A+ a- Mode Nuit

Chapitre 184 – Sang d’écaille dorsale

 

La joie de Lin Ming était telle qu’il eut du mal à rester calme. Comprendre deux types d’inspirations martiales différents était un phénomène d’une immense rareté. C’était presque impossible ! 

Il n’aurait jamais imaginé avoir une chance pareille ! 

« Puisque je l’ai obtenue après avoir vécu les cent vies du Samsara, je l’appellerai inspiration martiale ‘Samsara’. » 

Quelques minutes s’écoulèrent avant que le monde dans lequel il se trouvait ne commence à disparaître à son tour, comme les vagues se retirant des plages à marée basse. L’instant d’après, il était de retour au sein de l’épreuve d’évaluation de la destinée. L’espace se déforma alors devant lui et Yan Mo apparut. 

« Félicitations, tu as brillamment traversé le septième niveau ! Personne n’avait encore réussi à triompher de l’épreuve d’évaluation de la destinée depuis la création de la Pagode du Sorcier », lui dit-il. Ses mots avaient beau être élogieux, sa voix conservait le même ton froid et monotone. 

« Le septième niveau a toujours été une opportunité plutôt qu’une épreuve. Mais je pense que tu l’as compris toi-même. 

     – Mm, oui je crois », acquiesça Lin Ming. En définitive, le ‘Monde du Sorcier’ n’avait jamais véritablement existé. Tout simplement parce que le Sorcier n’était pas un dieu. Il n’y en avait pas dans ce monde. Le dieu connu sous le nom du ‘Sorcier’ et la foi éponyme n’existaient en définitive que dans le cœur des hommes. Par conséquent, ce ‘Monde du Sorcier’ était en réalité le monde du cœur. 

La nature du cœur des arts martiaux de Lin Ming venait de subir des changements en profondeur après avoir expérimenté ces cent Samsaras. A l’origine, son cœur des arts martiaux était persévérance et résolution. Désormais, il semblait avoir découvert une plus grande vérité, s’approchant des secrets cachés derrière ‘Martial’ et ‘Dao’. 

Ce changement n’allait pas se refléter de manière immédiate en le rendant plus fort, mais il jouerait un rôle déterminant dans ses réussites futures ! 

L’inspiration martiale Samsara était, quant à elle, encore plus précieuse. 

Lin Ming pouvait ressentir qu’elle surpassait largement sa première inspiration martiale ‘Ether’. C’était une inspiration martiale au pouvoir absolument terrifiant ! 

« Comme convenu, ce trésor est à toi », dit Yan Mo. L’espace se déforma devant lui et le cristal de quartz rouge avec le filament cramoisi apparut. 

Lin Ming inspira profondément avant de tendre la main pour s’en saisir. Sa surface ressemblait à de l’eau au toucher. 

« Pouvez-vous me dire ce que c’est désormais ? demanda Lin Ming. 

     – Certainement, répondit Yan Mo. C’est une goutte de sang d’écaille dorsale que le Maître a obtenue au cours d’une bataille dans le Domaine des Dieux. 

     – Du sang d’écaille dorsale ? interrogea Lin Ming avec étonnement. 

     – Tous les dragons ont une écaille dorsale. Ils ne peuvent survivre si elle est brisée. Le filament cramoisi à l’intérieur de ce cristal de quartz est une goutte de sang récupérée sous une écaille dorsale de Dragon Véritable. Ce sang a une âme, c’est pourquoi il a été enfermé dans un quartz ancestral pour éviter qu’il ne s’échappe. 

     – Dragon Véritable ? » Lin Ming resta bouche bée. Dans les légendes, un Dragon Véritable était une existence mythique complètement hors de portée. Personne ne pouvait ne serait-ce qu’imaginer la puissance d’une telle créature. 

Il y avait seulement des serpents dragons sur le Continent du Grand Dévers, et même eux étaient si rares que les habitants les considéraient comme des créatures légendaires. 

La plupart des gens connaissaient principalement les dragoniens, sorte de reptile dont la lignée était en partie mélangée avec celle des serpents dragons et qui n’étaient rien d’autre que de faux dragons. 

Les serpents dragons étaient des créatures libidineuses qui appréciaient tellement la promiscuité qu’elles n’étaient pas difficiles en matière de partenaires. Ce qui expliquait pourquoi autant d’espèces de bêtes féroces possédaient du sang de dragon en elles. Vous pouviez choisir n’importe laquelle de ces bêtes au hasard et en trouver une aussi forte qu’un maître Xiantian, voire même davantage ! 

Lin Ming avait absorbé une Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre par le passé. Le Dragon d’Or Pourpre était une bête féroce de la lignée des dragoniens ; soit d’une lignée nettement inférieure à celle d’un serpent dragon ! Et pourtant, une Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre était déjà hors de prix. 

« A quoi sert ce sang d’écaille dorsale ? demanda Lin Ming la voix pleine d’impatience et d’excitation. 

     – Une fois absorbé par ton corps, ta véritable énergie comportera une trace de Yang Qi de dragon. Tu ne remarqueras probablement pas son intérêt durant les premiers niveaux de cultivation. Cependant, plus tu progresseras plus cela te sera bénéfique.  Quoi qu’il en soit, ta cultivation est trop faible pour le moment pour que tu puisses l’absorber ou l’utiliser d’une quelconque manière. 

     – Yang Qi de dragon ? » murmura Lin Ming. Il ne comprenait pas vraiment son utilité mais qu’importe, le seul fait de savoir que ce sang provenait d’un Dragon Véritable lui suffisait ; c’était une occasion inouïe ! 

« Pourquoi le Sorcier n’a pas utilisé ce sang de dragon ? En avait-il déjà absorbé auparavant ? reprit-il. 

     – Non, jamais, répondit Yan Mo. Ce sang d’écaille dorsale n’est pas quelque chose que l’on peut chercher, l’on en obtient seulement par chance. C’est un trésor qui, même à travers le Domaine des Dieux, susciterait la jalousie de tous et risquerait de déclencher un conflit terrifiant. Dans sa jeunesse, mon Maître a mis la main sur une ancienne Pilule de la Grenouille de Glace. Il l’a améliorée à l’aide d’une technique secrète et a ainsi pu en absorber le sang glacial. Dès lors, il est devenu immunisé contre les poisons et insensibles à la glace, en plus de pouvoir lui-même utiliser ces pouvoirs. Il y eut toutefois un revers de la médaille et son corps se mit à préférer la froideur de l’énergie Yin. Sa méthode d’entraînement étant elle aussi focalisée sur l’énergie Yin, il n’a jamais été capable d’absorber le Yang Qi du dragon. S’il l’avait fait, les deux énergies Yin et Yang se seraient rejetées mutuellement et le Yang Qi du dragon aurait probablement détruit le sang de Grenouille de Glace qu’il avait pris soin d’enrichir. Il n’avait absolument aucun intérêt à faire une chose pareille. 

     – C’est donc ça. Mais alors, n’a-t-il jamais pensé à l’échanger contre quelque chose d’autre ? 

     – La cultivation de mon Maître avait déjà atteint la limite d’un royaume fort lointain à cette époque. Sa vie touchait à sa fin et les possessions matérielles n’avaient plus aucune valeur à ses yeux. Aucun matériau de valeur ou trésor n’aurait pu l’aider à s’élever jusqu’au royaume suivant. Un jour, alors qu’il regardait toutes les richesses qu’il avait pu accumuler au cours de son existence, il décida de tout donner pour permettre à son esprit de retourner à sa nature fondamentale. Il a abandonné tous les vices et rejeté ce qu’il pensait savoir pour retrouver l’innocence. C’était sa seule chance de parvenir à franchir l’obstacle de sa vie. 

     – Je vois… a-t-il réussi ? » 

Yan Mo ne répondit rien à cette question. Mais un silence vaut parfois une réponse. 

Lin Ming ressentit une profonde émotion. 

Quel genre d’homme était le Sorcier ? Il avait pris tant de dispositions avant de se retirer, revenant dans le monde des mortels et à y établir soixante-douze pagodes pour ses descendants afin de compléter son karma. Il était même allé jusqu’à donner tous ses biens, rejetant le vice et le pêché pour retrouver un état de pureté avant d’attaquer son obstacle. Et pourtant, malgré ces nombreux efforts, il avait échoué. 

La pratique des arts martiaux était un combat permanent contre la volonté céleste, contre l’ordre naturel des choses. En cela que c’était une quête perpétuelle de puissance pour arracher son corps au passage du temps, au cycle du Samsara, afin de vivre éternellement. 

Le monde avait connu tellement de génies extrêmement talentueux, mais au final, aucun d’eux n’avait réussi à lutter contre l’immensité des cieux… 

Lin Ming serra inconsciemment les poings en y pensant. L’on ne pouvait pas résister aux cieux ? Qu’importe, il continuerait de se battre et de lutter jusqu’à atteindre le sommet du Dao martial ! 

Yan Mo reprit alors : « Tu ne peux pas avaler le sang d’écaille dorsale. Il faut l’introduire directement dans tes vaisseaux sanguins. Ta cultivation est cependant trop faible pour que le sang puisse fusionner dans ton corps. Si tu forces les choses, tu risques de ne pas pouvoir résister à la vague de puissance et tu pourrais exploser. Je vais placer une barrière autour de ton corps pour le sceller. Tu la supprimeras lorsque ta cultivation sera suffisante afin de l’absorber. Mais laisse-moi te mettre en garde, le processus sera extrêmement douloureux. Cela revient à nettoyer les muscles et la moelle des os. 

     – Je comprends, merci Aîné Yan Mo. 

     – Tranche ton poignet et introduis-y la goutte de sang. » 

Suivant les directives de Yan Mo, Lin Ming sortit une dague de son anneau spatial et, dans un élan résolu, la planta dans son avant-bras pour sectionner une artère. Le sang se mit à couler à profusion dès que la lame trancha la chair. 

Les capacités de régénération de Lin Ming était toutefois si impressionnante que la plaie se referma petit à petit, à une vitesse presque perceptible à l’œil nu. 

Le sang d’écaille dorsale était suspendu dans les airs au-dessus de sa main. D’une simple pensée de Yan Mo, un son fendit l’air et des fissures coururent le long du cristal de quartz rouge, libérant ainsi le filament cramoisi qui s’y trouvait. Une fois libre, tel un oiseau injustement mis en cage, il prit immédiatement son envol. 

Mais alors qu’il tentait de s’échapper, il fut immédiatement opprimé par une force invisible qui le pressa contre les veines de Lin Ming. 

L’entaille sur son poignet se referma au bout de quelques minutes seulement. De telle façon que le sang d’écaille dorsale se retrouva piégé dans son corps. 

Une fois que ce fut terminé, Yan Mo ferma son œil géant et une vague psychique invisible se répandit jusque dans Lin Ming. 

L’espace qui l’entourait se mit à se déformer et à se plier. Une cage spatiale s’était formée autour de lui, le bloquant complètement à l’intérieur. 

Lin Ming savait que c’était une barrière créée par Yan Mo de sorte à empêcher la goutte de sang de s’échapper. 

Le sang d’écaille dorsale était violent et rebelle. Il venait de quitter sa prison pour se retrouver dans une autre, comment aurait-il pu se résigner à ce destin ? Il ne cessait pas de s’écraser avec violence contre les parois du corps de Lin Ming, espérant les transpercer pour s’enfuir. 

Mais une force invisible le confinait irrésistiblement dans un tout petit espace. Ce pouvoir spatial se resserra de plus en plus en le poussant vers le cœur de Lin Ming. 

La goutte de sang devint de plus en plus frénétique, s’acharnant sans discontinuer contre les liens qui la retenaient. Lin Ming ressentit une douleur féroce dans la poitrine, comme si une pointe effilée le poignardait sans relâche depuis l’intérieur. 

Il ne put qu’esquisser un sourire sinistre en examinant à l’aide de sa force d’âme les mouvements de la goutte de sang dans son corps. Dans ces conditions, qui sait combien de mois ou d’année il lui faudrait pour pouvoir l’absorber… 

Le Sorcier avait placé un énorme gâteau face à lui qu’il ne pouvait que regarder. Il était incapable d’y toucher. 

Yan Mo se tenait sur le côté et dit en continuant de contenir le sang d’écaille dorsale : « Je vais sceller la goutte de sang dans ton cœur et t’apprendre la méthode pour supprimer le sceau. Tu pourras le faire une fois au sommet du Xiantian. Souviens-toi, ne te précipite pas pour l’absorber, autrement tu seras en danger. 

     – Sommet du Xiantian ? » Lin Ming resta sans voix. Il n’avait pas encore atteint la Condensation de l’Impulsion, combien de temps cela lui prendrait-il pour aller jusqu’au sommet du Xiantian ? D’un autre côté, ce n’était pas si surprenant. Après tout, ce sang d’écaille dorsale était celui d’un Dragon Véritable. Aussi faible que soit la quantité, il n’avait pas le niveau pour le dompter. S’il fallait blâmer quelqu’un, c’était bien lui pour avoir un trop faible niveau de cultivation. 

Yan Mo pouvait voir la déception sur son visage. Il venait d’obtenir un objet d’une incroyable puissance et on lui disait qu’il ne pouvait pas l’utiliser. La déception était tout simplement le lot commun de la nature humaine. 

« La voie des arts martiaux doit être suivie d’une manière stricte, étape par étape. Ta force et ton corps sont déjà bien au-delà de ce dont pourraient rêver de nombreux génies de ce monde… » 

Yan Mo s’arrêta soudainement dans son éloge. Un changement soudain venait d’apparaître dans le corps de Lin Ming avec le sang de l’écaille dorsale. 

Alors que la goutte de sang approchait du cœur de Lin Ming, elle avait eu une réaction étrange, comme si elle venait de rencontrer la personnification de l’horreur. Elle devint brusquement toute calme et manifesta même une profonde appréhension. 

Elle cessa complètement de s’agiter dans tous les sens, se concentrant uniquement pour fuir les environs du cœur de Lin Ming au plus vite. Cependant, la force spatiale qu’exerçait Yan Mo continua de la pousser inexorablement. 

Le sang de l’écaille dorsale était paniqué, tentant de résister de toutes ses forces à cette puissance implacable. Mais c’était seulement une goutte de sang et, même de la lignée d’un Dragon Véritable, elle ne pouvait résister à la force de Yan Mo. 

Alors qu’elle s’approchait du cœur de Lin Ming, l’âme du sang de l’écaille dorsale se mit à trembler d’une peur viscérale. 

Lin Ming suivait son évolution avec sa force d’âme. Il sentit sa crainte et fut légèrement surpris. C’était tout de même le sang d’écaille dorsale d’un Dragon Véritable. Sa force avait beau être limitée, il ne perdait rien de sa fierté. 

De quoi pouvait-il donc bien avoir aussi peur ? 

C’était…