A+ a- Mode Nuit

Chapitre 208 : Quelle idiote je suis!

Lily enroula ses cheveux mouillés dans une serviette et retourna dans sa chambre.

Bien qu’elle ait accusé le Prince de rechercher excessivement le plaisir, elle devait admettre que cette salle de bains était quelque chose de formidable! Lorsqu’elle était debout sous la douche, appréciant l’eau glacée du puits qui ruisselait sur son corps et la rafraîchissait des effets du soleil brûlant, la jeune fille avait l’impression de renaître après une journée bien remplie.

Lily se sentait insouciante après avoir pris une bonne douche, et eut un peu mauvaise conscience. Toute la journée, sans retenue, elle n’avait cessé de tenir des propos acerbes, et se demandait à présent si elle devait ou non aller voir Son Altesse pour s’excuser.

– « Traîtresse! »

– « Pardon ? » s’exclama Lily en relevant ses cheveux plaqués sur son front.

– « Il est évident que vous ne croyez pas à la théorie des boules, mais pourtant vous êtes la première à faire évoluer votre capacités », dit Lune Mystérieuse, qui, agenouillée sur le lit, se dressait en pointant du doigt la jeune fille : « Vous êtes une sacrée menteuse! »

Lily roula de grands yeux :

– « Je ne peux pas croire que tout est formé de petites boules… comment cela serait-il possible ? »

– « Pourtant, la sœur Rossignol a dit que votre magie s’était condensée. »

– « Cela n’a rien à voir avec ces boules », répondit-elle en haussant les épaules.

La jeune fille grimpa sur le lit et saisit la main de Lune Mystérieuse : « Son Altesse Royale a affirmé que pour faire évoluer votre magie, il vous suffisait d’accepter la théorie des boules. Mais si vous êtes capable de comprendre en profondeur comment fonctionne votre magie, il est possible qu’un changement fondamental se produise en elle. »

– « Vraiment ? » demanda Lune Mystérieuse avec une moue dubitative.

– « C’est en tout cas ce qu’il a dit. »

Lune Mystérieuse n’avait jamais vraiment été prise au sérieux au sein de l’association de Coopération des Sorcières. Lily était d’avis que cela expliquait son manque permanent de confiance en elle.

« Au contraire, elles m’ont toujours considérée. En période de pénurie alimentaire, une personne dont la capacité est de préserver les aliments est très importante. Mais aujourd’hui, je comprends ce que vous avez pu ressentir car depuis que nous sommes arrivées à Border Town, ma capacité est aussi inutile qu’une carcasse de poulet. »

Elle n’avait eu de cesse de craindre d’être expulsée de la ville. Cependant, la réalité s’était avérée différente. Bien que le Prince ne lui ait jamais assigné de tâche supplémentaire, il se comportait avec elle comme avec toutes les autres sorcières.

Peut-être était-ce aussi la raison pour laquelle Lune Mystérieuse avait changé. D’un sentiment d’infériorité, elle était devenue de plus en plus hardie. Si elle était aussi recroquevillée sur elle-même, c’était au moins pour cinquante pour cent dû au fait que Cara ne lui avait jamais accordé d’attention, allant même jusqu’à l’empêcher d’utiliser ses capacités au sein du camp.

– « Comment… » Lune Mystérieuse fronça les sourcils, « Comment pourrais-je un jour être en mesure de comprendre ma capacité ? Son Altesse affirme que les champs magnétiques sont invisibles. Quant au microscope, il ne m’est d’aucune aide. »

– « Ce n’est pas à moi qu’il faut poser la question » répondit Lily en baillant, «  Je ne comprends même pas la mienne. Je sais seulement à quoi ressemble ma capacité, mais tout ce que Son Altesse Royale me raconte à propos de cellules, bactéries, champignons… Je n’y comprends rien. Il a dit qu’il écrirait un manuel pour moi », confessa-t-elle, impuissante, « Mais par pitié, je ne sais même pas lire! »

– « Moi aussi je voudrais devenir plus puissante », répondit Lune Mystérieuse en roulant sur le lit, « Je voudrais être plus utile à Son Altesse Royale! »

Lily soupira. Elle pensait : « Vous êtes manifestement plus âgée que moi mais voilà que vous vous comportez comme une enfant… »

– «  Peut-être devriez-vous demander conseil à sœur Anna. »

– « À sœur Anna ? »

La jeune femme cessa soudain de faire des roulades sur le lit.

– « Bien sûr! Puisque vous craignez de faire perdre la moindre seconde de temps à Son Altesse, la meilleure des choses que vous puissiez faire serait de la consulter », répondit Lily. « Outre le Prince, elle est la mieux placée de toute la ville pour vous renseigner. »

– « Mais Anna est très occupée elle aussi! J’ai entendu dire qu’elle était chargée de la fabrication de toutes les machines de la ville », dit Lune Mystérieuse avec hésitation.

– « Dans ce cas, allez la voir durant son temps libre, après le dîner par exemple. Proposez-lui de l’aider à chauffer l’eau pour le bain, ou tout simplement suggérez-lui de prendre un bain, vous aurez ainsi tout le temps pour lui poser vos questions, » suggéra la jeune fille.

– « Ce que vous dites… semble être tout à fait sensé », répondit Lune Mystérieuse dont le regard venait de s’éclairer.

– « Alors dormons un peu, demain matin, nous nous levons de bonne heure », répondit Lily. Elle défit la serviette qui enveloppait ses cheveux et balaya d’un geste de la main les mèches qui retombaient sur son visage. La jeune fille posa la tête sur l’oreiller :

« Je vous laisse souffler la bougie. »

– « Entendu. »

Lune Mystérieuse rampa jusqu’au bout du lit et s’exécuta : « Bonne nuit. »

Le jour suivant, au lieu de se rendre comme d’habitude à la cuisine ou à l’entrepôt pour s’entraîner, Lily alla s’assoir devant la table et entreprit d’apprendre à utiliser le microscope.

Son Altesse lui avait confié une nouvelle tâche. Avant l’arrivée du manuel, elle devrait se familiariser pleinement avec les genres et les formes des différents types de cellules et de champignons, puis consigner leurs disparités. Peu importait qu’elle ne sache pas écrire, il lui suffirait de les dessiner.

D’après ce qu’avait dit Son Altesse Royale, Anna, de son côté, tentait d’augmenter le pouvoir grossissant du microscope. Si elle parvenait à obtenir un effet de grossissement de 400 fois, la jeune fille pourrait alors voir jusqu’aux bactéries et aux plus petits des micro-organismes.

À l’avenir, sa pratique ne serait plus limitée à la conservation des aliments. Mais pour essayer de diversifier la structure des mères et de leurs répliques, Lily avait eu quelques difficultés à comprendre. Heureusement, Son Altesse lui avait fait quelques suggestions sur la manière de pratiquer. Elle pouvait par exemple leur commander d’imiter l’apparence d’une cellule particulière ou utiliser sa conscience pour détruire ou améliorer les cellules. Bien sûr, cela ne serait possible que si elle distinguait parfaitement toutes les formes de vie microscopiques. Lily n’était pas certaine d’y parvenir, mais elle devait au moins essayer.

De plus, explorer ce monde inconnu était en soi passionnant.

Elle y travailla jusqu’au soir. C’est alors que Lune Mystérieuse revint, l’air découragée.

– « Que s’est-il passé ? » Demanda Lily, intriguée. « Qu’a dit Anna ? »

– « Une tonne de choses », répondit Lune Mystérieuse en se jetant sur le lit, « mais je n’en ai pas compris un traitre mot. Elle m’a expliqué que le champ magnétique était partout et que si la boussole pouvait indiquer la direction, c’est parce que nous nous trouvions dedans. Cela signifie-t-il que ma capacité n’est d’aucune utilité ? Je ne vous parle même pas du principe du champ magnétique et de l’interdépendance entre les boules chargées et les forces magnétiques, du fait que le champ magnétique peut produire de l’électricité… est-ce que cela  signifie que si je ne comprends pas la théorie des boules, je ne pourrai jamais progresser ? »

Elle marmonna doucement : « Dites-moi, suis-je trop stupide ? »

– « Un peu »,  répondit Lily sans ménagement.

– « Traîtresse! »

Wendy était ravie qu’une autre sœur de l’Association ait acquis une nouvelle capacité.

L’évolution des pouvoirs de Lily ayant suscité l’enthousiasme chez les sorcières, plusieurs d’entre elles restèrent un peu après la fin du cours pour harceler Scroll de questions. Même Maggie, qui depuis qu’elle avait appris qu’elle pouvait développer sa capacité, se tenait perchée sur le lustre et écoutait attentivement.

Seule, l’une d’entre elles faisait exception.

En se rendant au fond de la pièce, les ײThéories Fondamentales des Sciences Naturellesײ sous le bras, elle aperçut Rossignol qui, affalée sur la table, était visiblement préoccupée par un tout autre sujet. 

Quoique cela puisse être, Wendy savait pertinemment que cela n’avait rien à voir avec le cours.

– « Que faites-vous ? », demanda-t-elle.

– « Je distribue du poisson, vous en voulez un ? » répondit Rossignol la bouche pleine. « Je viens juste d’aller les chercher à la cuisine. »

– « Autant ? », s’exclama Wendy, surprise de voir la table couverte de poisson séché brun-doré. Une délicieuse odeur de miel assaillit ses narines.

– « Le chef s’est aperçu que je venais tous les jours, aussi a-t-il fait cuire tout ce qui restait de poisson. Ces aliments se conservent longtemps », répondit la jeune femme.

Elle prit un petit sac qu’elle se mit à remplir de poisson. Il y en avait déjà cinq ou six posés sur la table, tous bien rembourrés. 

Soudain, Wendy comprit : Rossignol préparait des rations.

L’Association de Coopération des Sorcières devait en permanence se tenir prête à quitter la ville, aussi les sorcières prenaient soin d’avoir toujours suffisamment de rations à se partager. Elles les emportaient dans ces sacs. En cours de route, quelle que puisse être leur faim, elles ne s’autorisaient que la ration prévue afin d’éviter de manquer de nourriture. Mais depuis leur arrivée à Border Town, étant donné qu’elles jouissaient de repas réguliers et d’une collation l’après-midi, les sœurs avaient toutes laissé de côté cette pratique.

Mais concernant Rossignol, il était plus approprié de dire qu’elle préparait des collations.

– « Vous n’étudiez pas le livre ? »

– « À quoi bon ? De toute façon, je n’y comprendrais pas grand-chose. Rien que d’entendre exposer ces théories et théorèmes, j’en ai le vertige! » Rossignol avala et ajouta en riant : « De plus, ma capacité me suffit. Peu m’importe si je ne l’améliore pas. »

Alors c’était ça!

« Comparée à ce qu’elle était, Rossignol a maintenant les yeux qui brillent. Je n’y vois nulle trace de réticence ou d’hésitation, seulement son incroyable nature. Les gens qui se sentent perdus n’auraient jamais une telle expression », pensa Wendy, « Rossignol a certainement trouvé sa raison de vivre. 

À chaque fois qu’elle a pris une décision, son côté résolu, qui lui vient de ses racines nobles, refait surface. C’était le cas lorsqu’elle a dû affronter Cara. »

Cependant, Wendy s’abstint de lui poser la question, et était certaine qu’un jour, elle aurait la réponse.