A+ a- Mode Zen Mode Nuit

Chapitre 26 : L’Anneau Panlong

La nuit était froide comme de l’eau. Un léger vent se mit à souffler, propulsant Linley sur des dizaines de kilomètres. La base de la vallée du Conglomérat de Dawson se trouvait à des milliers de kilomètres du Château du Sang de Dragon mais cette distance n’était rien pour l’homme qu’il était devenu.  

Le vent s’arrêta de souffler et aussitôt, son corps se reforma, redevenant visible.  

Regardant vers la chaîne de montagnes, il aperçut la gorge au cœur de laquelle se trouvait la fameuse branche du Conglomérat de Dawson. Son ressenti du vent lui permit de constater qu’il y avait beaucoup de monde à cet endroit.

« S’agirait-il des esclaves qui ont été envoyés ici ? » Se demanda-t-il avec un rire amer, sachant désormais que si le Conglomérat de Dawson en avait acheté autant, c’était pour que cette Divinité puisse raffiner des âmes.

« Même si l’Anneau Panlong n’est qu’un artefact Souverain destiné à protéger l’âme, je dois au moins refermer ce trou », se dit-il.

Après une journée de culture, le « patch » qu’il avait utilisé pour couvrir la fameuse brèche dans la membrane translucide et écailleuse s’était déjà bien renforcé.

Il baissa les yeux, se fondit avec le vent et, accompagné d’une rafale, descendit en piqué.

Dans la vallée se trouvait une étrange et sinistre chambre de torture au sol noirci par le sang séché. Un homme chauve se tenait là, torse nu, un couteau de boucher à la main. Derrière lui, sur le mur, était accrochée une boule de cristal remplie d’un épais brouillard.

Un garde poussa dans la pièce un esclave aux yeux bandés et aux mains liées. Aussitôt, l’homme plongea sa lame dans son cœur. On entendit un bref cri rauque, puis plus rien.

Rapide, précis, impitoyable!

En un instant, il venait de tuer cet esclave que le garde s’empressa de traîner hors de la pièce.  

Il y eut un grondement dans la boule de cristal : une nouvelle âme était désormais piégée à l’intérieur!

Assez excité, l’homme chauve lécha le sang qui tachait son couteau :  

– « Au suivant! »

Depuis qu’il s’était arrangé pour obtenir cet emploi six ans auparavant, cet homme avait littéralement pris goût au meurtre. Il ne savait même pas combien de personnes exactement il avait tuées en six ans.

« Au moins un million », estimait-il, sachant qu’il tuait chaque jour plusieurs centaines de personnes, parfois même jusqu’à mille.

À sa connaissance, il devait y avoir au moins six autres bouchers comme lui dans la vallée.

« Je pense que le brouillard est suffisamment dense à présent », pensa l’homme en se retournant pour regarder la boule de cristal.  

Lui qui tuait autant de personnes chaque jour était suffisamment expérimenté pour connaître l’état du brouillard. Mais à sa grande surprise, il s’aperçut… que la boule de cristal était absolument claire, sans aucune trace de brume à l’intérieur.

L’homme en fut si effrayé que son front et son dos se couvrirent de sueur.

– « Mais…Que se passe-t-il ? Pourquoi est-elle vide ? Impossible. C’est impossible! Il n’y a personne par ici! » S’écria-t-il en tremblant alors qu’en temps normal, il ignorait la peur.  

Toutes les âmes prisonnières de la boule de cristal avaient disparu, et ce dans toutes les chambres de torture de la vallée!

« Que…que se passe-t-il ? » Se demanda Linley, stupéfait.

Debout près d’un grand arbre, il pouvait clairement sentir par le biais de l’Anneau Panlong la présence de grandes quantités d’âmes regroupées dans une vingtaine d’endroits différents.

Il fronça les sourcils : « Comment se fait-il qu’il y ait tant d’âmes par ici ? »

Soudain il comprit. C’était sans doute lié aux machinations de cette Divinité qui ne cessait de tuer pour collectionner les âmes.  

« S’il tue autant de monde en une journée, combien de personnes sont mortes depuis toutes ces années ? » Se demanda Linley, choqué à la seule évocation de ces chiffres. « Comment cette Divinité a-t-elle fait pour se procurer autant d’âmes ? »

Il n’en avait aucune idée. Outre ces neufs gardes à la robe d’argent qu’il avait envoyés pour recueillir des âmes, le Grand Sorcier contrôlait également les trois principales unions commerciales du continent Yulan, qui, toutes, travaillaient de concert pour lui livrer en permanence des esclaves qu’ils tuaient et dont ils récoltaient les âmes.

Ceux-ci étant nombreux sur le continent, il n’avait pas dû être difficile pour ces trois organisations d’en rassembler des dizaines de millions au cours des six dernières années.

Soudain, Linley eut le sentiment qu’un pouvoir étrange liait l’Anneau Panlong à toutes ces âmes prisonnières de leurs boules de cristal. Une idée lui traversa l’esprit : et s’il prenait possession de toutes et les attirait dans l’anneau ?

Il fit une tentative.

En un instant, toutes les âmes prisonnières des boules disparurent pour réapparaître dans l’Anneau Panlong.

« Mais elles sont plus de dix mille! »

Presqu’aussitôt, l’anneau « avala » les âmes et, au grand étonnement de Linley, se mit automatiquement à les raffiner, les transformant en une vaste énergie brumeuse et dorée.

Sitôt qu’elle entra en interaction avec son énergie spirituelle, une grande quantité de cette brume fut aussitôt absorbée par son âme en forme d’épée comme s’il s’agissait d’eau potable.  

« Zassler affirme que lorsque l’on atteint un certain niveau de compréhension des âmes, il est possible de les affiner et de les absorber pour renforcer la sienne », se dit-il, comprenant soudain que l’Anneau Panlong avait le pouvoir d’attirer les âmes et de les raffiner.

« En effet… », pensa Linley qui se sentait soudain extrêmement bien. Son âme grandissait lentement, mais peu en comparaison avec la quantité de brume dorée qu’elle venait d’absorber.  

Il était surpris par cet Anneau Panlong.

Le procédé de raffinage des âmes était si complexe que la majorité des Dieux n’en était pas capable. Rares étaient les Demi-Dieux qui y parvenaient. Il fallait, pour ce faire, comprendre parfaitement la nature des âmes et le Grand Sorcier lui-même avait dû procéder avec beaucoup de prudence.  

« Cette capacité rend l’anneau plus digne de son titre d’artefact Souverain », se dit Linley, un léger sourire aux lèvres.  

Il regarda de plus près l’Anneau Panlong et eut le sentiment qu’il ne pouvait capturer que les âmes qui n’étaient plus protégées par un corps et non celles des personnes vivantes. Ceci dit, son pouvoir de saisie était bien supérieur à celui, contraignant, des boules de cristal, ce qui expliquait qu’il ait pu attirer toutes les âmes contenues dans celles-ci.

En descendant dans la vallée, Linley réalisa qu’il ne ressentait la présence des âmes collectées que dans un rayon d’environ un kilomètre.

Il prit une profonde inspiration pour retrouver son calme.

« Il est temps de répandre mon énergie spirituelle pour localiser cette Divinité et la tuer au plus vite. »  D’un geste de la main, Linley récupéra Sang Pourpre, sachant pertinemment qu’une fois que son énergie spirituelle lui aurait permis de repérer son adversaire, celui-ci serait aussitôt informé de sa présence.

Il devrait donc passer immédiatement à l’attaque, sans laisser à l’ennemi le temps de se préparer.

« Allons-y », se dit-il, le regard soudain aiguisé.

Dans sa sombre pièce secrète, le Grand Sorcier, enveloppé dans sa robe noire, fixait avec attention les huit boules de cristal qu’il avait récupérées dans son anneau Interspatial, soit neuf au total avec la sienne, toutes remplies d’une énergie brumeuse et d’un liquide doré.

Il étendit les mains et aussitôt, les neuf boules se mirent à flotter devant lui. Tel des ruisseaux, le liquide doré jaillit de huit d’entre elles et se précipita vers la boule principale, située au centre, émettant une aura brumeuse qui eut tôt fait d’envahir la pièce. C’était là l’essence d’une centaine d’âmes recueillies.

Si une personne ordinaire était présente, elle aurait accidentellement, ne serait-ce qu’en prenant une profonde inspiration, absorbé deux ou trois de ces essences d’âmes. Mais pour le Grand Sorcier, l’important était le liquide doré. Il n’avait que faire de ces quelques âmes perdues.

Lorsque tout le liquide fut enfin regroupé dans la neuvième boule de cristal, l’homme laissa échapper un rire rauque et désagréable. « Encore trois jours et ces vingt millions d’essences d’âme formeront une nouvelle Perle d’Âme d’Or », pensa-t-il, ravi à la pensée qu’il ait pu découvrir un environnement aussi merveilleux à la Prison du Plan de Gebados alors que son pouvoir n’était encore que de niveau moyen.  

Il lui avait fallu quarante millions d’âmes pour obtenir deux Perles d’Âmes D’or!

Au cours des six dernières années, il avait tout mis en œuvre pour se procurer ces âmes par le biais des neuf gardes à la robe d’argent et des trois principales unions commerciales. Mais c’étaient ces dernières, profondément enracinées sur le continent Yulan et qui avait des membres infiltrés dans chaque ville, qui lui avaient apporté la plus grande contribution. En comptant tous les esclaves achetés à des marchands, il ne leur avait pas été difficile de rassembler quarante millions d’âmes.

« Si le raffinage est difficile, l’absorption est lente elle-aussi. Il me faudra sans doute plusieurs mois pour assimiler cette Perle d’Âme », soupira le Grand Sorcier qui savait, au fond de lui, qu’en plus de guérir totalement son âme, une seule de ces perles la rendrait infiniment plus puissante.

Qui sait combien de dizaines de milliers d’années il lui aurait fallu pour parvenir au même résultat par le seul biais de l’entraînement!

Soudain, le Grand Sorcier leva ses yeux dans lesquels scintillait une lumière verte. Il venait de sentir passer près de lui une vague d’énergie spirituelle qui lui était encore inconnue.

« Il y a quelqu’un ici », pensa-t-il. « C’est une Divinité, mais ce n’est pas Muba. Qui cela peut-il bien être ? »  

Tout en réfléchissant, l’homme prit dans sa main droite une faucille noire et de l’autre, saisit la boule de cristal contenant les vingt millions d’âmes dans l’intention de la cacher dans son anneau interspatial.

Soudain, il écarquilla les yeux, muet de stupéfaction. La boule de cristal, qui, un instant auparavant, était encore pleine de liquide doré, était désormais vide et transparente.

« Mais où sont passées ces essences ?! C’est tout simplement impossible! »  Pensa-t-il.

Il lui restait bien une Perle d’Âmes d’Or, mais il trouvait étrange que les millions d’âmes qu’il avait passé des heures à collecter et à affiner aient disparu en un clin d’œil.

Avant même qu’il n’ait eu le temps de comprendre, le bruit d’une épée retentit à ses oreilles. Elle émettait un chant plutôt agréable et, à l’écouter, le Grand Sorcier se sentait bien mais presqu’aussitôt, lui qui était très habile à analyser les âmes, comprit.

« Voilà une puissante attaque de l’âme! »   

Oubliant la disparition soudaine de ses vingt millions d’âmes, l’homme se prépara à affronter son adversaire.  

Soudain jaillit une puissante lumière diabolique qui déchirait l’espace partout sur son passage. Le Grand Sorcier demeura si stupéfait devant la puissance de l’aura qui l’accompagnait qu’il préféra se retirer.

« Serait-ce le Dieu de la Guerre de l’Empire O’Brien ? »

Quoi qu’il en fût, et tandis qu’il se retirait, l’homme déversa une vague de brouillard gris sur Linley.