A+ a- Mode Nuit

Chapitre 13 : Le cycle millénaire

Les arbres massifs desquels pendaient d’énormes lianes s’élevaient jusqu’aux cieux et l’on voyait partout ronces et plantes rampantes. Des créature Magiques méchantes et brutales étaient tapies dans tous les recoins de cette forêt vierge si ancienne que le sol était recouvert d’une épaisse couche de feuilles.

Un homme à la resplendissante chevelure d’or marchait sur ce tapis naturel, faisant crisser les feuilles à chacun de ses pas.

Sa poitrine se souleva et il laissa échapper un long soupir.

« Bon sang, quelle mission! » Se dit-il, résigné.

Il avait reçu de Hanbritt l’ordre de venir rendre une visite au Seigneur Beyrut dont il avait appris qu’il s’agissait d’un Dieu Supérieur!

« Je suis un Demi Dieu », pensait-il, inquiet. « Il pourrait me tuer d’un simple geste de la main!  Qu’il ait ou non maille à partir avec le Seigneur Adkins, je prie les cieux pour qu’il ne décharge pas sa mauvaise humeur sur un personnage aussi peu important que moi. » 

Il arriva bientôt dans une vaste clairière où se dressait un château métallique :

– « Je suis Kuchai [Ku’chai] et je viens rendre hommage au Seigneur Beyrut! » Dit l’homme aux cheveux d’or d’une voix forte en s’inclinant respectueusement.  

– « Avez-vous besoin de quelque chose ? » Demanda une voix rocailleuse dans son esprit. 

Kuchai releva aussitôt la tête mais ne vit personne. Il comprit alors que Beyrut, peu désireux de le rencontrer, lui parlait par le biais de son sens divin. S’inclinant précipitamment, il répondit : 

– « Seigneur Beyrut, j’ai eu la chance d’échapper à la Prison de Gebados et j’ai entendu parler de la Nécropole des Dieux. Pensez-vous que je puisse m’y rendre ? » 

Adkins, en effet, attendait de ce Demi Dieu qu’il tâche de savoir si Beyrut était disposé à rouvrir la nécropole.  

– « Bien sûr! » répondit la voix rocailleuse.  

Les yeux du jeune homme furent remplis de joie, mais celle-ci fut de courte durée car aussitôt, Beyrut ajouta calmement : « Mais il va vous falloir revenir dans mille ans. À présent, partez. »

– « Seigneur Beyrouth, ne pouvez-vous pas l’ouvrir plus tôt ? » Demanda respectueusement Kuchai.

– « Je vous ai dit de partir! » 

Le cœur du jeune homme frissonna. Sachant qu’il risquait gros à irriter un Dieu Supérieur, il n’osa rien ajouter et salua en disant : 

– « Merci, Seigneur Beyrut ».

Après quoi il s’éloigna. 

Beyrouth caressa sa barbe noire avec un ricanement : « Ce Demi Dieu a été envoyé par Adkins pour se renseigner. Serait-ce qu’il ne voulait pas se donner la peine de se déranger personnellement ? Très bien, Adkins, nous allons jouer un peu. »  

Sur ce, Beyrut diffusa son sens divin dans toutes les directions.

– « Divinités présentes sur le continent Yulan, sachez que la Nécropole des Dieux vient à peine de fermer et n’ouvre que tous les millénaires. Ceux d’entre vous qui souhaitent s’y rendre vont donc devoir attendre. Par ailleurs, seul les forts sont autorisés à y entrer et encore, en nombre limité! » Annonça-t-il avec un sourire moqueur.  

« Nous allons bien nous amuser ces prochains jours », pensa-t-il en souriant de plus belle. 

En recevant mentalement ce message, Adkins, qui batifolait avec une beauté enchanteresse dans une salle latérale du palais impérial, s’arrêta soudain :

– « Retourne chez toi, ma belle », dit-il. « Je viendrai te chercher ce soir. » 

– « Bien Monseigneur », répondit la beauté aux cheveux d’or avant de se retirer. 

Il commençait à réfléchir au message de Beyrut lorsque l’ancien aux cheveux argentés entra dans la pièce :

– « Seigneur Adkins… »

– « Ah, vous voilà, Barnas! » Dit ce dernier en souriant. « Vous avez sans doute entendu le message télépathique de Beyrut. »  

Adkins avait trois Dieux sous ses ordres ou plutôt quatre, désormais, avec Ojwin. Ceci dit, Barnas était celui en lequel il avait le plus confiance, Hanbritt étant plutôt nerveux lorsqu’il se trouvait devant lui.  

Barnas et lui bavardèrent comme deux amis :  

– « D’après ce que nous en savons, Beyrut a dit vrai. Mais qu’est-ce qu’un millénaire pour nous ? Attendons et nous finirons bien par entrer dans la Nécropole des Dieux », dit le vieillard. 

Adkins fronça les sourcils et plissa son nez mince et élégant :

– « Mille ans… Soit, attendons. De toute façon, je prends plaisir au monde des mortels », répondit-il en souriant. « Ceci dit, je trouve ce Beyrut plutôt arrogant. Il compte sur le pouvoir du Souverain pour l’appuyer et va même jusqu’à prétendre que le nombre de places est limité. Bon sang! »  Grogna-t-il froidement. 

S’il avait une très mauvaise opinion de Beyrut, Adkins n’était pas certain de parvenir à le tuer, celui-ci pouvant très bien posséder un artefact Souverain.

Le vieil homme aux cheveux argentés se mit à rire :

– « Il a bien dit que les puissants pourraient y accéder, n’est-ce pas ? Cette restriction n’aura aucune incidence sur vous, Seigneur Adkins, car qui, sur le continent Yulan, est plus qualifié que vous ? » 

Adkins acquiesça et sourit. Après tout, il était Dieu Supérieur!

En tant que gardien de la Nécropole des Dieux, Beyrut n’y entrerait certainement pas et qui d’autre que ce dernier, sur tout le continent, était aussi puissant que lui ? 

Pendant ce temps, dans le palais impérial de l’Empire Yulan, un jeune homme aux cheveux bruns, grand et mince, était allongé dans un immense bain à remous de plusieurs dizaines de mètres, luxe que seuls la haute aristocratie pouvait se permettre. 

De nombreuses personnes ajoutaient constamment du bois au feu qui brûlait en dessous pour maintenir la température du bain. 

L’air chaud frémissait et dans la vapeur environnante, le jeune homme avait l’air d’un fantôme. 

« Mille ans ? Très bien, j’attendrai. L’environnement du continent de Yulan n’est pas mal du tout, beaucoup mieux en tout cas que la Prison de Gebados où l’on n’est jamais vraiment en sécurité », soupira-t-il.  

Les Dieux Supérieurs comme Adkins, les Dieux qui avaient pris possession des diverses alliances et autres empires, ceux qui se tenaient cachés et les Demi Dieux qui les servaient avaient vraiment envie de rester sur ce continent Yulan qui regorgeait de trésors. 

Linley, de son côté, s’entraînait tranquillement. En principe, il se reposait un jour par semaine et passait du temps avec le petit Arnold ou allait discuter avec Reynolds, Dylin et les autres. Le reste du temps, il travaillait dur.

Tandis que son clone divin restait au château, son véritable moi se concentrait sur la Pulsation du Monde dans sa dimension miniature. Mais comme ils partageaient une seule et même âme, peu importait de savoir qui d’entre les deux se trouvait à tel endroit. 

« Le plus important est de renforcer l’âme de mon corps originel. Quant à mon clone divin, il lui suffira de raffiner cette Perle d’Âme d’Or prise au Grand Sorcier et qui renferme les essences de vingt millions d’âmes. »

Dans l’anneau de Beaumont, il y avait des millions d’essences d’âme déjà raffinées et une centaine de millions non encore traitées et Linley avait l’intention d’utiliser l’anneau Panlong pour les absorber dans son corps d’origine.

À l’origine, Beaumont comptait sur Chiquita pour l’aider à raffiner ces âmes, mais ce dernier était beaucoup moins fort et moins rapide que le Grand Sorcier pour ce faire, et ceci indépendamment de son talent aussi, en quelques mois, n’avait-il pu en traiter que quelques millions.

En temps normal, Beaumont gardait ces âmes stockées dans son anneau interspatial. Il en donnait une partie à Chiquita et lorsque celui-ci avait terminé, une autre portion. 

Mais en un instant, l’anneau Panlong avait tout englouti, y compris les essences d’âmes.  

D’innombrables essences d’âme flottaient maintenant dans l’anneau et à mesure que l’âme de Linley absorbait ces fils d’or, elle grandissait à une vitesse étonnante. Et plus elle se développait, plus elle absorbait vite.  

Vers la fin, son évolution était stupéfiante, tout autant que sa consommation qui était de cent millions d’âmes. 

« Ces vingt millions d’essences d’âmes ont rendu la mienne dix fois plus puissante qu’elle ne l’était auparavant. Cent millions d’essences d’âme… » Soupira-t-il étonné, au constat de sa vitesse de visualisation de la Pulsation du Monde. 

Au départ, comme toutes les personnes sur le point de devenir des Divinités par leur propre moyen, Linley avait vu se manifester les Lois Naturelles de L’Univers. Son âme y avait été plongée jusqu’au moment où… elle avait soudain changé, cette transformation rendant dix fois plus rapides ses capacités de visualisation. Et voilà qu’elles venaient encore d’augmenter après l’absorption de toutes ces essences d’âmes! Il visualisait désormais cent fois plus vite, ce qui lui avait permis, en trois petits mois, de passer de 64 à 32 Ondes Confondues et en un an et trois mois de 32 à 16, sa vitesse ne cessant d’augmenter. 

« Je vais sans doute pouvoir passer très vite à 8 Ondes Confondues », se dit-il. 

L’âme du moi original de Linley était désormais nettement plus puissante que celle de son clone divin, même après que celui-ci ait, lui aussi, absorbé une Perle d’Or. En effet, Linley souhaitait au plus vite compléter ses connaissances sur la Pulsation du Monde et de plus, si son corps d’origine atteignait une nouvelle fois le niveau Divin, son âme serait à nouveau divisée en deux. 

Aussi, plus elle serait forte, mieux ce serait. 

Pendant ce temps, Linley, Dylin, Tarosse, le Dieu de la Guerre et les autres étaient tous rassemblés dans les jardins du château et venaient, eux aussi, d’entendre les instructions de Beyrut.

– « Mille ans ? » Soupira Tarosse. « Adkins est toujours sur le continent Yulan et, de toute évidence, vise la Nécropoles des Dieux. Il y aura certainement beaucoup d’experts présents lors de la prochaine ouverture. Envisagez-vous tous d’y retourner dans mille ans ? » 

– « Bien sûr », répondit aussitôt le Dieu de la Guerre, qui, lors de sa précédente visite, n’avait pas acquis d’Étincelle Divine et en était plutôt mécontent, d’autant que le Grand Prêtre, lui, avait réussi à s’en procurer une.  

– « Et vous ? » Demanda-t-il à Olivier et Linley.  

– « Dans mille ans ? » Linley éclata de rire.  

– « Peut-être que oui, peut-être que non », fut la réponse d’Olivier.

– « Ce n’est pas une réponse », dit Tarosse en le regardant.  

– « Ce que je voulais dire, c’est… que si je suis toujours sur le continent d’ici là, j’irai. Mais si je suis parti pour d’autres plans d’existence, il est évident que je ne pourrai plus y entrer. » 

– « D’autres plan? » Le Dieu de la Guerre était plutôt perplexe. « Si vous partez, vous ne serez plus qu’un Demi Dieu sans antécédents. Pensez-vous pouvoir réussir votre vie seul dans les Plans supérieurs ou encore les Plans Divins ? »

Ces innombrables plans matériels et plans supérieurs existaient depuis très longtemps et dans ces derniers s’étaient établis de puissantes forces et même des empires. Mieux valait donc rester sur le continent Yulan que de s’y aventurer sans relations ni antécédents, d’autant que de nombreux experts rêvaient d’entrer dans la Nécropole des Dieux que possédait ce continent.  

– « Pourquoi ne répondez-vous pas, Linley ? » Demanda Dylin.

  

– « Je ne vois pas l’intérêt d’en discuter maintenant », soupira ce dernier qui s’entraînait depuis à peine un siècle.  « C’est beaucoup trop loin. » 

Dylin, Tarosse et le Dieu de la Guerre en restèrent sans voix, réalisant soudain que Linley n’avait mis que quelques décennies à atteindre le rang de Demi Dieu. Relativement parlant, qui pouvait dire ce qu’il serait devenu dans mille ans ?