A+ a- Mode Nuit

Chapitre 551 : Le Diable Supérieur

Rossignol écarquilla les yeux.

« C’est un Sceau de la Divine Volonté! »

Mais très vite, quelque chose l’intrigua. Dans la paume de l’ennemi, au lieu de la lumière éblouissante caractéristique des Pierres Magiques, s’était formé un trou noir. Il ne s’agissait donc pas d’un Sceau mais d’une capacité propre au Diable. Le lumineux pouvoir magique était absorbé par ce trou noir et devenait un vortex à croissance rapide produisant une lumière si aveuglante que les autres sorcières avaient du mal de garder les yeux ouverts. Cependant, à travers le brouillard, elle devenait de plus en plus sombre.

Soudain, le Diable enfonça son épée dans le sol et une lumière noire et chatoyante se répandit sur toute la forêt.  

Instantanément, les lumières générées par les pouvoirs magiques qui scintillaient comme des bougies sous le vent s’éteignit et à nouveau, le monde brumeux de Rossignol vola en éclats.  Chloris perdit son pouvoir de Cœur de la Forêt et les arbres la rejetèrent ainsi qu’Ivy sur le sol, la blessant cruellement. Elle crachait le sang et était incapable de se relever.

– « Le Diable a senti que Chloris était la forêt. »

Même si celle-ci était bien cachée, il avait pu voir ses mouvements d’en haut. Mais, chose particulièrement étrange, comment avait-il fait pour désactiver le pouvoir magique de la même manière que l’aurait fait une Pierre du Châtiment Divin ? Ce Diable était capable de libérer un pouvoir magique bien plus puissant et plus facile à manipuler que celui des Pierres Magiques, cependant, celui-ci n’était pas lumineux!

Rossignol n’avait plus le temps d’y réfléchir.

Surmontant l’inconfort causé par la désactivation de son pouvoir magique, elle changea la cartouche et se précipita vers le Diable qui, pour l’heure, s’approchait de Chloris, paralysée et sans défense depuis qu’elle avait été attaquée par la lumière noire miroitante.  

Lorsque Rossignol ne fut plus qu’à environ 10 mètres du Diable, elle pressa la détente, certaine de le toucher.  

Les balles frappèrent son armure au niveau du bras avec des étincelles et de la fumée s’éleva. Visiblement furieux d’être dérangé en pareil moment, le Diable rugit de colère et leva son épée géante devant lui.

Le cœur de Rossignol se glaça : contrairement à ses attentes, les balles n’avaient pas pénétré dans son bras, suite à quoi elles auraient dû atteindre ses organes vitaux. En réalité, elle n’était pas certaine que les projectiles aient pénétré son armure, encore moins cette immense épée aussi épaisse qu’une porte.

Les cinq balles ayant été utilisées, elle sortit son poignard et bondit vers la tête du Diable.

Il fallait absolument le mettre hors d’état de nuire si elle voulait sauver Chloris!

Aussitôt, son adversaire leva son épée, prêt à frapper. Ses yeux rouge vif étincelaient. Malgré son incroyable rapidité, Rossignol eut le temps d’anticiper son geste. Au lieu de tenter d’esquiver le coup, elle disparut dans sa brume.  

Si la lumière noire du Diable pouvait annihiler les effets de la magie dans un large rayon, elle n’avait pas le pouvoir de la désactiver totalement. Une fois que le vortex avait disparu, les sorcières pouvaient à nouveau utiliser leur pouvoir magique. Ce changement n’avait pas échappé à Rossignol dont l’œil vif était exercé à l’observation du flux de magie.   

Dans son monde en noir et blanc, elle vit la silhouette de l’épée se déformer et trouva rapidement le “point de césure” de la lame. Se glissant à travers elle, elle enfonça son poignard dans une fissure du casque du Diable.

Contre toute attente, un fort bruit retentit et le poignard se brisa.

« Serait-ce une Barrière Magique ?  Mais Bon sang, combien de capacités possède-t-il !? »

Rossignol battit aussitôt en retraite mais très vite, le Diable en armure la rattrapa. D’une main, il leva son épée, prêt à frapper à nouveau.  

Elle voulut utiliser sa vieille ruse et s’échapper dans son brouillard mais cette fois, son adversaire ne lui en laissa pas l’occasion.  

Il leva l’autre main : Rossignol fut éjectée de son brouillard et traversa l’épée.

Une partie de la lame était fichée dans son corps. Lorsqu’il la rejeta en arrière, le sang se mit à jaillir de la longue et profonde blessure laissée par la lame au niveau de sa taille. Celle-ci avait transpercé les vêtements de protection spécialement conçus par Soraya.

Rossignol lâcha un cri étouffé.

La sorcière n’avait pas le temps de se préoccuper de sa blessure. Projetée sur le sol, elle utilisa la force de propulsion pour rouler en arrière dans l’espoir d’éviter l’attaque suivante.

Malheureusement, ce démon faisait des pas de deux mètres.

Impossible d’échapper à un ennemi aussi puissant et qui se déplaçait aussi vite qu’une Extraordinaire.

L’épée était sur le point de s’abattre sur Rossignol lorsqu’une multitude de rayons de lumière pourpre apparurent et se resserrèrent autour du Diable, le ligotant fermement.

La cage magique d’Ivy!

– « Écrasez-le! » Cria Rossignol.

– « Je ne peux pas! » Répondit Ivy en serrant les dents. « Il est bien trop fort! »

Elle eut beau serrer le poing, les rayons lumineux ne pouvaient pas se contracter davantage. Les barreaux tremblaient : on aurait dit que le Diable allait les briser.  

Avec un rugissement assourdissant, il leva les bras. La cage vola en morceaux mais les rayons de lumière revinrent le piéger avant même qu’il n’ait eu le temps de lever son épée.  

– « Mlle Anna, vous pouvez lancer le tonnerre doré! Faites vite! » Articula Ivy.

À en croire l’expression de son visage, la cage ne tiendrait pas longtemps.   

Cependant, le Diable était si près d’Ivy que la foudre générée par le Sceau de la Divine Volonté risquait fort de les frapper tous les deux.

– « Vite, Anna! » Cria Rossignol à la jeune femme qui se tenait à bonne distance. « Activez le Sceau! »

Anna croisa son regard et comprit aussitôt. Elle rassembla tout son pouvoir et leva la plaque de métal.

Une puissante lumière illumina les bois et des rayons descendirent du ciel.

Le démon poussa un hurlement. Il avait déjà dû assister à ce spectacle car, furieux et en même temps effrayé, il se mit à lutter de plus belle pour tenter de se libérer.  

Pour Rossignol, c’était leur seule chance de l’emporter, l’ennemi n’étant plus en mesure de désactiver leur pouvoir magique.

La foudre d’or frappa!

Rossignol pressa sa blessure et disparut dans la brume.

L’éclair noir allait frapper la tête d’Ivy lorsque soudain, elle apparut derrière la jeune fille, la souleva et fit un bon de côté pour la mettre hors d’atteinte des effets du Sceau de la Divine Volonté. En deux temps trois mouvements, elle venait de sauver Ivy.

Cette opération avait non seulement nécessité de la détermination et du courage, mais également un travail d’équipe entre Rossignol et Anna.

Si cette dernière avait frappé au mauvais endroit, Rossignol et Ivy n’auraient pas pu échapper au tonnerre d’or.

Cependant, persuadée que nul ne pouvait la surpasser en terme de contrôle du pouvoir magique, Rossignol lui avait fait confiance.

Et elle avait bien fait.

En un instant, une puissante lumière dorée inonda l’endroit où se trouvait le Diable Supérieur, détruisant tout sur son passage, y compris les herbes et les plantes rampantes.

Anna chancela. Ses jambes ne pouvant plus la porter, elle s’effondra sur le sol.

– « Anna! » S’écria Chloris qui avait un peu récupéré, en titubant vers la jeune fille.  

– « Tout va bien », lui dit Rossignol. « Mais elle a épuisé tout son pouvoir magique. »

À chaque mot qu’elle prononçait, sa blessure à la taille lui causait une douleur cuisante. Fort heureusement, ses organes vitaux n’avaient pas été touchés. Si elle évitait de faire des mouvements brusques susceptibles de rouvrir la plaie, ses jours ne seraient pas en danger.

– « Vous… vous êtes blessée! laissez-moi panser votre plaie », dit Ivy dont le visage reflétait des émotions complexes.  

Rossignol acquiesça. Elle était sur le point de retrousser ses vêtements lorsque soudain, elle se figea en voyant une silhouette noire émerger lentement du nuage de fumée.

Plusieurs des pics sur le casque du démon s’étaient effondrés comme des tours de pierre. Son armure délicate était fissurée et couverte de terre. Il avait perdu un bras ainsi que son épée géante, mais contre toute attente, survécu à un coup qui aurait dû lui être fatal.

Le démon poussa un affreux sifflement. Rossignol ne savait pas s’il ricanait, mais au son de sa voix, elle devinait qu’il exprimait l’excitation et l’envie de tuer.

Apparemment, le Diable ne pouvait plus se déplacer aussi vite qu’auparavant et sa lumière rouge était considérablement affaiblie. Il donnait l’impression de pouvoir s’effondrer à tout moment. Cependant, dans l‘esprit de Rossignol, plus personne n’allait pouvoir l’arrêter. En effet, Chloris et elle étaient blessées, Anna évanouie, Foudre absente et Ivy n’avait presque plus de pouvoir.

Mais soudain, cette dernière se releva.

– « Hey, Que faites-vous ? » Demanda Rossignol à voix basse.

– « Je me battrai jusqu’à la dernière minute », répondit Ivy en tirant de ses vêtements un poignard. « C’est le sort d’une sorcière de combat. S’il vous reste encore un peu de pouvoir magique, emmenez-les et cachez-vous.  Si vous ne pouvez pas les emmener toutes, prenez-en au moins une. »

Rossignol se rappela soudain la tâche que Roland lui avait confiée.

« Elle a raison… Je dois absolument ramener Anna. Je l’ai promis à Sa Majesté, aussi, quoi qu’il arrive, je tiendrai ma promesse. »

C’est alors qu’un hurlement familier interrompit le cours de ses pensées.

– « Aw… »

Une ombre immense descendait du ciel!