A+ a- Mode Nuit

Chapitre 726 : Une marée de bêtes démoniaques

Dans les profondeurs de la grotte, qui ressemblait à un labyrinthe, le tremblement au-dessus de leurs têtes ne cessait de s’intensifier.

Pasha sut alors qu’elles approchaient en grand nombre.  

Elle étendit ses tentacules qu’elle enfonça dans le sol et s’éleva pour voir ce qui se passait hors de la montagne : une masse sombre de bêtes démoniaques se déchaînait entre les montagnes et des Bêtes Terrifiantes des Enfers bloquaient toutes les entrées du labyrinthe. Les hybrides démoniaques déchiraient furieusement la chair et les os de ces dernières jusqu’à ce qu’ils puissent ouvrir un passage – ils n’avaient pas le choix, car ils allaient être écrasés par le reste des bêtes démoniaques qui pressaient derrière eux aux entrées de la grotte.

En dépit de la lutte désespérée des hybrides, le passage serait bientôt à nouveau bloqué par le flot de bêtes démoniaques et le seul moyen de passer était de répéter les actions précédentes. Il en résulta un bain de sang devant les entrées avant que les bêtes démoniaques ne lancent leur attaque dans la zone centrale.

Le chaos s’ensuivit sous terre tandis que les Bêtes Sauvages s’infiltraient parmi les différentes couches du sol. Leur tête couverte de tentacules repérait aisément les endroits les plus fragiles et la substance huileuse qui recouvrait leur peau leur permettait de creuser le sol sans effort, transportant un grand nombre d’hybrides démoniaques grâce à leur long corps en forme de tube. Il suffisait qu’un monstre de ce type franchisse la ligne défensive pour causer de nombreuses pertes dans les rangs ennemis.  

Les Bêtes Volantes, quant à elles, ne pouvant pénétrer dans les ruines souterraines, devaient se contenter de planer dans les airs.

C’était une expérience insondable. Elle n’assistait pas directement à la scène qui se déroulait devant elle, cependant les cris venant des montagnes, les vibrations qui provenaient des différentes couches du sous-sol ou encore les bruits occasionnés par les roches et la terre qui se mélangeait étaient transmis avec précision dans son esprit grâce à ses milliers de tentacules, formant d’innombrables images vives.

C’était la plus grande invasion de bêtes démoniaques depuis le début de cet hiver.

Pasha rétracta ses membres et descendit encore plus profond dans la grotte.

De temps en temps, des mottes de terre tombaient du plafond et heurtaient les braseros disposés de chaque côté du passage. Non pas qu’elle en eût besoin pour voir les pierres du sol, mais celles qui étaient devenues des Guerriers du Châtiment Divin si. Une fois que toutes furent descendues dans la salle au cœur du labyrinthe, elle éteignit les feux.

Et dans la salle, elle perçut mentalement la voix d’Althéa :

« Que se passe-t-il au-dessus ? »  

« La Bête Sauvage la plus proche a atteint la troisième couche », répondit télépathiquement Pasha à toutes les personnes présentes. « Et sous le labyrinthe ? »  

« Rien de spécial » répondit Althéa. « Je n’ai aperçu que quelques cadavres carbonisés. »

La perception que Pasha a du combat avait radicalement changé depuis la transformation de son corps. Le monde, à l’origine plat, était soudain devenu tridimensionnel et comme leurs ennemis pouvaient se déplacer librement sous terre, les survivantes devaient garder un œil sur ce qui se passait aux niveaux inférieurs car étant donné qu’elles ne se trouvaient pas tout au fond de l’abîme, il pouvait y avoir des menaces cachées.  

Heureusement pour elles, la rivière de lave qui coulait en continu sous les ruines, scellant la majeure partie du fond du labyrinthe, leur épargnait beaucoup d’efforts. Jusqu’à présent, elles n’avaient encore jamais rencontré de bête démoniaque qui ne craigne pas le feu.

Pasha regarda Céline :

« Dans combien de temps l’Instrument de la Rétribution Divine sera-t-il prêt ? » Demanda-t-elle.

« Je l’ignore », répondit cette dernière, inquiète, depuis le noyau magique. « Une demi-heure, peut-être une heure…  J’ai fait tout mon possible mais le poste endommagé dans le secteur 43 venant à peine d’être réparé, Lady Eleanor a besoin de plus de temps pour rendre le noyau opérationnel. »

« Ne vous inquiétez pas. Ils ne seront pas là immédiatement », répondit-elle pour la rassurer. « Les plus gros hybrides démoniaques vont rester bloqués devant les entrées de la grotte, aussi n’auront nous à nous occuper que des petits. »  

« Vous avez raison. Il nous suffira de faire comme s’il s’agissait d’un entraînement quotidien », renchérit Elena. « Tant que nous serons présentes ici, les bêtes démoniaques ne pourront pas pénétrer dans cette salle. »

« Je ne pense pas qu’il soit judicieux d’avoir voulu récupérer si vite la relique des Dieux. N’aurait-il pas mieux valu attendre que la Cité des Météores perde davantage de puissance ? » Demanda l’une d’entre elles.

« Ils devraient continuer de défendre Hermès », rétorqua Althéa. « Mais sans l’Armée du Châtiment Divin, ces personnes ordinaires sont impuissantes. »

« Les remparts suffisent à bloquer efficacement les bêtes démoniaques, quant à l’huile bouillante et aux mangonneaux, ils leurs asséneraient un bon coup. Nous n’aurions plus qu’à nous cacher dans le Temple Secret et attendre une brèche dans les défenses de la ville pour récupérer la relique. »

« Il y a beaucoup de pièges cachés sous la cathédrale. Et si les ennemis avaient accidentellement déclenché l’un d’eux ? Nous aurions été enterrées vivantes, et pire, la relique serait tombée aux mains des Diables. D’une manière ou d’une autre, nous ne pouvons pas prendre ce risque. »

« Cessez donc de vous chamailler », coupa Pasha. « Étant donné que nous avons rapporté la relique, nous n’avons plus d’autre choix que de poursuivre le plan. Avez-vous déjà oublié les paroles de Dame Natalya juste avant d’attaquer la Reine de la Cité des Météores ? »  

À ces mots, toutes approuvèrent et se turent aussitôt.

À l’époque de Taquila, cela se produisait rarement car les sorcières de bas niveau étaient tenues d’obéir inconditionnellement à leurs supérieures et quiconque enfreignait les règles se voyait infliger de sévères sanctions. Le plus grand conflit au sein de l’Union avait été celui qui opposait Natalya et Alice. Avant de couper tout lien avec la Cité des Météores et de lancer une attaque sournoise contre sa Reine, Natalya avait tenu ce discours à tous ses partisans.

Depuis ce jour, les survivantes de Taquila avaient cessé de tenir compte de la hiérarchie et les conflits internes s’étaient multipliés. Mais Pasha, qui face au système d’autrefois qu’elle trouvait trop rigide, préférait une organisation pleine d’énergie.

Alors que, changeant de sujet, les autres se mettaient à discuter des moyens de bloquer les bêtes démoniaques, Pasha reçut un signal en provenance d’un de ses tentacules!

Il y eut un violent tremblement : on aurait dit qu’un objet lourd tombant en chute libre avait percuté le sol, traversé à grande vitesse plusieurs étages du labyrinthe et se dirigeait vers les profondeurs où se trouvait la salle.

Comment cela était-il possible ?

Le sol dense, fait de terre et de pierres, ne permettait pas de grands mouvements et une Bête Sauvage aurait dû mettre au moins une demi-heure à en percer une couche. Comment pouvait-elle se déplacer aussi vite ?

Aussitôt, Pasha dirigea d’autres tentacules en direction de l’endroit d’où venait le mouvement : en effet, plus elle utilisait de tentacules pour observer un secteur, plus elle recevait “d’images”.

Soudain, son cœur fit un bond :

Une fissure horizontale d’environ dix kilomètres venait d’apparaître dans le secteur concerné, divisant le sol en deux. On aurait dit un long gouffre s’enfonçant vers les sombres profondeurs. Une bête sauvage dégringolait le long de la colline en direction de la salle.

« Préparez-vous à vous battre », dit mentalement Pasha du plus fort qu’elle put à toutes les survivantes. « Direction le noyau magique! »

Tout à coup, alors que tout le monde était encore sous le choc, le plafond de la salle principale vola en morceaux, et une Bête Sauvage au long cou, couverte de griffures et d’ecchymoses, tomba par le trou ainsi créé. Sous l’influence du noyau magique, elle émettait une sinistre lumière d’un bleu sombre. Ayant subi d’importants dommages suite au crash, elle rendit son dernier souffle, ayant accompli sa mission.  

Au moment où la créature touchait le sol, plusieurs bêtes démoniaques hybrides jaillirent de son ventre en le déchirant et se précipitèrent vers Céline qui était la plus proche.