A+ a- Mode Nuit

Chapitre 368–Récupération

Dans la forêt dense, constituée notamment de très grands arbres, quelques rayons de soleil perçaient parfois la canopée luxuriante qui protégeait la terre de la chaleur ardente. Les tâches lumineuses qui étaient ainsi projetées au sol formaient une magnifique peinture naturelle.

Plongé dans le silence, on entendait tout de même de temps à autres le rugissement sourd et lointain d’une Bête Démoniaque, faisant écho à travers toute la forêt.

Il y eut brusquement du mouvement dans les sous-bois et l’on put distinguer une silhouette noire qui s’appuyait agilement sur des branches pour s’élancer horizontalement d’arbre en arbre et finalement atterrir à quelques mètres du sol. D’un regard d’aigle, le personnage scruta tout autour de lui avant de libérer un soupir de soulagement.

« Les montagnes derrière la Faction des Nuages de Brume rejoignent directement celle des Bêtes Démoniaques. Logiquement, nous devrions déjà y être, non ? Pourquoi n’avons-nous croisé aucune bête ? » Marmonna Xiao Yan, quelque peu perplexe.

« C’est dû à la présence du Boa Céleste. C’est une bête antique et son odeur particulière engendre la peur chez n’importe quelle Bête Démoniaque ordinaire. De plus, elle a désormais la puissance d’un Dou Wang, alors aucune créature oserait se dresser sur son passage. »

« Alors c’est grâce à ce petit bonhomme… » Xiao Yan tapota doucement sa manche et rit doucement.

« Mais les troupes de recherche de la faction n’ont pas autant de chance. D’après ce que je peux sentir, ils ont été attaqués au moins trois fois sur cette courte distance. Même s’ils n’ont pas été blessés, leur vitesse a été fortement réduite. » Dit Yao Lao d’un ton jubilatoire.

Le jeune homme sourit lui aussi froidement, avant de parcourir de nouveau les environs du regard, sans pour autant trouver de zone de repli adéquate. L’air désarmé, il prit de nouveau appui sur un tronc d’arbre et s’élança à travers la forêt dense à la manière d’une chauve-souris, en quête d’une bonne cachette.

Ce n’était pas chose facile, mais heureusement, Xiao Yan put s’estimer chanceux de trouver finalement quelque chose, juste à la tombée de la nuit. Il venait de traverser une zone de végétation très dense lorsqu’un dangereux ravin d’une dizaine de mètres de large apparut devant lui. Il avança lentement vers le bord et baissa la tête pour examiner ce précipice sombre paraissant sans fin, avant de relever la tête vers la face abrupte de l’autre côté. Un moment plus tard, il arrêta soudainement son regard sur une cavité sombre, à une dizaine de mètres du sommet. Celle-ci ne semblait pas avoir été creusée par l’homme, mais plutôt par une bête aux griffes acérées.

A cet instant, le jeune homme ressentit enfin de la joie.

« C’est un très bon emplacement ! Il est même recouvert par de la brume. Même si des patrouilles volantes le survolent, ils n’auront pas la possibilité de discerner quoi que ce soit. » Il y avait un certain nombre de cavité sur le flan du précipice, mais celle qu’il avait repérée était la mieux placée. Il resta d’abord au bord du gouffre pour observer la zone. Sans y prêter une attention toute particulière, on ne remarquerait que du brouillard s’élevant de l’abime.

Prudemment, Xiao Yan étendit ses larges Ailes de Nuage Pourpre avec un léger tremblement des épaules et bondit ensuite directement dans le ravin. Le vent siffla à ses oreilles, puis il parvint rapidement devant la caverne et resta suspendu à l’extérieur plutôt que d’y entrer sur le champ. Le danger dans ces montagnes des Bêtes Démoniaques étant omniprésent, on pouvait y laisser la vie, sans aucun préavis, au moindre relâchement. Le garçon leva lentement la main pour désigner la caverne du doigt et le Boa Céleste aux Sept Couleurs bondit comme un éclair à l’intérieur.

Xiao Yan se recula ensuite pour attendre silencieusement. Même pas une minute passa avant qu’un souffle d’air ne s’échappe de la cavité, suivi par une énorme silhouette noire. Il s’agissait d’une bête démoniaque volante à l’apparence féroce, manifestement terrifiée alors qu’elle s’enfuyait tout droit vers le ciel en poussant un cri d’horreur. Elle disparut rapidement dans le lointain.

Le jeune homme fut stupéfié de voir cette énorme créature s’enfuir comme si sa vie était en jeu :

« Huh, bon petit… C’était un lion ailé, une bête de troisième niveau pouvant rivaliser avec un Da Dou Shi… » Il secoua la tête et rit amèrement :

« J’ai beaucoup de chance d’avoir le Boa Céleste. Sans lui, j’aurais dû dépenser beaucoup d’énergie pour expulser cette chose de son trou… »

Peu après, le serpent sortit de la cavité et resta suspendu devant son maître en sifflant avec sa petite langue de serpent. Xiao Yan leva le bras et la bête retourna aussitôt dans sa manche. Rassuré, le jeune homme entra finalement dans la caverne et posa le pied sur le sol rocheux. Dès cet instant, son visage devint beaucoup plus pâle et il fut pris d’une toux intense. Il essuya le filet de sang qui coulait de nouveau au coin de ses lèvres et dit à voix basse :

« Je suis bel et bien sérieusement blessé. Ah… mon corps est comme dévasté après un usage pourtant très court des Ailes de Nuages Pourpre. »

Il entra lentement dans la cavité qui était en fait relativement spacieuse. L’odeur ambiante lui fit aussitôt froncer les sourcils, mais il n’était pas d’humeur à se soucier de ce genre de détail. Il remua le doigt et une paire de pierres de lune sortirent de son anneau de stockage pour atterrir directement dans les creux qu’il y avait sur les parois rocheuses. Aussitôt, une douce lueur se répandit dans l’espace de la cavité.

Xiao Yan observa autour de lui, puis il jeta un œil à l’extérieur ou le ciel était déjà devenu complètement noir. Il réfléchit un instant et poussa de toutes ses forces une énorme pierre pour bloquer plus de la moitié de l’entrée. La caverne éclairée devint ainsi moins évidente à repérer dans les ténèbres de la nuit. Il poussa enfin un long soupir… et la fatigue qu’il avait accumulée toute la journée l’envahit lentement, rendant ses paupières de plus en plus lourdes…

Alors qu’il était sur le point de s’écrouler de sommeil, il eut un léger sursaut :

« Ce n’est pas le moment de se reposer ! » Après que la voix de Yao Lao eût retenti dans son esprit, le garçon rouvrit les paupières, et avec un sourire amer, il recula rapidement de deux pas vers une surface de pierre plane pour s’assoir en tailleur.

L’anneau noir à son doigt vibra alors doucement, et la silhouette illusoire du vieux maître apparut.

« Maître. » Xiao Yan se gratta la tête en souriant maladroitement.

Impuissant, le vieil homme secoua la tête, puis il fit un geste pour attirer jusqu’au-dessus de sa paume de main la bague de stockage au doigt du jeune homme.

Yao Lao parcourut l’intérieur de l’anneau de sa force spirituelle et dit :

« Tu dois avant tout te remettre de tes blessures internes. Je vais raffiner quelques pilules médicinales qui te permettront de récupérer plus rapidement. Tu dois te soigner le vite possible pour pouvoir fuir sans risque. »

« Ah. » Xiao Yan hocha la tête, sans chercher à discuter. Il forma rapidement un sceau avec ses mains et se mit en position d’entraînement, avant de fermer les yeux et de stabiliser progressivement sa respiration.

Yao Lao acquiesça de la tête, satisfait de voir son disciple rapidement entrer dans un état méditatif. Il fit un petit geste du doigt, et de nombreux ingrédients médicinaux jaillirent hors de l’anneau pour flotter autour de lui.

« Ce petit a conservé vraiment beaucoup d’ingrédients… Cela va m’éviter d’avoir à aller en chercher. » A ces mots, Le vieil homme remua la main, une flamme blanche s’éleva instantanément et d’un nouveau geste du doigt, les ingrédients furent rapidement jetés, dans un ordre précis en son sein. Comparé à la façon dont le jeune homme avait raffiné sa pilule médicinale à la Grande Réunion des Alchimistes, la méthode de raffinage de Yao Lao était aussi fluide que le cours d’une rivière. Là encore, on pouvait prendre conscience de ce que représentait toute la maîtrise d’un grand-maître alchimiste.

La lueur douce des pierres de lune repoussait les ténèbres hors de la cavité. A cet instant, on ne pouvait entendre que les craquements des ingrédients au contact du feu alors que les deux personnages s’attelaient chacun à leur propre tâche.

L’entraînement de Xiao Yan dura près de trois heures. Ce n’est qu’au bout de ce temps que les paupières de l’adolescent, jusque-là fermement closes, tremblèrent légèrement. Il ouvrit alors lentement les yeux, son visage ayant enfin retrouvé un peu de couleur.

Il expira un long souffle et son expression s’améliora également quelque peu. Il leva alors la tête pour observer le vieux maître qui se tenait à l’entrée de la caverne pour percevoir les mouvements à l’extérieur. Yao Lao avait depuis longtemps terminé son processus d’affinage.

« Mes blessures ont beau être assez sévères, j’ai pu stabiliser mon état. Vous aviez raison, maître : ma force et mon sang semblent croître de manière instable. Il s’agit bien là des signes avant une nouvelle hausse de force. »

Yao Lao sourit et se retourna pour envoyer d’une pichenette une pilule émeraude à Xiao Yan.

« Prends-ça. Tes blessures internes devraient pouvoir disparaître complètement. Les effets de la Pilule Spirituelle à Trois Lignes sont extrêmement puissants, et ton corps n’a pas été en mesure d’en absorber toute l’énergie. La plupart s’est même déposée dans des endroits inappropriés de ton corps, ce qui n’est pas très bon… J’ai mis un peu du Feu de Refroidissement des Os dans cette pilule, donc tu éprouveras peut-être une légère douleur, mais elle devrait permettre aux derniers effets médicinaux de se dissiper et de se répandre dans ton corps. Saisi cette occasion pour parfaitement les absorber. La chance déterminera à quel point tu peux élever ta force… » Le vieux maître secoua la tête et ajouta :

« Pendant mon absence, les problèmes en toi ce sont accumulés. Ce Poison Cautérisant est notamment très vicieux… Une fois que tu auras récupéré de tes blessures, je réfléchirai à un moyen de t’en débarrasser. »

En écoutant son maître, Xiao Yan sentit une certaine chaleur envahir son cœur. Il se sentait tellement mieux avec lui à ses côtés, un peu comme lorsqu’un orphelin trouvait finalement quelqu’un sur qui compter.

Il glissa la pilule médicinale entre ses lèvres et ferma de nouveau les yeux, pour laisser plonger son esprit en lui et débuter sa progression !

Yao Lao acquiesça de la tête en souriant, puis il s’assit à l’entrée de la cavité en jouant lentement avec l’anneau de stockage du garçon. Un long moment plus tard, son doigt trembla légèrement et le vieil homme s’étonna de quelque chose.

Il remua le doigt et un morceau de jade noir apparut dans sa main. Il frotta ensuite doucement le fragment de jade en l’examinant du regard.

Il s’agissait en fait du morceau de jade que Xiao Yan avait acheté à bas prix à l’Association des Alchimistes lors de sa quête d’objets précieux…