A+ a- Mode Nuit

Chapitre 366 : Page – Blanche

Durant les Mois des Démons, en raison de la neige, la rivière Redwater était le seul moyen de circuler à travers la Région de l’Ouest.

Le Cœur de Lion était bien plus spacieux que le petit voilier que Petrov avait utilisé jusqu’ici. Il y avait de la place pour une petite cuisine, et au cours de leur voyage, les passagers pouvaient manger des plats chauds.

Bien entendu, Petrov couchait dans la chambre du Duc, située dans la cabine à la poupe du navire. Par le hublot, il apercevait la rivière et de temps à autre, un morceau de glace qui flottait à la surface.

– « Monseigneur, voici la soupe aux œufs que vous avez demandée », dit un Chevalier en apportant un pot d’argile et un bol en céramique.

– « Merci de vous être dérangé », répondit Petrov. « Vous devriez vous asseoir et en boire un bol pour vous réchauffer. »

Après que Son Altesse eût récupéré tous les chevaliers des quatre autres familles nobles à Border Town,  ceux-ci s’étaient empressés d’y faire venir leurs familles. Toutes les terres abandonnées avaient été attribuées à de nouveaux Chevaliers ou utilisées par la noblesse.  

Seule la famille Chèvrefeuille n’avait pas subi trop de pertes durant cette guerre. Depuis qu’ils étaient à la tête de la Forteresse, elle s’était même développée assez rapidement et surpassait à présent les quatre autres familles. Ils possédaient encore une équipe de Chevaliers relativement complète dont Seth, celui qui l’accompagnait, faisait partie. Bien qu’il ne soit pas aussi connu que Lumière du Matin, il était l’un des jeunes chevaliers les plus remarquables.

– « Bien Monseigneur », répondit ce dernier. Il sourit, ouvrit le couvercle du pot et servit un bol de soupe à Petrov. « Mais… Monseigneur, êtes-vous certain que ce soit une bonne chose ? »

– « Vous voulez parler de la sorcière ? »

– « Oui car même si l’Église a été incendiée, il est assez facile de la reconstruire. Tôt ou tard, l’Église reviendra certainement dans la région de l’Ouest. Si vous attribuez tout le blâme au prince Roland, ils ne pourront rien vous faire. Cependant, vous avez sauvé une sorcière en public et arrêté les croyants… » Le chevalier hésita un instant : « Cela revient à s’opposer ouvertement à l’Eglise. »

– « S’il est si facile de la reconstruire, alors pourquoi ce bâtiment est-il toujours à l’état de décombres ? » Petrov souffla sur sa soupe aux œufs parfumée : « L’Eglise ne reviendra plus jamais dans la région occidentale. »

Confus, Seth cligna des yeux. Il ne semblait  pas convaincu.

La soupe ayant légèrement refroidi, Petrov en but une petite gorgée et, satisfait, exhala une buée blanche.

– « En tant que représentant administratif, mon premier devoir est de comprendre les véritables intentions de mon supérieur. Le véritable but des efforts déployés par Son Altesse pour normaliser l’éducation au sein de la Forteresse, y implanter des soldats nouvellement formés de Border Town et faire jouer des pièces contenant un message évident est d’affaiblir l’influence de l’Eglise. En tant que gardien de la Forteresse pour le compte de Son Altesse, je suis tenu de gouverner selon ces instructions, faute de quoi il me fera remplacer » Petrov haussa les épaules : « Il est très facile d’empêcher que l’église soit reconstruite. Tous les maçons et les menuisiers ont dû être prévenus : si jamais les croyants voulaient la reconstruire par leurs propres moyens, les Rats ne les laisseront pas travailler pour eux. »

– « Mais l’Église… »

– « Si Son Altesse a agi ainsi, c’est qu’il ne craint pas les représailles. Ou plutôt, il est  confiant dans sa capacité à repousser l’Eglise. Si jamais ils revenaient dans la Région de l’Ouest, cela voudrait dire que le prince a échoué. Et s’il échoue, je ne pourrai plus m’asseoir sur le trône de la Forteresse. La question ne se posera plus. Je pense que vous comprenez. »

– « Pensez-vous que le prince Roland est en mesure de vaincre l’armée de l’Église ? » Demanda Seth.

– « Qui sait ? » Répondit Petrov. « Il y a un an, personne n’aurait pu penser qu’il puisse  repousser les chevaliers du Duc Ryan. » Il se leva et prit le pot de soupe : « Je vais aller voir la petite fille. Elle a certainement  faim. »

La jeune sorcière s’appelait Page-Blanche.

Ce devait être une orpheline car seule une enfant des rues aurait pu porter un nom aussi dénué de sens.  

Depuis qu’elle était montée à bord, elle restait seule dans la cabine sous le pont. Ses mains gelées étaient rouges et son corps tremblait de froid, pourtant, elle ne disait rien.  Pour des raisons de sécurité, Petrov lui avait tout de même mis un médaillon doté d’une Pierre Châtiment Divin. Même Son Altesse maintenait que les sorcières étaient semblables aux gens normaux, il se refusait à le croire étant donné les extraordinaires pouvoirs que possédaient ces personnes. Le moindre faux pas pourrait finir par blesser quelqu’un.

– « Pourquoi ne vous êtes-vous pas allongée sous la couverture ? » Demanda Petrov en pointant du doigt le hamac suspendu dans la cabine.

L’espace de la cabine étant limité, les marins dormaient habituellement dans des hamacs enveloppés dans des couvertures de lin grossières. Ces couches n’étaient pas des plus confortables mais au moins, ils avaient chaud.

– « Je vais tout salir », murmura-t-elle.

– « Les marins ne sont guère plus propres que vous. »

Il trouva un endroit relativement sec où s’asseoir. « Ce voyage va durer trois jours. Si vous restez là tout ce temps, j’ai bien peur que vous ne mourriez avant même d’arriver à Border Town. »

– « Border Town ? » Demanda Page-Blanche, confuse.  

– « Ne vous l’ais-je pas dit ? Je vous emmène dans un endroit propice aux sorcières. »  

Petrov ouvrit le pot. « Buvez cette soupe bien chaude et allez vous allonger sur le hamac. »

L’enfant, cette fois, ne refusa pas. De toute évidence, elle était affamée car elle se mit à boire à même le pot sans craindre de se brûler la langue.

Petrov secoua la tête. Maigre comme un singe, les cheveux maculés de terre et ses vêtements, qu’elle avait dû trouver quelque part, étaient troués. Au premier coup d’œil, elle ressemblait à tous les autres orphelins de la Forteresse.

– « Qui était le garçon qui veillait sur vous ? » Demanda-t-il. « Un ami de la rue ? »

– « C’est Dents-de-Serpent… Il nous apportait souvent… de la nourriture », expliqua Page-Blanche après avoir avalé la soupe et s’être passé la langue sur les lèvres. « Si je reste avec vous, vous ne l’arrêterez pas, n’est-ce pas… Ce n’est pas un sorcier. »

– « Non, bien sûr », répondit Petrov, impassible. « Il n’a pas d’importance pour nous. »

Le fait qu’elle ait dit « nous apportait souvent de la nourriture » l’avait surpris. Il y avait peu de gens comme ce garçon dans les bidonvilles. Habituellement, lorsque les gens manquaient de nourriture, ils avaient plutôt tendance à se voler les uns les autres. Déjà contraints de lutter pour survivre, il était rare qu’ils aient suffisamment d’énergie pour se préoccuper des autres. De plus, ce surnom, Dents-de-Serpent, évoquait celui d’un Rat…

À cette pensée, il ne put s’empêcher de demander :

– « Vous avez dit ײnousײ : « y avait-il d’autres sorcières avec vous ? »

– « Non », répondit Page-Blanche en secouant la tête. « Tous les autres n’étaient que de simples orphelins. »

Petrov se sentit quelque peu soulagé :

– « Alors de quoi parlait cette vieille chauve-souris lorsqu’elle a dit que vous utilisiez vos capacités pour déblayer la neige ? C’est la première fois que j’entends parler d’une sorcière qui fait usage de son pouvoir en public. »

– « C’est Dent-de-Serpent qui m’a suggéré de venir en aide aux habitants en déblayant la neige sur leurs toits en échange de nourriture, afin qu’aucun d’entre nous ne meure de faim. Comme le théâtre raconte sans cesse des histoires de sorcières, plus personne ne les craint. Il suffisait que je sois d’accord et il négociait avec les adultes. »

« Alors c’est ça », pensa Petrov. Il esquissa un sourire : « Ce gamin est très intéressant, il a su tirer le meilleur parti de ses ressources mais il a sous-estimé l’influence de l’Eglise. »

– « Avez-vous reçu de la nourriture en échange ? »

– « Euh… » Page-Blanche baissa la tête. « J’ai nettoyé trois toits. Une famille m’a chassée tandis que les deux autres m’ont donné une demi-miche de pain et une crêpe. Mais lorsque je suis arrivée au quatrième… »

« Elle a rencontré cette vieille femme haineuse. » Petrov lui tapota la tête :

– « Lorsque vous aurez terminé de boire, allez vous reposer. J’enverrai quelqu’un vous chercher lorsqu’il sera l’heure de dîner. »

Trois jours plus tard, le Cœur De Lion arrivait dans la jetée de Border Town.