encore qu’un gamin au sommet du Façonnage Osseux. Quoi de plus étonnant à le croiser aussi haut sur la Montagne Frappée par la Foudre ? Et, qui plus est, visiblement indemne ?

Lin Ming se figea. Si le charme de cette femme ne le laissait certainement pas indifférent, son aura, elle, lui glaçait le sang.

Sous ses airs de femme resplendissante, Lin Ming comprit à cette aura qu’il avait affaire à l’être le plus puissant jamais rencontré au cours de sa vie !

« Xiantian… » murmura-t-il.

Non, peut-être même au-delà ! Au sommet du Xiantian voire à la limite du Xiantian, ou alorselle aurait déjà surpassé le Xiantian ?

Elle utilisait un Oiseau Vermillon en guise de monture, une Bête Sacrée ! Quel genre de concept était-ce ?

L’esprit de Lin Ming fusait dans tous les sens. Cette personne pouvait éteindre son existence d’un seul claquement de doigt, par une simple pensée.

Une femme éclatante et son oiseau majestueux, trônant tous deux dans un brasier flamboyant au milieu de cette immensité enneigée ; c’était d’une beauté chimérique.

Elle continua de le regarder avec intérêt pendant un bon moment. Puis, finalement, elle sourit et dit, révélant une voix enchanteresse : « Intéressant. »

Alors, comme si son corps ne pesait pas davantage qu’une plume, ses pieds quittèrent le sol et elle flotta jusque sur le dos de l’Oiseau Vermillon qui s’envola immédiatement dans le ciel !

Un tourbillon d’air chaud se répandit dans toutes les directions derrière lui. Lin Ming sentit un frisson lui parcourir l’échine tandis que cette onde de choc lui cinglait le visage.

L’Oiseau Vermillon du Marécage Noirâtre est donc la monture de cette femmePeut-être qu’elle m’a vu lorsque j’étais poursuivi par l’avatar du Chaman Ver de Feu ? En tout cas, je me demande ce qu’elle fait à la Montagne Frappée par la Foudre. Recherche-t-elle l’Âme de Foudre ? Ou vit elle simplement ici ?

Toutes sortes de scénarios fusèrent dans l’esprit de Lin Ming. Il regarda au-dessus de lui en direction du sommet qui se dressait d’un air menaçant vers le ciel, sans trop savoir s’il valait mieux continuer ou non son ascension.

Si cette femme était elle aussi à la recherche de l’Âme de Foudre, il pouvait abandonner tout espoir de la récupérer pour lui.

Il hésita longuement, avant de se décider finalement à continuer de grimper en serrant les dents. Tant qu’à faire d’être déjà monté aussi haut, autant essayer d’aller le plus loin possible. Peu importe s’il n’obtenait pas l’Âme de Foudre après tout, cela ne signifiait pas pour autant qu’il n’y aurait pas d’autres opportunités à saisir. La foudre frappait le sommet de cette montagne sans interruption depuis maintenant dix mille ans, qui sait quels trésors avaient eu le temps de se former là-bas ? Avec un peu de chance, il tomberait certainement sur une bonne surprise.

Il venait seulement d’avancer de quelques pas qu’un cri strident retentit tout à coup, perçant directement le ciel jusqu’au Chaos Primordial !

Le cri d’un Phénix ? se demanda-t-il.

Il eut tout juste le temps de se poser la question que des rugissements tonitruants de bêtes féroces se mirent à résonner les uns après les autres. Pendant un moment, ce fut comme s’il était au cœur d’un orage assourdissant !

« Que…qu’est-ce que c’est que ce bordel ? »

La confusion était totale. Un autre son retentit soudainement, celui d’une puissante vibration à travers le sol. On aurait dit l’écho d’innombrables coups de tambour. Le sol se mit bientôt à trembler de plus belle, comme si une horde de monstres venaient de se réveiller !

« Mm ? »

Lin Ming sortit la Lance Lourde des Profondeurs en apercevant au loin un Lézard Tonnerre bleu foncé à l’allure menaçante se précipiter dans sa direction. Il se déplaçait tellement vite que des nuages de neige se soulevaient sur son passage, lui donnant l’allure d’un dragon des neiges tourbillonnant vers le ciel.

C’est le Lézard Tonnerre au sommet du Houtian que j’ai croisé tout à l’heure !

Les traits de Lin Ming s’assombrirent. Il ne pouvait pas prendre le risque de l’affronter.

Sans hésiter un instant, il rangea sa lance et s’envola dans les airs. Le lézard bleu passa à toute vitesse à sa hauteur dans un tourbillon de neige et de vent, sans manifester la moindre intention de s’arrêter.

Lin Ming réalisa ainsi qu’il n’était pas sa cible.

Mais si ce n’était pas après lui qu’il en avait, après qui courait-il ainsi ? La femme en rouge ? Le cri strident du phénix lui revint soudain à l’esprit et un frisson lui parcourut l’échine. Était-ce une déclaration de guerre, une provocation à l’encontre de l’ensemble des créatures de la Montagne Frappée par la Foudre, Lézard Tonnerre Xiantian inclus ?

Pouvait-on encore appeler cela du courage ?

Le cœur de Lin Ming s’emballa. Le jeune artiste martial au sommet du Façonnage Osseux qu’il était se retrouvait plongé au cœur d’un conflit entre des puissances qui le dépassaient de très loin.

Un autre nuage de neige s’élevant en direction du sommet apparut tout à coup à plusieurs milliers de mètres de lui. Lin Ming possédait une vision remarquable. Malgré la très longue distance qui l’en séparait, il parvint à distinguer qu’il s’agissait d’un autre Lézard Tonnerre bleu. La couleur profonde et sombre de ses écailles ne laissait que peu de doute quant à son niveau, celui-ci était au sommet du Houtian !

Sommet du HoutianJ’ai bien peur que quiconque en dessous de ce niveau n’ait pas les qualifications pour prendre part au combat qui s’annonceLa femme en rouge de tout à l’heure est au moins au Xiantian. Ce Lézard Tonnerre ci ne tiendrait pas une seule seconde face à elle !

Lin Ming grimpa quelques centaines de mètres supplémentaires. Plus il montait et plus son champ de vision s’élargissait, si bien qu’il voyait désormais de plus en plus de nuages de neige tourbillonnants progresser vers le sommet.

Il en voyait au moins une dizaine à l’heure actuelle.

Quoique terrifié, son cœur bouillonnait d’excitation. Lui aussi voulait être aux premières loges pour assister au spectacle palpitant qui s’annonçait.

Un combat entre des individus au Xiantian pouvait s’observer en restant à plusieurs kilomètres de distance. Partant de ce principe, Lin Ming avait décidé de ne plus reculer. Sa technique de déplacement activée à son plein potentiel, il se ruait maintenant vers le sommet. Tous les plus puissants Lézards Tonnerre se précipitants eux-mêmes vers le sommet, il ne craignait plus de rencontrer le moindre obstacle.

Il avançait le plus vite possible, mais n’osait pas voler directement pour autant. Sa présence aurait été immédiatement remarquée par l’Oiseau Vermillon. Et mieux valait ne pas attirer l’attention de ces existences au Xiantian pour rester en vie. Ce serait trop injuste de mourir pour les avoir agacés !

Lancé à pleine allure, Lin Ming ne mit pas longtemps à parcourir la distance qui le séparait encore du sommet. Sommet qu’il atteignit donc sans rencontrer la moindre résistance.

Mais une fois arrivé, il s’arrêta une nouvelle fois, ébranlé par ce qu’il venait de découvrir. Son regard était fixé vers le ciel tandis que son cœur battait la chamade. Là, flottant dans les airs au-dessus de la montagne, se tenait un dragon ! Un véritable dragon !

Ses griffes étaient acérées et ses écailles brillaient d’un bleu profond. Son long corps de dragon majestueux ressemblait exactement aux représentations des légendes et des tableaux !

Cette créature titanesque faisait plusieurs fois la taille de l’Oiseau Vermillon. Des éclairs éblouissants crépitaient autour de lui tels des serpents prêts à frapper. Une énergie vaste et sans pareille bouillonnait à l’intérieur de son corps.

L’Oiseau Vermillon lui faisait face en agitant ses ailes pour se maintenir sur place.

Suis-je en passe d’assister à une confrontation entre un dragon et un phénix ? se demanda intérieurement Lin Ming en déglutissant nerveusement. Il n’aurait jamais pu imaginer avoir un jour l’occasion d’être témoin d’un évènement aussi extraordinaire.

Nonce n’est pas un dragon, mais un Dragon des Flots, remarqua-t-il en constatant qu’il n’avait pas de corne. Il n’en restait pas moins effrayant ! Après tout, c’était l’une des Bêtes Sacrées les plus fortes du Continent du Grand Dévers !

Eh bien ! il y avait donc un Dragon des Flots caché ici ! Pas étonnant qu’il y ait autant de Lézards Tonnerre dans la région. Ça explique aussi pourquoi ils possèdent du sang de Dragon des Flots. Ce sont ses descendants !

Les descendants directs du dragon correspondaient aux Lézards Tonnerre violets, ceux au niveau d’un artiste martial Xiantian. Tandis que les Lézards Tonnerre bleus étaient, eux, les descendants des premiers ; le sang du Dragon des Flots se diluant ainsi petit à petit d’une génération à l’autre.

Lin Ming comprenait enfin comment la Montagne Frappée par la Foudre s’était formée.