A+ a- Mode Nuit

Chapitre 532 : Une idée bien tentante

Après le banquet, Roland convoqua Lotus et Wendy dans son bureau.

– « Tout s’est-il bien passé sur l’Île Dormante ? » Demanda-t-il à Lotus. « J’espère que vous n’avez pas eu de problème en l’absence de Tilly. »

– « Bien sûr que non », répondit la sorcière qui murmura : « Oh… À propos… Je ne vous ai pas encore remercié pour l’écharpe que vous m’avez offerte la dernière fois. »

– « Ne sois pas si formelle », Répondit Roland en agitant légèrement la main. Il se doutait bien que, ne les ayant pas revues depuis un certain temps, elles se montreraient moins familières avec lui mais leurs relations n’avaient pas changé pour autant. En fait, cette situation n’était que temporaire et s’il continuait à les traiter comme il l’avait toujours fait, les sorcières se sentiraient à nouveau à l’aise. « Si, en apparence, beaucoup de choses ont changé ici, cette ville reste telle que lorsque vous l’avez quitté. Je vous en prie, considérez la Cité Sans Hiver comme votre foyer. »

– « Oui », renchérit Wendy en lui caressant l’épaule. « Vous êtes toujours nos sœurs. »

Gênée, Lotus baissa la tête cependant, elle semblait plus détendue.

– « Entendu », répondit-elle.

– « Depuis votre arrivée au château, quelque chose me préoccupe. Ivy et Plume ne sont-elles pas des sorcières de l’Île Dormante ?»  Demanda Roland en changeant de sujet. En effet, il s’était aperçu que lorsqu’ils évoquaient le bon vieux temps, les deux sorcières semblaient rester à l’écart des autres. Même si elles prenaient de temps en temps la parole, celles-ci semblaient beaucoup moins communicatives que Sylvie, Evelyne, Chandelle et les autres qui, elles, bavardaient joyeusement. Peut-être n’était-ce qu’une illusion mais il avait le sentiment qu’Evelyne et Chandelle craignaient un peu ces deux sorcières.

– « En effet. Cependant, elles sont un peu différentes de nous », répondit Lotus qui lui présenta brièvement leurs antécédents. « J’ignore pourquoi Dame Tilly a envoyé ici des sorcières de l’Association du Croc Sanguinaire. »

– « Ivy est une sorcière de combat ? » Demanda Roland, légèrement surpris.

– « Oui, elle peut invoquer une cage magique et ainsi capturer des ennemis plus puissants qu’elle. Cendres elle-même, si elle se faisait piéger, aurait du mal à s’en sortir sans la Pierre du Châtiment Divin. »

– « Et Plume ? » S’enquit Wendy, curieuse.

 

– « Bien qu’elle ne soit pas une sorcière de combat, elle est également puissante », répondit doucement Lotus. « Tout ce qu’elle touche devient collant tant qu’elle maintient le contact. Une fois collés ensemble, deux objets ne peuvent être séparés a moins que son pouvoir magique ne défaille. Mais selon ses dires, si elle utilise suffisamment de pouvoir magique, les effets peuvent durer longtemps. »

– « Ce genre de capacité doit être largement utilisé, non ? » Demanda Roland, surpris, avant de s’exclamer : « C’est incroyable! Heidi Morgan aurait accepté de nous envoyer ces puissantes sorcières ? »

– « Les membres de l’Association du Croc Sanglant sont très puissant. Beaucoup sont des combattantes et les sorcières qui ne le sont pas ont-elles-aussi des capacités supérieures. Elles ont largement contribué à la rapidité de la construction de l’île », répondit Lotus. Visiblement, elle avait du mal à l’admettre. « Cependant, elles se sentent supérieures aux autres et intimident souvent les sorcières dont les capacités sont moindres. Si Dame Tilly n’avait pas fait tout son possible pour les arrêter, le nombre de sorcières dans les fjords aurait diminué de plus de la moitié. »

« Ce qui expliquerait pourquoi Evelyne et Chandelle ont l’air si effrayées face à elles », pensa le Prince.

– « Je comprends », répondit-il. « Mais pour le moment, il faut vous reposer. » Puis, se tournant vers Wendy, il ajouta : « Organisez-vous pour les loger, je vous prie, et prenez bien garde à ce qu’elles soient loin des sorcières de l’Association du Croc Sanglant. Je testerai leurs capacités en détail demain. »

– « Bien, Votre Majesté », répondit Wendy, la main sur le cœur.  

Les deux sorcières parties, Rossignol apparut près de lui, un filet de poisson dans la bouche, et demanda :

– « Voulez-vous que quelqu’un garde un œil sur elles ? »

– « Comme elles viennent toutes de l’Île Dormante, je ne pense pas qu’il y ait de problèmes majeurs », répondit Roland. « Contrairement à l’Association de Coopération des Sorcières, celles des Fjords n’ont jamais eu à combattre ensemble pour leur vie. Par ailleurs, leur population est composée de divers groupes de sorcières et il est très rare qu’au sein d’une organisation, il n’y ait pas de factions. Lorsque l’Association des Sorcières se sera développée, tôt ou tard, des phénomènes similaires s’y produiront. Cependant, la concurrence a aussi ses avantages. Si elle se limite à une saine compétition, elle fortifiera l’Association. Je suis simplement surpris que Tilly m’ait envoyé des sorcières de combat. Si elle attend de moi que je les forme, elle aurait tout aussi bien pu m’envoyer également des auxiliaires. Par ailleurs, Brise est toujours à ses côtés. »

– « Elle vous l’a probablement expliqué dans sa lettre », supposa Rossignol.

– « La lettre! J’ai failli l’oublier! » S’exclama Roland en se frappant le front.

Outre les sorcières, Tilly lui avait également fait parvenir une pile de livres anciens et une lettre personnelle. En raison du banquet, il n’avait pas encore trouvé le temps d’en prendre connaissance.

Il ouvrit son tiroir, prit la lettre, la déplia et la posa bien à plat sur la table.

Tilly lui présentait en détail l’histoire des livres anciens et les passages étranges contenus dans ces ouvrages. Elle lui faisait également part de ses idées au sujet de la Crête de Mer, espérant que Roland serait en mesure d’aider Tonnerre et de lui construire un bateau capable de naviguer à contre-courant, sujet que le marin lui-même avait déjà abordé. Mais le plus surprenant dans cette lettre était la dernière partie.

« Si ces livres, qui datent d’époques différentes, ne viennent pas du même endroit et dont certaines parties ont disparu durant des centaines d’années, ont été rassemblés dans ces ruines, cela signifie que quelqu’un connaissait l’existence de ces vestiges sous-marins. Mais qui ? »  

Au dos de la lettre, Tilly lui présentait brièvement les capacités des deux nouvelles sorcières, mais ce qui retint particulièrement l’attention de Roland fut le paragraphe qui terminait ce passage.

« Ce que nous savons de ce monde est encore vague et obscur. Nos connaissances ne sont pas aussi approfondies que celles de l’Union il y a 400 ans. Si nous voulons triompher de nos ennemis, nous devons d’abord apprendre à les connaître. Leurs capacités devraient pouvoir nous être utiles. »

Sa lecture terminée, le Prince ne put s’empêcher de réfléchir.  

« Apprendre à connaître l’ennemi… nous aider… que peut bien vouloir dire Tilly ? » Se demanda-t-il.

Alors qu’il relisait la présentation de leurs capacités, une idée surprenante lui traversa soudain l’esprit.  

« Voudrait-elle que… ? »

« Oh non, ce serait fou », pensa Roland en secouant la tête. Cependant, cette pensée persistait. « Même si c’est très risqué, le jeu en vaudrait la chandelle. Ces boîtes de Pierres Magiques laissées par Ayesha sont vraiment tentantes. Montées en sceaux, elles pourraient s’avérer d’une importance capitale… »

L’idée lui avait déjà traversé l’esprit, cependant, comme il aurait été très difficile de la mettre en pratique, il avait dû renoncer. Et voilà que grâce à Ivy et à Brise, il allait enfin pouvoir se rapprocher de son objectif.  

– « Que dit la lettre ? » Demanda Rossignol qui avait remarqué son air étrange.  Elle s’approcha et lui toucha le front : « Hey, vous allez bien ? »

– « Pas vraiment. Mon cœur a bien failli sortir de ma poitrine », répondit Roland en riant.  « Sans même m’expliquer pourquoi, Tilly me laisse le soin de prendre la décision. »

– « Quelle décision ? » Demanda-t-elle, intriguée.  

– « Celle de capturer les Diables. », répondit le Prince en appuyant chaque mot.