A+ a- Mode Nuit

Chapitre 104 – Une lance extraordinaire

Des jours passés à affronter Hong Xi, ce fut ce que Lin Ming avait appris de plus utile. Enchaîner les mouvements les uns après les autres et, fort de l’élan des précédents, prendre de la vitesse et monter en puissance pour tout balayer dans une dernière frappe dévastatrice.

La lance de Lin Ming paraissait bien plus lente que Zhu Yan. Ce dernier réalisait trois mouvements quand Lin Ming n’en faisait qu’un. Mais ce qu’il y avait d’incroyable avec la lance de Lin Ming, c’est que ce mouvement unique bloquait systématiquement les trois coups d’épée de Zhu Yan. Ce qui pouvait aisément laisser les spectateurs dubitatifs. Dont la majorité se composait d’artistes martiaux au niveau de cultivation trop faible pour comprendre les mystères complexes et les principes profonds qu’impliquaient le combat de ces deux jeunes hommes. A leurs yeux, Zhu Yan faisait des mouvements inutiles ; ils semblaient même tous être inutiles.

Dans une zone réservée des gradins, un aristocrate d’une trentaine d’années regardait le combat de Zhu Yan et Lin Ming en secouant la tête d’un air désapprobateur.

« Ce Zhu Yan est tout simplement médiocre. Il utilise des mouvements d’épée tapageurs qui n’ont aucune substance. Ça a beau être agréable à regarder, ce n’est pas très utile vu le nombre d’imperfections. Ah, qu’en penses-tu Wei ? »

Cet aristocrate n’était qu’un artiste martial de talent grade deux. Il avait plus de trente ans et n’en était qu’à l’ouverture de la troisième étape de la Transformation du Corps. Ayant quelques connaissances sur les arts martiaux en général, il souhaitait connaître l’avis de son garde.

« Mon seigneur, l’épée de Zhu Yan a bel et bien perdue de sa superbe. Je trouve cela bien étrange. Les faisceaux lumineux qu’il a déployés un peu plus tôt étaient vraiment rapides et féroces. Je crains que je n’aurais pas été capable de faire grand-chose si ça avait été moi à la place de ce Lin Ming. »

Ce garde avait également une trentaine d’années, mais il en était à l’ouverture de la cinquième étape de la Transformation du Corps. Il ne pouvait pas s’empêcher de reconnaître le talent de Zhu Yan, ces faisceaux de lumière d’épée l’avaient vraiment impressionné. Ses chances de l’emporter face à Zhu Yan ne dépassaient pas trente-cinq pour cent.

« Tu ne serais pas capable de te défendre face à ces faisceaux ? » L’aristocrate sourit mais n’en fut pas rassuré.

« Ahh Wei, tu as une bien piètre estime de toi. Ces dernières années, excepté Ling Sen, Ta Ku et quelques autres, le niveau des disciples de la Maison Martiale des Sept Véritables ne fait qu’empirer de génération en génération ! Dans le passé, n’importe lequel d’entre eux était capable de combattre un adversaire supérieur d’une étape complète comme si de rien n’était. Mais regardez ce Zhu Yan… Si je ne dis pas de bêtise, il est dans le top de la Pierre du Classement ; et cette épée qu’il a dans les mains… » Alors qu’il s’apprêtait à continuer de partager ses “connaissances” martiales, le sourire qu’il affichait se glaça soudainement.

Sur le terrain de tournoi, le combat entre Zhu Yan et Lin Ming les avait amenés jusqu’à l’un des bords de la scène. Zhu Yan sauta sur le côté pour éviter un coup d’estoc de Lin Ming. Ne touchant pas Zhu Yan, la lance poursuivit sa course jusqu’à heurter une large colonne de pierre bordant le terrain.

Lin Ming ramena immédiatement sa lance à lui, mais une scène incroyable se produisit.

Suite à ce coup, l’épaisse colonne de pierre vola en morceaux de haut en bas.

De nombreux fragments de pierre roulèrent dans un bruit d’effondrement, pour finalement se transformer en de petits tas de gravats. La colonne de pierre avait été complètement anéantie.

C’était comme si le ciment qui reliait les pierres entre elles avait été réalisé avec du tofu.

« Que… que se passe-t-il ici ? » L’aristocrate regardait droit devant, les yeux écarquillés. Il était certain d’avoir vu que Lin Ming avait ramené sa lance à lui avant qu’elle ne heurte vraiment la colonne.

Mais avant qu’il ne la ramène à lui, sa lance avait légèrement égratigné la surface, ce qui avait suffi à la faire voler en morceaux, malgré ses six mètres de haut et son poids massif. Sachant que le plus gros des morceaux qui restait n’était pas plus gros qu’un poing.

Cet aristocrate n’était pas le seul à être choqué, il en était de même pour tous ceux présents ; même Ling Sen, Ta Ku, Muyi et tous les maîtres qui assistaient au combat. Certains se frottaient même les yeux en pensant avoir vu une illusion.

Cette lance avait-elle vraiment pulvérisé la colonne ?

En soit, le fait de la détruire n’avait rien de compliqué. Nombre des maîtres et experts présents avaient la force nécessaire, mais aucun d’entre eux ne pouvait prétendre le faire avec une lance et de sorte à ce que le plus petit morceau de pierre restant ne soit pas plus gros qu’un poing.

Muyi lui-même n’en était pas capable. Il pouvait certes obtenir le même résultat en envoyant d’innombrables faisceaux de lumière d’épée en un éclair, mais il lui était impossible d’y arriver en ne l’effleurant qu’une seule fois.

Le Prince Héritier, d’ordinaire impassible, perdit également son calme. « Professeur, ce qu’il vient de faire… quel genre de technique de lance est-ce ? »

« Votre Altesse, je n’en suis pas sûr », lui répondit Muyi en secouant la tête.

Un silence absolu recouvrit le terrain de tournoi lorsque le dernier morceau de pierre acheva de rouler. Tout le monde était ébranlé par ce qu’il venait de se passer.

Mais un léger soupçon naquit dans le cœur des différents maîtres de la Maison Martiale, comme Ling Sen, Ta Ku et d’autres responsables plus âgés, en voyant cet amas de gravats. Quoique ce fût raisonnable, ou du moins logique, ils n’osèrent même pas l’envisager.

Ce mouvement, est-ce que ce pourrait-être…

Zhu Yan regarda l’amas de pierre de plus prêt. Resserrant la prise qu’il avait sur son épée avec sa main droite, ses phalanges commencèrent à devenir blanches.

« Le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ! Tu as réussi à apprendre le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ! »

Zhu Yan s’était spécialement rendu au dépôt de la Maison Martiale pour analyser les compétences martiales que Lin Ming avait choisies. Il comprenait désormais pourquoi Lin Ming était capable de le contenir, de le maîtriser. Ce dernier avait réussi à apprendre le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps !

Cela lui sembla dès lors évident, si Lin Ming avait été capable de parer l’épée de Zhang Cang à mains nues, c’était grâce à ce Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps.

Zhu Yan comprit également que c’était la vibration de véritable énergie qui était décrite dans cette compétence martiale. C’était ces vibrations qui avaient perturbé ses organes et modifié le rythme de sa circulation sanguine.

Comment Lin Ming était-il parvenu à l’apprendre ?

« Le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ? »

La plupart des personnes qui assistaient au combat furent étonnés. La plupart d’entre eux n’avaient jamais entendu parler de cette compétence. Et considérant son nom vulgaire, elle ne devait rien avoir d’exceptionnel ou de puissant.

En revanche, le nom du Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps frappa le cœur des disciples de la Maison Martiale des Sept véritables comme un tremblement de terre sauvage.

Avant que Lin Ming ne devienne populaire, presque personne n’avait entendu parler de cette compétence martiale incomplète. Néanmoins, après qu’il eût battu Zhang Cang et qu’il se fût hissé à la soixante-deuxième place de la Pierre du Classement, les méthodes d’entraînements et les compétences martiales qu’il avait choisies devinrent également populaires.

Les Fondements de la Lance et les Fondements des Déplacements avaient beau être soudainement devenues deux des méthodes d’entraînement les plus disputées, personne ne s’intéressa au Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps. Il n’était pas difficile de savoir quel était le problème de cette compétence martiale.

Compétence martiale du degré terrestre de grade bas. Contenu manquant à soixante-dix pour cent.

Face à ces deux caractéristiques, même les admirateurs les plus fanatiques de Lin Ming ne furent pas assez aveuglés ou stupides pour imaginer qu’il ait pu en faire quelque chose.

Le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps avait été classé en tant que manuel du degré terrestre de grade bas car il manquait la plus grande partie de la section introductive, pourtant essentielle. Par conséquent, l’aîné qui était chargé de la classer n’avait pas pu la juger convenablement ; en réalité, personne ne connaissait réellement sa vraie valeur.

La difficulté pour maîtriser une compétence martiale était proportionnelle à son niveau. Même complète, le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps aurait été incommensurablement plus difficile à apprendre que la Frappe de l’Etoile Effondrée ou l’Eternel Crépuscule Rayonnant de Zhu Yan. Sans une perception défiant la volonté céleste d’un incroyable génie, ce serait un rêve ridicule pour quiconque à la Transformation du Corps de vouloir apprendre une compétence martiale du degré terrestre !

Sans compter que celle-ci était incomplète.

Non seulement il en manquait des bouts, mais il n’y avait même pas le début en entier. Pour la plupart des compétences martiales, il était possible de pratiquer les premières sections sans avoir besoin de toutes les avoir.

Mais si le début faisait défaut, alors la compétence martiale n’avait aucune valeur. Sans quoi jamais la secte des Sept Profondes Vallées n’aurait placé la compétence martiale du degré terrestre de grade bas du Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps dans la pièce principale du dépôt de la Maison Martiale des Sept Véritables de la Ville du Grand Avenir ? Cet endroit n’était qu’une décharge pour les feuillets de jade dont ils n’avaient que faire.

Personne n’avait appuyé le choix de Lin Ming. Même ses admirateurs les plus aveugles étaient convaincus qu’il serait incapable d’en déchiffrer quoi que ce soit, et que méditer dessus était une perte de temps.

Mais pourtant, Lin Ming qui n’en était qu’à la troisième étape de la Transformation du Corps était parvenu à apprendre ce Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps, compétence martiale que même les mystérieux experts Xiantian des Sept Profondes Vallées n’étaient pas parvenus à déchiffrer.

Etait-il vraiment humain ?

Ce Lin Ming avait la perception la plus terrifiante que le Royaume du Grand Avenir, voir le Continent du Grand Dévers, ait jamais connue.

Cet homme était tout simplement la réincarnation d’un dieu céleste ou d’un funeste démon !

Il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’il ait tant progressé en seulement quelques mois. Avec une perception pareille, les autres “talents” n’étaient rien d’autres que des déchets.

Le Dixième Prince avait déjà été informé par ces subordonnés à propos de ce manuel du Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ; il n’avait pas besoin d’explications supplémentaires. Ses compétences dans les arts martiaux lui suffisaient pour comprendre ce que signifiait le fait d’être capable de maîtriser une telle compétence.

Il regarda Lin Ming sur la scène et son visage s’assombrit peu à peu, devenant de plus en plus sombre et effrayant.

Il ne s’imaginait pas avoir autant sous-estimé Lin Ming. En réalité, ce jeune homme était terrifiant !

Une prémonition naquit dans son cœur. S’il devenait ennemi avec Lin Ming et qu’il n’était pas capable de le détruire avant qu’il ne progresse davantage, alors ce dernier deviendrait la plus grande barrière dans sa quête du trône.

A ce point du combat, gagner ou perdre était devenu secondaire. Même si Lin Ming perdait cette bataille, sa réputation n’en serait pas moins retentissante.

La nouvelle allait se répandre à travers l’ensemble de la ville !

Le cœur des arts martiaux de Zhu Yan avait beau être ferme et solide, il avait perdu le courage de se battre face à Lin Ming, qui semblait être la réincarnation d’un être divin. Zhu Yan savait que même s’il gagnait aujourd’hui, il ne ferait que repousser l’échéance de sa chute de quelques mois.

Il s’était attiré les foudres d’un ennemi qu’il n’aurait jamais dû réveiller !

Tues le !!! Cette idée surgit soudainement dans son cœur.

Il devait se débarrasser de Lin Ming avant qu’il ne progresse. C’était la seule solution !

Cependant, il était presque impossible d’éliminer quelqu’un au sein de la Maison Martiale des Sept Véritables. Sans compter qu’une fois démasqué, son exécution servirait d’exemple, qu’importe son statut ; la Maison Martiale ne ferait preuve d’aucune clémence.

D’un autre côté, s’il tuait quelqu’un pendant un duel, même si c’était considéré comme une violation sérieuse et flagrante du règlement, ce n’était pas un crime passible de la peine capitale. Après tout, il pouvait bien arriver que certaines situations entraînent la mort dans un affrontement entre deux artistes martiaux du même niveau.