A+ a- Mode Nuit

Chapitre 421 : L’Interrogatoire

La prison n’avait guère changé depuis son arrivée il y a un an.

Son plan de développement des infrastructures n’incluait pas cet endroit, aussi, alors que toutes les maisons et les routes avaient été rénovées, cette prison souterraine gardait une affreuse odeur. Les murs de pierre étaient couverts de mousse et de l’eau boueuse dégoulinait le long des escaliers.

Mais à présent, les cellules étaient presque toutes désertes.  

Suite à l’expansion et au développement du territoire, toute personne désireuse de travailler pouvait trouver un emploi. Quant aux canailles qui refusaient de changer, Roland les envoyait à la mine où elles apprenaient la discipline.

Anna ayant détruit les cellules situées tout au fond de la prison et étant donné qu’il n’y avait aucune nécessité à les réparer, tout l’étage inférieur avait été fermé et laissé à l’abandon. Roland suivit Hache-de-Fer au troisième sous-sol et aperçut le Prêtre, seul prisonnier de tout l’étage.

Contrairement à l’idée que le Prince se faisait d’un interrogatoire, l’homme n’était pas suspendu à un support de torture ni n’avait été battu jusqu’au sang. Blotti dans un coin glacé de sa cellule, ses vêtements étaient intacts cependant il semblait complètement amorphe. Il était pâle, les yeux creusés et hagards.

– « Il va bien ? », demanda calmement Roland.

– « Ce n’est pas un problème, Votre Altesse », répondit Hache-de-Fer en s’inclinant. « Si vous avez des questions, vous pouvez les lui poser de suite. »

Le prince hocha la tête. Les méthodes d’interrogatoire du Peuple des Sables étaient peut-être spéciales, cependant, les détails ne l’intéressaient pas à partir du moment où Hache-de-Fer obtenait des résultats. Il s’éclaircit la gorge, s’assit sur le long banc de bois près de la cellule et demanda au Prêtre à travers les barreaux :

– « Comment vous appelez-vous ? »

– « Etes-vous Roland Wimbledon, quatrième Prince du royaume de Graycastle ? » L’expression de l’homme changea : « Regardez… regardez ce que vous avez fait! Vous avez libéré les pouvoirs des démons. »

– « Son Altesse vous demande votre nom », dit froidement Hache-de-Fer. « Si vous ne voulez pas subir le même châtiment que la nuit dernière, arrêtez vos simagrées! »

Le visage du Prêtre se figea. Après un bref moment de silence, baissant la tête, il répondit :

– « Mon… mon nom est Campas. »

– « J’ai appris que vous veniez de la Cité Sainte d’Hermès ? » Roland jeta un coup d’œil à l’homme : « Qui était la sorcière qui voyageait avec vous ? Venait-elle également de la Cité Sainte ? Quel rôle jouait-elle au sein de l’Eglise ? »

– « Son… » Campas hésita longuement avant de répondre : « Elle s’appelait Aurora. C’était une Purifiée au service de  Maître Tayfun. Elle n’a jamais eu de poste dans l’Eglise. »

– « Tayfun ? »

Le prince réfléchit un moment : ce nom lui était familier.

– « Il est l’un des trois Archevêques de la Cité Sainte et le responsable des affaires extérieures de l’Église. C’est le personnage le plus important après le Souverain Pontife », expliqua le Prêtre.

Roland se rappela soudain l’avoir déjà rencontré lors d’une cérémonie à la Cité du Roi. Ce jour-là, Wimbledon III avait organisé une grande célébration pour la majorité de Tilly et l’Evêque Tayfun y avait été envoyé pour représenter l’Eglise. Dans ses souvenirs, c’était un vieil homme bienveillant au sourire attentionné et indulgent. Jamais il n’aurait pu imaginer un seul instant que ce vieillard était lié au mal.

– « Qu’est-ce qu’une Purifiée ? »

Une fois de plus, Campas hésita mais sitôt que Hache-de-Fer eût renouvelé sa mise en garde, il répondit à contrecœur :

– « Ce sont des sorcières qui ont été formées par l’Eglise. Comme elles sont gérées par le Pape et les Évêques, je ne sais pas grand-chose à leur sujet. »

Roland se gratta l’oreille pour demander confirmation de ses dires à Rossignol : l’homme ne mentait pas.

– « Combien de personnes sont au courant du fait que l’Eglise dissimule des sorcières ? »

Le prêtre secoua la tête :

– « Maître Tayfun ne m’en a informé qu’il y a deux ans. Mais comme il m’a ordonné de ne pas en parler aux autres croyants… je ne sais pas exactement. »  

« C’est évident. L’Église étant très discrète au sujet de la formation des Purifiées », pensa Roland. « C’est plutôt une bonne nouvelle. »

Cela confirmait ses soupçons et lui donnait un autre élément de preuve à l’encontre de l’Eglise : si les croyants venaient à découvrir que leurs sermons étaient faux et que l’Église formait à leur insu celles qu’on leur avait présentées comme étant des servantes du Diable, comment réagiraient-ils ?

– « Dans quel but vouliez-vous piéger le Seigneur de la Crête du Dragon déchu ? Pourquoi la ramener à Hermès ? »

– « Je l’ignore. J’avais pour seule mission de surveiller Aurora. Elle seule en connaissait la raison. Mais les plans ont été changés lorsqu’Aurora a découvert que le Seigneur en question était une sorcière. Le nouveau Pape nous a ordonné d’emmener toutes sorcières capturées à la Cité Sainte pour y être purifiées. »

– « Purifiées ? » Marmonna Roland. « Le croyez-vous réellement ? Si les Purifiées étaient sans péché, pourquoi l’Eglise garderait-elle leur existence secrète ? »

– « Parce que… parce que certains croyants ne sont pas assez dévoués. Pour le moment, c’est le seul moyen de… » Sa voix s’évanouit et il se tut.

Le prince ricana :

– « Où aviez-vous l’intention de vous rendre en quittant la Crête du Dragon Déchu ? »

– « A Redwater City. »

– « Et ensuite ? »

– « Au Château Imprenable. »

– « Nulle part ailleurs ? »

– « Non, uniquement ces trois villes », répondit avec hésitation le Prêtre qui, depuis qu’il avait divulgué les informations concernant les Purifiées, avait renoncé à toute résistance.  « Tant que Maître Tayfun ne nous demandait pas de rentrer, nous comptions rester au Château Imprenable en attendant les ordres. »

Sa réponse correspondait à la lettre trouvée sur le corps de la sorcière.

– « Pourquoi ces trois villes ? »

Campas secoua la tête.

Apparemment, il ne savait pas grand-chose étant donné qu’aux yeux de l’Eglise, ce prêtre était uniquement chargé de surveiller la Purifiée.

Roland se caressa le menton : « La Crête du Dragon Déchu se trouve dans le Territoire du Sud, Redwater est au centre et le Château Imprenable est situé entre les Territoires du Nord et de l’Ouest, ils n’ont rien en commun et ne constituent pas des lieux de passage importants. Si l’Eglise voulait renverser le Royaume de Graycastle, ils ne commenceraient certainement pas par ces villes. »

S’il existait un lien entre ces villes, ce serait qu’elles étaient toutes situées aux frontières du Territoire de l’Ouest.

Une idée lui traversa l’esprit : « et si c’était moi que visait la délégation ? »

L’interrogatoire se poursuivit jusqu’au soir. Roland récapitula les informations qu’il avait recueillies et se leva. Sur le point de partir, il remarqua que le Prêtre, assis contre le mur, immobile comme un cadavre, n’implorait pas sa miséricorde ni n’explosait en insultes, ce qui le surprit beaucoup.  

– « Vous ne me demandez pas ce que je compte faire de vous ? »

– « Vous m’avez torturé en me contraignant à tout vous avouer… Dieu m’est témoin », répondit Campas en fermant les yeux.  « C’est Dieu qui sera mon dernier juge, pas vous. Aussi, ce que vous comptez me faire m’importe peu. »

– « Votre Altesse, laissez-le-moi encore une nuit », dit Hache-de-Fer. « Je saurai lui faire changer d’attitude. »

– « Inutile, cela suffit. » Le Prêtre ayant déjà tout avoué, Roland n’avait aucun intérêt à le torturer davantage. « Il sera jugé en effet, non par Dieu… mais par le peuple. »