A+ a- Mode Nuit

Chapitre 135 – Inscription corporelle

Pourtant, si n’importe quel disciple pouvait utiliser sa véritable énergie et sa force physique pour résister aux vents violents du neuvième niveau de la Gorge des Vents Effrénés, ses vêtements finissaient quoi qu’il arrive par se déchirer à cause de la vitesse des rafales.

Il ne fallait d’ailleurs que peu de temps avant que ceux-ci ne soient plus que des lambeaux. Et encore, c’était incomparable au dixième niveau, où il était impossible de ne pas terminer nu comme un vers.

Mais les vêtements de Lin Ming ne présentaient que de légers signes d’usure ; il n’avait pas eu besoin de les remplacer. C’était tout simplement inconcevable.

Au sein de la Gorge des Vents Effrénés, le hurlement du vent était semblable au rugissement des tigres et des dragons. A partir du neuvième niveau de difficulté, des morceaux de roches de plusieurs mètres de haut s’écrasaient au sol dans le plus grand des chaos.

Lin Ming était en apesanteur à travers la tempête ; son corps dansant dans les airs, alors même que les rafales de vent étaient comme une harde de bête funestes. Aussi étrange que cela puisse paraitre, il semblait flotter, tel un poisson essayant de nager à contre-courant.

Ses yeux étaient constamment fermés. C’est avec son cœur et son âme qu’il ressentait la force du vent glacial, pour stabiliser son corps en s’appuyant sur les flux d’air. Les rafales qui s’abattaient sur lui ne faisaient que l’effleurer, comme si elles étaient détournées.

Un puissant tourbillon apparut soudainement autour de lui et le déstabilisa pour mieux le projeter vers le sol en direction d’un rocher abrupt. Une personne ordinaire se serait fait pulvériser en heurtant un rocher pareil à cette vitesse ; même un artiste martial à l’Entraînement des Entrailles aurait été grièvement blessé. Mais alors que Lin Ming s’en approchait dangereusement, il agita soudainement ses deux bras et suivit un courant qui passait au-dessus du rocher. Son corps décrivit un bel arc et sa course s’arrêta net encore dans les airs.

Le même genre de scènes se répétèrent pendant plusieurs jours. Lin Ming ressemblant de plus en plus à un poisson, à ce détail près qu’il ne nageait pas dans l’eau mais entre les bourrasques de la Gorge des Vents Effrénés. Tant qu’il utilisait de la véritable énergie, ses pieds ne touchaient pas le sol et il était capable de naviguer à travers les courants. Il ne tombait au sol que lorsque ses réserves de véritable énergie étaient épuisées.

Lin Ming ouvrit bientôt le dixième niveau de difficulté, tout en réussissant à conserver son équilibre dans le vent. Il parvenait même à maintenir son corps en apesanteur face aux turbulences engendrées par d’éventuels tourbillons.

Il était comme un cerf-volant qui restait dans les airs peu importe l’intensité du vent.

Petit à petit, Lin Ming commença même à réaliser tout un tas de gestes et d’actions dans les airs en empruntant la force du vent. Au début, ses déplacements étaient lents et la portée de ses mouvements limitée. Mais le lendemain, sa vitesse avait déjà largement progressée et il était déjà capable de faire des bonds de plusieurs mètres.

Lin Ming continua ainsi de gagner en vélocité de jour en jour. Son champ d’action englobait désormais l’ensemble de la Gorge des vents Effrénés, s’approchant même des profondeurs les plus étroites du défilé.

Dix jours plus tard seulement, Lin Ming finissait par saisir les rudiments du concept de vent, atteignant ainsi officiellement le premier échelon du Roc Doré Déchirant le Vide. Il était désormais capable de se déplacer n’importe où à l’intérieur de la matrice par la seule force de sa volonté, sans que les bourrasques ne le gênent plus le moins du monde.

« J’ai passé cent vingt heures ce mois-ci à exercer ‘Roc Doré Déchirant le Vide’ au sein des sept matrices mortelles majeures. Me voilà enfin au petit succès du premier échelon ! se réjouit Lin Ming. A compter de demain, il faudra que je pratique la Force des Dieux Infernaux et la Paume qui Morcèle le Cœur, tout en m’efforçant d’atteindre l’étape de la Transformation Musculaire. Je manque de temps… »

Lin Ming en était déjà au sommet de l’Entraînement des Entrailles. Même s’il n’avait pas dédié son temps à essayer de franchir l’étape de la Transformation Musculaire, il avait épuisé ses réserves de véritable énergie à de multiples reprises en pratiquant l’inscription. Ce qui nécessitait à chaque fois qu’il entre dans l’état de son inspiration martiale éthérée en faisant circuler la Formule de l’Authentique Chaos primordial. Soit un processus extrême de sollicitation et de régénération, qui avait eu des effets étonnement bénéfiques sur son niveau de cultivation.

Malgré son talent relativement médiocre, Lin Ming allait quand même bientôt atteindre la Transformation Musculaire. Et ce grâce à l’exceptionnelle Formule de l’Authentique Chaos Primordial et son inspiration martiale éthérée.

Alors qu’il marchait au nord des Montagnes Zhou, Lin Ming était capable de parcourir plusieurs mètres, voire une dizaine de mètres à chaque pas. Ses pieds effleuraient délicatement les minces brins d’herbe et il s’élançait dans les airs. Si bien qu’il était capable, en utilisant sa véritable énergie, de franchir un mur de six mètres de haut en sautant.

Cette sensation de légèreté fit ressentir un très grand bonheur à Lin Ming, c’était comme si son corps ne subissait plus la moindre gravité. « Ce concept de vent est tout simplement merveilleux. Les techniques de déplacement sollicitent généralement la véritable énergie et la force physique pour accroitre la vélocité. Ce faisant, une fois dans les airs et sans appuis physique, la vitesse diminue inévitablement. Mais grâce à ce concept de vent je peux continuer à accélérer en l’air. Peut-être que je serais capable de voler si j’arrive à atteindre le troisième ou quatrième échelon du Roc Doré Déchirant le Vide et que ma véritable énergie continue de s’épaissir. Seuls les maîtres Xiantian en sont normalement capables ! Mais j’y arriverai dès la Condensation de l’Impulsion ! »

Alors que Lin Ming trépignait d’excitation à cette idée, un talisman de transmission sonore apparut devant lui et la douce voix de Wang Yuhan résonna dans son esprit : « Nous sommes enfin parvenus à rassembler tous les matériaux que vous vouliez Monsieur Lin. »

Une joie débordante l’envahit alors. C’était une double célébration ! Il allait enfin pouvoir commencer à tracer le symbole d’inscription corporelle !

Lin Ming partit immédiatement en direction de l’Association de l’Inscription. Une fois sur place, il récupéra tous les matériaux dont il avait besoin après avoir réalisé quelques symboles d’inscription. C’est grâce à l’effort collectif du Prince Héritier, de l’Association de l’Inscription et d’un grand nombre de puissantes familles du royaume qu’il touchait finalement au but. Cette collecte de matériaux à l’échelle nationale s’achevait enfin après un mois entier. Elle avait mobilisé d’innombrables individus et nécessité des dépenses financières faramineuses.

Ce ne fut pas sans une certaine satisfaction que Lin Ming collecta toutes ces piles de matériaux ; dont la valeur dépassait allégrement plusieurs centaines de milliers de taels d’or.

Il ne se pressa pas ; il savait que son esprit n’était pas dans les bonnes dispositions pour lui permettre de commencer à dessiner le symbole. Celui-ci était incomparablement précieux et allait être particulièrement long à réaliser, Lin Ming ne pouvait pas se permettre la moindre négligence.

Une fois tous les matériaux rassemblés, il commença d’ailleurs par faire une sieste. Après quoi, une fois réveillé, il plaça une plaque ‘ne pas déranger’ à l’extérieur. Puis il se lava les mains, fit brûler de l’encens, prit un bain et entra finalement dans l’état ‘Ether’. Il médita ainsi pendant une petite heure, se relaxant à mesure que son esprit se vidait.

De nombreux artistes martiaux se prêtaient au même genre de cérémonial après avoir obtenu une méthode d’entraînement de haut niveau. Cela visait à se débarrasser de toutes distractions et à laisser son esprit s’apaiser. Mais à l’exception de quelques moines, qui était capable de rester calme et de faire le vide face à quelque chose de ce genre, propre à chambouler la destinée d’une vie ?

La nature du cœur de Lin Ming était néanmoins bien plus pure que celle d’un artiste martial ordinaire. Il pouvait atteindre un état de plénitude grâce à son inspiration martiale éthéré, si bien que son cœur et son esprit étaient capables de se concentrer sur une tâche bien précise.

Lorsqu’il ouvrit finalement les yeux en sortant de méditation, ceux-ci brillaient comme des étoiles. Alors, il prit le premier matériau, le Minerai des Sept Etoiles, pour le broyer afin d’extraire une poudre qu’il mélangea.

Lin Ming utilisait les meilleurs outils que l’on puisse trouver dans l’enceinte de l’association. Fabriqués en argent noir, ils n’altéraient en rien la nature des matériaux. Non seulement cela, mais ces outils étaient également sensibles à la véritable énergie, ce qui permettait à leur utilisateur de ressentir le moindre petit changement dans les matériaux qu’il manipulait. Chacun d’eux valait aussi cher qu’un trésor, quand le set complet avoisinait les vingt mille taels d’or. Ce set de matériaux lui avait été offert par l’Association de l’Inscription.

Alors qu’il préparait les matériaux, Lin Ming était déjà complètement immergé dans le monde de l’inscription. Chaque rune qui prenait vie sous sa main semblait être un esprit issu d’une autre réalité. Grâce au mois de pratique acharnée qui venait de s’écouler, Lin Ming était capable de contrôler sa force d’âme comme jamais auparavant ; jusqu’à la séparer en d’innombrables fils pas plus épais qu’un cheveu, avec lesquels il guidait chacun des matériaux pour former les lignes du symbole. Tout était parfaitement fluide, ses doigts glissants comme des patins sur de la glace.

Lin Ming était transporté dans un royaume merveilleux, au sein duquel son habileté atteignait des niveaux insoupçonnables.

Le soleil disparu bientôt à l’horizon, laissant place à la lune, puis les étoiles tombèrent et les nuages roses de l’aube reflétèrent le début d’un nouveau jour.

Sans le savoir, Lin Ming venait de passer une nuit entière à dessiner. Ces derniers jours, il avait complété des symboles très rapidement. Mais là, chaque ligne et chaque rune lui prenait au moins le temps d’un bâton d’encens. Il était particulièrement précautionneux pour réaliser ces structures complexes.

Cela ne l’empêcha pas d’échouer à plusieurs reprises. Mais il avait anticipé ce cas de figure et avait décidé de conserver les matériaux les plus précieux pour la fin ; s’agissant du reste, il possédait tout en double ou presque.

Inconsciemment, Lin Ming avait déjà dépassé les limites naturelles de sa force d’âme. Il était néanmoins si concentré que son esprit était entré dans un état d’autohypnose, grâce auquel il n’avait pas l’impression de surmener sa force d’âme ; mais cet état représentait également un vrai danger.

Lin Ming avait déjà dépassé ce que son corps était capable de supporter, sans même qu’il ne s’en rende compte.

Certaines histoires racontaient que, lors d’un tremblement de terre, un enfant coincé dans les décombres pouvait être secouru par sa mère qui, grâce à l’amour maternel, serait soudainement dotée d’une force divine et pourrait soulever comme si de rien était murs et colonnes de plusieurs milliers de jins pour le sortir de là. C’est l’autohypnose qui permettait ce genre de chose. Au final, en dépassant ainsi ses limites et en forçant son corps à déployer plus d’énergie qu’il n’en possède vraiment, la mère finissait handicapée ou pouvait même mourir.

Le temps s’écoula lentement, jusqu’à ce que la matinée soit sur le point de s’achever. Lin Ming venait d’achever la dernière ligne du symbole. Alors que ses deux mains se réunirent, l’ensembles des runes qui flottaient devant lui se superposèrent couche après couche et s’entrelacèrent jusqu’à former un tout uniforme. Une lumière étincelante s’en échappa, comme si une étoile venait de prendre forme, et cette étoile vint délicatement se poser sur la gauche de la poitrine de Lin Ming.

Il ressentit une vive douleur lancinante, comme si des aiguilles brûlantes lui transperçaient la chair, puis une mystérieuse étoile à six branches apparut sur sa poitrine.

Sa vision se brouilla alors totalement et il fut assaillit de vertiges, avant de s’effondrer au sol.

Il était tombé de fatigue pour avoir sollicité sa force d’âme bien au-delà de ses réserves. Dans son profond sommeil, il perdit toute perception du monde extérieur.

Lin Ming resta ainsi pendant trois jours et trois nuits, jusqu’à ce qu’une sensation de faim intense ne le sorte de sa torpeur. Il tomba sur les genoux en essayant de se relever. Sa tête lui faisait un mal de chien à cause de la surconsommation de force d’âme.

L’air encore endormi, il décida de rester assis par terre et sortit quelque chose à manger de son anneau spatial. Il resta ainsi longtemps sans bouger, avant de marmonner lentement : « C’est… que s’est-il passé ? »

Lin Ming se remémora vaguement le processus de réalisation du symbole d’inscription corporelle. Il vint poser sa main sur la partie gauche de sa poitrine et ressentit, là où sa peau était normalement lisse, des lignes inégales. Il baissa la tête pour regarder ce que c’était. Une mystérieuse marque en forme d’étoiles à six branches reposait là. Elle avait fusionné avec celle laissée auparavant par le Cube Magique.