fbpx
A+ a- Mode Nuit

Chapitre 401 : Un hiver dans les fjords

Dans la mer des Fjords se trouvait l’Île Dormante.

L’horizon virait au jaune pâle lorsque le dernier grand bâtiment fut enfin achevé.  Le soleil couchant n’était pas visible mais on apercevait une traînée de lumière dorée sur la mer, reflet du soleil qui filtrait à travers les nuages. Seules les fortes rafales de vent froid qui soufflaient sur les visages venaient rappeler que l’automne était terminé.

– « Voilà, c’est fait », dit Lotus en remontant la douce écharpe de coton sur ses oreilles. « Ce sera notre nouvelle maison. Il ne reste plus qu’à y installer les meubles et les lits. »

– « Fantastique! » S’écria Durat Kimshoe qui applaudit. « Il ne vous a fallu que deux semaines pour construire toutes ces maisons. Moi qui pensais que Dame Tilly exagérait… »

– « Lady Tilly ne ment jamais », ajouta Brise.

– « En effet », dit Durat en caressa son épais double menton. « Dans ce cas, je suis rassuré de réinstaller mes citoyens ici. Oh, qu’est-ce que c’est ? »

Le marchand de la Baie du Croissant de Lune inspecta le muret rainuré qui se trouvait dans la maison. Il se pencha et mit sa tête dans le trou pour jeter un coup d’œil à l’intérieur.

– « C’est un dispositif chauffant dont j’ai entendu parler dans la région de l’Ouest. On appelle cela un kang, c’est un lit de briques chauffé », expliqua Lotus. « Il est relié à la cuisine, aussi, lorsqu’on y allume du feu, celui-ci chauffe également. Ajoutez dessus une planche de bois recouverte de lin ou de paille et vous pourrez l’utiliser comme banc ou comme lit. Ce sera plus confortable que vos meubles ordinaires, surtout en cette saison. »

– « C’est un concept intéressant », dit Durat en jetant un coup. « Si je voulais vous embaucher à long terme, combien de Royals d’or cela me coûterait-il ? »

– « Que voulez-vous dire ? » Demanda Lotus, légèrement étonnée.

– « Je vous parle de m’accompagner à la Baie du Croissant de Lune pour y travailler. Plusieurs terrains vagues n’ont pas encore été exploités sur mon territoire et vos capacités me seront extrêmement utiles. » Durat se frotta les mains et demanda : « Combien de Royals d’or devrais-je payer aux « Sortilèges de l’Île Dormante » pour que Dame Tilly vous autorise à me suivre ? »

– « Excusez-moi, je n’ai jamais eu l’intention de partir… »

– « Votre vie là-bas sera bien plus agréable qu’ici », interrompit aussitôt Durat. « Vous vivrez dans ma grande propriété, vous profiterez chaque jour du bon vin et de la cuisine des Quatre Royaumes et aurez des servantes qui vous accompagneront partout où vous irez. Beaucoup de gens rêvent de cette vie idéale et je vous l’offrirai aussi longtemps que vous travaillerez pour moi.  D’ailleurs, Dame Tilly a dit que les demandes des ײSortilèges de l’Île Dormanteײ doivent être satisfaites et je suis en mesure de payer vos frais de recrutement, aussi élevés soient-ils.

Lotus fronça les sourcils. Elle n’était pas étrangère à ce genre d’attitude. Bien que l’homme ait parlé d’embauche, elle avait davantage le sentiment d’être achetée. Elle était sur le point de rétorquer lorsque Brise lui prit doucement la main :

– « Même si les demandes doivent être satisfaites, cela ne veut pas dire que ce sera accepté. Il y a des choses que même les sorcières ne peuvent pas faire. De plus, toutes les parties concernées doivent  être d’accord pour que le contrat soit approuvé. »

– « Vous voulez dire que l’argent seul ne suffit pas ? Je n’ai jamais vu faire des affaires de cette façon », déclara Durat, mécontent. « Est-ce pour vous moquer de nous que vous avez lancé ces fameux Sortilèges de l’Île Dormante ? Personne ne s’intéressera à vous ni ne vous croira dans ces conditions. »

– « J’en doute », répondit une voix derrière lui. « Il n’y a qu’une seule association de sorcières comme celle-ci, que ce soit dans les Fjords ou les Quatre Royaumes. Si cela ne vous convient pas, il y en aura d’autres. »

« Qui parle ainsi ? » Le marchand tourna la tête et reçut un gros choc : « Sei… Seigneur Tonnerre! »

– « J’ai eu quelques idées concernant le règlement des Sortilèges de l’Île Dormante : avant qu’un contrat ne soit signé, l’employée doit donner son consentement après avoir pris en considération les éventuels risques associés à ses missions. Les sorcières ne seront jamais contraintes de s’aventurer dans une situation présentant un danger sérieux », dit Tonnerre d’une voix claire en riant. « Cela vous pose-t-il un problème ? »

– « Non… ce sont des conditions tout à fait raisonnables », répondit Durat en retrouvant son expression habituelle. « Mais… je vais encore devoir vous déranger à l’avenir, Mlle Lotus. »

– « Ouf! » Soupira Lotus en regardant le marchand et son entourage s’éloigner : Merci. »

– « Pas de problème, je passais par-là », répondit Tonnerre. « Vous n’avez pas suivi Lady Tilly dans la Région de l’Ouest ? »

– « Si, mais Honey, Brise et moi sommes revenues assez rapidement car il fallait construire des maisons et préparer des provisions pour l’hiver ici, à l’Île Dormante », répondit la jeune femme en résumant brièvement la situation. « Avez-vous terminé votre expédition ? »

– « Hahaha, oui… c’était un voyage incroyable et inimaginable », dit Tonnerre dont le regard s’illumina aussitôt qu’il entendit parler de cette expédition. « C’était la première fois que je voyais la mer sur différents niveaux simultanément. Nous avons dépassé des falaises formées par des vagues et ne sommes mêmes pas tombés à la mer. Notre bateau semblait voler! Si je ne l’avais pas vu de mes yeux, je n’aurais jamais cru qu’un spectacle aussi étrange puisse exister. »

– « Différents niveaux simultanés ? », murmura Lotus. « Comment est-ce possible ? L’eau de mer n’est pas de la roche! Ne s’écoulait-elle pas ? »

– « Hmm, j’ai appelé cet endroit la ײLigne de Merײ. Elle est située au nord-est des Îles aux Ombres. Nous avons atteint le sommet d’une falaise : on aurait dit une longue ligne dont nous ne pouvions voir les extrémités et la mer semblait divisée en deux sections distinctes. » Tout excité, il se tapota la poitrine : « J’ai hâte d’y retourner et de m’aventurer encore plus loin! »

Il était intarissable. Lotus reconnaissait bien là l’explorateur le plus célèbre des fjords : dès son retour, au lieu de demander des nouvelles de sa fille qui se trouvait dans la Région de l’Ouest, loin de lui, le premier sujet qu’il abordait concernait ses aventures.

Avant que la nuit ne tombe et que la température extérieure ne s’effondre, Lotus grimpa dans le lit de briques chauffé. C’était le moment le plus relaxant de sa journée. Pendant plus d’un mois, non seulement elle avait construit de nouvelles maisons mais également rénové celles des autres sorcières. Elle se blottit sur le kang auprès de ses compagnes et se mit à parler de son séjour à Border Town.  Aux questions qui fusaient, mélange de curiosité et d’envie, elle sut qu’elle ne dormirait pas avant la moitié de la nuit.

Le sujet de conversation dévia sur les champignons dits ײbecs d’oiseauײ.

Ses compagnes se mirent à saliver sitôt qu’elle leur expliqua la préparation :  elle mettait les champignons à frire dans un peu de beurre et les retournait plusieurs fois jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés sur toutes leurs faces. Enfin, elle les saupoudrait de sel. C’était un plat délicieux.  

– « Mmm… j’en mangerais bien », s’exclama Ombres. « À bord, je n’ai mangé que du poisson séché pendant un mois. Ma bouche en a encore l’odeur et est toujours pleine de sel. »

– « Merveilleux », interrompit Molly. « Si seulement le frère de Dame Tilly m’avait invitée! »

– « Attendez, ce n’est pas tout! Il y a des choses encore plus incroyables à Border Town, comme les douches par exemple! L’eau sort tout droit du mur et grâce au savon, le corps est tout parfumé après la douche. »

– « Vraiment ? » Demanda Ombres, curieuse.

– « Bien sûr, j’en ai même ramené un », dit Lotus, avant d’ajouter avec une moue : « mais il est épuisé. »

– « Ne m’en parlez pas! Elles au moins ont pu découvrir toutes ces choses. Je n’ai accompagné Dame Tilly dans la Région de l’Ouest que pour ramener ces demoiselles. Personnellement, je n’ai profité de rien! », gémit Brise.

Alors qu’elle écoutait bavarder les sorcières, une pensée traversa soudain l’esprit de Lotus.  

Si c’était Son Altesse qui avait voulu l’engager à long terme, aurait-elle accepté ?

Elle réfléchit un moment et réalisa que dans le cas de Roland, elle n’aurait pas pu refuser.

Quel embarras!

Lotus se glissa sous la courtepointe et jeta un rapide coup d’œil à gauche et à droite. Heureusement que la lampe était éteinte, sans quoi quelqu’un aurait pu se rendre compte de ce qui la préoccupait.

Quand donc Dame Tilly accepterait-elle enfin la proposition de Son Altesse Roland ?

Ce serait formidable de vivre ensemble pour toujours. Lotus serra fortement son écharpe dans ses bras. « Si elle acceptait, ce serait une bonne chose pour toutes les sorcières et pour moi car nous pourrions toutes vivre heureuses à Border Town. »