A+ a- Mode Nuit

Chapitre 170 – La Pagode du Sorcier

« A ton tour, dit Na Yi en se tournant vers l’homme à la tête de singe.

     – Puisque ta petite sœur et moi allons être liés par un Parasite du Lien de Sang, elle doit nous accompagner. Je ne veux pas prendre le risque de la laisser toute seule. Elle aura du mal à quitter cette jungle avec sa cultivation tout juste à la troisième étape de la Transformation du Corps. Je ne voudrais pas qu’elle se fasse dévorer par une bête féroce et meurs comme cela sans raison », répondit l’intéressé.

Na Yi resta silencieuse un moment. Il n’avait pas tout à fait tort. Si sa petite sœur les quittait ici, elle ferait très probablement face à de grands dangers. D’un autre côté, si elle restait avec eux, Na Yi craignait que les deux hommes lui fassent un mauvais coup et ne tiennent pas leur engagement.

« Qu’en est-il ? Tu n’as pas à t’inquiéter vu qu’on sera liés par l’insecte. Si vous considérez qu’on vous a roulé, ta petite sœur n’aura qu’à se suicider et je la suivrai dans la tombe.

     – Très bien ! » acquiesça Na Yi avant de placer le Parasite du Lien de Sang dans le corps de l’homme à la tête de singe.

Il ne semblait pas plus effrayé que cela. On aurait même pu penser qu’il était heureux de laisser l’insecte lui sectionner la peau pour pénétrer jusqu’à son cœur par le biais de ses vaisseaux sanguins.

« Bon, comment rentre-t-on à l’intérieur ?

     – J’ouvrirai les portes de la Terre Sacrée lorsque la lune brillera dans le ciel », répondit Na Yi.

La nuit tombait déjà lorsqu’ils étaient arrivés au pied de la falaise. Les dernières lueurs du soleil disparurent à l’horizon et la pleine lune se dessina dans le ciel, brillante comme l’argent.

Eclairées par son halo, les parois rocheuses se mirent à scintiller d’une lumière douce et féerique. Na Yi s’avança au plus près de la falaise et se prosterna à genoux les bras croisés contre sa poitrine. Elle semblait prier.

Un spectacle des plus incroyables s’ensuivit alors.

La lumière qui enveloppait la roche sembla prendre vie, se transformant en une substance réelle et tangible, et une porte gigantesque aux contours d’un blanc argenté se découpa lentement sur les parois de la falaise. De délicates étincelles de lumière tournoyaient autour de cette porte ; l’on aurait dit un de ces miracles dépeints dans les légendes.

Les deux bandits regardaient la scène avec stupéfaction tandis que Na Shui, qui s’était à son tour mise à genoux, se répandait en supplications dans une sorte de prière.

Lin Ming regardait la scène un peu en rentrait et non sans émerveillement. Mais lui savait ce qui se passait ; en réalité, cette porte de lumière n’était rien d’autre qu’une matrice de téléportation.

Cette falaise abritait une étrange matrice de téléportation. Et elle n’était pas alimentée par des pierres de véritable énergie, comme les matrices conventionnelles, mais par la lumière de la lune. C’était tout bonnement merveilleux.

Mais l’heure n’était pas à l’étude des matrices des sorcières, ce qui intéressait Lin Ming, c’était de savoir quel pouvoir ancien reposait dans la Terre Sacrée du Sorcier et de s’en emparer. Et quoique ce soit tout à fait impoli de sa part, cela compterait comme une compensation adéquate une fois qu’il aura sauvé les deux sœurs.

La porte de lumière s’ouvrit, laissant apparaître une sorte de portail fait d’une matière bleue, semblable à de l’eau. L’homme à la tête de singe fit signe à Na Yi de passer devant.

Elle n’hésita pas un instant et traversa la porte de lumière, suivie par le chauve, Na Shui, Lin Ming et finalement l’homme à la tête de singe.

L’environnement autour d’eux changea tout à coup et ils se retrouvèrent dans un couloir mystérieux.

Les murs étaient faits de briques en pierre et entièrement recouverts de magnifiques fresques et peintures représentant toutes sortes de choses comme des dieux et des démons, des visages démoniaques hideux avec de longs crocs, des instruments étranges, des cérémonies et des rites obscurs ainsi que des bêtes mythiques. Un vent de mysticisme et d’ancienneté soufflait en ces lieux.

Tous les trois mètres, une lampe était fixée sur le mur, abritant une perle imposante qui brillait d’une lumière rayonnante en illuminant la pièce.

« Trésor ! » Une lueur de cupidité traversa les yeux du type chauve et il avança sa main pour ramasser une de ces perles éclatantes.

« Ne bouge plus ! gronda l’autre homme, tu es un crétin finit mon frère ! Nous sommes dans la Terre Sacrée du Sorcier ! L’endroit est sans aucun doute truffé de pièges et de labyrinthes. Continue de faire n’importe quoi et nous sommes finis ! A partir de maintenant, tous nos pas seront guidés par Na Yi, ni plus ni moins ! »

L’homme se tourna vers Na Yi et reprit : « Je te conseille de ne pas essayer de nous jouer un tour et de faire de ton mieux pour éviter tous les pièges. Si mon frère et moi avons un accident, ta sœur et toi nous suivrez en enfer ! »

Na Yi ne répondit rien et continua d’avancer. Les deux bandits la suivirent au millimètre près, avec Na Shui entre eux d’eux. En cas d’accident, elle ne pourrait très probablement pas leur échapper.

Lin Ming fermait quant à lui la marche, chacun de ses pas suivant le rythme de Na Yi. Dans le même temps, il sondait avec minutie les lieux à l’aide de sa force d’âme afin de s’assurer qu’il n’y ait aucun danger.

Le type à la tête de singe avait enduit les semelles de ses chaussures avec une sève d’arbre spéciale. C’était un colorant naturel. Ainsi, chacun de ses pas laissait une empreinte parfaitement visible. Il prenait le temps d’en réappliquer patiemment à chaque fois que les traces devenaient moins visibles.

Le groupe avança donc en laissant une série d’empreintes sur le sol.

Ce comportement avait surpris Lin Ming. « Ce type prend le soin de laisser une trace précise du chemin qu’on a emprunté. Rien d’étonnant à ce qu’il soit parvenu à survivre aussi longtemps à travers les Etendues Sauvages Australes ; il agit constamment avec prudence. Si mon âge et mon niveau de cultivation n’étaient pas aussi trompeurs, il n’aurait jamais pris le risque de m’amener avec eux en pensant être capable de se débarrasser de moi comme bon lui semble. »

Le niveau de cultivation de Lin Ming était inférieur à celui de l’homme à la tête de singe d’une étape et demie, sans compter qu’ils étaient deux contre un. Aux yeux des bandits, même un incroyable génie n’aurait pas réussi à s’en sortir face à eux dans ces conditions.

Le petit groupe ne rencontra aucun danger à mesure qu’ils progressèrent. Le couloir était étonnamment long, si bien qu’ils marchèrent pendant une demi-heure avant qu’une lourde porte de pierre ne se dresse face à eux.

D’une hauteur de quinze mètres, celle-ci était couverte d’innombrables écrits Sanskrit avec, au centre de tous ces textes, la peinture d’un œil géant. Il était d’une forme des plus banales, mais aussi étrange que cela paraisse, le seul fait de le regarder donnait l’impression de perdre son emprise sur la réalité, sur le monde physique, comme si votre âme était aspirée dans sa pupille. Les lignes de texte en Sanskrit se mettaient alors à danser comme des vagues. Pourtant, un regard attentif pouvait remarquer que rien ne se produisait, les caractères étaient figés dans la pierre.

Cette sensation était des plus étranges et des plus inconfortables.

Le type chauve fixait la porte du regard, les yeux grands ouverts, comme s’il avait été privé de son âme. Quant à l’autre homme, son front était couvert de sueur et il s’empressa de détourner son attention de la porte.

Na Yi s’agenouilla pour prier une nouvelle fois. Elle se leva finalement et dit : « Voici la porte. La matrice ne s’ouvrira que si trois artistes martiaux à la Transformation Musculaire ou au-delà y déverse leur véritable énergie en même temps. »

« Le tableau de la matrice est ici », reprit-elle quelques secondes plus tard en pointant du doigt un autel de forme triangulaire. Une sphère noire en forme d’œil trônait au centre de celui-ci.

« Une fois cette porte ouverte, vous pourrez pénétrer dans la Pagode du Sorcier. La pagode se compose de sept niveaux différents. Le premier est Enfer, le second Fantômes Affamés, le troisième Animaux, le quatrième Esclave de la Sorcière, le cinquième Mortels, le sixième l’Envoyé Céleste et le septième le Monde du Sorcier. Au plus haut vous êtes capable de progresser, au plus haut sera le pouvoir du Sorcier que vous obtiendrez. Quant à savoir jusqu’où vous irez, cela dépend de la volonté du Sorcier. »

Le visage de l’homme à la tête de singe rayonna d’enthousiasme en entendant ces explications.

La Pagode du Sorcier ! C’était la Terre Sacrée où le Sorcier donnait sa force et son pouvoir à ses disciples !

Lorsqu’une sorcière atteignait son seizième anniversaire, elle était autorisée à se rendre ici pour hériter du pouvoir du Sorcier.

Mais la difficulté de ces sept niveaux devenait de plus en plus formidable à mesure que vous progressiez.

Le seul fait d’atteindre le troisième ou quatrième niveau suffisait pour permettre à un homme de traverser la Porte du Dragon et pour devenir un héros des Etendues Sauvages Australes. Quant à quelqu’un qui parviendrait, par chance ou par force, à obtenir le pouvoir du cinquième ou sixième niveau, il en deviendrait le roi et pourrait regarder tous les autres de haut.

S’agissant du légendaire septième niveau, c’était encore un mystère. Jamais personne n’était parvenu à arriver jusque-là parmi les artistes martiaux des innombrables tribus des Etendues Sauvages Australes.

« Qu’attendons-nous Grand Frère ? Hâtons-nous d’ouvrir cette porte ! » Le type chauve frottait déjà ses mains calleuses avec avidité. Il trépignait d’impatience. Dans son esprit, la Pagode du Sorcier regorgeait des beautés les plus exquises. Plus il serait capable d’aller loin dans les sept niveaux, plus il obtiendrait de femmes et plus elles seraient nobles et délicieuses.

« Il va falloir que tu nous donnes un coup de main Jeune Frère Mo, l’interpella l’homme à la tête de singe avec un sourire.

     – Oh ! Avec plaisir ! » répondit Lin Ming avant de se diriger vers l’autel.

Le type à la tête de singe révéla un sourire cruel et rapace en le voyant s’installer à sa place. A ses yeux, ce n’était qu’un cochon bien gras qu’il s’apprêtait à égorger. Sa mort lui rapporterait de nombreuses richesses…

En plus de la force qu’il obtiendrait dans la pagode, il allait pouvoir s’élever rapidement dans le futur, avec une renommée sans limite. Ses rêves étaient sur le point de se réaliser. Il pourrait même fonder une petite tribu et devenir l’un des envoyés divins du Sorcier.

De belles femmes, l’autorité, la richesse, le pouvoir, tout cela à portée de main ! Il en tremblait de joie rien que d’y penser.

Il s’agissait cependant de rester prudent maintenant qu’ils en étaient là. Un seul faux pas et il perdrait tout !

Puisqu’il comptait tuer Lin Ming juste après, il allait devoir se remuer un petit peu à travers la pièce. Cela étant, il ne souhaitait surtout pas prendre le risque de poser le pied sur un piège.

Il se tourna donc tout sourire vers Na Yi et lui dit, « Fais donc quelques tours dans la pièce avec ta sœur.

     – L’antichambre de la Pagode ne comporte aucun piège. Je ne mettrai pas la vie de ma petite sœur en danger pour éteindre vos craintes, répondit-elle.

     – Bien, je te crois. Frangin, Mo Lin, commençons ! » s’exclama-t-il en commençant immédiatement à déverser sa véritable énergie dans la sphère noire en forme d’œil au centre de l’autel.

Le type chauve l’imita dans la foulée, puis Lin Ming commença également à faire circuler tranquillement la Formule de l’Authentique Chaos Primordial tout en déversant sa propre véritable énergie.

La voix de Na Yi résonna alors dans l’esprit de Lin Ming : « Ils te tueront une fois que la porte sera ouverte. La paroi du mur qui se trouve à environ six mètres derrière toi est plus fine qu’ailleurs, tu n’auras aucun mal à passer au travers. C’est l’entrée d’un passage secret qui te mènera en dehors de la Terre Sacrée du Sorcier. Lorsque la porte s’ouvrira, profite du fait qu’ils soient distraits et saisit ta chance pour briser ce mur et t’échapper. Tu devrais avoir tout juste le temps qu’il te faut si tu es assez rapide. Ils ne connaissent pas l’existence de ce passage et ne savent pas s’il comporte ou non des pièges, ils ne te poursuivront donc probablement pas. »

Lin Ming fut légèrement sous le choc. Il regarda Na Yi l’air surpris, ne s’attendant pas à ce qu’elle lui offre une porte de sortie.

Elle pouvait bien sembler indifférente, mais en réalité, son cœur était empli de bonté et de gentillesse. Il serait vraiment quelqu’un de méprisable s’il ne les sauvait pas sa sœur et elle.

« Merci beaucoup, lui dit-il. Je pense aussi que ça vaut le coup que je m’inquiète pour Mademoiselle Na Yi. A ce sujet, ces deux types ont probablement un moyen de se débarrasser du Parasite du Lien de Sang… »

Cet insecte était un bon moyen de lier deux personnes, comme une sorte de contrat de sang ; en revanche, il existait une multitude de moyens pour annuler ses effets. Il suffisait par exemple de priver l’autre partie de sa liberté, en l’assommant, la droguant ou en l’enfermant tout en prenant le soin de sceller sa véritable énergie jusqu’à ce que le contrat ne prenne fin avec la mort naturelle des deux parasites.

Après tout, personne n’était prêt à placer sa vie entre les mains de quelqu’un d’autre. Sans compter que les secrets de cette ‘Terre Sacrée du Sorcier’ ne manqueraient pas de susciter des jalousies. Comment les deux bandits pourraient-ils laisser filer les deux sœurs sorcières ?

La voix de Na Yi devint soudainement glacial : « Tu n’as pas à te préoccuper de cela ! »