A+ a- Mode Nuit

Histoire 12: Une naissance paisible, une mort tranquille, Partie 2

~2~

Monsieur Fu avait arrêté mes pas alors que j’étais sur le point d’entrer dans la maison.

« Qu’est-ce qui se passe ? » lui avais-je demandé.

Ce dernier bégaya.

« Euh… Madame m’a demandé de vous faire d’abord attendre ici. Jeune Maître, attendez ici pendant que je vais la chercher. »

« Que diable… »

Je n’avais aucune idée de ce qui se passait.

Monsieur Fu s’était précipité dans la maison et ma mère en était sortie peu après.

Elle s’était approchée de moi, elle portait une robe à fleurs blanches.

« Qu’est-ce qui se passe ? », avais-je demandé.

« C’est à propos de ton père. »

Elle n’avait plus de larmes à ce moment-là, seulement des yeux injectés de sang et enflés.

« Quelle est la situation ? »

« Ta grand-mère veut un enterrement classique, mais je préfère la crémation. Ça fait cinq jours qu’on se dispute. On doit l’enterrer dans deux jours. », expliqua-t-elle.

« De toute façon, la crémation n’est-elle pas nécessaire ? »

« Votre grand-mère a réussi à obtenir l’autorisation d’un enterrement direct d’une façon ou d’une autre. Je ne peux pas la faire changer d’avis. »

« Puisque mamie a déjà décidé, de quoi t’inquiètes-tu ? », avais-je demandé.

« Le problème, c’est que ton père va se transformer en ossements pourris et blanchis. C’est un péché, je…. Je… »

Des larmes perlèrent sur ses joues, mais elle les essuya rapidement.

Il était clair qu’elle avait beaucoup pleuré ces derniers jours.

« Qu’en penses-tu ? »

Ses mots avaient un sens.

Savoir que mon père allait pourrir dans son cercueil me semblait très mal.

« Je pensais qu’il pourrait d’abord être incinéré, puis enterré, mais je n’arrive pas à la convaincre et je suis perplexe en ce moment. C’est pour ça que je t’ai appelé, pour voir si tu pouvais la raisonner. »

J’avais hoché la tête.

« Où est-elle ? Je lui parlerai. »

« Dans la maison. Entrez et vous la trouverez. »

J’ouvris la porte. Le spectacle que j’y trouvai me traumatisa.

L’immense salle de séjour était divisée en deux parties.

A gauche, douze personnes chantaient des louanges et à droite, douze autres personnes chantaient aussi.

Une dissonance audio intense remplissait la salle.

La photo de papa était accrochée au mur au-dessus de tout le monde.

Les voix des deux côtés étaient enthousiastes et persistantes.

En un instant, je m’étais senti étourdi.

« Arrêtez. »

On cessa de chanter des deux côtés.

« Qui était-ce ? Continuez les chants ! », ordonna mamie avec insistance.

Les chants avaient repris.

Ma mère marchait derrière moi et levait les mains.

Le chœur avait recommencé.

« C’est mon petit-fils ! Pourquoi es-tu de retour ? »

La voix de mamie résonna fortement.

Je n’avais rien dit.

« Ta mère t’a fait revenir, n’est-ce pas ? »

J’hochai la tête.

« Viens et laisse grand-mère te regarder », sourit-elle.

Je marchai vers elle.

Mamie avait jeté un coup d’œil à ma mère avant de me tirer dans sa chambre.

« Dis-moi. Veut-elle que tu me fasses changer d’avis, hein ? », demanda-t-elle.

J’hochai la tête.

« Il m’a été difficile d’obtenir l’autorisation d’un enterrement direct. Sais-tu combien j’ai dépensé ? »

Je secouai la tête.

« Parle plus fort, idiot. »

« Je pensais que la crémation serait préférable. Ça ne semble pas juste que le corps de papa pourrisse sous terre. »

« Tu ne crois pas que je le sais mieux que toi ? Est-ce l’enseignement de ta mère ? »

« Non, c’est ma propre pensée », répondis-je.

« Tu ne comprends pas. Il ne reste plus rien après la crémation. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? », avais-je demandé.

« Les caissiers du temple ont fait des calculs pour ton père. Il avait de si grosses affaires et le feu porte la poisse. Il ne peut pas être brûlé », avait-t-elle expliqué.

« Tu es superstitieuse », avais-je souligné.

« Pour te donner un avenir meilleur, je préfère croire en leurs paroles », avait-t-elle insisté.

La porte de la chambre s’était ouverte.

Maman était entrée en criant :

« Tu ne peux pas dire ça. Tu permettrais à ton fils, mon mari, de pourrir sous terre à cause d’une superstition ? »

« Qu’est-ce que tu en sais ? Mieux vaut prévenir que guérir », rétorqua mamie.

« Toi… Je ne peux pas raisonner avec toi. Tu n’écoutes même pas ton petit-fils. »

« Tu ne peux pas me laisser cette fois faire ce que je veux ? », avait demandé mamie.

« Puisque tout le monde est présent, j’aimerais qu’ils votent », avait demandé maman.

« Voter ? Ton enfant est de ton côté. Quel vote ? », avait répondu mamie, mécontente.

« Quoi que ce soit, on devrait s’asseoir et en parler. Papa devrait arriver bientôt », répondit maman.

« Ce vieil homme apprend le golf au Portugal depuis deux semaines, non ? Tu l’as aussi rappelé ? », demanda mamie sur un ton mauvais.

« Pour que toute la famille puisse en parler », répéta maman.

« Bien »

Mamie avait accepté.

Maman avait quitté la chambre pendant que grand-mère y retournait.

Je ne pouvais que retourner dans ma chambre.

Le chœur et les chantres étaient gênants.

Monsieur Fu avait déjà placé mes bagages dans ma chambre.

Alors que j’étais sur le point de trouver une paire d’écouteurs, je m’étais rendu compte que l’endroit s’était considérablement calmé.

Avaient-ils arrêté ?

J’en étais secrètement ravi, mais peu de temps après, le bruit était revenu.

Quelqu’un d’autre avait dû faire ce que j’avais fait plus tôt.

Grand-père.

Je m’étais rendu immédiatement dans le couloir.

En effet, il y avait grand-père, en état de choc.

Il avait rencontré grand-mère au Tibet.

A cette époque, grand-mère était une bouddhiste pauvre et dévouée.

Elle s’était intéressée au Potala, le palais d’hiver du Dalaï-Lama, la terre sacrée du bouddhisme.

A vingt ans, elle avait eu le courage de partir seule à pied au Tibet.

Elle avait suivi toutes sortes de groupes de voyageurs et de randonnées en attelage.

Sa tête et son visage étaient pleins de crasse pendant plus de trente jours.

Finalement, elle était arrivée seule au palais.

Bien sûr, à ce moment-là, elle était sans le sou.

C’était aussi à ce moment-là que mon Grand-Père lui avait porté secours.

Grand-père était un pur membre d’un groupe ethnique tibétain.

Son accent et ses yeux profonds étaient tout simplement irrésistibles pour grand-mère.

Bien sûr, ce n’étaient que des ouï-dire. Il avait soixante-trois ans quand je l’avais rencontré, mais j’étais sûr qu’il y a quarante ans, il devait être aussi beau que mamie l’avait décrit.

Les yeux de grand-père étaient magnifiques. Il avait les pupilles noires.

Contrairement aux stries de nos pupilles, les yeux de grand-père étaient remplis de taches ressemblant à des étoiles.

Dommage que mon père et moi n’ayons pas eu la chance d’hériter de ses yeux.

Bien sûr, Grand-père était aussi un homme capable. Localement, il était l’un des rares diplômés universitaires.

Il parlait couramment le mandarin.

Grand-père et grand-mère étaient tombés amoureux cette année-là pour aucune autre raison que leur foi commune et sa belle apparence.

C’était suffisant.

Grand-père avait renvoyé grand-mère à la maison et avait aussi décidé de rester.

Peu de temps après, des enfants étaient entrés en scène.

Je m’étais immédiatement approché de lui, lui demandant :

« Tu sais ce qui se passe, grand-père ? »

« Ta mère m’a tout dit au téléphone. », soupira-t-il.

« Qu’en penses-tu ? », avais-je demandé.

« Un enterrement céleste, quoi d’autre ? »

« Quoi ? Un enterrement céleste l ? »

Un regard d’incrédulité était apparu sur mon visage.

« Laisse-moi d’abord parler à ta mère, puis à ta grand-mère. L’enterrement céleste est un must pour mon fils », répondit fermement grand-père.

« Le jeter d’une falaise et laisser les vautours se nourrir de lui ? Etait-ce ce genre d’enterrement dont-il faisait référence ? », demandais-je, incrédule

Grand-père hocha fièrement la tête avant de se rendre chez grand-mère.

Je savais à ce moment-là que les choses n’allaient qu’empirer.