fbpx
A+ a- Mode Nuit

Chapitre 1006 : Un « film magique »

À la surprise de Loélia, le chef ne la reçut pas dans son bureau.

Wendy la conduisit dans le petit salon où se trouvait aussi une femme qu’elle ne connaissait pas. Curieuse, elle l’observa et vit que celle-ci la dévisageait avec un regard perçant qui la mettait à mal à l’aise. On aurait dit qu’elle pouvait lire dans ses pensées.

– « Ah, vous voilà », dit Roland, comme toujours décontracté. « J’ai une nouvelle mission à vous confier. Asseyez, vous, je vous prie. »

– « Bien, Majesté », répondit Loélia. Depuis six mois qu’elle vivait à la Cité Sans Hiver, elle avait eu tout le loisir de s’apercevoir que le chef ne prenait guère les convenances au sérieux. Elle leva sa queue de loup et prit place face à la femme : « Cependant, je voudrais vous informer de quelque chose au sujet de la Région de l’Extrême Sud. »  

– « Vraiment ? C’est intéressant », dit Roland en haussant les sourcils. « Parlez, je vous en prie. »

La femme loup lui fit part de ce qu’elle avait appris de son père et conclut :

– « Même si, à mon avis, les clans d’Ironsand City ne constituent pas une menace pour le Port des Eaux Claires, je pense qu’il serait judicieux de garder les yeux ouverts. S’il faut du temps et des efforts pour développer un territoire non exploité mais seulement une seconde pour le détruire, aussi devons-nous rester vigilants, d’autant que les forces principales de l’armée sont toutes rentrées à la Cité Sans Hiver. »  

– « Je vois », dit Roland, pensif, en se caressant le menton. « En fait, l’Etat-Major avait prévu ce genre de situation lorsqu’ils ont proposé de déplacer les membres du clan. Cela fait presque un an maintenant, aussi, je crois qu’ils y sont bien préparés. »

– « Vous faites allusion à… »

– « Tout à fait », répondit Roland en souriant. « La Première Armée devant se préparer à la Bataille de la Divine Volonté, nous ne pouvons pas demander aux soldats de tout gérer au sein du royaume aussi serait-il préférable de laisser les gens de l’Extrême Sud régler eux-mêmes le problème. » Il marqua une courte pause avant de poursuivre : « Ceci dit, j’apprécie beaucoup que votre père nous en ait informés. S’il pouvait intervenir dans cette affaire, ce serait très utile. »

– « Je peux peut-être lui écrire », suggéra la femme-loup. Mais très vite, elle réalisa que, sans s’en rendre compte, elle avait pris le parti de la Cité Sans Hiver …ou plutôt celui du chef.  

– « C’est une affaire politique, aussi, laissez-moi m’en charger », répondit Roland. « Par ailleurs, ce n’est pas pour discuter de ce genre de questions sérieuses que je vous ai convoquée. Permettez-moi de vous présenter May, plus connue sous le nom d’Étoile de la Région de l’Ouest. »

– « De la troupe… Star Flower ? »  

Loélia était un peu surprise. Ne s’intéressant guère aux pièces de théâtre, elle ne connaissait le nom de la troupe que par Echo et la seule chose qu’elle en savait, c’était que ce groupe comprenait deux célèbres actrices que tous, à la Cité Sans Hiver, admiraient.

Mais quel rapport avec elle ?

– « Vous êtes bien la Princesse Loélia du clan du Feu Ravageur, n’est-ce pas ? Du fait que vous avez grandi dans le désert, vous êtes très différente de nous. » Cessant enfin de fixer la jeune femme, elle exécuta une gracieuse révérence : « Ravie de vous connaître, Dame Loélia. J’ai hâte de travailler avec vous. »

– « Travailler avec moi ? » Complètement perdue, la femme-loup posa sur le chef un regard ahuri. Pourquoi travaillerait-elle avec May qui n’était pas une sorcière ? Qui plus est, elle n’avait pas le talent d’Echo.

– « Je vais tout vous expliquer », dit Roland, un léger sourire aux lèvres. « Vous souvenez-vous de ce que je vous ai dit un jour ? Les gens devraient être plus nombreux à accepter les sorcières qui possèdent des capacités similaires à la vôtre et ne pas juger aux apparences.  Aussi étranges que puissent être certaines personnes, elles sont des nôtres, quand bien même elles auraient des écailles sur le visage. Jouer dans une pièce de théâtre est sans aucun doute le moyen le plus rapide pour vous d’être reconnue. »

– « Vous voulez que je monte sur scène ? » S’exclama Loélia, paniquée à l’idée de se mettre en avant, même si les habitants de la Cité Sans Hiver ne manifestaient ouvertement aucun rejet flagrant pour sa queue ou ses oreilles de loup.   « Je ne connais rien au métier d’actrice et je ne suis guère douée dans ce domaine. Par ailleurs, personne ne m’a encore manifesté d’hostilité. Peut-être devriez-vous trouver quelqu’un d’autre… »

– « Ne vous inquiétez pas », répondit Roland, « Vous n’aurez pas à jouer devant des inconnus et le public ciblé n’est pas non plus constitué des résidents de la Cité Sans Hiver. Il s’agit d’une toute nouvelle expérience que j’ai appelée ciné… euh, je veux dire, « film magique ».

– « Un film magique ? » Répéta la femme-loup.  

Le Roi lui présenta un étrange cristal posé sur son bureau. Aussitôt, elle comprit qu’il ne s’agissait pas d’un simple ornement. Il comprenait trois magnifiques pierres précieuses intégrées dans un prisme d’un blanc argenté qui faisait scintiller la lumière lorsque celle-ci s’y reflétait.

– « C’est ce qu’on appelle un Sceau d’Enregistrement. Tout comme le Sceau de la Divine Volonté, c’est un dispositif qui nous vient de l’époque de Taquila et qui peut, combiné à d’autres pierres magiques, produire divers effets », expliqua Roland. « Ce Sceau ne manipule pas le temps, il l’enregistre. Grâce au Diable Supérieur et à la Bête Volante que nous avons capturés, nous avons pu obtenir de nombreuses Pierres Magiques de haute qualité, dont celle-ci. Elle est d’autant plus précieuse qu’il n’est pas facile de s’en procurer. En d’autres termes, vous ne produirez ni sur la place centrale ni ailleurs, mais dans ce monde même. »

– « Lorsque j’ai entendu dire que la magie pouvait faire des choses aussi merveilleuses, je n’ai pas pu contenir ma surprise et mon enthousiasme », déclara May. « Dame Loélia ne connaissant pas grand-chose aux pièces de théâtre, elle ne comprend peut-être pas ce que cela implique. Nos performances dépendant de divers facteurs, tels l’âge, l’expérience ou encore la condition personnelle, il ne faut pas s’attendre à ce qu’une actrice soit parfaite à chaque spectacle. La meilleure performance ne se produit qu’une seule fois. 

– « Mais comme Sa Majesté est maintenant en mesure d’enregistrer nos meilleurs moments, nous pouvons désormais répéter chacun de nos gestes et chacune de nos expressions jusqu’à ce qu’ils soient parfaits. Cela tient du miracle! »

– « J’ai entendu dire que ce Sceau était utilisé pour enregistrer d’importantes réunions ou cérémonies, aussi est-ce une idée ingénieuse que de l’expérimenter sur des pièces de théâtre, d’autant que Sa Majesté a décidé d’écrire une pièce inspirée d’une histoire vraie », dit May sur un ton élogieux.  « Je suis certaine que cela se saura, tous les acteurs seront exaltés et prêts à payer une fortune pour assister à ce moment historique. »

Roland toussota, un peu gêné, ce qui était rare chez lui.

– « C’est à la troupe Star Flower qu’en revient tout le mérite. Vous avez beaucoup fait au cours des deux dernières années en termes de propagande politique. » Il se tourna ensuite vers Loélia : « Que pensez-vous de cette histoire basée uniquement sur votre vécu ? Il m’a fallu presque deux semaines pour l’écrire. »

Au départ, Loélia, qui n’avait pas la moindre idée de ce qu’était un « film magique » et ne parvenait pas à établir le lien entre la pierre miraculeuse et la pièce, n’avait aucune envie de perdre un temps précieux à quelque chose qui ne l’intéressait pas. Mais après avoir appris que l’histoire en question reposait sur son propre vécu, elle changea d’avis.  

– « Dans ce cas … je vais essayer », répondit Loélia en agitant ses oreilles.