A+ a- Mode Nuit

Chapitre 956 : Tonnerre et Foudre

Même si Foudre avait promis d’aller parler à l’explorateur, elle n’avait pas de grand espoir.

Roland savait qu’elle était à la recherche de son père. S’il avait appris quelque chose, il le lui aurait fait savoir. Cet explorateur ne savait sans doute rien.

Quoiqu’il en soit, elle ferait ce que Maggie et Loélia lui avaient suggéré, ne serait-ce que pour

les rassurer.

Tandis qu’elle s’approchait de l’homme, Foudre fronça les sourcils, surprise par son accoutrement alambiqué.

Sander Flyingbird paraissait environ 30 ans. Il avait l’œil droit masqué par un bandeau brodé d’une rose et un maquillage composé de brindilles et de feuilles couvrait la moitié de son visage. De toute évidence, ses goûts en matière de mode étaient plutôt douteux.  

Certes, une bonne exploratrice ne devait pas juger les gens à leur apparence, cependant, son attitude non plus ne l’impressionnait pas.  

Apparemment, Sander Flyingbird était en train de vanter l’une de ses palpitantes aventures auprès des invités. Alors que le sujet portait uniquement sur les Îles de la Flamme Brûlante, il en parlait de telle manière qu’on aurait pu croire qu’il était arrivé au bout de la mer ou aux portes de l’Enfer. Certes, il s’agissait d’un endroit dangereux où de la lave jaillissait en permanence du fond de l’océan et formait d’immenses colonnes de vapeur qui obstruaient la vue et brûlaient les marins. Néanmoins, après des générations d’exploration, on avait pu établir une carte de l’endroit. Les aventuriers n’avaient donc plus qu’à suivre l’itinéraire conseillé et accoster sur l’île au bon moment afin d’éviter les dangers.

Elle n’avait même pas dix ans lorsqu’avec son père, elle s’était rendue sur la plus importante des îles composant cet archipel : la Montagne Flamboyante.

Les habitants des Fjords ne tenaient pour explorateurs que ceux qui découvraient de nouvelles routes de navigation, des îles ou des vestiges. Comme il existait des milliers d’îles dispersées sur la Mer Tourbillonnante, beaucoup se faisaient appeler explorateurs mais il y avait d’énormes différences entre eux en termes de compétences, d’expérience et de capacités.

De l’avis de Foudre, très peu étaient en mesure de rivaliser avec son père et certainement pas Sander Flyingbird.  

Elle hésitait, ne voyant pas l’intérêt de lui parler lorsque soudain, quelqu’un lui prit la main.

Levant les yeux, elle reconnut Tante Margaret.

– « Vous arrivez à point nommé, jeune fille », dit la commerçante en lui adressant un sourire radieux. « Permettez-moi de vous présenter M. Sander, explorateur originaire de l’Île des Deux Dragons et président de la Chambre de Commerce de la Tête du Dragon. C’est un grand admirateur de votre père. »  

– « Je sais qui il est », murmura la jeune sorcière dans un souffle. Mais comme Margaret avait lancé la conversation, elle n’eut d’autre choix que de sourire : « Bonjour », dit-elle. « Mon nom est Foudre et je suis originaire des Fjords, même si je ne suis pas née sur les îles. »

– « Vous êtes donc la fille du Seigneur Tonnerre ? » Sander eut un grand sourire : « Mme Margaret m’a en effet dit que la fille du plus grand des explorateurs se trouvait actuellement à Graycastle. Je suis ravi de vous rencontrer enfin. Vous… ressemblez un peu à votre père. »

« Il ment », pensa Foudre. « Papa m’a toujours dit que je ressemblais davantage à ma mère, que je n’ai hélas jamais connue. »

– « Merci », répondit-elle en esquissant un sourire. « Auriez-vous des nouvelles de lui ? »

– « Ce ne sont que des rumeurs. Certains disent qu’il s’est échoué sur une île inconnue et d’autres qu’il est retourné dans les Fjords. Il aurait découvert quelque chose d’inhabituel après le naufrage sur lequel il reste discret et recruterait de nouveaux hommes d’équipage en vue d’une prochaine expédition. Les autres théories ne m’intéressent pas, en particulier ces rumeurs sans fondement selon lesquelles il aurait de mauvais dessins », radota-t-il. « Personnellement, je suis favorable à la seconde hypothèse. En effet, il y avait de nombreux récifs là où la tempête a eu lieu et il était parfaitement en mesure de se tirer d’affaire. En fait, bon nombre de ses marins ont survécu à la catastrophe. »

Ces spéculations étant assez proches des siennes, Foudre trouva soudain cet homme moins déplaisant. Peu lui importait de savoir si son père était ou non à sa recherche, car à partir du moment où elle poursuivait son chemin en tant qu’exploratrice, ils se reverraient certainement un jour.

– « À propos, puis-je vous demander quelle île vous avez découverte ? »

– « Euh… », fit Sander, légèrement embarrassé. « Je ne peux pas mentir à Sa Majesté, mais si je suis devenu un explorateur, c’est en grande partie à cause de votre père. En effet, suite à la découverte des Îles aux Ombres, de nombreuses personnes, y compris les membres de la Chambre de Commerce, ont été tentés d’explorer davantage la région. Nous avions prévu d’apporter des fournitures sur une île intermédiaire mais malheureusement, nous avons été attaqués en chemin par un Monstre Marin et ma flotte a été déviée de sa route. C’est ce qui nous a conduits vers cette île qui ne figurait pas sur la carte. »  

Comme elle s’y attendait, Sander Flyingbird était de ces explorateurs particulièrement chanceux qui n’avaient entrepris que très peu d’expéditions.  

– « Je vois, mais c’est aussi ce qui fait la beauté de l’exploration, n’est-ce pas ? » Dit-elle avec un regard grave. « Sur ce, je vous laisse discuter avec le Roi. » Puis, se tournant vers Roland, elle fit une révérence et ajouta : « Veuillez m’excuser, Majesté. »

Roland, qui semblait un peu distrait, mit un certain temps pour répondre.

– « Oui… euh… allez-y », répondit-il.  

Le Roi avait certes l’air un peu bizarre, mais sachant qu’il était sous la protection de Rossignol, Foudre n’y prêta guère attention. Elle devait se préparer pour le concours et comme c’était le premier depuis la création du Groupe d’Exploration, elle ne pouvait se permettre une défaite.

Roland regarda la jeune fille s’éloigner, stupéfait.

Tonnerre était un acteur né!

Son jeu était si fluide que sa propre fille elle-même n’y avait vu que du feu!

S’il n’avait pas su que l’homme qui se tenait devant lui était Tonnerre, jamais il n’aurait pu croire que ce « Sander Flyingbird » était l’homme qui était descendu du navire.  

S’il avait organisé cette fête, c’était essentiellement pour donner une explication raisonnable à la présence de Tonnerre. Il avait donc prévu d’aménager deux salles de réception distinctes, une grande et une petite destinée à recevoir les invités d’honneur. C’était une pratique courante chez les nobles. Mais Tonnerre, estimant que ce n’était pas nécessaire, avait insisté pour que la réception ait lieu dans une seule salle.

Roland n’y voyait guère d’inconvénient, d’autant plus que l’explorateur ne voulait pas être reconnu par sa fille. Mais à sa grande stupéfaction, ce dernier était arrivé à la fête totalement transformé dans son manteau de fourrure et lui avait expliqué que sa transformation avait été opérée à grand renfort d’une substance gélatineuse et de poudre de perle. Le tatouage spectaculaire et le bandeau sur ses yeux avaient également pour but de détourner l’attention des gens afin qu’ils ne remarquent pas la différence entre la gélatine et sa peau nue.

Par ailleurs, Tonnerre prétendait, au cours de ses nombreuses années d’exploration, avoir appris à changer de voix.

Mais Roland n’y croyait pas.

Il était en effet persuadé que, chacun ayant une personnalité propre, quand bien même il changerait de voix et d’apparence, il ne lui serait pas facile d’échapper à l’examen minutieux de sa fille avec qui il avait vécu plus de dix ans.

Néanmoins, devant le jeu d’acteur de Tonnerre, force lui fut de constater que certaines personnes possédaient un talent extraordinaire.

En un instant, cet explorateur, à l’origine âgé de quarante ans, était devenu un dandy, le jeune chef fanfaron de la Chambre de Commerce de la Tête du Dragon.  

Roland ne connaissant qu’une personne dotée d’un tel talent : c’était May.