A+ a- Mode Nuit

Chapitre 33 : Une vague de réfugiés

Tout au fond du Château au Sang de Dragon, dans sa dimension miniature, Linley était assis à même le sol, en position de méditation, son épée adamantine posée sur ses jambes.

Pour l’heure, n’osant pas encore faire appel à son pouvoir divin, il n’utilisait que son énergie spirituelle pour l’alimenter.

Plus tard, lorsqu’il serait en possession d’un clone Divin d’affinité Terre, il envisagerait de lui laisser le soin de manier cette arme. Or, il fallait pour cela qu’elle soit nourrie de pouvoir divin d’affinité Terre et pour le moment, il ne possédait que celui du Vent.

Son âme étant devenue plus puissante depuis qu’il avait absorbé les essences de ces vingt millions d’âme, Linley percevait dans son esprit la résonance bien particulière du Pouls du Monde. Celle-ci lui suggérait l’image d’un cœur au tempo unique et qui propageait à chaque battement une onde semblable à celle de l’eau.

Alors qu’il ne lui avait fallu que trois mois pour passer de 64 à 32 Ondes Confondues, il avait mis un an et trois mois pour atteindre les 16 et ce après que son âme ait évolué, ses capacités d’hypothèse et de visualisation étant désormais multipliées par cent.

« Si j’étais encore Premier Saint, j’aurais certainement mis plus de cent ans pour passer de 32 Ondes Confondues à 16 », pensa-t-il.

Ceci dit, Linley ne s’arrêta pas à 16 et poursuivit sa formation.

Pour passer de 16 à 8, il lui suffisait de les faire fusionner en huit paires de deux. Ce n’était pas beaucoup, mais Linley trouvait cela particulièrement compliqué.   

Dans son esprit, les seize épées adamantines virtuelles effectuaient divers mouvements à différentes vitesses et prenaient des dizaines de milliers d’aspects à chaque seconde. De temps à autres, cette visualisation continue occasionnait des améliorations. Simultanément, il devait se mettre au diapason des Pulsations du Monde et de la direction à suivre.

C’était un vaste domaine, très complexe.

« Ce n’est qu’une fois que j’aurai atteint le stade d’une onde unique que je maitriserai vraiment le Pouls du Monde », soupirait Linley à mesure que son entraînement devenait difficile. « Mais comme la difficulté, à chaque niveau, est décuplée, il y a fort à parier qu’il me faudra plusieurs années pour passer de 16 Ondes Confondues à 8. »  

Non pas qu’il se souciât de quelques années, mais il avait le sentiment qu’il mettrait encore plus de temps pour passer de 8 Ondes Confondues à 4 et avant d’atteindre le but final, c’est-à-dire le Pouls du Monde, l’unique et véritable onde de la Terre, il lui faudrait encore faire fusionner ces quatre ondes en deux.

Cette dernière étape était une barrière qui avait arrêté des gens comme Desri pendant des milliers d’années.

« Il faut que toutes ne fassent plus qu’un! Je ne sais pas combien de temps il me faudra avant de pouvoir vraiment saisir le véritable Pouls du Monde », pensa Linley, impatient d’en découvrir les vérités profondes dans la mesure où il avait le sentiment qu’une fois celles-ci maîtrisées, il deviendrait exceptionnellement puissant.

Cela faisait trois ans qu’il s’entraînait depuis sa conversation avec Muba, trois années qu’il était bloqué au niveau des 16 Ondes Confondues des Pulsations du Monde et travaillait d’arrache-pied pour atteindre le niveau 8.

Quant aux Vérités Profondes de la Vélocité, les quelques améliorations qu’il avait acquises étaient presque insignifiantes comparées à la vastité de ce domaine.  

« Le Dieu de la Guerre avait raison », pensa-t-il. « Si l’on devait traduire en pourcentage notre compréhension des Lois Élémentaires, il faudrait en maîtriser 10% pour devenir un Dieu à part entière. Or, pour le moment, je ne maîtrise peut-être qu’un dixième des Vérités Profondes de la Vélocité, autant dire rien des Lois Élémentaires du Vent. »

Mais Linley n’était pas pressé. Cela ne faisait que quelques dizaines d’années qu’il s’entraînait et était déjà satisfait de ce qu’il avait accompli.

Après tout, certaines personnes peu chanceuses restaient bloquées des millions d’années au niveau de Premier Saint.

En trois ans, sa plus grande avancée s’était produite… au niveau de son âme, dont la qualité s’était nettement améliorée depuis qu’il avait absorbé toutes ces essences. Alimentée par l’énergie de la foi, son énergie spirituelle était bien plus pure et il la contrôlait sans effort alors qu’autrefois, il ne pouvait que l’étendre ou la résorber.   

Concernant la protection de son âme, il était désormais en mesure, par exemple, de contrôler une grande quantité d’énergie spirituelle comme s’il s’agissait de Qi de Combat pour en faire une Défense Anti-Pulsation via la formation d’une membrane sphérique protectrice. Cette défense était bien plus puissante que le “patch” qu’il utilisait jadis.

« Autrefois, même si je savais ce que je voulais faire, je n’avais pas suffisamment de contrôle sur mon énergie spirituelle », pensa-t-il, très ému.

La puissance de son âme couplée à la transformation de son énergie spirituelle apportait, en effet, de nombreux changements.

Soudain, Wharton fit irruption dans la dimension miniature.

– « Mon frère ? »

Linley ouvrit aussitôt les yeux.

« Je te rappelle que le Festival de Yulan aura lieu dans deux jours. »

Comme, généralement, Linley et Délia interrompaient leur entraînement aux alentours de cette période, ils échangèrent un regard, se levèrent, et le suivirent.  

Ce festival était la plus importante des fêtes du continent, au point que, même en temps de guerre, avait lieu une trêve afin de permettre aux guerriers et au gens du commun d’y assister.

Mais pour l’heure, les citoyens de l’Empire Rohault étaient remplis de terreur, de chagrin et de rage!

– « N’aie pas peur, mon enfant. Nous y sommes presque », dit une femme maigre, vêtue de haillons.

Un enfant sur le dos, elle courait sans s’arrêter en direction du Nord.

– « Mère, où est donc Père ? » Demanda l’enfant de cinq ou six ans, le regard confus. « Quand va-t-il revenir ? Je veux le voir! »  

À ces mots, les yeux de la femme rougirent :

– « Sois sage », répondit-elle. « Nous le retrouverons bientôt. »  

Au fond d’elle-même, la mère savait pertinemment que jamais ils ne le reverraient.

Ils n’étaient pas seuls à fuir. La route entière était bondée de gens qui transportaient leurs biens. Une véritable vague de réfugiés!

Ce premier janvier 10044 du calendrier Yulan aurait dû être un jour de fête.

Depuis quelques années, l’Empire Baruch et l’Empire Rohault, avec ses deux puissants Premiers Saints, étaient séparés par la Rivière du Printemps. Bien que devenu une Divinité, Linley, de son côté, ne souhaitait pas précipiter la bataille.

Les deux camps étaient donc dans une impasse.

– « Vous appelez ça une guerre ? » Gronda une sentinelle de l’Empire Baruch. « Cela fait deux ans que j’ai été envoyé au front et je n’ai encore tué personne.  Nous ne faisons rien d’autre que surveiller, nous entraîner et nous reposer. C’est vraiment ennuyeux! »

– « N’est-ce pas formidable ? Dans les guerres, les gens meurent », dit un soldat plus âgé qui, manifestement, n’aimait pas les batailles.   

– « Peut-être, mais la guerre est excitante alors que notre vie actuelle est particulièrement morose », grommela son jeune compagnon d’armes. Soudain, il entendit s’agiter dans le camp adverse, duquel ils étaient séparés par une rivière de deux ou trois kilomètres, et se retourna immédiatement. « Vite! Regardez! Que se passe-t-il sur l’autre rive ? »

À ces mots, toutes les sentinelles s’avancèrent.

– « Ce sont des réfugiés! Comme ils sont nombreux! »  

Les deux soldats demeurèrent stupéfaits.

Une foule de réfugiés, en effet, affluait autour du camp militaire et se dirigeait vers un large pont qui enjambait la Rivière du Printemps. Ce pont était gardé des deux côtés par des soldats, mais les réfugiées, particulièrement nombreux, comptaient parmi eux des gens influents.

Les soldats n’ayant rien tenté pour les arrêter, ils eurent tôt fait de traverser.

– « Que se passe-t-il ? » Se demandèrent les deux soldats, perplexes.

– « Qu’importe, à partir du moment où ces réfugiés n’attaquent pas notre camp. »

Les combats étant suspendus depuis deux ans, les soldats, d’un côté comme de l’autre, n’étaient plus aussi regardants. Ils ne feraient rien contre ces réfugiés si ceux-ci ne s’en prenaient pas à eux.  

Mais dans les jours qui suivirent, les vagues de réfugiés quittant l’Empire Rohault pour l’Empire Baruch se succédèrent. De plus en plus nombreux, ils finirent par attirer l’attention de ce dernier qui procéda à une enquête et découvrit un fait étonnant.

Quelques jours après le Festival de Yulan, Cena quitta la capitale impériale pour rendre visite à Linley.  

– « Mon oncle, depuis quelques jours, une foule incroyable de réfugiés de l’empire Rohault afflue sans discontinuer vers nous. » Il prit une profonde inspiration et ajouta : « Le pire est que ce ne sont pas uniquement des citoyens de l’Empire Rohault. Il y a parmi eux de nombreux soldats. »

– « Hein ? Qu’est-ce que tout cela signifie ? »

Linley était perplexe. S’il était compréhensible que les citoyens fuient le danger, les soldats, eux, étaient sous stricte surveillance et seraient mis à mort s’ils étaient pris en flagrant délit de fuite.

– « Explique-toi, Cena », dit Wharton qui était là lui aussi.  

– « Si vous préférez, des citoyens et des soldats fuient en masse, certains vers notre empire, d’autres vers l’Empire Yulan. Il faut croire que les habitants de l’Empire Rohault sont vraiment désespérés! »

« Mais enfin, que se passe-t-il ? » Se demanda Linley, stupéfait.

Des citoyens désespérés fuyant dans toutes les directions, c’était du jamais vu!

La première fois qu’il s’était rendu sur les Terres Anarchiques, bien que celles-ci fussent en guerre permanente, jamais il n’avait assisté à pareil phénomène. Les gens étant attaché à leur pays d’origine, pour rien au monde ils ne l’abandonneraient à moins d’y être contraints.

– « As-tu fait ton enquête ? » Demanda Linley.

– « Nous n’en sommes pas certains, mais nous pensons avoir découvert quelque chose à vous glacer les os », répondit Cena, incrédule. « Nos investigations révèlent que bon nombre de cités au sein de l’Empire Rohault sont désormais des villes fantômes, un peu comme la Cité du Lion Bleu mais en cent… non, mille fois plus grave. Cela a dû se produire il y a peu. »

« Des villes fantôme ? » Linley se souvint brusquement de la Divinité qu’il avait tuée. « Se pourrait-il qu’il y en ait une autre, formée aux Édits de la Mort et qui absorberait une grande quantité d’âmes ? »

Il était quelque peu perplexe. D’après Zassler, raffiner les âmes était un processus extrêmement difficile que même la majorité des Dieux n’était pas en mesure de mener à bien.  Rares étaient les plans à posséder une Divinité formée aux Édits de la Mort et voilà qu’il s’en présentait une ?

Il avait éliminé la dernière. S’il en existait une seconde, ne craignait-elle pas qu’il lui règle son compte à elle-aussi ?

« Ce coupable caché serait-il à ce point confiant ? »

Avec son âme renforcée, son énergie spirituelle capable de prendre la forme d’une “Défense Anti-Pulsations” et cette membrane translucide protectrice, Linley était bien plus puissant qu’il ne l’était trois ans auparavant. Il avait donc une certaine confiance eu égard à d’éventuels affrontements avec d’autres Divinités.  

– « Selon nos estimations approximatives, la population des villes fantôme de l’empire Rohault totalisait près de cent millions de personnes », dit Cena à qui ce chiffre faisait froid dans le dos.

Les cent mille personnes tuées à la Cité du Lion Bleu étant déjà stupéfiantes, que dire d’une centaine de millions!

– « Je me charge personnellement d’enquêter sur cette affaire », dit Linley, furieux au fond de lui. « Ces divinités venues d’autres plans ne traitent même pas les habitants du continent yulan comme des êtres humains! Une centaine de millions alors que L’Empire Rohault tout entier n’en compte que quelques centaines de millions ? »

En l’absence du Dieu de la Guerre et du Grand Prêtre, lui et Desri étaient les seules Divinités présentes sur le Continent Yulan, leur patrie. Comment Linley pourrait-il laisser des experts venus d’autres plans massacrer son peuple sans vergogne ?  

– « J’y vais », lança-t-il à Wharton et Cena, incapable d’attendre une minute de plus.

Sur ce, quittant le Château du Sang de Dragon, il prit son envol en direction du Sud.