A+ a- Mode Nuit

Chapitre 70-L’Enquête

Xiao Yan avait trouvé une bonne excuse pour laisser Xun Er et se glisser furtivement hors du clan. Après une courte pause pour réfléchir, il décida de se rendre dans le petit marché du Clan Jia Lie le plus proche.

Bien qu’il se moquât bien de la contrariété des Aînés, il espérait, dans la limite de ses capacités, aider son père. Pour cela, il devait savoir par où commencer, donc, Xiao Yan devait d’abord enquêter sur les marchés du Clan Jia Lie.

Cette petite place de marché qui appartenait au Clan Jia Lie était située dans une zone un peu reculée et donc jouissait généralement d’une faible affluence. Cependant, lorsque Xiao Yan y pénétra, il fût aussitôt submergé par la foule et la clameur assourdissante.

Dans l’allée principale, les gens se précipitaient. Des hommes au physique vigoureux criaient en se frayant désespérément un chemin à travers la foule. Une légère odeur de sang laissait à penser qu’ils étaient sans doute de féroces mercenaires. Comme ils fréquentaient souvent la mort, ils étaient très attachés aux remèdes guérisseurs. En s’aventurant souvent dans des terres dangereuses, une médication guérissante pouvait leur racheter leur salut ou la vie d’un de leur camarade. Debout à l’entrée du marché, Xiao Yan vit quelques mercenaires se frayer un chemin pour sortir avec dans les mains de petites caisses en bois.

« Elles doivent contenir ce fameux Retour du Printemps ? » Chuchotant doucement, Xiao Yan s’aventura dans l’allée principale en utilisant toutes ses forces pour s’y frayer un chemin. A un étal qui vendait le Retour du Printemps, il dépensa une centaine de pièces d’or pour acheter une boîte.

Alors qu’il tentait une nouvelle fois d’avancer pour sortir de la foule, Xiao Yan laissa échapper un soupir de soulagement. En revoyant les visages fiers et impatients des vendeurs du remède, il ne pouvait s’empêcher intérieurement de rire avec amèrtume : ces chiens usaient de la situation et de leur position pour intimider les autres.

Quittant le marché avec le remède, Xiao Yan souleva le couvercle du boîtier. Il contenait dix petites bouteilles faites d’une matière brute, probablement la plus basse qualité de pierre de jade. Il était clairement impossible de maintenir l’efficacité de quelque médicament que ce soit avec ce type de matériel.

Un liquide à peine verdoyant d’une odeur de médicament extrêmement faible se trouvait à l’intérieur.

« Maître, peut-on sérieusement appeler cela un remède ? » Un peu étonné par l’aspect dilué du soi-disant remède, Xiao Yan demanda discrètement.

« Oui, on peut qualifier ça de médecine curative de la plus basse catégorie avec quelques effets de guérison. Ce genre de médecine curative simple n’est pas difficile à produire, et en raison de sa banalité, il ne peut être vendu qu’à bas prix. C’est pourquoi seuls quelques alchimistes de premier niveau se donnent la peine d’en fabriquer. »

« Il est en effet très bon marché, une centaine de pièces d’or pour dix bouteilles, à peine dix pièces par bouteille. Pour un alchimiste, c’est vraiment honteux. » Xiao Yan hocha légèrement la tête, il hésita un moment avant de demander:

« Maître, avez-vous des remèdes un peu au-dessus de celui-ci ? »

« Beaucoup, mais ces potions sont trop basiques, je les fabrique rarement. » Yao Lao marqua une pause avant de parler à nouveau :

« Tu veux en produire pour le Clan Xiao ? Ça tombe bien puisque tu es maintenant Dou Zhe, il est temps que tu t’essayes à raffiner des remèdes. »

« Oh ? Je dois raffiner moi-même ? » Xiao Yan était un peu étonné des paroles de Yao Lao.

« Ah parce que tu t’attends peut-être à ce que je me charge personnellement de ses tâches subalternes ? »

La rétorque de Yao Lao fût aussitôt suivie de ses instructions :

« D’abord, rends-toi à l’Hôtel des Ventes pour trouver un chaudron de médecine d’assez bonne qualité. Ensuite, achètes un grand lot d’ingrédients de base de médecine. Aux premiers stades, un alchimiste débutant dépend de la production de pilules en grand nombre pour acquérir de l’expérience. »

Xiao Yan léchait ses lèvres, impatient. Il jeta la caisse dans un fossé au bord de la route et courut rapidement en direction de la Maison des Ventes Premier. Juste avant d’arriver à l’Hôtel des ventes, Xiao Yan, une fois de plus endossa dans un coin caché le manteau noir avant de prendre son temps pour s’approcher lentement du bâtiment.

Tout le personnel de la Maison Premier connaissait déjà l’habillement de Xiao Yan. Ainsi, lorsqu’ils virent de loin la silhouette au manteau noir s’avancer, l’un d’entre eux se précipita à l’intérieur pour en informer Ya Fei et Gu Ni.

En entendant l’annonce de leurs subordonnés, ces derniers arrêtèrent simultanément leurs travaux en cours et se présentèrent à l’entrée principale. Le sourire aux lèvres, ils conduisirent Xiao Yan dans la pièce de réception.

« Je vous rends visite aujourd’hui pour vous demander votre aide pour me procurer un chaudron de qualité. »

La vieille voix retentit de sous la robe noire. Puis, de ses deux mains, il porta la tasse de thé à sa bouche pour en prendre une gorgée.

Connaissant la stature du vieil homme, Ya Fei n’était pas surprise de sa demande. Souriante et acquiesçant de la tête, elle fit signe d’appeler une servante. Ya Fei prit le soin de donner quelques instructions à la jeune fille avant d’agiter la main pour l’envoyer réaliser sa tâche.

« Haha, cher monsieur, vous êtes venu à un moment si opportun, justement ce matin, la Maison a reçu un chaudron médical raffiné par des Flammes Ardentes. Ce chaudron a été créé par le célèbre forgeron de l’Empire Jia Ma, le Maître He Er. Il est non seulement capable d’amplifier la Flamme de Dou Qi, mais également, grâce aux métaux rares dont il est fabriqué, il permet d’augmenter les chances de succès du raffinage des solutions médicinales. Récemment, ce type de chaudron est très appréciés par les alchimistes de l’Empire Jia Ma. » Expliqua Ya Fei en souriant le regard envoûtant.

« Hmm. » La vieille voix exprimait une certaine satisfaction, puis avec un soupçon d’hésitation ajouta :

« Vous serait-il possible de préparer également une Bague de Stockage de bas niveau avec 500 tiges d’Herbe de Caillot de Sang, 600 Fleurs de Croissance d’Os, 500 Fleurs de Pavot et 500 Fruits Vivifiants… »

Entendant la demande de l’homme en noir, les sourcils de Gu Ni sursautèrent. Un anneau de stockage d’entrée de gamme coûtait à lui seul 70 à 80 000. Quant aux autres ingrédients, même s’ils n’étaient pas rares, la quantité requise nécessiterait pas moins de 100 000 pièces d’or. Enfin, si le chaudron médical mentionné par Ya Fei était mis aux enchères, il atteindrait un montant aux alentours de 150 000. Une fois tout cela additionné, Il s’agissait d’un budget de pas moins de 300 000 pièces d’or.

Ya Fei était elle aussi stupéfaite par la demande. La Maison de Vente aux Enchères ne lui appartenait pas et elle devait déclarer la plupart des profits et des transactions. L’utilisation à titre privé de tel fonds était impossible, elle serait forcément découverte par ses supérieurs.

En mordant doucement ses lèvres rouges, la jeune femme prit le temps de réfléchir à tous les avantages qu’un alchimiste de quatrième niveau pouvait lui apporter… Ya Fei afficha alors un sourire décontracté et dit :

« Cher Aîné, tout sera préparé d’ici une heure. »

« Haha ! bon… » Pour la première fois face à Ya Fei, le ton habituellement froid de Yao Lao était remplacé par un rire joyeux.

Une main sortit de dessous la robe noire pour tendre une carte de jade bleue et la placer sur la table. Yao Lao toujours jovial déclara :

« Je ne suis pas certain que cet argent suffise pour ces achats… mais, cependant vous pouvez ajouter un autre ensemble de matériel de production de Pilule de Concentration du Qi. »

Aussitôt après, le teint du visage de Gu Ni changea. Un autre ensemble de matériaux pour une Pilule de Concentration du Qi ? Cela signifiait 50 000 pièces d’or supplémentaires ?

Les lèvres roses légèrement entre-ouvertes, Ya Fei était elle aussi irritée. Car même s’il s’agissait d’un Alchimiste de quatrième niveau, c’était beaucoup trop demander.

Malgré sa colère, Ya Fei contenait son ressenti dans son cœur, ne laissant rien transparaître sur son joli visage. Elle maintenait au contraire son attitude joviale et souriante. En réfléchissant un instant, elle riait en elle-même avec amertume. Puis en se disant que des sacrifices étaient parfois nécessaires pour récolter de plus grand bien, elle n’eût d’autre choix que d’acquiescer de la tête.

« Haha, on dirait bien que vous m’avez tous deux mal compris. Cet ensemble d’ingrédients n’est pas pour moi, je pensais seulement à participer en raffinant pour vous une Pilule de Concentration du Qi. Vous laisser encaisser seuls le coût des matériaux ne serait pas correct » La vieille voix a riait froidement.

Ya Fei resta quelque peu étourdie un court instant. Le visage toujours charmant, elle reprit peu à peu ses esprits, puis un sentiment de joie envahit soudain son cœur. Peu de temps après, elle parvint finalement à réprimer son visage rougi et se calma. Avec un regard lancé vers le redevenu souriant Gu Ni et un soupçon restant de nervosité, elle dit doucement :

« Alors dans ce cas je devrai vous remercier, Monsieur. »