A+ a- Mode Nuit

Chapitre 146 – Le chagrin de Bai Jingyun

« La Formule de l’Authentique Chaos Primordial a atteint le Large Succès du deuxième échelon, Fluidité de la Soie peut se diviser en cinq mille filaments, et ma cultivation à l’ouverture de la Transformation Musculaire s’est grandement consolidée. Il est finalement temps que je réalise le ‘Sceau de Combat’. »

Lin Ming avait choisi deux symboles d’inscription corporelle, le Symbole de Concentration de l’Essence et le Sceau de Combat. Le premier augmentait l’efficacité de l’entraînement, tandis que le second permettait d’accroitre la force.

Il avait déjà tracé avec succès le Symbole de Concentration de l’Essence. A ce moment-là, il n’en était qu’au sommet de l’Entraînement des Entrailles et il avait dû surmener sa force d’âme et sa véritable énergie pour réussir. Après quoi il était tombé dans un profond sommeil qui avait duré trois jours et trois nuits. Par précaution, il avait choisi de reporter le Sceau de Combat pour plus tard. Mais désormais, sa cultivation s’était stabilisée à la Transformation Musculaire. Cela ajouté au fait qu’il avait atteint le Large Succès du deuxième échelon de la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, la réalisation du symbole allait être nettement facilitée.

Lin Ming déposa la Lance Lourde des Profondeurs dans son anneau spatial et s’enferma chez lui en plaçant un message ‘Ne pas déranger’ sur la porte. Il se laissa alors tomber sur son lit et dormit profondément pendant plusieurs heures, jusqu’à l’aube. Une fois réveillé, il se lava, mangea un morceau et but un peu d’eau.

Puis il s’assit un moment pour déguster du thé. Ensuite, il se leva, se nettoya les mains, fit brûler de l’encens et se plongea dans un bain pour éliminer toutes les distractions qui habitaient son cœur. Il laissa son esprit devenir complètement ‘éthéré’, tout en essayant de l’ajuster à sa condition optimale.

La création de ce symbole d’inscription était d’une très grande importance pour lui. Les matériaux nécessaires pour réaliser le Sceau de Combat étaient nettement plus précieux que ceux requis pour le Symbole de Concentration de l’Essence. Certains étaient même si rares qu’il n’était pas parvenu à en avoir en quantité supplémentaire, au cas où. Il ne pouvait par conséquent pas se permettre le moindre échec. Une seule erreur et tout était terminé.

Lin Ming ajusta son esprit pendant une demi-heure, puis il commença finalement à dessiner le Sceau de Combat.

Le processus allait continuer toute la journée durant, du matin jusqu’au soir, sans que Lin Ming ne commette aucune erreur. Non seulement Ether avait un formidable effet sur son entraînement, mais l’état dans lequel son inspiration martiale le plongeait était tout aussi bénéfique à la réalisation de symboles d’inscription. Puisqu’il était capable de le maintenir en continu, son cœur n’était pas perturbé par la moindre distraction et il pouvait conserver de manière ininterrompu le plus haut degré de concentration.

Lorsqu’une personne ordinaire sollicitait sa force d’âme de façon excessive, elle éprouvait de puissants vertiges et un désir impérieux de dormir. De son côté, Lin Ming était toujours capable de maintenir sa condition optimale.

Lin Ming termina de tracer les dernières lignes et symboles tandis que les dernières lueurs du soleil couchant disparaissaient derrière l’horizon des montagnes. Des centaines de runes brillantes flottaient autour de lui, dans une lueur semblable à celle du soleil pourpre du nirvana. Elles commencèrent à se fondre lentement en un seul symbole, dans une scène dont la beauté était à couper le souffle.

Après la moitié du temps d’un bâton d’encens, le symbole d’inscription était formé, et le Sceau de Combat se transforma en un rayon lumineux qui vint s’élancer contre le revers de la main de Lin Ming ; où il se condensa finalement en une image runique d’un dragon volant avec un phénix.

La marque runique d’un symbole d’inscription dégageait généralement une impression de mystère et de simplicité. Cependant, la marque de ce Sceau de Combat ressemblait plus à de la calligraphie. Elle ressemblait vaguement au caractère archaïque pour ‘combat’. Chaque trait était long et minutieux et semblait posséder un élan imposant et aiguisé, exactement comme une lance longue.

Lin Ming avait consommé une énorme quantité de ressources pour réaliser le Sceau de Combat. Sa véritable énergie était encore abondante, mais sa force d’âme était épuisée au-delà de ses limites. Il parvint à boire un peu d’eau avant de s’effondrer de sommeil.

Il resta ainsi endormi pendant plus de vingt-quatre heures et, lorsqu’il se réveilla, son ventre criait famine. Il avait particulièrement faim et sa tête était lourde.

Il mangea jusqu’à être rassasié, puis il s’assit pour méditer. Au lieu de s’entraîner comme à son habitude, il se rendit à la salle de mesure de la force de la Maison Martiale.

La fonction du Sceau de Combat était simple. Celui-ci servait à améliorer directement la force physique et la véritable énergie d’un artiste martial, augmentant ainsi ses capacités au combat. Lin Ming souhaitait en mesurer les effets de manière concrète.

Il choisit un coin tranquille de la salle, approcha de la colonne en pierre et inspira profondément. Son corps tout entier se mit à déborder de véritable énergie, avant de se presser dans sa main droite. Le Sceau de Combat émit une légère lueur rouge, comme si le sang qui circulait en-dessous était visible.

« Ahh ! »

Lin Ming poussa un cri en envoyant son poing. Il y eut un bruit sourd et la colonne en pierre trembla frénétiquement comme si elle avait été frappée par un marteau en fer !

Le faisceau de lumière s’éleva dans les airs comme le jet d’une fontaine, se précipitant de manière étonnante à hauteur d’homme. Le résultat final était de sept mille deux cents jins.

Sept Mille deux cents jins !

Les yeux de Lin Ming s’illuminèrent en voyant ce résultat. Cela dépassait déjà largement une frappe légère de Ling Sen.

Ce dernier avait frappé la colonne de pierre le jour du test d’entrée de Lin Ming, atteignant quatre mille neuf cents jins. Même s’il n’avait utilisé qu’une partie de sa force à ce moment-là, sa force totale ne devait pas dépasser les six mille cent jins. Le résultat de Lin Ming était supérieur à cela de plus d’un millier de jins.

Lorsqu’un artiste martial atteignait la Condensation de l’Impulsion, la force de ses poings était autour de huit mille jins. Une minorité d’entre eux qui possédaient la force divine native pouvaient éventuellement atteindre dix mille jins.

Avec ses sept mille deux cents jins, Lin Ming était déjà proche de la force d’un artiste martial au sommet de la Condensation de l’Impulsion.

Il avait complété avec succès le Sceau de Combat et le Symbole de Concentration de l’Essence, atteint le Large Succès du deuxième échelon de la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, compris le concept de vent, atteint l’étape de la Transformation Musculaire et également réussit à faire apparaître la Graine des Dieux Infernaux.

Quant à la Paume qui Morcèle le Cœur, ce n’était à l’origine pas une technique très puissante et Lin Ming la maîtrisait déjà.

Il était parvenu à compléter la plupart de ce dont il avait besoin, et cela seulement deux mois après le début du test de disciple principal.

Il lui restait encore tout son temps.

Lin Ming inspira profondément, il était plein d’assurance. Par rapport à la dernière fois où il avait participé à la guerre du classement, il possédait désormais le Sceau de Combat, la Lance Lourde des Profondeurs, la Force des Dieux Infernaux, et il avait également amélioré sa maîtrise de la Formule de l’Authentique Chaos Primordial et de Fluidité de la Soie.

Même s’il devait affronter Zhang Guanyu dans l’heure, Lin Ming était convaincu qu’il gagnerait.

« J’obtiendrai un Lingzhi Sanguin de cinq siècles une fois que je l’aurai vaincu. Ce sera particulièrement bénéfique pour ma vitalité. Zhang Guanyu est une personne sinistre et trompeuse, je n’ai aucune idée du genre de complot malveillant qu’il pourrait mettre en place pour essayer de se débarrasser de moi. Il vaudrait mieux que je le défie en avance si possible, et que je l’anéantisse pour m’éviter d’autres complications. »

Le temps s’écoula si vite que le jour du grand banquet était déjà arrivé.

Le Palais Royal fut entièrement décoré de manière festive, l’ambiance était à la joie. La sécurité avait été renforcée pour l’occasion et l’enceinte était lourdement gardée. Un tapis rouge long de plusieurs centaines de mètres recouvrait la route principale qui menait au palais. De splendides servantes ayant fait l’objet d’un examen minutieux se promenaient à travers les salles pour offrir des mets raffinés.

Aujourd’hui, tous les invités étaient des figures de la Ville du Grand Avenir. Il y avait les jeunes, magnifiques et exceptionnels héros, les dix premiers disciples du Domaine Céleste et les disciples principaux de la Maison Martiale, ainsi que d’autres dont la force était ordinaire, mais qui s’avéraient être les jeunes talents des grandes et respectables familles du pays.

En plus de tout ce monde, les princesses et les princes, dont le Prince Héritier Yang Lin et le Prince des Nuages Yang Zhen étaient tous déjà présents.

Cependant, ces deux-là n’étaient pas les invités principaux du jour. Ce n’était pas non plus les étoiles brillantes Qin Xingxuan et Lin Ming. Ce soir, l’invité principal était un envoyé spécial des Sept Profondes Vallées, dont les convives ne connaissaient pas l’identité.

« Sa Majesté le Roi ! »

A cette annonce de l’eunuque, toutes les servantes et les domestiques du palais s’agenouillèrent. De leur côté, les invités se contentèrent d’une révérence.

Lin Ming leva les yeux et vit un vieil homme avec une couronne à neuf étoiles, une robe de dragon à cinq doigts et des bottes de dragon doré entrer tranquillement dans le hall.

Ses vêtements avaient beau dégager une impression de puissance, ils ne suffisaient pas à cacher la fatigue et la tristesse qui marquaient le visage de ce vieil homme. Ses yeux étaient quasiment recouverts par les rides et la peau lâche de son coup commençait déjà à se décomposer. De légères tâches de vieillesse recouvraient ses tempes. A son apparence, il avait au moins soixante-dix ans.

Ce vieil homme était le dirigeant du Royaume du Grand Avenir, le Roi Yang Jian. Il n’avait pas eu beaucoup de descendants, et même aucun durant ses jeunes années. Les seuls héritiers mâles qu’il avait eu étaient arrivés alors qu’il avait déjà un âge avancé.

C’était la première fois que Lin Ming l’apercevait, et il ne vit rien chez lui d’un dragon venant de l’air pourpre de l’est. Au lieu de cela, une aura de mort l’entourait.

Yang Jian n’avait apparemment aucune intention de saluer les invités. Il arriva dans le hall principal du banquet et s’assit dans le fauteuil d’honneur, avant de fermer les yeux pour se reposer.

« Il ne lui reste probablement que quatre ou cinq ans à vivre, et cela en étant maintenu par des médicaments précieux et soigné avec attention par les meilleurs docteurs. Si c’était quelqu’un d’ordinaire, à ce stade, il serait déjà décédé depuis longtemps… »

Alors qu’il était plongé dans ses pensées, Lin Ming aperçut Bai Jingyun debout dans un coin de la salle. Elle portait une robe noire formelle et paraissait avoir perdu de son calme habituel. Elle avait l’air anxieuse et perturbée. Un jeune noble lui parlait, mais Bai Jingyun ne semblait même pas l’avoir remarqué.

« Bai Jingyun… elle a l’air préoccupé par quelque chose. » Lin Ming pensa qu’il y avait quelque chose d’étrange, mais il ne s’en soucia pas outre mesure. Murong Zi arriva alors à ses côtés, un verre de jus à la main, en bousculant sur le côté ce jeune noble qui n’arrêtait pas de parler.

« Qu’est-ce qui ne va pas Grande Sœur Jingyun, tu ne te sens pas bien ?

     – Je vais bien. » Bai Jingyun fit un sourire forcé et essaya de prononcer quelques mots rassurants lorsque l’eunuque de la cour annonça : « Disciple direct de l’un des aînés de la Faction Acacia des Sept Profondes Vallées, Monsieur Ouyang ! »

Bai Jingyun se glaça sur place en entendant ce nom. Ouyang de la Faction Acacia… c’était vraiment lui !

« Ah ! Zi, cache-toi ou trouve une excuse pour t’en aller, la supplia avec empressement Bai Jingyun.

     – Pardon ? demanda l’intéressé, surprise.

     – Dépêche-toi et quitte cet endroit, sinon ce sera trop tard ! reprit Bai Jingyun paniquée.

     – Mais que… pourquoi ?

     – Ce Ouyang Dihua est un prédateur sexuel. Te souviens-tu de la dernière fois au banquet du Prince Héritier quand je t’ai dit que je ne pouvais pas décider de mon propre mariage ? C’était à cause de lui ! »

Cet évènement revint soudainement à l’esprit de Murong Zi. Lors du banquet organisé par le Prince Héritier en l’honneur de Lin Ming, Bai Jingyun lui avait conseillé en riant de l’épouser. Murong Zi lui avait retourné la plaisanterie, lui demandant pourquoi elle ne se mariait pas elle-même avec lui, et Bai Jingyun avait répondu que ce choix ne lui appartenait désormais plus.

Murong Zi avait trouvé cela étrange. Vu son statut d’exception, comment Bai Jingyun pouvait-elle ne pas être libre de décider de son propre mariage ? La réponse était simple, l’autre partie était un disciple direct de l’un des aînés des Sept Profondes Vallées !

Le statut d’un disciple direct faisait jeu égal avec celui d’un Envoyé des Sept Véritables ou avec celui de Maître de la Maison Martiale de nombreux pays. En réalité, puisqu’un disciple direct était souvent étroitement lié à un aîné, même un Envoyé des Sept Véritables ou le Maître de la Maison Martiale devait lui témoigner du respect.

Quoiqu’elle soit habituellement froide et sans peur, que ce soit du ciel ou de la terre, Murong Zi avait bien conscience que ce genre d’individu n’était pas de ceux que sa Famille Murong pouvait ne serait-ce qu’espérer affronter.

Mais elle ne pouvait pas partir et abandonner Bai Jingyun à son sort. Elle en était tout simplement incapable.

« Grande Sœur Jingyun… je…

     – Va-t’en, vite ! » coupa Bai Jingyun avec insistance. Les disciples de la Faction Acacia prisaient tout particulièrement celles qui avaient à la fois une apparence et un talent exceptionnels. Si Ouyang Dihua l’apercevait, il ne faisait aucun doute que son regard serait attiré.

Murong Zi se mordit la lèvre, baissa la tête et partit rapidement en direction des toilettes du palais.