fbpx
A+ a- Mode Nuit

Chapitre 4 : Amélioration Spirituelle

Tout le monde était content de Bai Xiaochun. Non seulement il était charmant, mais il avait aussi des idées astucieuses. Gros Zhang décida donc de lui offrir en récompense un grain de riz spirituel.

Le jeune néophyte entra dans sa chambre en riant à pleins poumons, mais avant même de pouvoir rejoindre son lit, il tomba face contre terre. Toute l’énergie spirituelle qu’il avait absorbée par le biais des précieux mets avait éclaté et s’était répandue dans tout son organisme…et il ne lui fallut guère longtemps pour se vautrer dans les bras de Morphée…

Il dormit formidablement toute la nuit. A son réveil, il eut une agréable surprise. Son petit ventre avait grossi et sa peau était couverte d’une fine couche de saleté. Il se précipita donc pour se laver pendant que la bande de gros cuisiniers préparait le petit déjeuner pour les disciples de la secte. Zhang et son équipe rirent aux éclats en constatant l’allure débraillée de leur nouveau compagnon.

– « Neuvième Frère, toute cette saleté vient des impuretés de ton corps. Une fois que tu t’en seras débarrassé, tu pratiqueras plus facilement. Prend quelques jours de repos, nous n’avons pas besoin de ton aide pour le moment. Ensuite, tu pourras venir nous rejoindre. Et n’oublie pas ce grain de riz spirituel! Mange-le vite avant qu’il ne pourrisse. »

– « Oui! » Répondit Xiaochun. Se sentant requinqué, il retourna dans sa chambre et s’empara de son wok pour le remplir d’eau, puis il le plaça sur la cuisinière. Ensuite, il sortit le grain de riz pour l’examiner. Celui-ci faisait à peu près la taille de son pouce, avait une apparence cristalline et sentait très bon.

– « Si les Immortels mangent ce truc, alors ce doit être incroyable. » Soupirant, il jeta quelques morceaux de bois dans le foyer de la cuisinière pour le raviver. Mais il fut immédiatement frappé par une vague de chaleur qui le poussa machinalement à reculer !

– « Ce n’est pas un feu ordinaire. Il prend beaucoup plus vite et chauffe bien plus fort qu’un feu de village. » Lançant un nouveau coup d’œil aux bûches, il constata que leur bois n’était pas classique.

À cet instant, le feu brûla encore plus fort et des motifs sur l’arrière du wok se mirent à briller intensément.

– « Je le savais! C’est un genre de trésor! Il est beaucoup mieux que le wok du Grand Frère ! » Plus que persuadé par le merveilleux de son wok, il ‘balança’ le grain de riz spirituel dans l’eau, puis s’assit à côté avec son parchemin de bambou. Effectuant les mouvements et les techniques de respirations décrits dans la première image, il commença à s’entraîner.

Quelques instants plus tard, quelle ne fut pas sa surprise ! La posture qu’il avait eu du mal à maintenir la veille était désormais beaucoup plus facile à adopter. En fait, il se sentait plus à l’aise. Quant à sa respiration, elle ne lui donnait plus l’impression de suffoquer…mais elle était fluide et plaisante. De plus, il était absolument certain que la veille il n’avait pu maintenir sa position que pendant 3 ou 4 respirations, contre 8 désormais sans le moindre inconfort.

Retenant sa jubilation, il poursuivit jusqu’à 30 mouvements respiratoires. Mais alors qu’il se sentit un peu affaibli, un brin de Qi apparut dans son corps, très froid et tourbillonnant rapidement, avant de se dissiper d’un seul coup. Cela l’excita tellement qu’il fit des bonds sur place.

– « Le Qi! Ha ha ha! Enfin du Qi qui apparaît! » Tout feu tout flamme, il fit les cent pas dans sa chambre. Il était convaincu que quelque chose s’était produit avec les substances qu’il avait ingérées la nuit précédente, et il aurait souhaité en avoir avalé davantage.

– « Il n’est pas étonnant que Frère Zhang préfère crever en cuisine plutôt que de grimper les échelons de la Secte Extérieure. Même les disciples de celle-ci n’ont pas d’opportunités pareilles. » S’asseyant à nouveau, il recommença à pratiquer.

Cette fois, sa posture fut maintenue durant 60 respirations, et un flux de Qi, circula dans son corps. Il fut prêt alors à le diriger selon un parcours spécifique  indiqué sur la première image du parchemin.

Très vite, le Qi agit selon la volonté de Xiaochun, qui maintenait la position et les mouvements selon l’illustration. Ensuite, il sentit comme des courants glacés émergeant de lui, à la manière de gouttes de pluie, agrandissant progressivement son Qi.

Finalement, tout se réduisit à un petit filet s’écoulant de façon continue. Soudain, une secousse traversa le jeune homme comme une légère brume s’extirpant de son esprit en émettant un grondement.

Il se sentit après coup moins lourd et plus agile que jamais, avec les gouttelettes de saleté qui suintaient de tous ses pores.

À la différence de la fois précédente, son Qi ne disparut pas, mais continua à circuler dans son organisme. Il ouvrit ses yeux, brillant comme des étoiles. Désormais, son esprit était plus vif et son corps plus véloce.

– « Un réceptacle permanent pour mon Qi. C’est le signe que j’ai pratiqué avec succès le premier niveau de l’Art de Contrôler le Chaudron au Qi Pourpre ! Et cela signifie aussi que j’ai atteint ce qu’on appelle le premier niveau de Condensation du Qi! » Il était fou de joie et il se précipita dans la salle d’eau.

Quand Zhang et ses amis l’aperçurent, ils furent légèrement surpris de sa réussite si rapide, mais ils savaient pourquoi cela s’était produit.

De retour dans sa chambre, le jeune homme prit une forte inspiration et débuta une étude plus approfondie du parchemin.

– « Après avoir terminé le premier niveau de cet Art, je devrais pouvoir manipuler des objets physiques. Wow…il s’agit en fait d’une technique de magie des Immortels. Je devrais être capable de jeter des choses en l’air. » Heureux, il suivit les instructions décrites dans le parchemin, déplaçant ses deux mains de concert d’une manière particulière, afin d’effectuer une incantation. Ensuite il bougea son doigt en direction d’une table à proximité, et instantanément, un courant en sortit, comme un cheval sauvage le long de son index droit…jusqu’à son extrémité. Une sorte de lien invisible venait de se créer jusqu’à la table. Mais aussitôt fait, la connexion devint instable et le lien se rompit.

Bai Xiaochun pâlit. Après avoir récupéré un moment, il passa en revue ce qui venait d’arriver. Mais il abandonna l’idée de déplacer la table pour se concentrer plutôt sur une épée en bois. Il la retira de son fourreau et la mit sur la table. Il n’était pas sûr du bois qui la composait mais elle paraissait étrangement lourde, bien que plus légère que la table. Il fit bouger son doigt en direction de l’épée qui remua et flotta à 3 centimètres au-dessus de son support… avant de retomber.

Le jeune homme ne se découragea pas. Après quelques tentatives plus énergiques, il parvint à faire voler l’épée de plus en plus haut et celle-ci atteignit bientôt 30 centimètres de hauteur…

La nuit tombante, il fut capable de la faire voler en ligne droite. Et même si elle ne bougeait pas très vite et ne tournait pas, elle ne tombait plus aussi facilement qu’auparavant.

– « Dorénavant, moi, Xiaochun, je suis un immortel! » Il se leva fièrement sur ses pieds, plaça sa main gauche derrière son dos, et gesticula sa main droite, et son épée vola par saccades d’avant en arrière dans sa chambre.

Finalement son Qi devint instable, alors il posa l’épée et continua à étudier son parchemin. Plus tard, sentant la brise d’un parfum enivrant provenant du wok, il réalisa qu’il avait complètement oublié le riz spirituel. Il se précipita donc vers la gazinière et souleva le couvercle pour sentir de nouveau cet arôme merveilleux. Il observa ensuite un motif brillant clairement visible à la surface du riz ! Et en l’observant de plus près, il se perdit dans sa lumière. Mais après un moment, le motif disparut. Il écarquilla alors les yeux et prit le grain dans sa main pour l’examiner.

– « Ce motif me semble vraiment familier… » Il baissa la tête rapidement pour regarder sous la cuisinière et remarqua que les morceaux de bois n’étaient plus que des cendres et que le motif du wok s’était à nouveau éteint.

Toutefois, il put confirmer la similitude de ce motif avec celui de l’arrière du wok.

Il décida d’arrêter son étude du grain de riz et choisit de ne pas le manger pour le moment, mais de le mettre dans son sac. Ensuite, il s’assit un peu pour réfléchir avant de sortir de sa hutte pour aider la bande de joyeux gros lurons, Zhang et ses comparses.

Une quinzaine de jours passèrent, et la progression en arts martiaux du jeune garçon avait de nouveau ralenti. Néanmoins, après quelques enquêtes discrètes, il apprit que les motifs d’argent n’apparaissaient jamais sur un grain de riz cuisiné.

Sa curiosité fut donc piquée à vif. Et plus il en apprenait sur le grain de riz, plus il était convaincu qu’il avait quelque chose de spécial, tout comme son wok, qui était encore plus étrange. Quelques jours plus tard, le Troisième Gros Hei quitta les Fourneaux pour aller acheter des provisions, donnant ainsi à Xiaochun l’occasion d’entrer en douce dans la Salle des Quatre Mers, un endroit où les serviteurs pouvaient obtenir des informations de base sur les arts martiaux. 

De retour dans sa hutte, il fit de son mieux pour cacher son excitation. Après avoir refermé la porte derrière lui, il sortit le grain de riz et étudia le motif d’argent. Et peu à peu, le doute apparut sur son visage.

– « Quand les Immortels pratiquent, il y a trois capacités indispensables. La première est la synthèse de substances médicinales, la seconde le forgeage d’équipement, et la troisième l’amélioration spirituelle! » Il se remémora les images qu’il avait vues dans les vieux dossiers de la Salle des Quatre Mers. L’une d’elles ressemblait au motif visible sur le grain de riz.

– « L’Amélioration Spirituelle! » Il prit une très longue inspiration. Cette capacité était une technique spéciale qui forçait l’énergie de la Terre et du Ciel à pénétrer les objets physiques. C’était un type de magie qui remplaçait les fonctions naturelles de la Terre et du Ciel. Une technique qui pouvait être utilisée sur les pilules médicinales, l’encens, ou les artefacts magiques. Malheureusement elle était interdite, mais lorsqu’elle réussissait, elle fournissait au réceptacle une puissance bien plus grande.

Le plus choquant était que cette capacité pouvait être exécutée à volonté, et que plus elle réussissait, plus ses effets étaient démultipliés. Ce qui entraînait des tremblements du Ciel et des retournements de la Terre.

Bien entendu, plus la valeur du réceptacle était précieuse, plus les succès étaient terrifiants.

Comme on pouvait s’y attendre, les chances de réussite allaient décroissantes à chaque amélioration. En fait, à partir d’un certain moment, même les Grands-Maîtres ayant cette capacité n’osaient pas aller plus loin. Après tout, les conséquences d’un échec restaient difficiles à accepter.

– « Les anciens registres disent que le trésor gardien de la Secte du Courant Spirituel est un objet ayant été amélioré dix fois par cette capacité. La Corne Céleste! » Dérouté, Xiaochun s’approcha du wok à forme de tortue. Celui-ci avait dix lignes décoratives faiblement gravées à l’arrière, et lorsqu’il les regarda, son cœur battit si vite qu’il lui donna l’impression de pouvoir exploser à tout instant.

À partir de là, il était certain que le motif apparu sur le riz spirituel était une marque de l’amélioration spirituelle. Qui plus est, la source de ce motif n’était autre que son wok!

Après avoir hésité, il serra les mâchoires. Il ne pourrait pas dormir s’il n’allait pas au fin fond de ce mystère. Sachant que son wok était extraordinaire, il ne pourrait révéler son secret à personne.

Il attendit tard dans la nuit, puis il se mit sur la pointe des pieds pour voir au-dessus du wok. En essayant de ne pas penser aux conséquences d’un échec, il sortit son épée et la jeta à l’intérieur, tout comme il avait jeté le grain de riz…