A+ a- Mode Nuit

Chapitre 355 : Miracles

Toutes les personnes présentes la regardèrent, abasourdies.

Après un long silence, le Prince s’éclaircit la gorge et demanda :

– « Cette Brume Rouge n’est-elle pas extrêmement toxique ? Nous n’avons aucun moyen de nous en approcher, n’est-ce pas ? »

– « Selon les études de la Société de Recherches, les humains normaux, les plantes et les animaux peuvent survivre sous le brouillard rouge. Par ailleurs, le feu peut accélérer sa dispersion », répondit Ayesha.

« N’est-ce pas vous qui avez dit que les gens normaux pouvaient combattre les Diables ? Eh bien, prouvez-le-moi! Les sorcières volantes peuvent attirer les hybrides », dit-elle en désignant Tilly. « Les autres attendront que nous ayons réveillé les Diables pour les conduire  dans un piège. Si ce que vous avez dit est vrai, prendre cette forteresse devrait être du gâteau. »

Roland eut un petit rire :

– « J’ai oublié de préciser que nous avons fait ce voyage d’investigation en ballon et non pas, comme vous le supposiez, sur le dos des sorcières volantes. Notre dispositif ne peut emporter qu’une douzaine de personnes, je crains que nous n’ayons pas la possibilité d’emmener une troupe entière de soldats. De plus… » Il marque une pause : « Ce plan que vous avez imaginé est risqué. Nous n’avons aucune idée du nombre de démons qui se cachent là-bas. Le combat rapproché causera nécessairement des pertes, quant au fait d’attirer les démons ailés, c’est extrêmement dangereux. Je refuse de faire courir de tels risques à mon peuple. »

« Comment quelqu’un pourrait-il avoir un plan infaillible pour combattre ces Diables ? » fulminait Ayesha. « À chaque fois que la Sainte Armée a mobilisé ses gens par le passé, tout le monde s’attendait à une bataille à mort. Comme je le pensais, cet homme n’a pas les pieds sur terre! Pour atteindre le but final, il est normal d’essuyer des pertes. Seule une recrue qui n’aurait jamais connu la cruelle réalité de la guerre se soucierait à ce point de la vie  de chaque individu. »

Bien qu’extrêmement déçue, elle réussit à contrôler ses émotions et à dissimuler ses doutes. « Cet après-midi, lorsque j’aurai assisté à la présentation de cette fameuse nouvelle arme, tout sera plus clair. »

Mais dans l’immédiat, Ayesha n’avait plus guère d’espoirs. 

Ce Prince ne s’était jamais battu que sur le papier, ces sorcières n’avaient que des capacités de soutien et à part eux, il n’y avait que des mortels ordinaires, fragiles et inutiles. Même s’ils possédaient la plus puissante des armes, que pourraient-ils faire ?

Peut-être que depuis l’effondrement de l’Union, l’humanité était déjà vouée à la destruction.

Roland prit un nouveau morceau de papier, leva sa plume et demanda :

– « Vous parlez souvent de la Guerre de la Volonté Divine, pourquoi l’appelez-vous ainsi ? N’est-ce pas simplement une guerre destinée à repousser l’invasion des Diables ? »

– « C’est ce que tout le monde a dit. Les livres d’histoire n’ont jamais mentionné comment cette guerre avait commencé », répondit Ayesha d’un ton découragé. « Il n’est pas faux de dire que le but de cette bataille était de repousser l’invasion des Diables.  Ceux-ci sont arrivés dans la Région de l’Aube par les portes de pierre… »

– « Quelles portes de pierre ? » L’interrompit brusquement Sophia.

– « Les Portes de l’Enfer qui sont sorties de terre », expliqua Ayesha en soupirant. « À la veille de la Lune Sanglante, les Portes de l’Enfer s’ouvriront et le monde tel que nous le connaissons sera englouti ». C’est ce qui est écrit dans les livres d’histoire. Ces maudites portes n’apparaissent que toutes les quelques centaines d’années. Ils les ont utilisées pour se rendre dans la Région de l’Aube et tenter de tous nous assassiner. »

– « Si je comprends bien, la  fréquence de leurs invasions est  également liée à ce phénomène ? »

– « Comme ils avaient besoin de la brume rouge pour survivre, leur capacité à s’éloigner de la zone de brouillard dépendait de leurs réservoirs portatifs : des poches de cuir, des conteneurs en métal et des outres en peau de bêtes démoniaques. » C’est aussi la raison pour laquelle nous avons eu les seconde et troisième Batailles de la Divine Volonté. Ce n’est que lorsque les portes sont apparues que les Diables ont pu construire leurs Obélisques générateurs de brouillard. En général, ils sont plus hauts que les montagnes et ont une large zone de diffusion. Un seul d’entre eux suffit à couvrir entièrement les Plaines Fertiles », expliqua-t-elle calmement.

« Si une autre guerre venait à éclater, les Diables construiraient un Obélisque au milieu des plaines pour leur servir de base. Ceci fait, ils lanceraient leurs attaques depuis les forteresses qu’ils auraient édifiées à la limite de la zone de brouillard. Je crains fort que l’humanité n’ait plus d’endroit où s’enfuir. »

– « Si ce jour vient, nous n’aurons qu’à tous fuir vers les Fjords pour échapper à la tempête », dit Tilly en haussant les épaules.

– « Vous voulez parler de ces quelques îles qui se trouvent au plein milieu de la Mer Tourbillonnante ? Combien de personnes  pourraient tenir dans un petit pays comme celui-ci ? Ce n’est qu’un lieu de désespoir où les gens n’ont rien d’autre à attendre que la mort », rétorqua Ayesha.

– « Un peu de courage! Au moins, nous avons maintenant une idée claire des Diables auxquels nous sommes confrontés », dit le Prince. « Lorsque la prochaine Bataille de la Volonté Divine commencera, nous serons préparés. Laissons cela pour le moment, nous en reparlerons après le déjeuner. »

Ayesha termina son somptueux repas et suivit Wendy dans sa chambre.

La vie dans ces terres sauvages était beaucoup plus… luxueuse qu’elle ne l’imaginait. La variété et le goût étaient de loin supérieurs à ceux qu’elle avait connus jusqu’ici lors des fêtes.  Elle se dit que c’était peut-être dû au fait qu’elle était née à l’époque de la guerre. En ces jours, que ce soit dans sa propre tour ou à la forteresse de l’Union, la nourriture consistait uniquement en pain, soupe de légumes et viande séchée. Mais ici, le sel, le beurre et le miel abondaient, de même que ces délicieuses épices qu’elle ne reconnaissait pas. Bien qu’elle ne voulût pas ternir son image, la sorcière n’avait pu s’empêcher de dévorer une assiette entière de champignons frits ainsi que deux énormes morceaux de steak laqués de miel.

Cependant, plus elle mangeait, plus elle était en colère. Elle se haïssait pour avoir succombé à la tentation devant cette nourriture délicieuse car elle faisait honte à Taquila et détestait le Prince, si peu perspicace qu’il perdait son temps à savourer des mets délicats alors que l’humanité courrait à sa perte!

À cette pensée elle ne put s’empêcher de durcir le ton :

– « Je connais à présent les différentes salles du château. Il n’est plus nécessaire que vous vous donniez la peine de me raccompagner. »

– « Cela ne m’ennuie pas du tout, je suis ravie de le faire… » Répondit Wendy en souriant. « De plus, si avez envie de discuter de quoi que soit, je suis là. Le fait de garder vos sentiments pour vous ne fera que les envenimer. »

– « N’a-t-il pas dit qu’il allait nous montrer les nouvelles armes cet après-midi ? Pourquoi est-il parti tout seul après le déjeuner ? »

– « Vous parlez de Roland ? …Il est probablement allé faire sa sieste », murmura Wendy en se couvrant la bouche. « Son Altesse a l’habitude de dormir au moins une heure après le déjeuner. Il répète toujours que le corps est à la base de tout effort : s’il ne se reposait pas suffisamment, il ne pourrait jamais remplir tous les devoirs qu’exige sa position de Seigneur. »

« Une sieste dans l’après-midi! Qu’est-ce que c’est que cette coutume ? Une nuit entière ne lui suffit-elle pas ? » se demanda Ayesha, en colère.  « Ce n’est qu’un paresseux qui se cherche des excuses et vous, vous croyez tout ce qu’il dit! »

Elle respira profondément :

– « Que vous soyez des sorcières normales ou ayant vécu le Grand Éveil… pourquoi avez-vous une si grande confiance en lui ? Est-ce simplement parce qu’il vous a offert un havre de paix ? Croyez-vous réellement qu’il peut vaincre les Diables ? À moins que ce ne soit pour vaincre l’Église qui vous a toutes opprimées ? »

– « Je ne peux pas parler pour mes sœurs », répondit doucement Wendy, « mais pour ma part,  je crois en lui parce que Son Altesse est capable de faire les choses que personne d’autre n’aurait pu imaginer, ou même osé imaginer. Cet homme a fait d’innombrables miracles. »

– « Des …miracles ? »

– « Alors que, partout, les sorcières étaient chassées et mises à mort, il a sauvé l’Association. Alors que tout le monde nous voyait comme des démons, il a créé un endroit où nous pouvions coexister en harmonie. En un an seulement, Son Altesse est parvenu à transformer une armée de paysans pour repousser les bêtes démoniaques et vaincre le duc Ryan dont le territoire était beaucoup plus vaste que le sien. Même la furieuse armée envoyée par la capitale n’a pu franchir d’un pas notre frontière. »

– « ce ne sont là que des combats entre mortels. Ils n’ont rien à voir avec une guerre contre l’Armée du Châtiment Divin et les Diables », répondit Ayesha en secouant la tête.  

– « Ce n’est pas tout », poursuivit Wendy. « Ses enseignements et ses théories ont permis à quatre de nos sœurs d’évoluer et de créer des armes sans cesse plus puissantes grâce auxquelles des Chevaliers ou même de simples personnes peuvent vaincre des Extraordinaires. J’ai été personnellement témoin de ces miracles. Ce ne sont pas simplement des ragots provenant des tavernes ni des descriptions pompeuses lues dans des documents historiques. Cela s’est produit sous mes yeux. »

« Un jour, il deviendra le roi de Graycastle et grâce à lui, nous triompherons de tous nos ennemis », conclut-elle, les yeux brillants de joie et la voix remplie de confiance.

« J’en suis certaine. »